Les forêts sont plus saines lorsqu’elles sont brûlées ou éclaircies

Dans quels cas une forêt est-elle saine ? C’est une question qui ne préoccupe pas seulement les forestiers. Certains climatologues et écologistes aimeraient interdire toute intervention dans les forêts, mais des chercheurs américains s’y opposent sur la base de leur propre expérience pratique.

Une observation menée pendant 20 ans aux États-Unis montre que différentes techniques de gestion forestière, telles que le brûlage contrôlé, l’élagage ou une combinaison des deux, réduisent efficacement le risque d’incendies catastrophiques de forêt, du moins en Californie. De plus, ces traitements améliorent la santé des forêts en rendant les arbres plus résistants aux facteurs de stress tels que la sécheresse ou les scolytes (petits insectes de l’ordre des coléoptères). Des effets négatifs sur la biodiversité végétale et animale n’ont étonnamment pas été enregistrés.

« L’observation montre assez clairement qu’un tel traitement est efficace – très efficace », déclare Scott Stephens, professeur de sciences du feu à l’université de Californie et auteur principal de l’étude. « J’espère que les gens se rendront compte qu’il y a un grand espoir et que ces traitements peuvent être appliqués à grande échelle et sans conséquences négatives. »

Utiliser le feu pour protéger les forêts

Le gouvernement californien a récemment annoncé son intention d’étendre l’utilisation des feux de végétation ciblés à 400.000 hectares par an d’ici 2025. Cependant, l’utilisation des feux commerciaux serait actuellement entravée par plusieurs facteurs, notamment le manque de main-d’œuvre formée, les conditions météorologiques adéquates pour le brûlage et les craintes liées aux risques potentiels.

L’étude de Scott Stephen montre que cette méthode est également une option viable pour la gestion forestière et qu’elle peut être utilisée conjointement avec le feu utilitaire sans nuire à la santé de la forêt ou à la biodiversité.

« Nos résultats montrent qu’il n’y a pas qu’une seule solution, mais plusieurs options pour réduire le risque d’incendie catastrophique », ajoute Ariel Roughton, co-auteur de l’étude. « Les gens peuvent choisir parmi différentes combinaisons de traitements qui répondent à leurs besoins. Et nous pouvons leur montrer comment ces traitements peuvent avoir un impact sur des choses comme le comportement face aux incendies de forêt, la croissance des arbres et le stockage du carbone dans leurs forêts ».

Substitution aux incendies de forêt

Au cours des deux dernières décennies, Scott Stephens et ses collègues ont traité une forêt expérimentale de 4000 hectares avec la méthode de brûlage et d’éclaircissement dans le cadre de leur « Fire Surrogate Study (étude de substitution au feu) ».

L’objectif de l’étude était de déterminer si les méthodes de traitement pouvaient reproduire les effets positifs des feux éclair et des pratiques de brûlage indigènes sur les forêts californiennes, qui sont devenues denses et envahies par la végétation après un siècle de déforestation et de suppression des feux.

« Le feu contrôlé et l’éclaircissement sont tous deux des substituts aux incendies de forêt, un processus important qui était fréquent en Californie avant la colonisation européenne », explique Scott Stephens. « La motivation pour cette étude était la suivante : si l’on pratique ces traitements à grande échelle, y a-t-il une perte ? »

À la fin de l’étude de 20 ans et après avoir traité différemment différentes surfaces, les chercheurs ont finalement examiné la végétation sur chaque surface. À l’aide de modèles informatiques, ils ont finalement estimé le nombre d’arbres susceptibles de survivre à un incendie de forêt.

Les chercheurs ont constaté qu’avec les trois méthodes de traitement – feu utile, élagage, feu utile et élagage – les plantes étaient nettement plus résistantes aux incendies de forêt que les surfaces non traitées et laissées à l’état naturel. La probabilité qu’au moins 80% des arbres survivraient s’est révélée être de 80%.

Une méthode qui entraîne de l’autorégulation

Les chercheurs ont également calculé « l’indice de compétition » – une mesure de la concurrence que se livrent les arbres pour les ressources telles que la lumière du soleil, l’eau et les nutriments du sol. En éliminant les arbres et la végétation excédentaires, l’élagage et le brûlage ont tous deux limité la concurrence entre les arbres. Cela a eu pour conséquence de les rendre moins vulnérables aux facteurs de stress tels que la sécheresse et les scolytes.

Cependant, les parcelles que les chercheurs ont traitées en combinant l’éclaircissement et le feu présentaient le meilleur indice de compétitivité. « En combinant l’élagage et le feu, il est possible de modifier tous les niveaux de la structure forestière et de réduire le temps nécessaire pour obtenir une structure plus résistante », explique Ariel Roughton.

En outre, l’élagage des forêts peut présenter des avantages financiers, car les arbres de plus grande taille peuvent être vendus aux scieries. Le produit de la vente contribuerait alors à compenser les coûts de la gestion forestière. Au cours des 20 années de l’étude, les chercheurs ont entièrement financé leurs traitements forestiers grâce aux recettes de la vente de bois.

« Lorsque je parle de [gestion forestière] avec des députés, la première question qu’ils posent est toujours celle des coûts », explique Scott Stephens. « Les responsables du gouvernement régional nous disent qu’ils ne peuvent pas être la seule source de soutien de ces projets. C’est pourquoi les aspects économiques sont si importants ».

Les forêts à l’épreuve du feu

En septembre 2022, les forêts traitées ont été soumises à un test pratique lorsqu’un incendie s’est déclaré sur le côté nord du site. Environ 300 hectares ont brûlé avant que le feu ne soit circonscrit deux jours plus tard.

L’une des surfaces naturelles de l’étude se trouvait directement sur le trajet de l’incendie, et plus de 60% des arbres y ont été entièrement brûlés. En revanche, les surfaces d’essai voisines et traitées ont brûlé à une température moins élevée et ont servi de points d’entrée et de sortie pour les pompiers. « Nous pensons que nos mesures de gestion, associées aux conditions météorologiques, ont eu un impact assez important sur le comportement du feu », a affirmé Ariel Roughton.

Après le premier succès de leur étude, les chercheurs souhaitent poursuivre leur travail et collaborent avec la communauté autochtone United Auburn afin d’intégrer également leurs connaissances en matière de brûlage des cultures.

L’étude a été publiée le 10 novembre 2023 dans la revue spécialisée « Ecological Applications ».

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire