C’est la Chine qui bénéficie de l’hystérie climatique de l’Ouest

Overlooking Beijing Shougang Industrial Zone / Shutterstock.com

La Chine communiste est de loin le premier émetteur de Gaz à Effet de Serre de la planète. Est-ce un problème ?

Par Richard S. Lindzen, article repris (et traduit) de Tablet Magazine

De nombreux dirigeants du monde semblent croire que les émissions de dioxyde de carbone (CO₂) constituent une menace existentielle dont l’impact est déjà grave et qui deviendra impossible à gérer d’ici très peu d’années. Cela a donné lieu à un certain nombre d’accords internationaux, en commençant par le Pacte de Rio de 1992 et en poursuivant jusqu’aux Accords de Paris de 2016.

Malgré ces accords, l’augmentation de la concentration de CO₂ dans l’atmosphère se poursuit sans relâche (voir figure 1). En examinant la science sous-jacente, il devient clair que le rôle joué par la Chine dans cette histoire est révélateur d’un cynisme plus général inhérent à bon nombre des supposées “solutions” au changement climatique.

Entre un minimum de température aux alentours de 1960 (en fait, la fin d’une modeste tendance au refroidissement débutant vers 1939, qui a suscité des inquiétudes quant au refroidissement de la planète) et 1998, l’anomalie de température moyenne mondiale (l’indice utilisé pour décrire la température de la Terre) a augmenté d’environ 0,5 degré Celsius. Il s’agit d’un changement minime par rapport au changement typique entre le petit-déjeuner et le déjeuner, bien que l’augmentation nette depuis lors ait été relativement insignifiante (à l’exception d’un El Niño majeur en 2014-16) et sensiblement inférieure aux prévisions de tous les modèles climatiques. Il convient de noter que l’augmentation était faible par rapport à ce qui se passait dans une région donnée, et que les températures à un endroit donné étaient presque aussi susceptibles de se refroidir que de se réchauffer.

Malgré le fait que les augmentations de CO₂ jusqu’à présent ont été accompagnées de la plus grande augmentation du bien-être humain de l’histoire, et malgré le fait qu’il y ait eu de grandes augmentations de la surface végétalisée de la Terre en grande partie en raison de l’augmentation du rôle du CO₂ dans la photosynthèse, les gouvernements semblent avoir conclu qu’un autre 0,5 C sonnera le glas.

Figure 1

On voit fréquemment des références à l’accord de 97% des scientifiques du monde. Cependant, comme l’ont souligné Joseph Bast et Roy Spencer (et moi-même), cette affirmation est spécieuse. On voit également des références à des augmentations du niveau de la mer, des ouragans et d’autres phénomènes météorologiques extrêmes, mais comme cela a été largement souligné, ces affirmations sont basées sur une sélection illégitime des dates de début des tendances. Il y a aussi la question importante de savoir ce qui constitue exactement une menace existentielle.

Selon le Groupe Intergouvernemental d’ “Experts” sur l’Evolution du Climat des Nations Unies (GIEC), si nous continuons sur la voie actuelle, en utilisant les modèles actuels qui semblent surestimer le réchauffement, il y aurait en 2100 une réduction du produit intérieur brut mondial de moins de 4 % (sur un PIB total qui serait beaucoup plus élevé que celui d’aujourd’hui). Il est difficile d’appeler cela une menace existentielle.

Ignorons pour l’instant les problèmes ci-dessus et demandons-nous pourquoi les émissions qui ont vraisemblablement conduit à l’augmentation observée du CO₂ ont continué à augmenter. La figure 2 ci-dessous montre la réponse probable. L’augmentation des émissions de la Chine, de l’Inde et du reste du monde en développement écrase les faibles réductions dans l’Anglosphère et l’Union européenne.

En effet, si les émissions de l’Anglosphère et de l’UE devaient cesser (ce qui est bien sûr impossible), cela ne ferait guère de différence. Selon le Global Energy Monitor, la Chine prévoit l’ajout de 200 GW de capacité de production au charbon d’ici 2025. Si l’on part du principe qu’il s’agit d’une période de quatre ans et qu’une centrale électrique de grande taille représente 1 GW, cela représenterait environ une centrale par semaine au cours des quatre prochaines années.

Pourquoi la Chine poursuivrait-elle intentionnellement la destruction présumée de la Terre ? Par ailleurs, pourquoi l’Anglosphère et l’UE poursuivent-elles des politiques extrêmement perturbatrices, destructrices et coûteuses visant à réduire leurs émissions déjà largement insignifiantes ?

Figure 2

La réponse à la première question est probablement que la Chine considère la menace du changement climatique comme facilement gérable, indépendamment de ce que l’on pense de la physique sous-jacente (n’oubliez pas que les dirigeants chinois, contrairement aux nôtres, ont tendance à avoir une formation technique). Mais ils reconnaissent également que l’hystérie climatique en Occident conduit à des politiques qui profitent clairement à la Chine. En effet, la Chine encourage des activités telles que le Dialogue sino-américain des jeunes sur le changement climatique afin de promouvoir l’alarme climatique parmi les jeunes militants américains. Dans une annonce récente envoyée aux étudiants du MIT, le comité du Dialogue des jeunes a déclaré :

Avec la croissance rapide de la population mondiale et l’expansion continue de l’économie mondiale, les émissions de dioxyde de carbone dans l’atmosphère ont bondi. Les catastrophes extrêmes induites par le réchauffement de la planète ne cessent de se multiplier. Le monde subit un changement climatique irréversible. Il est dans l’intérêt de tous de protéger la planète sur laquelle nous vivons. Nous devons faire face aux problèmes posés par le changement climatique à notre mère nature et chercher des solutions en coopération, en partageant la responsabilité en tant que deux grands pays et en construisant collectivement “une communauté avec un avenir commun pour l’humanité”.

La lettre offrait ensuite de modestes récompenses en espèces à ceux qui présenteraient les arguments les plus “convaincants”. Dans le même temps, les Chinois, contrairement à la Banque mondiale, ont été heureux de financer des projets de charbon dans les pays en développement. (Il sera intéressant de voir comment le Parti communiste met en œuvre la récente promesse du président Xi de cesser cette pratique).

La deuxième question est plus inquiétante en raison de l’illogisme patent des propositions prétendant s’attaquer au changement climatique. Face aux catastrophes naturelles, il est évident que les sociétés riches sont plus résilientes que les sociétés pauvres. Par exemple, les tremblements de terre en Haïti peuvent faire des milliers de morts. Des tremblements de terre similaires en Californie entraînent des ordres de grandeur inférieurs de décès. Ainsi, il semblerait que face à ce que l’on prétend être une menace existentielle sur laquelle nous n’avons, en fait, presque aucune influence, il semble évident que la bonne politique serait d’augmenter la résilience face aux catastrophes.

Au lieu de cela, l’Occident propose de faire tout le contraire. Il est difficile de penser à des raisons bonnes ou vertueuses pour une telle politique. Peut-être nos décideurs politiques ont-ils un désir pseudo-religieux d’expier le péché qui consiste à laisser les gens ordinaires atteindre le niveau de vie confortable de la classe moyenne.

L’encouragement de ces politiques par la Chine est sans doute l’une des raisons ; certes, bon nombre des réponses occidentales proposées (voitures électriques, éoliennes et panneaux solaires) impliqueront de lourds investissements en Chine, qui domine l’industrie solaire mondiale et est déjà le plus grand marché mondial pour les véhicules électriques.

Mais je doute que ce soit la raison principale. Certes, la réponse habituelle des politiciens à tout problème supposé est de faire “quelque chose”. Ces “quelque chose” impliquent souvent des avantages à court terme pour les politiciens et les institutions qui soutiennent ces politiques. Mais dans le cas de l’alarme climatique, on peut se demander si les politiciens qui investissent dans des propriétés en bord de mer sont réellement préoccupés par le climat. Le rejet de l’énergie nucléaire n’est pas non plus un signe de sérieux.

Le débat sur cette question a été évité et même activement supprimé sous le prétexte fallacieux que la science est “établie”. En effet, en 1988, Newsweek avait déjà affirmé que tous les scientifiques étaient d’accord sur le sujet, alors que rien ne pouvait être plus éloigné de la vérité. Et la vérité a été enterrée depuis.

Comme l’illustre de manière convaincante Steven Koonin, ancien sous-secrétaire à l’énergie chargé des sciences au sein de l’administration Obama, dans Unsettled : What Climate Science Tells Us, What It Doesn’t, and Why It Matters, la question est loin d’être réglée. Le livre s’appuie entièrement sur les données scientifiques issues des évaluations officielles du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations unies et des rapports d’évaluation officiels similaires des États-Unis. Les attaques vicieuses contre Koonin depuis la publication du livre en mai indiquent l’absence de presque tout niveau de discours.

Pourtant, étant donné ce qui est en jeu, le besoin d’un débat ouvert sur notre évaluation de la science du climat et sur les politiques proposées est, en effet, désespérément nécessaire.

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Richard S. Lindzen est professeur émérite de sciences atmosphériques au Massachusetts Institute of Technology. Il est membre de la National Academy of Science, de l’American Academy of Arts and Sciences et de l’Académie norvégienne des sciences et des lettres. Il est également membre de l’American Meteorological Society, de l’American Geophysical Union et de l’American Association for the Advancement of Science.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2022 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2022 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire