L’électrification va coûter 500.000 emplois au secteur automobile

(Article d’Alain De Jong initialement paru dans https://gocar.be du 8/12/21)

La CLEPA, l’Association européenne des équipementiers automobiles, tire la sonnette d’alarme. L’organisme soutient en effet qu’un demi-million d’emplois est menacé chez les sous-traitants automobiles à cause de la transition vers la voiture électrique.

Si la transition énergétique est pleine de vertus environnementales, elle risque par ailleurs de provoquer aussi des effets non désirés, notamment dans le secteur automobile qui pourrait connaître un véritable tremblement de terre.

Il est déjà clair aujourd’hui que certains pourront s’adapter et profiter de l’électrification. D’autres en revanche sont appelés à disparaître, faute d’avoir pu s’adapter et de changer de business model.

Cette évolution aura pour conséquence d’importants changements économiques et sociaux au cœur des entreprises qui fournissent des composants aux marques automobiles. De nouvelles opportunités se présenteront bien sûr pour les entreprises produisant des moteurs électriques, des cellules de batterie ou des semi-conducteurs, car la demande ne fera qu’augmenter.

Selon la CLEPA, l’association européenne des équipementiers automobiles, l’augmentation de la production de voitures électriques permettra effectivement de créer approximativement 226.000 nouveaux emplois, mais cela ne suffira certainement pas à couvrir les autres pertes du secteur dont on parle évidemment moins. Une enquête menée par la CLEPA estime ainsi que 500.000 emplois seront perdus chez les équipementiers automobiles au cours des prochaines années.

Les constructeurs craignent aussi pour l’emploi

Comme toujours, une sélection naturelle aura lieu avec de nombreuses entreprises qui ne seront pas en mesure d’opérer les changements nécessaires pour leur personnel. Il s’agit typiquement des travailleurs qui ne disposent pas de la formation adéquate pour pouvoir trouver un nouveau poste dans l’industrie de la voiture électrique naissante. Et c’est bien pour cette raison que la CLEPA tire la sonnette d’alarme.

Car, si l’objectif de la Commission européenne qui vise à interdire les nouvelles voitures thermiques dès 2035 est mis en œuvre, le secteur automobile connaîtra des temps très difficiles. Rien que chez les équipementiers, ce sont en effet 17 millions de personnes qui travaillent en Europe. Et beaucoup d’entre elles sont d’ores et déjà confrontées à un avenir incertain.

Forte de ce constat, la CLEPA souligne le besoin d’une transition plus progressive, incluant l’utilisation allongée dans le temps de motorisations hybrides et/ou de carburants renouvelables durables.

Ce type d’appel à l’aide a du reste déjà été formulé par certains constructeurs automobiles qui craignent devoir procéder à de grosses réductions d’effectifs. C’est notamment le cas du CEO de Volkswagen, Herbert Diess, qui a indiqué récemment que la transition vers la conduite électrique coûterait probablement au groupe Volkswagen au moins 30.000 emplois. L’industrie automobile française a fait de même par l’intermédiaire de Carlos Tavares, CEO de Stellantis, qui pense qu’un quart des emplois dans les prochaines années est menacé.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2022 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2022 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire