« Le bref boom des voitures électriques touche à sa fin » : les Allemands refusent de plus en plus d’acheter des voitures électriques

La voiture électrique est de moins en moins populaire en Allemagne, en raison notamment de certains facteurs d’incertitude et de la suppression de la prime. C’est ce que montre le nouveau rapport DAT 2024. Pour le professeur Dudenhöffer, expert automobile, il semble que le boom de la voiture électrique touche à sa fin.

La politique et l’industrie automobile s’y sont déjà préparées : à partir de 2035, les voitures neuves dans l’UE ne devront plus utiliser la technologie de combustion. Ces conditions sont-elles optimales pour la voiture électrique ? Les ventes de voitures électriques neuves dans l’UE ont augmenté de 37% en 2023 par rapport à l’année précédente pour atteindre 1,5 million. C’est ce qu’a récemment annoncé l’Association des constructeurs européens d’automobiles (ACEA).

Mais ce boom semble désormais s’inverser, du moins en Allemagne. L’association industrielle VDA prévoit que les ventes de voitures purement électriques baisseront de 14% cette année dans le pays, comme le rapporte le journal Die Welt. Au total, le marché automobile se réduirait ainsi de 1%.

L’association voit deux causes à cela : la suppression des aides publiques pour les voitures électriques au début de l’année et une « tendance à l’achat peu marquée des consommateurs » pour cette année encore récente. L’Allemagne pourrait ainsi prendre du retard. Car sur le marché mondial, le passage de la voiture thermique à la voiture électrique se poursuit à un rythme soutenu.

Les Allemands se montrent plus sceptiques

Selon le nouveau rapport DAT 2024 de l’observateur du marché « Deutsche Automobil Treuhand », le scepticisme des Allemands vis-à-vis de la voiture électrique persiste. Selon ce rapport, les trois quarts des propriétaires de voitures particulières déclarent :

« Les voitures électriques ne sont pas encore au point en termes de technologie. J’attends donc de voir l’évolution. »

Une majorité de 80% considère la batterie comme un facteur d’incertitude. Celle-ci s’est déjà enflammée sur certains véhicules électriques. De plus, leur autonomie est limitée – surtout en hiver.

Selon la DAT, il s’agirait du principal motif de refus des automobilistes. La deuxième raison la plus fréquente de ne pas acheter une voiture électrique était, pour 43%, le coût d’achat trop élevé. En règle générale, une voiture électrique est nettement plus chère à l’achat qu’une voiture thermique comparable.

Raisons contre l’acquisition d’un type de propulsion. (DAT, DAT-Report 2024) BEV : voiture électrique à batterie.

Seuls 3% des propriétaires de voitures particulières possèdent actuellement une voiture électrique. Parmi les autres automobilistes, 39% peuvent en principe envisager de passer à une propulsion purement électrique. L’année dernière, ce groupe était en revanche plus important, 44%, selon Die Welt. L’électromobilité a perdu de sa popularité.

Parmi les 39%, rares sont ceux qui pensent qu’un changement de propulsion dans les douze prochains mois est réaliste. La plupart (47%) de ceux qui souhaitent changer de véhicule veulent cependant attendre encore au moins cinq ans avant de le faire. Environ un tiers des automobilistes, soit 34%, refusent actuellement complètement ce changement de motorisation – trois points de pourcentage de plus que l’année dernière.

Il convient de noter que l’enquête réalisée pour le rapport de l’année dernière a eu lieu avant la fin des subventions publiques pour les voitures électriques. On peut supposer que la population est désormais encore moins motivée à acheter une voiture électrique. Selon le rapport, la raison principale de l’achat d’une voiture électrique était, pour 55%, l’utilisation des primes d’encouragement de l’État.

Le professeur Dudenhöffer affirme que « le boom touche à sa fin »

Le professeur Ferdinand Dudenhöffer, expert en automobile, a pris position sur cette évolution dans une analyse actuelle :« Il semble bien que le bref boom des voitures électriques en Allemagne touche à sa fin. »

Selon Dudenhöffer, la suppression de la prime écologique aurait déclenché, non seulement un effet économique direct, mais elle aurait également redonné confiance à la population.

L’économiste est d’avis que « les déclarations sur le tournant de la mobilité du gouvernement de Berlin ont perdu toute crédibilité ». Cette perte de crédibilité pourrait donc causer des dommages considérables au marché.

La fin des voitures à combustion est-elle en train de vaciller ?

La grande majorité des automobilistes veut continuer à conduire sa propre voiture à l’avenir.

Selon le rapport, la voiture est indispensable pour 81% des personnes interrogées. Elles la décrivent moins comme un article de luxe que comme la seule possibilité d’être mobile.

Au vu de l’évolution mentionnée, il apparaît toutefois que l’électrification de la mobilité individuelle est actuellement au point mort. De nombreux automobilistes continuent donc de préférer la propulsion thermique.

Cette préférence est toutefois en conflit direct avec la fin des véhicules à combustion, qui devrait entrer en vigueur dans l’UE dans onze ans déjà.

Une majorité de 63% des propriétaires de voitures rejettent clairement le changement de technologie au profit de la seule électromobilité et sont favorables à une ouverture technologique. Selon la DAT, seuls 19% d’entre eux approuvent les orientations prises par les politiques.

Voici comment les gens évaluent les changements technologiques. (DAT, Rapport DAT 2024)

Entre-temps, certains politiques au niveau de l’UE demandent l’abandon de cette interdiction des véhicules à combustion. Hildegard Müller, présidente de la Fédération de l’industrie automobile (VDA), a déclaré à ce sujet : « Nous prenons en considération cette question. Le VDA a toujours plaidé pour l’ouverture technologique ». Lorsqu’il s’agit de réduire les émissions de CO₂, l’industrie automobile devrait avoir le libre choix des instruments qu’elle utilise pour mettre en œuvre les objectifs.

Plusieurs hommes politiques au niveau des Länder voient également d’un œil critique l’interdiction des véhicules à combustion qui a été décidée. Ainsi, le chef de la CDU du Bade-Wurtemberg, Manuel Hagel, s’est exprimé le 27 janvier après une réunion à huis clos de la fédération régionale.

Il faudrait également envisager les e-fuels, les re-fuels et l’hydrogène, comme le rapporte la plate forme en ligne « Verkehrsrundsschau ». Manuel Hagel a fait remarquer concrètement :
« Le problème n’est pas le moteur à combustion. Le problème, c’est ce qu’on met dans le moteur à combustion ».

Ce point de vue a également été confirmé par le porte-parole pour la mobilité individuelle du groupe parlementaire FDP/DVP au Landtag de Bade-Wurtemberg, Friedrich Haag. Selon un communiqué de presse, il s’attend à ce que la CDU transmette cette conclusion à son partenaire de coalition dans le Land – les Verts. Mais il faut surtout que la commissaire européenne et « amie de parti » de la CDU, Ursula von der Leyen, en soit informée à Bruxelles et les incite à changer d’avis (NDLR : une façon de rajouter de nouvelles utopies). Friedrich Haag a déclaré : « Il est grand temps d’annuler l’interdiction des véhicules à combustion – autrement dit, d’en finir avec les véhicules à combustion. »

Le commerce indépendant au plus haut niveau

Ces dernières années, de nombreuses voitures électriques chinoises sont également arrivées en Europe et en Allemagne. Selon le rapport DAT, les Allemands sont sceptiques vis-à-vis des nouvelles marques chinoises, comme le rapporte le portail « Autohaus« .

Seuls 14% des personnes interrogées ont déjà fait l’expérience de ces marques, par exemple en faisant un essai routier ou en louant une voiture. 88% des personnes interrogées ne pensent déjà plus acheter de voiture chinoise.

À lire aussi :

 

Les voitures électriques posent des problème de performance au loueur de voitures Hertz

 

L’achat d’une voiture en ligne est également impopulaire auprès des personnes interrogées, et pourtant, les clients peuvent acheter des véhicules via des plateformes en ligne depuis plusieurs années. Cependant, seuls 10% des acheteurs de voitures neuves utilisent cette possibilité.

30% pourraient envisager d’acheter une voiture via ce processus d’achat à l’avenir. Une majorité de 62% rejette toutefois cette méthode.

Sur le marché des voitures d’occasion, le commerce indépendant a pu progresser l’année dernière. Il y a cinq ans, le commerce de marque dominait encore avec une part de marché de plus de 50%. Celle-ci s’est réduite à 37% d’ici 2023.

En raison des prix élevés, les clients recherchent de manière plus ciblée de bonnes offres. Apparemment, le commerce indépendant est pour eux la meilleure alternative. Sa part de marché a atteint en 2023 un record absolu de 34%, juste derrière le commerce de marque. En revanche, le marché privé a chuté l’année dernière à un niveau historiquement bas de 29%.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire