L’UE va annoncer un plan de réduction de 90% des émissions de CO2 d’ici 2040

(PAR MAURICE FORGENG dans The Epoch Times du 31 janvier 2024)

Le 6 février, la Commission européenne annoncera ses objectifs climatiques pour 2040. Au cours des 16 prochaines années, les gaz à effet de serre devront être réduits de manière drastique.

Onze États membres de l’UE ont exigé de la Commission européenne des objectifs climatiques ambitieux pour 2040. L’Allemagne, la France, l’Espagne et huit autres États ont demandé à la Commission européenne, dans une lettre dont l’AFP a eu connaissance, d’envoyer « un signal politique fort ayant valeur d’exemple pour d’autres États ayant de fortes émissions de gaz à effet de serre ».

Les onze pays ont envoyé leur lettre le 25 janvier. L’objectif climatique commun pour 2040 doit en outre « garantir que l’ensemble de l’UE est sur la bonne voie vers la neutralité climatique ».

L’UE s’est déjà engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 55% d’ici 2030 par rapport à 1990. Elle veut atteindre la neutralité climatique d’ici 2050. L’objectif intermédiaire pour 2040 n’a pas encore été fixé. Les ministres de l’Environnement de l’UE en ont discuté pour la première fois à la mi-janvier.

Un objectif d’économie massif

Le commissaire européen au climat, Wopke Hoekstra, s’était prononcé en octobre pour une réduction des émissions d’ « au moins 90% » d’ici 2040 par rapport à 1990. Le comité consultatif scientifique de la Commission européenne recommande une réduction de 90 à 95% des émissions de CO₂.

Le 6 février, la Commission européenne se prononcera sur différents scénarios pour 2040. Une proposition concrète n’est toutefois attendue qu’à partir de juin, une fois la nouvelle Commission formée après les élections européennes.
Émissions de gaz à effet de serre passées et prévues de l’UE-27 en millions de tonnes d’équivalent CO₂. (mf/Epoch Times ; données : Agence fédérale de l’environnement/AEE)

La lettre, signée par les ministres du Climat et de l’Environnement des onze États, demande désormais « instamment » à la Commission européenne de « recommander un objectif climatique ambitieux pour 2040 ». L’Allemagne, la France et l’Espagne, mais aussi l’Autriche, la Bulgarie, le Danemark, la Finlande, l’Irlande, le Luxembourg, les Pays-Bas et le Portugal ont signé le projet.

Le projet énumère les avantages potentiels de l’objectif climatique envisagé. Les pays auteurs estiment que la réduction de la pollution atmosphérique pourrait sauver plus de 250.000 vies par an à l’avenir, comme le rapporte le site d’information européen « Euractiv« . En même temps, cela réduirait les coûts de santé associés dans l’UE de mille milliards d’euros par an.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

9 réponses

  1. On ne sait pas trop d’où sortent ces chiffes sur la santé, ni comment on pourrait faire, ni combien de morts et de suicides ça fera, ni combien ça coûtera, mais ça ne fait rien, on vote pour !

    1. Non seulement ce n’est pas un polluant mais un gaz indispensable à la photosynthèse, donc à toute végétation. Ce n’est pas un polluant mais pas un gaz à effet de serre non plus. La vapeur d’eau ou le méthane sont des GES.
      Ils sont devenus fous !

  2. Pour contrer toutes ces mesures, c’est facile, il suffit que TOUS les européens votent intelligemment: regarder les programmes et virer tous ceux qui sont responsables de toutes ces lois stupides

  3. L’union européenne, c’est la désunion des européens, une manipulation des peuples sans précédent. Ouvrez les yeux ! On nous ment sans aucun scrupule, et pire, on nous sacrifie sur l’autel de l’orgueil, du pouvoir, de l’argent. Tous ces politiques véreux n’ont aucune conscience, ils devraient payer extrêmement chers leurs crimes. Mais ils sont malins, à force de lois ils se protègent en se tenant bien la main.
    Les Rois étaient responsables à vie de leurs actes et pour la très grande majorité, ils aimaient leur peuple, leur pays. Aujourd’hui, c’est tout le contraire !

  4. Il faut bien admettre qu’on nous prend pour des imbéciles. Je veux bien qu’on travaille à la diminution de l’émission des gaz à effet de serre mais il ne faut pas raconter n’importe quoi.
    Tout d’abord, on ne peut pas prendre une telle décision et l’annoncer sans dire au public comment on va faire et combien cela va coûter. Les sommes sont probablement astronomique et on ne pourra pas payer sans s’endetter massivement (la dette actuelle fera figure de détail à côté des sommes en cause). Donc comment me dise comment et combien cela coûte.
    Ce qui me met aussi la puce à l’oreille, c’est les gains en matière de santé. D’abord, le CO2 qu’on parle de 400 ppm ou 500ppm, n’est pas nocif et ne provoque pas de maladie. Donc, les gains sur la santé (1000 milliards ce n’est pas rien tout de même) d’où viendront ils (la baisse de l’utilisation du charbon? d’autres sources?).
    Apparemment, on compte sur un effet d’exemple pour entraîner d’autres pays. Qui croira que la Russie, la Chine, l’Inde, les Etats-Unis se laisseront entraîner juste pour ne pas être en reste par rapport à l’Europe. C’est une folie. Pour avoir vécu dans certains de ces pays, je sais qu’ils se comportent, là juste titre, en fonction de leurs intérêts et pas de nos envies.
    Donc, pour résumer, je veux savoir combien cela coûte, comment on fait et on fera uniquement si les grands pollueurs du monde font la même chose. Sinon, il faut renoncer.

  5. C’est d’autant plus absurde que l’effet de serre est un facteur négligeable dans les changements climatiques et que le CO2 lui-même n’est pas un gaz à effet de serre alors qu’au contraire il refroidit l’atmosphère. Et le pire est que au sein de l’UE, soit ils ne le savent pas et ce sont des abrutis, soit ils le savent et ce sont de dangereux criminels totalitaires…!

  6. “la réduction de la pollution atmosphérique pourrait sauver plus de 250.000 vies par an”
    Et voilà qu’aujourd’hui, on a complètement oublié qu’il s’agit de décès “prématurés”. Ce qui, en clair (mais on essaye justement de ne pas être clair) signifie que les personnes en question décèdent quelques mois avant la date où elles auraient dû statistiquement décéder. Il serait plus rigoureux de parler de raccourcissement de la vie, mais alors, si on mesure ce raccourcissement en pourcents, un décès prématuré de 6 mois, ça ne représente qu’une réduction de durée de vie de 0,6 % (6 mois/80 ans) c’est à dire pas grand chose. Ça n’est plus du tout vendeur…

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire