J’ai parcouru le Résumé à l’Intention des Décideurs du Working Group 2 de l’AR6 du GIEC

Le GIEC vient de publier le rapport du Working Group 2 de son AR6 (27 Février 2022), consacré aux impacts, adaptations et vulnérabilités du réchauffement climatique.

Il contient, comme d’habitude 3 parties :

  1. Un résumé à l’intention des décideurs (Summary for Policy Makers : SPM), (35 pages),
  2. Un résumé technique (Technical Summary) (96 pages)
  3. Le rapport complet (3676 pages).

Bien entendu, personne ne lira le Rapport complet, et peu de gens même le résumé technique.

Je me suis donc attelé au résumé SPM, puisque c’est le seul document que liront les journalistes et les politiques, enfin ceux qui en auront le courage au lieu de plagier ou d’interpréter ce qu’un autre aura lu et publié (à moins que cet autre se soit lui-même contenté de plagier ce qu’un autre …, bref l’idéologue de l’AFP qui s’en sera chargé).

Pour mémoire, ce résumé est le résultat d’un vote unanime de tous les représentants des différents pays participants (environ 190), qui l’approuvent “ligne par ligne” : c’est dire son sérieux … sauf que très peu de ces représentants ont les compétences “climatologiques” nécessaires, et qu’encore moins auront lu le rapport complet qu’ils sont censés résumer : les délégués en question ne sont pas là pour cela, mais pour faire valoir les intérêts de leur pays, voire même le leur, idéologique, propre.

Il est publié avant la version définitive de ce qu’il est censé résumer, mais passons outre ce détail.

Après l’introduction (SPM A, essentiellement méthodologique), on rentre dans le vif du sujet :

SPM.B.1 Impacts observés du changement climatique

Le changement climatique induit par l’homme, y compris les événements extrêmes plus fréquents et plus intenses, a causé des impacts négatifs généralisés et des pertes et dommages connexes pour la nature et les personnes, au-delà de la variabilité naturelle du climat.

Certains efforts de développement et d’adaptation ont permis de réduire la vulnérabilité. Dans tous les secteurs et toutes les régions on observe que les personnes et les systèmes les plus vulnérables sont touchés de manière disproportionnée. L’augmentation des extrêmes météorologiques et climatiques a eu des effets irréversibles, les systèmes naturels et humains étant poussés au-delà de la variation naturelle du climat.

L’augmentation des extrêmes météorologiques et climatiques a eu des effets irréversibles, les systèmes naturels et humains étant poussés au-delà de leur capacité d’adaptation. (confiance élevée) (Figure SPM.2)

Suivent 2 graphes qui expriment de façon qualitative (oui/non, niveau de confiance) la façon dont certains écosystèmes et systèmes humains ont évolué du fait du changement climatique.

Bien sûr, il fallait s’y attendre, tous les effets sont négatifs (ou au mieux nuls) : nulle part n’est montré le moindre effet positif (comme le verdissement de la planète) : toutes les grandeurs sont codées en plus ou moins négatif.

Mais le document ne contient pas un seul graphe ou tableau montrant une évolution de l’un de ces phénomènes dans le temps : on est purement dans le ressenti local ou dans le poncif.

Par acquit de conscience, je suis allé voir si le Technical Summary (96 pages) pourrait me fournir quelques justifications : chou blanc là aussi !

Je me suis donc replié sur le rapport complet (3676 pages, quand même !) : je me suis rendu :

  • au § 2.3.1 : Changements terrestres observés dans les dangers et les événements extrêmes : re-chou-blanc !
  • puis au chapitre 3 : Changements sur les océans : réchauffement, niveaux, circulation, glaces, acidification, désoxygénation : idem !

 

On en est réduit à croire le GIEC sur paroles, sans qu’il ait besoin de fournir la moindre observation justificative chiffrée.

Le chapître SPM.B.2 explore ensuite la “Vulnérabilité des écosystèmes et des populations au changement climatique”

je cite pour exemples :

SPM.B.2.1 Depuis l’AR5, il y a de plus en plus de preuves que la dégradation et la destruction des écosystèmes par les humains augmentent la vulnérabilité des populations (confiance élevée).

SPM.B.2.2 Les facteurs non climatiques d’origine humaine exacerbent la vulnérabilité actuelle des écosystèmes au changement climatique. (confiance très élevée).

SPM.B.2.3 La vulnérabilité future des écosystèmes au changement climatique sera fortement influencée par le passé, présent et futur de la société humaine … (confiance élevée).

SPM.B.2.4 Les régions et les populations ayant des contraintes de développement considérables sont très vulnérables aux aléas climatiques (confiance élevée).

SPM.B.2.5 La vulnérabilité humaine future continuera de se concentrer là où les capacités des gouvernements locaux, municipaux et nationaux, des communautés et du secteur privé sont les moins à même de fournir des infrastructures et des services de base (confiance élevée).

Les chapitres SPM.B.3 et 4 explorent ensuite les risques à court, moyen et long terme : Compte tenu de la vulnérabilité exposée au SPM.B.2 ci-dessus, on imagine bien qu’ils ne peuvent être qu’alarmants si on dépasse le nouveau et fameux 1,5°C d’augmentation de la température.

Mais le pompon revient sans aucun doute au SPM.5.5 : 

Les approches de modification du rayonnement solaire, si elles devaient être mises en œuvre, introduiraient un large éventail de nouveaux risques pour les personnes et les écosystèmes, qui ne sont pas compris (confiance élevée).

Je pensais qu’avoir une confiance élevée dans quelque-chose qu’on ne comprend pas ne pouvait relever que de la religion (heureusement, nous, français, sommes dans un état laïc).

Bref, et en conclusion : Je suis bien heureux de n’être :

  • ni un journaliste scientifique qui devra en faire une exégèse compréhensible en vue d’augmenter encore la frayeur du bon peuple (pour augmenter son audience),
  • ni un “décideur” qui devra, pour des raisons électoralistes, en tirer quelque-chose pour prendre des décisions non contradictoires les unes avec les autres, et à bon escient.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2022 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2022 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire