La rétroaction de la vapeur d’eau

1. Introduction : influence du CO2 seul

L’augmentation de concentration du CO2 ne peut pas, à elle seule justifier l’alarmisme suscité par le Résumé à l’Intention des Décideurs du dernier rapport du GIEC (AR5).

En effet, il est généralement admis que la sensibilité climatique (augmentation de température pour un doublement de concentration) au CO2 (seul)  se situe entre 0,6 et 1°C.

Pour information, la trajectoire actuelle en matière de concentration nous amènera en 2100 à une concentration maximale d’environ 650 ppm, soit un peu plus qu’un doublement par rapport aux 280 ppm généralement retenus comme référence.

Cela nous amènerait à une augmentation de température de 0,7 à 1,2°C en 2100 (par rapport à 1850), soit bien en dessous de la limite de 2°C spécifiée par les accords de Paris.

2. La « rétroaction » de la vapeur d’eau

2.1. La thèse du GIEC et la « rétroaction positive » de la vapeur d’eau

Et donc, pour susciter l’alarmisme, qui est la raison d’être du GIEC et de ses « scientifiques » (qui en vivent), alarmisme qu’une telle augmentation en 2100 ne peut pas justifier, le GIEC fait valoir une « rétroaction positive » de la vapeur d’eau, qui amplifierait l’ « effet de serre » dû au CO2, et expliquerait que la tendance observée est supérieure.

Effectivement, la vapeur d’eau est le principal gaz à effet de serre, et donc, le supplément d’évaporation dû à l’élévation de température va augmenter sa concentration atmosphérique, et donc son effet de serre, qui va donc se rajouter à celui du CO2.

2.2. La thèse de la « rétroaction négative » de l’évaporation

Mais plus d’évaporation, c’est aussi plus de chaleur latente évacuée de la surface du sol, ce qui provoque au contraire un refroidissement.

Et le prélèvement de chaleur latente l’emporte sur le supplément d’ « effet de serre ».

Plusieurs arguments militent en faveur de cette seconde thèse :

  • le bon sens : la surface de la Terre est en déséquilibre radiatif : elle reçoit environ 160 W/m2 de rayonnement solaire, et ne renvoie au cosmos qu’environ 45 W/m2, le reste (soit environ 115 W/m2) étant bloqué par le CO2 et la vapeur d’eau de l’atmosphère. S’il n’y avait pas de phénomène régulateur, la température serait beaucoup plus élevée. … et le seul phénomène ayant un effet régulateur significatif est l’évaporation (la convection a aussi un tel effet, mais moins significatif).
  • les calculs : chaque degré supplémentaire entraîne un supplément d’évaporation de 7%, et donc d’évacuation de chaleur latente de 87 x 7 = 6,1 W/m2, ce qui correspond à une baisse de température de 1,6°C, … et l’augmentation d’effet de serre correspondante est négligeable, celui-ci étant déjà quasiment saturé : la rétroaction est donc négative et plus forte que l’action : on a donc bien un effet régulateur.

3. Conclusion

Le GIEC impose implicitement aux Décideurs une thèse de Rétroaction « positive » (donc amplificatrice de l’ « Effet de Serre ») de la vapeur d’eau.

Sans cette thèse, le GIEC ne pourrait pas justifier l’alarmisme qui imprègne son message (et qui est sa raison d’être fondamentale).

La thèse de la rétroaction positive est totalement contraire au bon sens et aux calculs.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2022 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2022 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire