Selon un sondage, 7 français sur 10 refusent que leur pays s’endette pour financer la transition écologique

Jeudi dernier, un sondage fort instructif a été publié par Elabe pour Les Echos et l’Institut Montaigne sur le rapport des Français à leur dette publique et plus généralement à la situation économique nationale.

L’immense majorité de nos compatriotes (79 %) demeurent inquiets sur l’état de l’économie de leur pays et 71 % sur son niveau de dette publique : un chiffre à peine moins important (67 %) s’agissant de leur propre situation financière. Le mois dernier Fitch avait dégradé la notation de la dette souveraine française mais la sentence de Standard and Poor’s, qui nous a finalement épargnés, a été accueillie avec un grand ouf de soulagement. .

C’est dans ce contexte que 76 % des habitants de l’Hexagone jugent urgent de réduire le niveau de l’endettement public, même si la piste de la diminution de la dépense publique n’est une solution privilégiée que par 52 % d’entre eux – toutefois loin devant les hausses d’impôts pour les entreprises (22 %) et les particuliers (5 %), charité bien ordonnée commençant par soi-même.

Cruel camouflet pour le rapport Pisani-Ferry, remis récemment à Matignon, 70 % des sondés refusent de s’endetter davantage pour financer la transition écologique, et ce chez toutes les catégories de population excepté chez les électeurs d’extrême gauche.

Même si, pour le moment, Bruno Le Maire a écarté l’option du financement des investissements de développement durable par l’emprunt, il est à craindre que cette solution jetée par la porte revienne, à l’avenir, par la fenêtre. Elle est, en tout état de cause, massivement rejetée par les Français qui ne voient pas non plus d’un bon œil l’augmentation de la pression fiscale et l’incapacité chronique des gouvernants à régler la lancinante question du déficit.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

2 réponses

  1. N’en déplaise à Monsieur Jancovici, ceux qui refusent ces programmes ont raison même si, selon lui, c’est pour de mauvaises raisons.
    Il est facile de lister de vraies bonnes raisons scientifiquement argumentés et, selon moi, ceux qui s’activent pour de mauvaises raisons sont ceux qui prétendent le contraire.

  2. Un autre sondage, américain celui-là, publié début avril par l’EPIC de Chicago nous dit qu’une petite majorité des américains ne croit pas que les activités humaines soient la cause du réchauffement climatique. Autrement dit, le matraquage climatomédiatique catastrophiste incessant, souvent grossier et confinant à de la propagande, de la giécocarboécolosphère ne prend pas dans l’opinion.
    Il est probable que les publics européens soient à peu près dans le même esprit, mais un sondage dans le même sens aurait, peut-être, le mérite de calmer l’arrogance des écologistes et de faire prendre conscience aux décideurs politiques suivistes qu’ils font fausse route.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire