L’administration Biden mange son chapeau et adoucit le programme Net Zero

(Nous publions ici un article de E&E News repris par nos confrères britanniques du NetZeroWatch)

John Kerry vise maintenant 1,8°C d’augmentation au lieu de 1,5

Pendant une grande partie de l’année dernière, l’envoyé spécial pour le climat John Kerry n’avait qu’un seul chiffre en tête : 1,5 degré Celsius.

Il s’agit de l’ampleur du réchauffement que, selon les scientifiques (NDLR : le GIEC), le monde ne doit pas dépasser s’il espère prévenir des impacts climatiques dangereux et irréversibles.

Mais à mesure que de nouvelles réalités s’installent et que les ambitions espérées ne se concrétisent pas aux États-Unis et à l’étranger, M. Kerry réduit la voilure.

La semaine dernière, il a indiqué un autre objectif : 1,8°C. Il s’agit du niveau de réchauffement que le monde atteindrait, selon l’Agence internationale de l’énergie, d’ici la fin du siècle si tous les pays parvenaient à respecter leurs engagements en matière de climat dans leur intégralité et dans les délais.

“Nous voulons rester sur cet objectif accessible de 1,8 degré, et la seule façon d’y parvenir est de mettre pleinement en œuvre les promesses qui ont été faites”, a déclaré M. Kerry lors d’un discours prononcé à un forum de l’industrie électrique.

Ses commentaires ont marqué une rupture avec le message des États-Unis sous la présidence de Joe Biden et ont suscité l’inquiétude de certains responsables étrangers et défenseurs du climat, qui craignent que la Maison Blanche n’introduise de l’incertitude dans les délibérations internationales sur le changement climatique.

Tina Stege, l’envoyée de la République des Îles Marshall, a déclaré que le dépassement de l’objectif de 1,5 C intensifierait les dangers auxquels est confronté le chapelet d’îles formant sa nation dans le Pacifique central éloigné.

“Nous avons été clairs – en tant qu’atoll, et en tant qu’organisateur de la High Ambition Coalition – sur le fait que 1,5 C est la limite”, a-t-elle déclaré dans une réponse par courriel à des questions sur les commentaires de Kerry. “Le monde est déjà d’accord. Nous n’avons pas besoin de renégocier cela. Nous avons besoin que les pays mettent en œuvre les politiques nécessaires pour nous mettre sur la bonne voie.” (NDLR : voir à ce sujet notre article : la fable de la submersion des atolls )

Il n’est pas clair si les commentaires de Kerry signalent un changement de politique au sein de l’administration Biden, qui se bat pour faire passer une législation qui servirait de pierre angulaire à son engagement de réduire de moitié les émissions américaines d’ici 2030. Le département d’État a défendu les affirmations de M. Kerry et a déclaré que “l’objectif actuel” est de respecter la promesse des États-Unis de réduire de moitié les émissions en huit ans et de les éliminer d’ici 2050.

“L’Agence internationale de l’énergie nous a dit que si tous les divers engagements et initiatives de la COP26 étaient mis en œuvre, l’augmentation de la température mondiale serait limitée à 1,8 degré”, a déclaré un porte-parole du département d’État dans un courriel. “Comme l’a dit le secrétaire Kerry, l’objectif doit maintenant être de mettre en œuvre ces engagements et de faire plus pour maintenir 1,5.”

La Maison Blanche n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Les commentaires de Kerry la semaine dernière s’écartent de ses affirmations sur les dangers d’une hausse des températures supérieure à 1,5°C depuis qu’il a été nommé envoyé pour le climat.

Dans un discours prononcé à la London School of Economics, juste avant les négociations mondiales sur le climat en novembre, Kerry avait averti que “des conséquences dévastatrices nous attendent si la température mondiale dépasse 1,5 degré”.

Dans un discours prononcé en février en Égypte sur les différences entre un réchauffement de 1,5°C et de 2°C, il a déclaré que chaque dixième de degré d’augmentation de la température avait des conséquences désastreuses pour les océans et les systèmes alimentaires de la planète.

Selon les scientifiques et les chercheurs, pour contenir la hausse des températures, il faudra que les plus gros pollueurs du monde réduisent rapidement et radicalement leurs émissions. Ces défis surviennent alors que les émissions mondiales augmentent au lieu de diminuer.

Cela signifie que le monde n’est pas sur la bonne voie pour respecter les engagements qui permettraient d’éviter que les températures ne dépassent 1,8°C. Et les dernières données scientifiques montrent que le temps presse (Greenwire, 4 avril).

“Je pense que nous devons être réalistes quant à la direction que nous allons prendre si nous ne faisons pas plus que ce que nous faisons maintenant, et nous devons planifier les types de mesures d’adaptation et de renforcement de la résilience dont nous savons que nous aurons besoin, simplement sur la base du changement climatique qui est déjà en train de se produire en raison de nos émissions passées”, a déclaré Kristina Dahl, scientifique principale pour le programme sur le climat et l’énergie de l’Union of Concerned Scientists.

Faisant référence aux remarques de M. Kerry, elle a ajouté : “Mais je ne sais pas à quoi cela sert de déplacer les poteaux d’objectif, car nous devons avancer aussi vite que possible”.

Les pays ont mis en avant une certaine ambition et doivent maintenant mettre en œuvre des actions pour l’atteindre, a déclaré Niklas Höhne, expert en politique climatique au NewClimate Institute et auteur collaborateur de plusieurs rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

“L’objectif de 1,5 degré reste très important, car il incite les pays à définir au moins leur ambition à long terme, et une fois cette ambition rendue publique, ils peuvent être tenus responsables de la mise en œuvre de politiques visant à la réaliser”, a déclaré M. Höhne.

Une différence de degrés

Un rapport de 2018 du GIEC a montré des différences importantes dans les impacts climatiques entre la limite de 2 C fixée dans l’accord de Paris de 2015 et l’objectif d’aspiration de 1,5°C.

À 2°C, le monde subirait des milliards de dollars de plus en dommages aux cultures, deux fois plus d’épisodes de chaleur extrême en Afrique australe, 60 % de plus d’incendies en Méditerranée et plus encore, a déclaré Taryn Fransen, chargée de recherche principale au sein du programme climatique mondial de l’Institut des ressources mondiales (WRI).

“C’est avec un demi-degré de différence”, a-t-elle déclaré.

Le monde n’est pas non plus totalement sûr à 1,5°C, a ajouté Mme Fransen. “Mais il existe des différences vraiment significatives, même dans ces fractions de degré”.

Les pays en développement de faible altitude, qui seront les plus durement touchés par les tempêtes plus violentes, la montée des eaux et les chaleurs extrêmes, ont vigoureusement plaidé en faveur d’un objectif de 1,5 °C, plutôt que des 2 °C “bien inférieurs” prévus par l’accord de Paris. Le texte final de la COP26 de l’année dernière a contribué à fixer à 1,5 °C l’objectif que les pays ont décidé d’atteindre.

“Ce que nous demandons au monde, c’est de ne pas penser uniquement aux pays les plus développés, les plus riches, les plus à même de faire face à ce changement, mais de penser à l’humanité et à tous ceux qui sont en danger si nous dépassons ces objectifs”, a déclaré M. Dahl, de l’Union of Concerned Scientists.

“Je pense qu’il reste à voir si nos décideurs politiques et nos dirigeants du secteur des combustibles fossiles relèveront ce défi”, a-t-elle ajouté. “Mais la science est très claire sur ceux qui risquent de perdre le plus si nous ne le faisons pas”.

Redéfinir l’objectif de 1,5 °C serait inacceptable pour de nombreux pays en développement, a déclaré Saleemul Huq, directeur du Centre international pour le changement climatique et le développement, basé au Bangladesh.

Selon Mme Fransen, du WRI, Kerry a raison d’attirer l’attention sur le fait que c’est la première fois que des pays prennent des engagements compatibles avec le maintien des températures en deçà de 2 °C. Cela représente un progrès. Cela représente un progrès, a-t-elle ajouté.

Il a également raison de noter que les pays ne sont pas sur la bonne voie pour respecter ces engagements, a-t-elle ajouté. “En fin de compte, nous devons mettre en œuvre ces engagements, et nous ne sommes pas sur la bonne voie pour cela aujourd’hui.”

L’action plutôt que l’abstraction

La tâche de Kerry, qui consiste à mettre le monde sur la voie de la limitation du réchauffement climatique, n’a jamais été facile. Mais cela a moins à voir avec son cadrage de l’objectif qu’avec le fait que les États-Unis n’ont pas encore adopté de législation significative sur le climat, estiment les observateurs.

“Je pense que ce que vous devez faire, c’est vous concentrer sur les émissions et non sur les objectifs de température. Il y a évidemment un lien entre les deux, mais il ne s’agit pas d’un lien direct”, a déclaré David Victor, professeur de politique publique spécialisé dans la décarbonisation à l’Université de Californie, à San Diego.

Il craint que les responsables politiques ne parlent de manière trop abstraite des objectifs de température et ne se concentrent pas assez sur leur mise en œuvre.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

2 réponses

  1. Il n’y aura bientôt plus que la France pour soutenir cette idéologie ruineuse, alors que nous représentons moins de 1% du CO2 mondial, et que nous sommes déjà mes meilleurs élèves de la classe.

    1. C’est d’autant plus absurde que le CO2 n’est pour rien dans le climat et que sont donc tout aussi absurdes la ” décarbonisation, les filières décarbonées, la neutralité carbone, l’empreinte carbone, la taxe carbone, les émissions” et autres multiples idioties du lavage de cerveau permanent…!

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2022 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2022 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire