L’Allemagne ne votera pas l’interdiction des voitures à moteur thermique en 2035

(Richard Hanlet dans BV du 6/3/23)

Il y a six mois, dans les flonflons et la chaleur communicative des pince-fesses eurocratiques, les États membres et le Parlement européen avaient trouvé un beau sujet d’accord : l’interdiction des ventes de voitures à moteur thermique en 2035. Et, donc, à partir de cette date, les industriels étaient sommés de ne plus fabriquer que des véhicules électriques.

C’était de la même inspiration que la loi Climat et Résilience de 2021 – française mais déclinée partout – qui imposait à toutes les agglomérations de plus de 150.000 habitants la mise en place, au 31 décembre 2024, de ZFE (zones à faibles émissions).

Sonnez hautbois, résonnez musettes, tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des monde écologique !

Mais, après l’ivresse, c’est le retour aux dures réalités et, déjà, plusieurs municipalités perçoivent le tic-tac de la bombe sociale qui se profile : l’interdiction, pour les pauvres des périphéries – un tiers du parc automobile et trois sur quatre en Seine-Saint-Denis -, d’imposer la vue de leurs haillons aux habitants des grandes villes. Alors la loi, d’accord, mais hâtons-nous lentement…

Mieux encore, voici qu’au moment de traduire dans les textes bruxellois le mirifique accord d’octobre, l’ renâcle. Elle n’est pas la seule, mais sans le poids de ses 83 millions d’habitants, impossible d’atteindre les 65 % de la population de l’Union européenne nécessaires à l’adoption !

Officiellement, elle voudrait qu’on étudie plus à fond comment les carburants synthétiques pourraient être utilisés dans les moteurs à combustion après 2035. Cette sorte de fioul de synthèse serait produit à partir de CO2, en provenance des activités industrielles et grâce à de l’électricité bas carbone. Un peu comme si on fabriquait du caramel pour en extraire le sucre, mais… grâce à une énergie propre. C’est génial, le progrès !

Mieux même : Berlin voudrait au préalable qu’on avance sur une législation sur les « infrastructures pour carburants alternatifs ». On n’a déjà pas assez de bornes de recharge électrique… Il faudrait, en plus, installer partout des pompes pour son ersatz de pétrole.

En réalité, l’, soumise depuis des décennies à ses écolos qui lui ont fait faire à peu près toutes les bêtises imaginables en matière d’énergie (la liste serait trop longue), a quand même réalisé un miracle : faire diminuer par la France l’avantage comparatif que lui donnait son énergie électrique nucléaire propre et peu chère en la forçant à la rationner et à la vendre aux autres à vil prix, et même à racheter leurs surplus au prix fort. Une performance que Paris a docilement accomplie, tandis que l’ devenait un des pays les plus polluants d’Europe.

Mais les Teutons semblent s’être soudain souvenus que leur industrie automobile nationale, basée sur le moteur thermique, faisait vivre plus ou moins directement environ 14 % de la population. Que l’électrification rapide du parc automobile européen ouvrait un boulevard à une Chine qui a au moins une décennie d’avance sur le sujet. Et que jamais un kilo de batterie ne contiendra autant d’énergie stockable qu’un litre de pétrole (10 kWh, soit 100 jours de travail de force d’un humain.) Raison pour laquelle, malgré un Green New Deal qui subventionne beaucoup de petits et de gros malins, on se servira du pistolet à essence probablement jusqu’à la dernière goutte.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

3 réponses

  1. Ah ! Ce fameux carburant de synthèse développé par Porsche ? … mais que seuls les heureux possesseurs de Porsche auront les moyens de se payer … car il ne va être donné, ce carburant !

  2. D’ici 2035 le monde va changer et les voitures thermiques ( et les camions ?) rouleront toujours au diesel , sauf les petites chinoises qui remplaceront les vélos électriques; et en 1934 la vente des voitures thermiques va exploser ; du pétrole , il en reste pour 30 / 40 ans et si l’on n’interdit pas à TOTAL energie de continuer les recherches en Ouganda et ailleurs on pourra prolonger ; et si l’on pourra fracturer dans des zones non habitées encore plus
    L’essentiel , c’est de laisser au monde le temps de s’adapter et pas le casser avant sa réaction

  3. Les carburants synthétiques ne sont ni une utopie ni un prétexte. Ils existent! de par le monde plusieurs installations opérationnelles fonctionnent, on en connait le prix, on connait plusieurs solutions de production.
    L’ADEME le sait et possède toute les connaissances scientifiques pour le faire. Il faut du CO2 (Il parait que certains pensent qu’on en a trop) récupérables de façon circulaire dans l’atmosphère, de l’hydrogène produit à partir de l’énergie nucléaire (Les électrolyseurs n’aimant pas les fonctionnements discontinus l’éolien ne peut pas encore être utilisé) et de l’énergie. Il n’y a pas de problèmes techniques seule la volonté d’empêcher les transports individuels et de gêner les citoyens expliquent les réticences à aller dans ce sens.
    PS: Les accusations contre le CO2 sont non scientifiques et propagées par ceux qui n’ont pas regardé la question de près!

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire