Performance énergétique et isolation des bâtiments : vrais défis et fausses pistes

L’Institut Thomas More vient de publier une étude sur le sujet.

En voici le résumé :

La rénovation énergétique des bâtiments à l’agenda du premier semestre 2024

Après le discours sur la planification écologique prononcé par le président de la République le 25 septembre dernier et la présentation le 22 novembre de la Stratégie française énergie climat par Agnès Pannier -Runacher, ministre de la Transition énergétique, et alors que la Commission européenne vient d’acter un durcissement de la directive européenne sur la performance énergétique des bâtiments (DPEB), il est indispensable de s’interroger sur la voie prise depuis plusieurs années en matière de rénovation énergétique des bâtiments et de questionner les moyens qui y sont alloués d’une part et les règles, méthodes et techniques mises en œuvre sur le terrain d’autre part.

Des contraintes réglementaires drastiques et des moyens considérables

La politique publique de soutien à la rénovation énergétique des bâtiments a coûté trois milliards en 2021 en France.

Parallèlement à ces dispositifs incitatifs, la loi Climat et Résilience d’août 2021 impose aux propriétaires de rénover les logements les plus énergivores. En prétendant lutter contre les « passoires thermiques », ce sont près de quatre logements sur dix qui seront exclus à terme du marché locatif.

Et l’Union européenne n’est pas en reste puisqu’elle annonce 150 milliards d’euros pour la rénovation énergétique des bâtiments d’ici 2030 et que la directive européenne DPEB, tout juste révisée, impose dorénavant une accélération du rythme des rénovations énergétiques à travers l’Union.

Nous savons pourtant que la France n’est responsable de 0,9% des émissions mondiales de dioxyde de carbone et que 27% de ces émissions sont imputables au secteur immobilier. Ce dernier représente donc 0,243% des émissions mondiales.

Au vu des sommes engagées et de la modestie de l’objectif visé, il est légitime de s’interroger sur les bénéfices escomptés des politiques françaises et européennes coûteuses et contraignantes de rénovation énergétique.

Isolation thermique des bâtiments : techniques discutables et résultats médiocres

Qu’il s’agisse de l’analyse des cycles de vie (ACV) des matériaux de construction ou des contraintes liées à la généralisation du béton en Europe depuis la seconde moitié du vingtième siècle (isolation impérative par l’extérieur ou par l’intérieur liée à la faible inertie thermique du béton, ventilation nécessaire des bâtiments à l’aide de systèmes mécaniques de type VMC, créations de ponts thermiques, possibles problèmes sanitaires liés à l’usage intensif de produits isolants chimiques comme le polyuréthane et le polystyrène, menaces sur l’intégrité du patrimoine, etc.), les questions techniques qui méritent d’être posées sont nombreuses.

Mais ce n’est pas tout : une étude récemment publiée met en doute l’efficacité énergétique des solutions isolantes actuelles. Réalisée par des chercheurs de l’université de Cambridge, elle montre que l’isolation des murs à cavité n’a entraîné qu’une baisse moyenne de 7% de la consommation de gaz la première année, de 2,7% la deuxième année et que les économies d’énergie deviennent négligeables dès la quatrième année.

L’isolation des combles a, quant à elle, été deux fois moins efficace que celle des murs à cavité.

Huit propositions pour réorienter la politique française de rénovation énergétique des bâtiments

Sur la base de ce double constat d’un déploiement excessif de moyens et de contraintes légales et réglementaires au regard d’un enjeu écologique qui interroge et de résultats techniques médiocres en comparaison des ambitions affichées, il convient, non pas de ne rien faire, mais de changer en profondeur l’orientation et les outils de la politique de rénovation énergétique des bâtiments.

Prise en compte de la durée de vie réelle des matériaux de construction et de la « durée de vie en bon état » des constructions, lutte contre le durcissement des dispositions réglementaires, création d’un coefficient d’enracinement des matériaux, des professionnels et des techniques, réalisation d’études indépendantes sur l’efficacité réelle des techniques d’isolation actuelles, préservation du bâti ancien et valorisation de la construction neuve traditionnelle, formation des professionnels : tel est le sens de nos propositions :

  • Proposition 1. Abroger ou, à défaut, réformer les analyses de cycles de vie contenues dans la RE2020 pour inclure la durée de vie réelle des matériaux de construction
  • Proposition 2. Prendre en compte de la durée de vie en bon état dans le « bilan carbone » des constructions
  • Proposition 3. S’opposer au durcissement de la directive européenne sur la performance énergétique des bâtiments (DPEB)
  • Proposition 4. Créer un coefficient d’enracinement afin de favoriser le recours à des matériaux biosourcés et locaux, à des corps de métier qualifiés et à des techniques de construction durables
  • Proposition 5. Mener des études indépendantes sur l’efficacité réelle des techniques d’isolation
  • Proposition 6. Exempter le bâti ancien de l’obligation du DPE ou, à défaut, modifier le DPE pour qu’il pondère son résultat en fonction de l’énergie grise du bâtiment
  • Proposition 7. Promouvoir les méthodes d’isolation traditionnelle
  • Proposition 8. Former des experts DPE spécialement dédiés à l’évaluation des qualités énergétiques du bâti ancien

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Une réponse

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire