Mythes verts et dures réalités : le Sri Lanka comme avertissement

(Article du Mises Institute initialement publié dans Contrepoints du 12 Août 2022)

C’est le moment de rappeler pourquoi les politiques dites ESG (environnementales, sociales et de gouvernance) et plus généralement le mouvement de l’énergie verte sont des pertes de temps désespérées et destructrices.

La révolution verte éphémère de 2021 au Sri Lanka s’étant rapidement transformée en une véritable révolution un an plus tard, avec l’éviction du gouvernement incompétent et autoritaire de l’ancien président Gotabaya Rajapaksa la semaine dernière, c’est le moment de rappeler non seulement pourquoi cet effort a échoué, mais aussi pourquoi les politiques dites ESG (environnementales, sociales et de gouvernance) et plus généralement le mouvement de l’énergie verte sont des pertes de temps désespérées et destructrices.

Tout d’abord, confronté à des difficultés financières dues en grande partie à l’accumulation de prêts chinois pour des projets de valeur douteuse ou carrément inexistante, le gouvernement de Rajapaksa a brusquement informé sa société majoritairement agricole que ses agriculteurs ne seraient plus autorisés à utiliser les engrais, herbicides et pesticides pétrochimiques qui permettaient de nourrir des dizaines de millions de personnes. Contraint de se mettre à l’agriculture biologique, Rajapaksa, soudainement la coqueluche des écologistes occidentaux, a vu ses compatriotes sombrer rapidement dans la famine et la pauvreté. La chute de 20 % de la production de riz et de thé, les denrées de base du pays, a entraîné une inflation de plus de 50 % et fait que neuf familles sri-lankaises sur dix sautent des repas chaque jour.

Alors qu’aucune économie ou société ne pouvait s’attendre à gérer un tel décret perturbant l’approvisionnement alimentaire sans d’immenses souffrances, et encore moins un État pauvre et ravagé par la guerre civile comme le Sri Lanka, la vérité est que la vie moderne telle que nous la connaissons n’est tout simplement pas possible sans les combustibles fossiles et leurs sous-produits.

Avec les républicains du Congrès et les sénateurs démocrates comme Joe Manchin et Kyrsten Sinema, qui sont pratiquement les seuls à empêcher les États-Unis de poursuivre des politiques aussi malavisées, les faits concernant les insuffisances désespérantes des énergies vertes et des politiques liées à l’ESG doivent être clairement exposés.

Commençons par les aliments

Ils ne sont pas sans inconvénients, mais la vérité est que sans les engrais, herbicides et pesticides pétrochimiques, la production agricole mondiale s’effondrerait. Des milliards de personnes parmi les plus pauvres du monde risqueraient de mourir littéralement de faim, et tous les autres seraient confrontés à une flambée des prix. En ce qui concerne l’agriculture biologique, les travaux empiriques révèlent (sans surprise) que les exploitations biologiques utilisent plus de terres et d’énergie que leurs homologues non biologiques.

Donc, vous pouvez vous mettre au vert, ou vous pouvez vous mettre au bio : mais vous ne pouvez pas faire les deux.

Les véhicules électriques

Malheureusement, eux aussi sont un gâchis sans espoir qui a été érigé en une cause juste.

Il n’existe pas de batterie, ni à l’horizon, qui puisse alimenter les combinaisons industrielles indispensables à l’agriculture de masse. De plus, si l’on considère les métaux industriels nécessaires à la fabrication des batteries des véhicules électriques, du lithium à l’aluminium en passant par le cobalt, la production d’une seule Tesla est cinq fois plus gourmande en énergie que celle d’une voiture à essence. Cela signifie qu’il faudrait conduire une Tesla sur 80 000 km pour atteindre le seuil de rentabilité en termes d’émissions totales de carbone, en supposant que la recharge soit effectuée à l’aide d’énergies renouvelables, ce qui n’est évidemment pas le cas, le réseau électrique étant principalement alimenté au gaz naturel.

Et à moins que vous ne soyez prêt à adopter la nucléarisation massive, cela ne changera pas, car l’énergie éolienne et solaire est un substitut énergétique totalement inadéquat. En fait, il est difficile de rendre justice à l’insuffisance de ces substituts.

Outre les limites techniques des technologies de stockage et de transmission, le problème est plus fondamentalement géographique. Une grande partie du monde, c’est-à-dire la région où vit la majorité des gens, n’est tout simplement pas adaptée à l’énergie éolienne ou solaire. De la Chine à l’Afrique de l’Ouest, de l’Europe du Nord à l’Amérique du Sud, la topographie est tout simplement trop variée pour l’éolien à grande échelle, trop nuageuse pour le solaire, trop éloignée de l’équateur, trop densément peuplée, etc.

Nous n’avons même pas évoqué le travail des enfants et des esclaves utilisés pour extraire le cobalt dans des endroits comme la République démocratique du Congo et pour raffiner ou traiter le lithium en Chine. Nous n’avons pas non plus mentionné le fait que tous les gisements de lithium connus dans le monde ne contiennent pas assez de ce métal pour produire les batteries nécessaires à l’électrification fiable de l’Amérique du Nord pour le siècle à venir. Ou que les sous-produits du pétrole et du gaz naturel sont essentiels à la production de tout, des équipements médicaux aux plastiques, nylon, polyester, lubrifiants, crayons de couleur – et la liste est longue.

Indispensables combustibles fossiles

Le fait que la vie moderne soit totalement dépendante des combustibles fossiles émetteurs de carbone n’est pas une raison pour perdre la tête. Et même si le changement climatique causé par l’Homme est une quasi-certitude, ce n’est pas une raison pour céder aveuglément le pouvoir à de lointains technocrates qui promettent de tout régler si seulement on leur donne le pouvoir de s’engager dans leurs projets d’ingénierie sociale, douteux ou moralement scandaleux. Ce n’est pas non plus une raison pour engloutir de l’argent dans des fonds dits ESG, qui sont des impostures à peine voilées, présentant pratiquement les mêmes actions que la plupart des fonds indiciels généraux S&P, mais avec des frais nettement plus élevés.

La demande produit l’offre de manière fiable. Déjà, de nombreux entrepreneurs et sociétés mettent au point des dispositifs qui contribueront à atténuer, voire à inverser, les effets du changement climatique. Les choses pourraient empirer avant de s’améliorer. Je ne sais pas ce que l’avenir nous réserve, et personne d’autre ne le sait.

Respecter les limites de la connaissance et de la capacité humaine à maîtriser les choses est essentiel pour permettre le libre échange, fondement du capitalisme qui nous a tous rendus plus riches et mieux lotis que nous ne l’aurions été autrement. L’alternative ressemble au Sri Lanka.

Et personne, surtout pas les Sri Lankais, ne veut se retrouver dans cette situation.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

2 réponses

  1. L’article est de bon aloi, sauf que on retrouve des expressions scories du lavage de cerveau général:
    telles que
    “le changement climatique créé par l’homme, une quasi certitude”
    ou encore
    “inverser les effets du changement climatique”
    Ca tourne à l’obsession pathologique !!
    Le changement climatique n’est dû aux activités humaines que de façon très marginale. Et inversement l’homme ne peut rien pour inverser une tendance naturelle. La NASA a bien quelques idées, mais qui sont loin d’être au point (et qui ne reposent absolument pas sur les théologiques “émissions”).

  2. Je partage vos pertinentes remarques. Il faut absolument éviter de rentrer dans le moule, les schémas de pensée et le langage que l’on nous serine à longueur de journées .

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2022 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2022 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire