Médias : l’urgence climatique sinon rien

Des médias internationaux s’engagent à utiliser désormais le terme “urgence climatique“.

Plus de 460 médias dans le monde ont décidé de rejoindre l’initiative lobbyiste “Covering Climate Now”.

Ceci est relaté par GÉO en avril 2021 dans l’article suivant.

On y apprend ainsi que des médias internationaux s’engagent à utiliser désormais le terme “urgence climatique.

Pour ces médias, quand il s’agit du climat, la parole du GIEC est donc maintenant parole d’évangile.

Il n’est plus question d’innocenter le CO2, grand coupable climatique selon le GIEC.

Pour ces médias, quand il s’agit du climat, il n’est plus question de mesure dans les propos, il n’est plus possible de “douter”, il n’est plus question d’accepter des faits qui montrent qu’il n’y a pas d’urgence (comme une montée des eaux de 1,5 – 3 mm/an ou le reverdissement de la planète), ni que la Terre a déjà connu des épisodes climatiques similaires.

Voici la liste de ces médias à classer désormais parmi les “alarmistes” sur la question climatique : https://coveringclimatenow.org/partners/partner-list/

Citons ceux de France et Belgique :

  • Agence France-Presse AFP

  • 20 Minutes

  • Groupe Les Échos-Le Parisien

  • Libération

  • Et Baam!

  • Journal de l’Environnement

  • Politis

  • Positivr

  • Reporterre

  • Trust My Science

  • UP’ Magazine

  • Revolve

Même le célèbre média NATURE (https://www.nature.com/) a rejoint les rangs des alarmistes.

Covering Climate Now, des lobbyistes de l’alarmisme, co-fondés par THE GUARDIAN (journal de gauche), profondément engagés contre “BIG OIL” la mère de tous les maux selon eux (voir leurs articles sur ce sujet ici : https://coveringclimatenow.org/projects/climate-crimes/)

 

Covering Climate Now n’a bien entendu aucun lien avec le business des énergies renouvelables :

(source : https://coveringclimatenow.org/about/)

  
De nombreux autres médias français sont touchés par l’alarmisme climatique :
  • LE MONDE

  • Futura-sciences

  • etc.

 
 


Suivre l’argent : qui finance Covering Climate Now

Traduction d’un article original disponible sur le site wattsupwiththat.com.

Opinion de Kip Hansen – 22 mai 2021

Covering Climate Now ( CCNow ) est une organisation de plaidoyer opérant à partir de la Columbia Journalism Review (CJR) de l’Université de Columbia à New York, aux États-Unis. Leur but est de semer la peur et l’alarme – ou, comme ils disent, de “sensibiliser le public à” – ce qu’ils prétendent être une “urgence climatique” ou une “crise climatique”. Ils sont ouvertement politiques, libéraux-progressistes et dans le système politique bipartite américain, non seulement soutiennent et promeuvent activement le parti démocrate et ses plates-formes politiques, mais exhortent ouvertement à blâmer le parti républicain opposé pour ne pas avoir soutenu l’alarmisme climatique – à l’extrême qu’ils appellent « les dirigeants politiquesqui nient la science bien établie du changement climatique « devraient être jugés pour crimes contre l’humanité ». [ source ]

CCNow prétend alimenter en histoires 460 médias à travers le monde, avec une pénétration quotidienne de 2 milliards de lecteurs ou d’auditeurs. [ source

Leur approche consiste à alimenter des histoires pré-écrites, des récits éditoriaux et des ressources partagées pour amplifier les voix d’alarme afin de convaincre les peuples du monde qu’il y a une crise climatique qui exige que chacun renonce aux combustibles fossiles, à l’accès à l’électricité bon marché, aux voyages en avion, aux ressources naturelles le chauffage et la cuisine au gaz et la myriade d’autres avantages de la vie moderne qui font partie intégrante de nos sociétés développées. En outre, ils offrent des opportunités de partage d’ histoires où les histoires d’un média peuvent être republiées / republiées à un autre, ou utilisées comme base pour une réécriture «originale» dans un autre média. 

Ne soyez pas dupe cependant. Alors que de nombreux journalistes et reporters qui participent à cette campagne de propagande sont de «vrais croyants» et pensent honnêtement qu’ils font ce qu’il faut, même s’ils écrivent sciemment des versions biaisées, unilatérales et exagérées des inconvénients potentiels d’un monde qui se réchauffe , ils ne semblent pas avoir l’intention de renoncer à quoi que ce soit dans leur propre vie – seules les autres personnes seront tenues de le faire. Ils ne sont pas différents des politiciens désormais riches qui parlent de la gravité du changement climatique tout en achetant des manoirs au bord de l’eau dans les enclaves de riches les plus chères du monde. Ces journalistes voleront toujours avec plaisir à travers le monde pour écrire sur les chagrins des pauvres et assisteront à toutes les conférences sur le climat avec des stars de la jet-set hollywoodienne.

Alors, vous pourriez bien demander : « Qui paie tout cela ?

Cette question est à la fois facile et difficile. Il est facile de trouver les sources de financement qui sont publiquement reconnues par CCNow , celles qui permettent de promouvoir leur soutien. On ne sait pas si The Guardian , The Nation , Columbia Journalism Review ou les principales agences de presse et chaînes de télévision financent réellement les salaires de CCNow . Il est difficile de découvrir qui paie vraiment toutes les dépenses pour les salaires du personnel, l’hébergement du site Web, la rédaction d’histoires, la sensibilisation et toutes les autres dépenses inhérentes à une grande organisation de plaidoyer de grande envergure – parce que CCNown’est pas incorporé et n’est pas lui-même un 501(3)c, il n’a pas de rapport traçable des dons.

Voici la déclaration officielle de CCNow :

Couvrir Climate Now a été rendu possible grâce à de généreuses subventions d’ Actions@EBMF , de la Fondation David et Lucile Packard , de la Michaux Family Foundation , de la Park Foundation , de la Rockefeller Family & Associates, du Schumann Media Center et de Wayne Crookes . Le sponsor fiscal de Covering Climate Now est le 501c3 basé à DC , The Fund for Constitutional Government . Nous recherchons des financements supplémentaires pour pérenniser la collaboration. Veuillez contacter Judy Doctoroff à judy@coveringclimatenow.org pour plus d’informations.

Et ça:

Co-fondé par Columbia Journalism Review et The Nation en association avec The Guardian et WNYC en 2019, CCNowLes plus de 460 partenaires de incluent certains des plus grands noms de l’actualité et certains des plus petits, car cette histoire a besoin de tout le monde. En plus de trois des plus grandes agences de presse au monde – Reuters, Bloomberg et Agence France Presse – qui fournissent chacune du contenu à des milliers d’autres salles de rédaction, nos partenaires incluent CBS News, NBC et MSNBC News, Noticias Telemundo, PBS NewsHour, Univision, Al Jazeera; la plupart des plus grandes stations de radio publiques aux États-Unis ; de nombreux journaux phares et chaînes de télévision dans les Amériques, en Europe et en Asie ; et des dizaines de magazines et de revues de premier plan, dont Nature, Scientific American, Rolling Stone, HuffPost, Teen Vogue et Mother Jones.

La grande révélation est que CCNow opère sous le couvert du Fonds pour le gouvernement constitutionnel (FCG).  Cela signifie que le FCG laisse CCNow se glisser sous le couvert de son statut 501(c)3, même si CCNow n’est pas une entité constituée en société – il est considéré comme un projet distinct

Et qui est le FCG quand ils se lèvent chaque matin ? 

« Le Fonds pour le gouvernement constitutionnel (FCG) est une fondation financée par des fonds publics qui se consacre à dénoncer et à corriger la corruption au sein du gouvernement fédéral des États-Unis. Le FCG accomplit ce travail en finançant des organisations et des journalistes travaillant pour faire progresser et maintenir un gouvernement ouvert et responsable. FCG est une organisation de la section 501 (c) (3) et peut également servir de sponsor fiscal pour de nouveaux projets.

Ce que la corruption du gouvernement fédéral a à voir avec les efforts de propagande actuels de CCNow est un mystère – le seul lien serait le journalisme, si seulement c’était ce que CCNow faisait vraiment, ce qui n’est pas le cas.  CCNow est un groupe de défense qui corrompt le journalisme pour ce qu’il considère comme une White Hat Cause – faire le bien – par tous les moyens. 

Et tandis que Stephen H. Schneider a tenté à plusieurs reprises de revenir sur sa déclaration publiée en 1989 , CCNow a pris sa déclaration originale très à cœur – à tel point qu’elle semble être leur principe directeur :

“D’une part, en tant que scientifiques, nous sommes éthiquement liés à la méthode scientifique, promettant en fait de dire la vérité, toute la vérité et rien que – ce qui signifie que nous devons inclure tous les doutes, les mises en garde, les si et les , et mais. D’autre part, nous ne sommes pas seulement des scientifiques mais aussi des êtres humains. Et comme la plupart des gens, nous aimerions voir le monde meilleur, ce qui, dans ce contexte, se traduit par notre travail pour réduire le risque de changement climatique potentiellement désastreux. Pour ce faire, nous devons obtenir un large soutien, pour capter l’imagination du public. Cela implique bien sûr d’obtenir une couverture médiatique importante. Nous devons donc proposer des scénarios effrayants, faire des déclarations simplifiées et dramatiques et faire peu mention des doutes que nous pourrions avoir.Cette « double contrainte éthique » dans laquelle nous nous trouvons fréquemment ne peut être résolue par aucune formule. Chacun de nous doit décider quel est le juste équilibre entre être efficace et être honnête. J’espère que cela signifie être les deux.

Malheureusement, Mark Hertsgaard et Kyle Pope , les fondateurs de CCNow, semblent se consacrer uniquement à la partie en gras de la déclaration de Schneider et excluent toutes ses mises en garde éthiques. Un examen des histoires poussées par CCNow révèle qu’il n’y a aucun effort pour voir que les histoires qu’ils écrivent et partagent avec les médias sont scientifiquement honnêtes ou même factuellement correctes.

Suivre l’argent

Il est presque impossible de « suivre l’argent » avec un groupe non constitué en société qui se cache derrière le parrainage fiscal d’une organisation caritative plus importante. Ainsi, après beaucoup d’efforts, je dois signaler un « résultat nul » ou un « résultat négatif ». Je n’ai trouvé aucun grand groupe malveillant mystérieux finançant CCNow .

Alors, qui paie pour CCNow ? D’où vient l’argent?

Pour ceux qui ont peu de patience et autant de curiosité, la réponse simple est :

Les suspects habituels

Et qui serait-ce ?

Fonds pour le gouvernement constitutionnel

La Fondation Stewart R. Mott

Fondation du parc inc.

Fonds de la famille Rockefeller [et plusieurs autres fiducies et fondations liées à la famille Rockefeller]

Centre pour l’intégrité du climat ( CCI )

Schumann Media Center Inc  [ Bill Moyers est président]

et aussi, dans une moindre mesure :

Actions@EBMF   [une branche subventionnaire de Earle Brown Music Foundation Charitable Trust ]

Wayne Crookes [Les Canadiens reconnaîtront ce nom]

Les Motts, Parks et Rockefeller financent de nombreuses organisations de gauche et progressistes. J’aurais besoin d’être financé par le FCG ou les Rockefeller pour avoir les ressources nécessaires pour découvrir d’où vient vraiment l’argent . Je ne peux même pas trouver un moyen de découvrir combien d’argent est impliqué. 

Le conseil d’administration de CCNow est composé de :

Michael Cavallo — Écrivain et ancien directeur des énergies renouvelables pour C40 Cities

Mark Hertsgaard — Rédacteur en chef à The Nation

Conrad Martin – Directeur exécutif du Fonds pour le gouvernement constitutionnel et membre du conseil d’administration de la Fondation Stewart R. Mott

Kyle Pope — Rédacteur en chef et éditeur de Columbia Journalism Review

Jane Spencer — Rédactrice en chef adjointe et responsable de la stratégie chez Guardian US

Katrina vanden Heuvel — Editrice et directrice éditoriale de The Nation

L’équipe (je suppose que cela signifie du personnel rémunéré):

Mark Hertsgaard — co-fondateur et directeur exécutif

Judy Doctoroff — directrice générale

Karin Kamp — éditrice numérique

Mekdela Maskal — rédactrice en chef

Andrew McCormick — directeur adjoint

Symone Moore — coordonnatrice du projet

Lili Zay — coordonnatrice de la recherche et de l’engagement

Il y a plus d’informations sur chacun des éléments ci-dessus sur la page À propos de CCNow – en cliquant sur les noms, vous obtenez une fenêtre d’informations contextuelle.

L’essentiel :

Couvrir le climat maintenant semble être financé par le groupe habituel de fondations caritatives et d’organisations de presse de gauche et progressistes déjà engagées dans leurs propres campagnes de propagande liées au climat.

Alors que les efforts de CCNow sont une corruption répréhensible du journalisme, il ne semble pas y avoir de source de financement inhabituelle découvrable.


Conclusion

Il n’y a plus trop d’impartialité de la presse sur le sujet du climat.

Chaque jour on assiste à un florilège d’article plus extravagants et alarmistes les uns que les autres.

C’est l’urgence, et rien d’autre.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2022 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2022 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire