Peter Ridd : la propagande alarmiste déguisée en science

Le Bureau Of Meteorology (BOM) et le CSIRO (Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation) ont délivré leur dose biennale de dépression sur le climat, mais leur rapport ignore un grand nombre de changements environnementaux positifs.

Le climat s’est réchauffé de 1,5°C et il y a à peine un seul avantage – tout est un désastre.

On dit souvent que “si c’est trop beau pour être vrai, c’est probablement le cas” et que vous vous faites avoir. Qu’en est-il du “trop mauvais pour être vrai” ? Un climat en léger réchauffement peut-il ne présenter aucun avantage significatif ? La seule partie légèrement encourageante du rapport concerne le nord de l’Australie. Il se pourrait que le nombre de cyclones ait légèrement diminué et qu’il y ait eu un peu plus de pluie au cours des dernières décennies.

À part cela, le rapport se lit comme le livre de l’Exode – une catastrophe après l’autre. Seuls les grenouilles et les furoncles manquent à l’appel.

Mais il est significatif que la période où les Égyptiens construisaient les pyramides, qui était plus chaude que le climat actuel, soit souvent appelée l’Optimum Climatique de l’Holocène. Le mot “optimum” indique que les scientifiques travaillant à l’époque précédant l’alarmisme climatique pouvaient voir certains avantages à un climat plus chaud.

Un signe certain que le rapport s’efforce trop de trouver un désastre est lorsqu’il traite du blanchiment des coraux et de la Grande Barrière de Corail. Il souligne qu’il y a eu quatre épisodes de blanchiment au cours des six dernières années, qui, selon lui, ont été dévastateurs. Mais pour une raison quelconque, le rapport omet de mentionner que cette année, le récif a enregistré la plus grande quantité de corail depuis le début des enregistrements en 1985.

Cela prouve que tout le battage médiatique autour de la perte de corail due au blanchiment était grandement exagéré. Mais les auteurs du rapport n’ont manifestement pas été troublés par ces preuves contradictoires. Ils les ont ignorées.

Et ils ignorent également le fait que les coraux se développent environ 15 % plus vite pour chaque degré d’augmentation de la température, et que presque tous les coraux du récif vivent également dans des eaux beaucoup plus chaudes près de l’équateur. Nous devrions nous attendre à un meilleur corail, et il devrait s’étendre plus au sud. Ce n’est pas si mal, n’est-ce pas ?

Pourquoi le rapport ne mentionne-t-il pas que le CO2 supplémentaire dans l’atmosphère améliore l’efficacité de l’utilisation de l’eau par les plantes des zones arides, qui occupent la majeure partie de l’Australie, et que cela a permis aux plantes de prospérer ? Selon les satellites de la NASA, on observe un “verdissement” de l’Australie d’au moins 10 %. Globalement, le monde a vu la superficie des feuilles vertes s’étendre de l’équivalent de deux fois la superficie des États-Unis en seulement 35 ans.

Dans un climat en mutation, il y aura des gagnants et des perdants, et il se peut que l’effet net soit un problème majeur. Mais si les auteurs du rapport ne mentionnent même pas les aspects positifs, comment pouvons-nous avoir confiance dans leurs conclusions ?

Le dernier rapport devrait tirer la sonnette d’alarme – mais pas seulement sur le climat. S’agit-il d’un excellent outil de propagande ou d’une déclaration scientifique ?

Nous devrions tous nous inquiéter de savoir si la pensée de groupe s’est emparée du BOM et du CSIRO.

Nous devrions nous inquiéter lorsque le BOM déclare avoir récemment ajusté tous les relevés de température, réduisant les températures d’il y a un siècle de près d’un degré. Pouvons-nous être sûrs qu’ils ont fait cela avec une bonne raison scientifique ?

Et nous devrions nous inquiéter des affirmations du BOM selon lesquelles les saisons des incendies sont maintenant bien pires qu’en 1950. Pourquoi toutes les informations sur les grands feux de brousse d’avant 1950 – comme le feu de brousse dévastateur de 1851 au Victoria et les feux de 1939 – sont-elles ignorées ? Ce n’est pas comme s’il n’y avait pas de données avant 1950.

Ont-ils ignoré ces données pour une bonne raison ? Est-ce que cela ressemble aux statistiques américaines sur les incendies, qui sont souvent présentées par les autorités comme ayant connu une augmentation importante de la superficie brûlée depuis le début des années 60, mais qui omettent de mentionner qu’il y avait presque 10 fois plus de superficie brûlée pendant la période du “dust-bowl” dans les années 30 ?

Au cours des prochaines décennies, les gouvernements australiens prévoient de dépenser des centaines de milliards pour tenter de prévenir le changement climatique. Avant de faire cela, nous pourrions peut-être dépenser quelques millions pour faire un audit des rapports du BOM et du CSIRO.

Nous découvririons peut-être que l’adaptation à un climat changeant est de loin la meilleure façon de procéder. Nous pourrions même découvrir qu’une partie de ce que l’on nous a dit est fausse.

Pourquoi les partis conservateurs ne s’engagent-ils pas à réaliser un audit ? Qui s’opposerait à une vérification des données scientifiques, alors que les statistiques sur la Grande Barrière de Corail prouvent que les scientifiques se sont lourdement trompés ?

Et le dernier rapport est un signe certain que le BOM et le CSIRO dérivent vers le plaidoyer politique plutôt que vers la science, l’observation et la prédiction objective.

Peter Ridd est un spécialiste australien des coraux, et en particulier de la Grande Barrière de Corail, qui connaît actuellement un développement spectaculaire.

Voir aussi Peter Ridd: The good news on coral reefs (pdf)

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2022 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2022 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire