Des écologistes ont-ils été financés par le gouvernement russe ?

(Article de Drieu Godefridi initialement publié dans Contrepoints du 04/03/2022)

Des organisations non gouvernementales (ONG) écologistes, des mouvements et partis écologistes occidentaux sont-ils depuis une dizaine d’années les collaborateurs objectifs du gouvernement de la Fédération de Russie qui les finance ?

C’est le sens de l’intervention récente de Dominique Reynié, qui dirige la Fondation pour l’innovation politique (FONDAPOL) :

“On a retrouvé des financements de Gazprom en particulier dans des ONG écologistes qui ont fourni des ministres à certains pays d’Europe et qui ensuite sont embarqués dans une sorte de retour d’ascenseur en défendant la sortie du nucléaire” souligne @DominiqueReynie

Accéder à la vidéo sur twitter

Ces allégations ne sont pas neuves.

L’agression de l’Ukraine par la Fédération de Russie oblige à les mener jusqu’à leur terme.

Dans un article du 19 juin 2014, The Guardian citait le Secrétaire-général de l’OTAN Anders Fogh Rasmussen qui, déjà !, portait l’accusation suivante :

J’ai rencontré des alliés qui peuvent rapporter que la Russie, dans le cadre de ses opérations sophistiquées d’information et de désinformation, s’est engagée activement auprès de soi-disant organisations non gouvernementales – des organisations environnementales travaillant contre le gaz de schiste – pour maintenir la dépendance européenne vis-à-vis du gaz russe importé.

Le sol européen regorge de gaz de roche-mère, qu’on appelle aussi gaz de schiste. La mise en exploitation de ces réserves de gaz européen aurait mécaniquement diminué les achats et la dépendance de l’Europe à l’égard du gaz russe, en particulier son géant gazier Gazprom. Il en va de même du nucléaire, qui offre aux Occidentaux une source d’énergie abondante non émettrice de CO2  et alternative au gaz russe.

D’où l’intérêt, pour le gouvernement russe, de monter une vaste campagne de désinformation contre le gaz de schiste et contre le nucléaire civil en Occident, en finançant massivement les groupes les mieux susceptibles de s’y opposer naturellement : des organisations écologistes.

En 2016, Hillary Clinton relevait qu’alors qu’elle était Secrétaire d’État du gouvernement fédéral américain, avec accès direct à l’ensemble de l’intelligence des agences de renseignement américaines :

Nous étions confrontés à de faux groupes environnementaux, et je suis une grande écologiste, mais ceux-ci étaient financés par les Russes…

Le 29 juin 2017, deux des parlementaires fédéraux américains les plus en pointe sur les questions d’énergie adressaient un courrier au Secrétaire d’État au Trésor, exigeant l’ouverture d’une enquête sur le financement d’organisations écologistes américaines par le gouvernement de la Fédération de Russie.

Sans rapporter la preuve directe de l’origine initiale des fonds — ce n’est pas leur rôle — ces deux parlementaires en démontaient le mécanisme, qu’on peut résumer de la façon suivante :

Fonds du gouvernement de la Russie -> Société-écran incorporée aux Bermudes -> Fondation américaine matrice -> Organisations écologistes américaines

Les liens entre Gazprom et des écologistes européens

L’intérêt des Bermudes est que ce pays n’oblige en rien à révéler que des fonds proviennent d’un gouvernement étranger, contrairement au droit américain. La fondation américain matrice doit quant à elle révéler qu’elle a reçu des fonds de l’étranger — en l’occurrence une société des Bermudes. Rien de plus, ce qui est le principe et la définition du blanchiment d’argent.

Les organisations écologistes américaines spécifiées par l’accusation parlementaire sont parmi les principales, dont le Sierra Club, League of Conservation Voters Education Fund, etc. Toutes organisations massivement engagées contre l’exploitation du gaz de schiste aux État-Unis et qui ont perçu, au total, dix millions de dollars par an de la Fondation américaine matrice richemment dotée par la société-écran sise aux Bermudes.

En Allemagne, il est établi que les principales organisations écologistes WWF, BUND et NABU ont créé une fondation « pour l’environnement » avec l’entreprise Nord-Stream, qui est une émanation de Gazprom. Cette fondation environnementale fut dotée de 10 millions d’euros par Gazprom (ces faits ne sont pas contestés et même revendiqués par Nord Stream). Ces organisations écologistes étaient, par ailleurs et dans le même temps, de farouches opposants au nucléaire civil allemand et à l’exploitation du gaz de schiste en Europe.

Fait intéressant, l’exemple que donnait Dominique Reynié du mécanisme décrit par lui est celui de la Belgique. En effet, l’actuelle ministre fédérale belge de l’Énergie, Christinne Van der Straeten, du parti écologiste GROEN, était avant son entrée en fonction co-propriétaire — associée à 50 % — d’un cabinet d’avocats dont l’un des gros clients n’était autre que Gazprom, le géant gazier russe. Devenue ministre, la même Christinne Van der Straeten s’employait à démanteler intégralement le parc nucléaire civil belge, en conformité avec la volonté farouche des écologistes depuis près de vingt ans.

C’est bien sûr le nucléaire qui atteste le mieux de l’incompréhensible duplicité de certaines organisations écologistes. Tandis que celles-ci ne jurent constamment en toutes choses que par la réduction des émissions de CO2, ne les voit-on pas, quand il s’agit du nucléaire, exiger de remplacer une source d’énergie qui n’émet quasiment pas de CO2, par des énergies fossiles qui en émettent quarante fois plus ?!

Des accusations, fussent-elles signées du Secrétaire-général de l’OTAN, du directeur de la Fondation pour l’innovation politique et de la Secrétaire d’État des États-Unis, ne font pas la culpabilité. La présomption d’innocence vaut pour chacun.

L’agression de l’Ukraine par la Russie, dont l’armée est très littéralement financée par des fonds européens — achat de gaz russe, 40 % du gaz consommé en Europe — ne nous oblige-t-elle pas à jeter enfin la pleine lumière médiatique et judiciaire qui convient sur ces accusations concordantes ?

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2022 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2022 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire