2023 : Annus horribilis ou meilleure année jamais vue ?

Les mesures en surface et par satellite concordent : 2023 a été l’année la plus chaude jamais enregistrée, avec 1,43°C au-dessus du niveau préindustriel et environ 1°C depuis 1970. Les effets d’El Niño, un phénomène climatique qui réchauffe l’atmosphère et affecte les conditions météorologiques à travers le monde, l’éruption du volcan Hunga Tonga dans l’océan Pacifique et la réduction de la pollution des navires de transport, superposée à celle des gaz à effet de serre anthropiques, nous ont amené, au moins temporairement, très près du seuil de 1,5, que beaucoup considèrent comme le début de la fin. En réalité, un monde plus chaud de 1.6° n’est pas très différent d’un monde plus chaud de 1,4° : la Terre ne se mettra pas à bouillir lorsque le seuil sera atteint. La science nous dit seulement que les effets négatifs du changement climatique ne sont pas linéaires et augmentent de manière plus que proportionnelle au réchauffement de la Terre.

2023 a-t-elle vraiment été une « annus horribilis » à cause du climat ? Non, bien au contraire. En moyenne, cela a probablement été l’une des meilleures années de tous les temps.

Nous n’avons jamais été aussi nombreux sur Terre. Et nous n’avons jamais créé autant de richesse : le PIB mondial a atteint 105 000 milliards de dollars ; en tenant compte de l’inflation, cela représente environ 2800 milliards de plus que l’année précédente et environ le double de la valeur enregistrée à la fin du XXe siècle. Par habitant, la croissance au cours de la même période a été d’environ 50 %. Le taux de pauvreté n’a jamais été aussi bas dans l’histoire de l’humanité : selon la Banque mondiale, après la parenthèse du Covid, la part de ceux qui vivent avec moins de 2,15 dollars par jour (en dollars ajustés par PPA de 2017) est tombée à 8,61 %. C’était 30% en 2000.

En décembre, les estimations de la FAO (Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture) concernant la production mondiale de céréales pour 2023 ont été relevées à 2 823 millions de tonnes, soit 10,4 millions de tonnes de plus que le précédent record atteint en 2021.

En ce qui concerne les catastrophes climatiques, les incendies de forêt au Canada ont fait l’objet d’une grande couverture médiatique : en 2023, la superficie totale brûlée a été cinq fois supérieure à la moyenne des vingt dernières années. Comme d’habitude, on en sait beaucoup moins sur les exemples contraires, comme aux États-Unis. En fait, les émissions mondiales des incendies de forêt (un indicateur de la superficie brûlée) ont effectivement été plus élevées que les années précédentes, mais très similaires à celles enregistrées au début de ce siècle.

Le nombre total de catastrophes[1] météorologiques en 2023 a été de 307,  inférieur à la moyenne (340 événements) de la période 2000-2022.

Il y a eu 21 000 victimes dues aux catastrophes climatiques, avec un taux de mortalité de 2,7 par million d’habitants. C’est environ le double de la moyenne de la décennie 2011-2020, mais moins que n’importe quel chiffre annuel de la période 1920-2010. Plus de la moitié des vies ont été perdues lors d’un seul événement : l’effondrement de deux barrages près de la ville de Derna en Libye après des jours de pluie torrentielle. Le changement climatique a-t-il joué un rôle dans la catastrophe ? Nous ne pouvons pas le dire avec certitude, mais nous savons que le mauvais état des infrastructures a été dénoncé à plusieurs reprises.

Les treize catastrophes les plus graves au monde ont fait au total 17 800 victimes. Elles se sont toutes produites dans des pays pauvres d’Afrique et d’Asie. En Europe, le pire événement a été un incendie de forêt en Grèce, qui a fait 26 morts. À titre de comparaison, une série d’événements El Niño dans le dernier tiers du XIXe siècle et les sécheresses qui ont suivi ont entraîné la mort d’environ 50 millions de personnes, ce qui équivaut à un taux de mortalité de 40 000 par million d’habitants, soit plus de dix mille fois supérieure à celle de l’année dernière.

Les pertes économiques dues aux catastrophes naturelles (qui incluent également les tremblements de terre et autres événements non météorologiques) ont été de 269 milliards de dollars, contre 295 milliards en 2022 et une moyenne de 235 milliards au cours des dix années précédentes. Autrement dit, le coût des catastrophes naturelles s’est élevé à environ 0,25 % du PIB mondial. Ce pourcentage est à peu près le même que celui enregistré au cours des trente dernières années. Évidemment, seule une fraction de ce chiffre est imputable au changement climatique.

Les « effets involontaires » de l’utilisation des combustibles fossiles, un ingrédient essentiel de la croissance économique jusqu’à aujourd’hui, sont en moyenne assez faibles. Cependant, ils peuvent faire des ravages dans des domaines spécifiques et vont probablement augmenter dans les années à venir. C’est pourquoi il est logique de chercher des moyens efficaces de réduire les émissions. Néanmoins, la richesse et l’adaptation ont été et seront les principaux facteurs de notre bien-être. Et il y a des choses plus importantes sur Terre que la température moyenne à la surface.

Lire la version en anglais


[1] Une catastrophe remplit au moins un des critères suivants : a) dix morts ; b) une centaine de personnes concernées ; c) une déclaration d’urgence ; d) un appel à l’aide internationale.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Une réponse

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire