L’Espagne doit démanteler 7500 éoliennes, soit 36% de toutes les éoliennes existantes

L’usure du temps ronge les éoliennes. Selon les prévisions de l’association espagnole de l’énergie éolienne, plus d’un tiers de toutes les éoliennes en fonctionnement sont sur le point de disparaître. Cela entraîne des problèmes.

Les éoliennes ne durent pas éternellement. Après 20 à 25 ans, les exploitants les démontent généralement parce qu’elles sont obsolètes. C’est exactement ce qui va se passer prochainement avec quelque 7500 turbines en Espagne.

Car en plus de l’abondance de soleil, il y a aussi beaucoup de vent dans ce pays du sud de l’Europe, raison pour laquelle le gouvernement a soutenu très tôt le développement des énergies « renouvelables ». En 1997, la « loi du secteur de l’électricité » est entrée en vigueur, créant de nouvelles conditions pour le secteur de l’électricité. Depuis lors, la puissance fournie a rapidement augmenté selon le portail d’information espagnol sur l’énergie éolienne « REVE« .

Ainsi, en 2022, l’Espagne comptait environ 21.000 éoliennes, comme l’a rapporté le journal suisse NZZ. Mais aujourd’hui, l’association espagnole de l’énergie éolienne AEE prévoit qu’environ 36% de toutes les éoliennes existantes en Espagne devront être mises hors service dans les cinq prochaines années en raison de leur âge. C’est ce que rapporte la chaîne d’information publique polonaise TVP.

Selon ce rapport, environ 7.500 éoliennes et un total de plus de 21.000 sont sur le point d’être démontées. Elles doivent ensuite être évacuées et retraitées, ce qui constitue un défi logistique de taille. Selon l’association professionnelle, une éolienne sur trois en Espagne a été mise en service avant 2005.

Le recyclage pose problème pour 15% de l’installation

Une grande partie des matériaux comme l’acier, le cuivre, l’électronique et les générateurs peuvent être réutilisés sans problème. Le problème du recyclage réside dans les pales renforcées de fibres de verre, qui représentent environ 15% de l’ensemble de l’installation. Seules quelques décharges les acceptent.

Les matériaux composites artificiels renforcés de fibres, comme la fibre de verre, sont difficiles à recycler parce qu’ils sont constitués d’une combinaison de matériaux qui ne peuvent pas être facilement séparés. Contrairement aux matériaux thermoplastiques (comme les bouteilles en plastique), qui peuvent être fondus et réutilisés, les matériaux composites sont souvent constitués de matières thermodurcissables qui ne peuvent pas être fondues. C’est pourquoi, selon la Haute école spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse, leur recyclage nécessite des procédés spéciaux comme la pyrolyse ou la solvolyse. Ce n’est qu’alors que les matériaux peuvent être séparés et recyclés – en théorie.

Dans la pratique, aucune de ces méthodes n’a encore donné les résultats escomptés. Au contraire, des problèmes supplémentaires liés aux matériaux et à l’énergie sont apparus, rendant le recyclage économiquement quasi impossible. Il n’existe donc à ce jour aucun procédé de recyclage des pales de rotor à l’échelle industrielle.

Selon le portail « BaustoffWissen », une pale de rotor de 40 mètres de long est composée de 24 tonnes de plastique renforcé de fibres de verre, de 1,3 tonne de bois de balsa et de 0,5 tonne de métal.

L’Espagne prévoit de remplacer les anciennes éoliennes par des turbines plus modernes et plus performantes, mais les détails précis sur l’ampleur du renouvellement sont encore inconnus, comme l’informe « Kettner Edelmetalle« . Le problème du recyclage ne se limite toutefois pas à l’Espagne, mais existe dans le monde entier.

Malgré la croissance, des milliards de pertes

La construction de nouvelles éoliennes a au moins un aspect positif : l’Espagne espère la création de plus de 7.000 nouveaux emplois dans les années à venir rien que pour les nouvelles éoliennes offshore, comme l’a informé le portail d’information de l’industrie éolienne « Windfair« .
 

La Commission européenne prévoit de doubler le budget consacré aux technologies dites propres pour le porter à 1,4 milliard d’euros et d’accélérer l’approbation liée aux permis. Ainsi, l’UE prévoit de s’assurer que d’ici 2030, 45% de l’énergie provienne de sources « renouvelables ».

Malgré la croissance, l’industrie éolienne européenne, y compris en Espagne, est confrontée à des pertes de plusieurs milliards d’euros. Cela est dû en partie à la concurrence de la Chine, qui a un meilleur accès aux ressources et – grâce à des subventions élevées et à une main-d’œuvre bon marché – propose des produits à des prix plus bas.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

3 réponses

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire