Selon nos confrères anglais, une intéressante tendance se fait jour

26 septembre 2023

1) Suivant l’exemple de Sunak, le gouvernement allemand suspend le renforcement des règles d’efficacité des bâtiments
Clean Energy Wire, 25 septembre 2023

2) Macron exclut l’interdiction des chaudières à gaz et attaque « l’alarmisme climatique »
The Daily Telegraph, 25 septembre 2023

3) L’interdiction européenne sur les chaudières à gaz est sur le point d’être abandonnée alors que l’Europe est frappée par une série de rébellions
GB News, 25 septembre 2023  

4) Sunak abandonne discrètement une autre référence énergétique au cours du week-end
Landlord Today, 25 septembre 2023

5) Le revirement net zéro de Sunak justifié par un nouveau rebond des sondages
Daily Express, 25 septembre 2023

6) Les gestionnaires de fonds verts sont « complètement en état de choc » après le recul du net zéro par Sunak
Bloomberg, 25 septembre 2023 

7) Méga-arnaque verte : la majorité des projets de compensation carbone dans le monde sont « probablement indésirables »
Power Technology, 22 septembre 2023

8) Andrew Montford : Les doigts pointés sur l’échec de Net Zero
Net Zero Watch, 26 septembre 2023 

9) Critique de livre : Green Breakdown : The Coming Renewable Energy Failure
Net Zero Watch, 25 septembre 2023

10) Et enfin :  Une « voiture électrique » explose dans l’allée et met le feu à la maison familiale du Merseyside après des « dysfonctionnements de batterie »
Daily Mail, 25 septembre 2023


1) Suivant l’exemple de Sunak, l’allemand le gouvernement suspend le renforcement des règles d’efficacité des bâtiments
Clean Energy Wire, 25 septembre 2023

Face à la crise du secteur de la construction et à la pénurie de logements, le gouvernement allemand a décidé de suspendre le durcissement des nouvelles règles d’efficacité des bâtiments initialement prévues pour 2025. Les militants pour le climat ont qualifié cet accord de « coup fatal pour la protection du climat dans le secteur du bâtiment ». » qui est déjà à la traîne dans les efforts de réduction des émissions du pays.  

Le gouvernement allemand a accepté de suspendre l’introduction prévue de normes plus strictes en matière d’efficacité des bâtiments afin de stimuler la construction de logements abordables. Peu avant un « sommet sur le logement » à la chancellerie d’Olaf Scholz, le ministre de l’Economie verte et du Climat, Robert Habeck,  a déclaré que la nouvelle loi sur le chauffage  du pays  a déjà assuré que les nouveaux bâtiments seront équipés d’un chauffage respectueux du climat à partir de 2024. «C’est pourquoi je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’introduire rapidement la nouvelle norme maintenant», a-t-il ajouté.

La norme « EH 40 » prévue devait stipuler que les nouveaux bâtiments n’utilisent que 40 pour cent de l’énergie primaire nécessaire à un bâtiment de référence. «Cela peut attendre, et cela n’a pas beaucoup de sens avant la directive européenne sur les bâtiments. Je n’attends donc plus cette nouvelle norme au cours de la législature actuelle.» Habeck a déclaré qu’il serait désormais plus important de veiller à ce que les matériaux de construction soient aussi respectueux du climat que possible.

Les ONG climatiques ont déclaré que la décision du gouvernement rendait encore plus hors de portée les objectifs nationaux en matière de climat. « Un coup fatal pour la protection du climat dans le secteur du bâtiment »,  a commenté Constantin Zerger, responsable de l’énergie et de la protection du climat chez Climate Action Germany ( DUH ). Il a ajouté que les accords gouvernementaux « tournaient en dérision » les générations futures.

Article complet

2) Macron exclut l’interdiction des chaudières à gaz et dénonce « l’alarmisme climatique »
The Daily Telegraph, 25 septembre 2023

Emmanuel Macron a exclu l’interdiction des chaudières à gaz et a critiqué l’alarmisme climatique alors qu’il devait présenter lundi ses plans pour atteindre ses objectifs d’émissions. sans punir les Français.

“Je suis convaincu que nous avons une voie qui est celle de l’écologie à la française”, a déclaré dimanche le président français lors d’une interview télévisée en soirée dans laquelle il a défendu ce qu’il a appelé “une écologie fondée sur le progrès”, “qui est ni le déni », « ni le remède qui consiste à dire : ‘Ce sera un massacre’ ».

Son engagement en faveur d’une transition verte sans douleur et du côté de l’offre est intervenu quelques jours après que Rishi Sunak, le Premier ministre, a annoncé qu’il retarderait de cinq ans l’interdiction des nouvelles voitures à essence et diesel qui devait entrer en vigueur en 2030, édulcorant ainsi la situation  . des objectifs climatiques  qui, selon lui, imposaient des « coûts inacceptables » aux gens ordinaires.

M. Sunak a également retardé la transition vers l’abandon des chaudières à gaz fixées dans les objectifs Net Zero de la Grande-Bretagne.

Dans une longue interview, M. Macron a déclaré que la France mettrait fin à toute utilisation du charbon en 2027, mais n’a donné aucune date pour l’abandon des combustibles fossiles et a exclu d’interdire les chaudières à gaz dans les bâtiments résidentiels.

Article complet

3) L’interdiction européenne sur les chaudières à gaz est sur le point d’être abandonnée alors que l’Europe est frappée par une série de rébellions
GB News, 25 septembre 2023

La perspective d’une interdiction a déclenché la fureur des pays d’Europe

L’Europe est confrontée à une bataille sur les chaudières à gaz avec un l’interdiction de cet article menace de provoquer des rébellions majeures.

L’UE envisage d’interdire la vente de chaudières autonomes alimentées aux combustibles fossiles à partir de 2029. Mais la perspective d’une interdiction a déclenché la fureur des pays européens.

Parallèlement, les décisions de revenir sur des politiques soucieuses du climat déclenchent également des réactions négatives.

Si l’interdiction des chaudières à gaz est considérée comme une mesure qui pourrait contribuer de manière significative à atteindre les objectifs en matière de changement climatique, elle est également politiquement risquée car elle pourrait avoir pour effet de faire pencher les électeurs modérés vers la droite.

L’Allemagne a été contrainte de renoncer à son soutien au plan à la suite de luttes intestines massives au sein du gouvernement et des protestations de l’opinion publique.

Cette réaction négative a coïncidé avec un regain de popularité du parti d’extrême droite AfD.

Plus tôt ce mois-ci, le ministre allemand des Finances, Christian Lindner, a déclaré à Politico que des règles plus strictes en matière d’efficacité énergétique pour les bâtiments pourraient alimenter la montée de l’extrême droite, dans un contexte d’apathie croissante à travers l’Europe à l’égard des projets visant à atteindre le zéro net.

De son côté, l’économiste Jean Pisani-Ferr explique :

« En Allemagne, nous avons voulu procéder à une interdiction sans prévoir de moyens budgétaires.  Alors les gens se sont révoltés. Nous ne pouvons pas mettre les gens devant une équation sans solution. »

Le président français Emmanuel Macron a exclu dimanche une interdiction des chaudières à gaz.

Et vendredi, des manifestants en Suède sont descendus dans la rue après que le gouvernement a officiellement abandonné ses objectifs climatiques pour 2030 et a décidé de nouveaux réductions d’impôts sur les combustibles fossiles.

La rébellion sur les politiques climatiques a coïncidé avec la décision du Premier ministre Rishi Sunak d’édulcorer l’approche du Royaume-Uni pour atteindre le zéro net.

Histoire complète

4) Sunak abandonne discrètement un autre objectif énergétique au cours du week-end
. Landlord Today, 25 septembre 2023

Le groupe de travail du gouvernement sur l’efficacité énergétique a été discrètement dissous au cours du week-end, selon la BBC.

Le groupe de travail a été créé en mars pour accélérer l’isolation des maisons et la modernisation des chaudières et était présidé par l’ancienne directrice générale de NatWest, Alison Rose.

Le ministre de l’Efficacité énergétique, Lord Callanan, a écrit vendredi aux membres du groupe pour leur annoncer que le groupe serait dissous. Dans la lettre vue par la BBC, Callanan affirme que le travail du groupe serait « rationalisé » dans le cadre des activités gouvernementales en cours.

Le ministre écrit que les idées et les discussions issues du groupe ont été « extrêmement précieuses pour soutenir l’ambition de réduire la demande totale d’énergie du Royaume-Uni de 15 % par rapport aux niveaux de 2021 d’ici 2030 ».

Il ajoute que le travail accompli jusqu’à présent n’a pas été « vain » et que « les projets de recommandations contribueront à faire avancer cet important programme ».

Article complet

5) Le revirement de Sunak en matière de zéro net confirmé par un nouveau rebond des sondages
Daily Express, 25 septembre 2023

La grande annonce de Rishi Sunak en matière de zéro net la semaine dernière a été chaleureusement accueillie par les électeurs, suggère un nouveau sondage cet après-midi.

Deltapoll a interrogé les gens du 22 au 25 et a constaté un basculement de quatre points du parti travailliste vers les conservateurs par rapport à leur dernier sondage d’il y a 10 jours.

Les travaillistes sont en baisse de trois points, le parti de M. Sunak en hausse de cinq points.

Même si les travaillistes devancent toujours les conservateurs de 16 points, il s’agit d’un changement significatif en peu de temps.

Le sondage a porté sur 1 507 adultes de Grande-Bretagne et a révélé que Keir Starmer et Rishi Sunak avaient perdu un point de pourcentage dans leur taux d’approbation personnel respectif.

La période entre les chiffres de Deltapoll d’aujourd’hui et leur dernier sondage d’il y a dix jours a couvert un certain nombre de développements importants, notamment le grand discours Net Zero de M. Sunak et le fait que Sir Keir Starmer a été critiqué pour sa nouvelle politique migratoire et ses commentaires sur le Brexit.

Les députés conservateurs ont salué le sondage, déclarant à l’Express qu’il montre que « des approches politiques raisonnables, pragmatiques et conservatrices nous permettront de reconquérir les électeurs dont nous avons besoin pour réussir aux prochaines élections générales ».

Le conservateur du mur rouge, Brendan Clarke-Smith, a déclaré que l’annonce de M. Sunak la semaine dernière avait été « incroyablement bien accueillie » par ses électeurs qui s’inquiétaient du coût du Net Zero.

Il a ajouté :

« Keir Starmer a déjà démontré qu’il ne pouvait pas résister à un examen minutieux avec sa volte-face en matière de politique d’immigration et ceci est encore un autre excellent exemple ».

Article complet

6) Les gestionnaires de fonds verts sont « complètement en état de choc » après le recul du net zéro par Sunak
Bloomberg, 25 septembre 2023

Certains des plus grands investisseurs verts au monde expriment leur consternation et leur perplexité alors qu’ils ont du mal à digérer l’intention déclarée du gouvernement britannique de revenir sur ses principaux engagements climatiques.

“Cela a été un choc complet”, a déclaré Ian Simm, fondateur et directeur général d’Impax Asset Management Group Plc, basé à Londres, un investisseur de fonds à faible émission de carbone supervisant près de 50 milliards de dollars d’actifs. La politique officielle de la Grande-Bretagne représente désormais « un risque pour quiconque envisage un investissement au Royaume-Uni qui dépend de la politique du gouvernement », a-t-il déclaré.

Les objectifs climatiques édulcorés annoncés la semaine dernière par le Premier ministre Rishi Sunak retarderaient l’adoption des véhicules électriques et le déploiement du chauffage propre dans les foyers britanniques. Il s’agit du dernier d’une série d’ajustements politiques similaires qui incluent l’expansion de la production pétrolière et gazière en mer du Nord.

Le résultat est que le Royaume-Uni, qui a déclaré il y a quelques années à peine son objectif de devenir un leader mondial dans tout ce qui est vert, compromet désormais activement ses chances d’atteindre zéro émission nette d’ici le milieu du siècle.

Pour Impax, ce qu’il faut retenir, c’est qu’il y aura désormais « moins de développeurs de projets dans les espaces verts », ce qui signifie « moins de flux de transactions pour nous », a déclaré Simm dans une interview.

Article complet

7) Méga-arnaque verte : la majorité des projets de compensation carbone dans le monde sont « probablement indésirables »
Power Technology, 22 septembre 2023

Une analyse a révélé que 39, soit 78 %, des 50 projets environnementaux ont été classés comme « probablement indésirables ou sans valeur » en raison à une ou plusieurs « défaillances fondamentales ».

Selon une enquête conjointe de le Guardian et l’organisme de surveillance du climat à but non lucratif Corporate Accountability.

L’  enquête a analysé  les 50 principaux projets de compensation des émissions, sélectionnés parce qu’ils ont vendu le plus de crédits carbone au sein du VCM mondial, et a révélé que la plupart d’entre eux exagèrent les avantages climatiques et sous-estiment les dommages potentiels causés par l’activité du projet.

Les projets les plus populaires commercialisés à l’échelle mondiale comprennent des projets forestiers, des barrages hydroélectriques, des parcs solaires et éoliens, des projets d’élimination des déchets et des appareils électroménagers plus écologiques dans 20 pays, dont la plupart ont des économies en développement. Les données proviennent d’  Allied Offsets,  la base de données d’échange de droits d’émission la plus grande et la plus complète au monde, qui regroupe les informations sur les projets négociés au sein du VCM depuis leur création.

L’analyse a révélé que 39, soit 78 %, des 50 projets ont été classés comme « probablement indésirables ou sans valeur » en raison d’un ou plusieurs « échecs fondamentaux » qui sapent son prétendu pouvoir de compensation des émissions.

Huit autres, soit 16%, semblent « problématiques ». Il existe des preuves suggérant qu’ils pourraient présenter au moins un défaut fondamental et pourraient donc être « indésirables ».

Article complet

 8) Andrew Montford : des doigts pointés sur l’échec du programme Net Zero
Net Zero Watch, 26 septembre 2023 


Un ancien membre éminent de la commission sur le changement climatique accuse les députés de l’échec des plans Net Zero.

En 2020, l’économiste Paul Johnson, membre du Comité sur le changement climatique (CCC), a déclaré que le coût global pour atteindre le zéro net devrait être « plus que gérable », et en fait, avec un vent technologique juste, pourrait être « remarquablement bas ». (1) Des dizaines de milliards de livres sterling par an suffiraient, a-t-il affirmé, conformément au rapport Net Zero 2019 du CCC, qui suggérait un chiffre de 50 milliards de livres sterling par an, soit peut-être 1500 milliards de livres sterling au total.

Cette transformation facile allait être rendue possible par la technologie, a expliqué M. Johnson :

“Il semble probable que les voitures électriques s’avéreront globalement moins chères à l’achat et à l’entretien que les voitures à essence. Le coût de l’énergie éolienne et solaire a chuté à un rythme extraordinaire.”

Trois ans plus tard, l’optimisme de M. Johnson quant à la facture à payer semble quelque peu ridicule. Sa croyance dans la chute des coûts des énergies renouvelables – crédule même à l’époque – a été réfutée chaque année, avant et depuis, par les informations contenues dans les comptes financiers des parcs éoliens (2) et maintenant aussi par l’échec récent des enchères pour les énergies renouvelables. Les véhicules électriques restent des milliers d’euros plus chers que leurs équivalents essence et diesel (3) et ils sont en outre plus chers à assurer. (4) Très peu de personnes semblent en vouloir, et encore moins semblent intéressées par les pompes à chaleur, ce qui n’est peut-être pas surprenant puisqu’elles semblent ne générer que des factures d’énergie plus élevées. (5)

Sentant peut-être un changement dans le vent, M. Johnson semble avoir récemment changé d’avis. Dans un article du Times de lundi (6), il a déclaré que nous avons « des objectifs sans stratégies et sans politiques cohérentes » pour atteindre le zéro net. Et en effet, il existe un « brouillard d’incertitude sur la manière dont nous envisageons réellement de décarboner le chauffage domestique, d’augmenter encore massivement la production et la distribution d’électricité sans carbone, de révolutionner l’agriculture et tout le reste ».

Net Zero n’est donc pas si « gérable » après tout ?

Et maintenant, il semble que, plutôt que d’être « plutôt faible », le Net Zero sera en réalité « coûteux ». En effet, nous prévient-on, les investissements requis « ne se chiffrent pas en milliards, mais en centaines de milliards » – « d’énormes sommes d’argent », prévient-il. Cette augmentation spectaculaire des coûts suggère plutôt que son estimation antérieure, datant de trois ans seulement, était erronée de plusieurs milliards de livres. Pourtant, comme l’a observé Niels Bohr,

« la prévision est difficile, surtout en ce qui concerne l’avenir ».

Curieusement, M. Johnson semble vouloir blâmer les députés pour l’échec du plan Net Zero. Il y a eu, dit-il, « un consensus facile » et un « manque de contrôle parlementaire sérieux ». Il faut admettre que l’audace est impressionnante. Après tout, M. Johnson était membre du Comité sur le changement climatique lorsqu’il a élaboré le plan Net Zero. Il nous a dit que c’était « gérable », vous vous souvenez ? Ainsi, même si rares sont ceux qui diraient que le contrôle parlementaire du processus Net Zero a été inexistant – honteusement –, le fait que les membres du CCC tentent de rejeter la faute de cette manière semble un peu pointer du doigt l’enseignant pour vos pauvres. devoirs.

Article complet

9) Critique du livre : Green Breakdown : The Coming Renewable Energy Failure
Net Zero Watch, 25 septembre 2023

Green Breakdown: The Coming Renewable Energy Failure’ de Steve Goreham,  New Lenox Books (IL, USA), 2023.

Une critique de Michael J Kelly FRS FREng

C’est tout simplement le meilleur livre que j’ai lu sur l’ensemble spécifique actuel des problèmes mondiaux autour atténuation du changement climatique et politique énergétique. C’est tout simplement un incontournable que tout le monde doit lire, et en particulier pour ceux qui défendent l’agenda vert. À mon avis, ces derniers ont maintenant le temps de se repentir de leurs péchés et d’échapper aux pires représailles qui surviendront inévitablement lorsque les choses tournent mal.

À ce jour, plus de 15 000 milliards de dollars ont été gaspillés dans les efforts visant à passer à des processus sans carbone, avec peu de gains en termes de performance, de fiabilité ou de réduction de la pollution réelle du système énergétique.

Les premiers chapitres de ce livre résument les gains réalisés pour l’humanité grâce à l’abondance d’énergie bon marché au cours des deux cents dernières années, les problèmes posés par le prétendu changement climatique futur, conduisant à la guerre actuelle contre les hydrocarbures et au nirvana du 100 % renouvelable. Les chapitres suivants commencent à aborder les immenses problèmes associés à l’énergie domestique (je préfère de loin cuisiner au gaz qu’à l’électricité), aux véhicules électriques en hiver et dans les climats froids, et à notre dépendance à l’égard du transport maritime et de l’aviation pour bon nombre de nos éléments essentiels dans la vie. 

L’industrie lourde mondiale ne peut tout simplement pas survivre grâce aux énergies renouvelables ou/et à l’hydrogène.

Jusqu’à présent, le livre suit une histoire familière, mais il présente deux avantages majeurs par rapport à la concurrence : (i) la meilleure collection jamais réalisée de données concrètes et de tendances pertinentes sur tous les sujets et (ii) des encarts véritablement comiques tirés des médias, tels que comme le rapport à la dernière page de Fox News selon lequel un essai du New York Times dit :

« Vous devriez vous associer avec des personnes de petite taille pour sauver la planète » !

La partie la plus distinctive du livre sont les deux derniers chapitres, intitulés de manière inquiétante « La crise énergétique et les germes de l’échec » et « La rupture verte et l’avenir ». Le premier contient une analyse détaillée de la crise énergétique mondiale de 2022, provoquée par des phénomènes météorologiques extrêmes généralisés et grandement exacerbée par les conséquences de l’attaque russe contre l’Ukraine. L’Europe a survécu à cette crise avec une très faible marge. Un encadré intitulé « La destruction de l’industrie européenne » montre les effets en cascade par lesquels le faible niveau du Danube a empêché les barges à charbon de réapprovisionner les centrales électriques au charbon, et le délestage forcé d’industries vitales qui en a résulté.

Revue complète

10) Et enfin :  une « voiture électrique » explose dans une allée et met le feu à la maison familiale du Merseyside après des « dysfonctionnements de batterie »
Daily Mail, 25 septembre 2023

Une maison familiale a pris feu après que leur « voiture électrique » aurait explosé alors qu’elle se trouvait dans leur allée.

Les services d’incendie et de secours du Merseyside se sont précipités dans une maison familiale à Bromborough, Wirral vers 22 heures samedi soir après avoir reçu des informations selon lesquelles une voiture était en feu. L’incendie a été éteint en seulement dix minutes.

Le Liverpool Echo a rapporté que la façade de la maison familiale à deux étages avait été noircie par l’incendie et que le garage avait également pris feu auparavant.

Un homme a déclaré à Echo qu’après avoir parlé aux propriétaires de la voiture ce matin, ils pensaient que la cause de l’incendie était une « batterie de voiture électrique défectueuse », bien que cela n’ait pas été officiellement confirmé par les pompiers.

Il a déclaré :

” J’étais au lit et j’ai entendu ce bruit sec. On aurait dit un feu d’artifice. Je suis sorti avec ma mère et il y avait des lumières vives avec une voiture en feu au-dessus de la route. Le propriétaire était dans la maison lorsque cela s’est produit, mais il est sorti. Elle m’a dit ce matin que la voiture n’avait qu’un mois, qu’elle avait parcouru mille kilomètres au compteur et que la batterie de la voiture était en panne.”

istoire complète

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Une réponse

  1. Il faudra aussi revenir sur l’interdiction des chaudières fioul puisque le CO2 n’a pas de conséquences climatiques, c’est tout les programmes de lutte contre le réchauffement climatique qu’il faut supprimer!

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire