L’époque de l’Allemagne en tant que superpuissance industrielle touche à sa fin

(Traduction d’un résumé par le GWPF d’un article de Bloomberg, 10 février 2024)

Alors que la paralysie politique s’empare de Berlin, la crise énergétique a été le coup final pour un nombre croissant de fabricants
 
Dans un hall de production caverneux à Düsseldorf l’automne dernier, les tons sombres d’un corniste accompagnait l’acte final d’une usine centenaire.
 
Au milieu du vacillement des fusées éclairantes et des torches, bon nombre des 1 600 personnes qui ont perdu leur emploi restaient bouche bée tandis que le métal incandescent du dernier produit de l’usine – un tuyau en acier – était lissé pour former un cylindre parfait sur un laminoir. La cérémonie met fin à un parcours de 124 ans qui a débuté à l’apogée de l’industrialisation allemande et qui a résisté à deux guerres mondiales, mais qui n’a pas pu survivre aux conséquences de la crise énergétique.
 
De telles finales ont eu lieu à de nombreuses reprises au cours de l’année écoulée, soulignant la douloureuse réalité à laquelle l’Allemagne est confrontée : ses jours en tant que superpuissance industrielle touchent peut-être à leur fin. La production manufacturière de la plus grande économie européenne suit une tendance à la baisse depuis 2017, et le déclin s’accélère à mesure que la compétitivité s’érode.

« Il n’y a pas beaucoup d’espoir, si je suis honnête »,

a déclaré Stefan Klebert, PDG de GEA Group AG, un fournisseur de machines de fabrication dont les racines remontent à la fin des années 1800.

« Je ne suis vraiment pas sûr que nous puissions arrêter cette tendance. Beaucoup de choses devraient changer très rapidement.»

Les fondements de la machine industrielle allemande se sont effondrés comme des dominos. Les États-Unis s’éloignent de l’Europe et cherchent à rivaliser avec leurs alliés transatlantiques en matière d’investissement climatique. La Chine devient un rival de plus en plus important et n’est plus un acheteur insatiable de produits allemands. Le coup final porté à certains constructeurs lourds a été la fin des énormes volumes de gaz naturel russe bon marché.

 
 
Parallèlement à la volatilité mondiale, la paralysie politique à Berlin intensifie des problèmes intérieurs de longue date tels que des infrastructures qui grincent, une main-d’œuvre vieillissante et la bureaucratie encombrée. Le système éducatif, autrefois une force, est emblématique d’un manque d’investissement à long terme dans les services publics. L’institut de recherche Ifo estime que le déclin des compétences en mathématiques coûtera à l’économie environ  14 000 milliards d’euros  (15 000 milliards de dollars) de production d’ici la fin du siècle.
 
Dans certains cas, le déclin industriel se produit par petites étapes, comme une réduction des plans d’expansion et d’investissement. D’autres sont plus évidents, comme le déplacement des lignes de production et la réduction du personnel. Dans des cas extrêmes – comme l’usine de canalisations de Vallourec SACA, qui faisait autrefois partie du géant industriel déchu Mannesmann – la conséquence est une fermeture définitive.

“Le choc a été énorme”,

a déclaré Wolfgang Freitag, qui travaillait à l’usine depuis son adolescence. Le travail de cet homme de 59 ans consiste désormais à démonter du matériel à vendre et à aider ses anciens collègues à trouver un nouveau travail.
 
L’Allemagne dispose toujours d’une liste enviable de petits fabricants agiles, et la Bundesbank et d’autres rejettent l’idée selon laquelle une désindustrialisation à part entière est proche. Mais avec les réformes au point mort, on ne sait pas exactement ce qui ralentira le déclin.

“Nous ne sommes plus compétitifs”,

a déclaré le ministre des Finances Christian Lindner lors d’un événement organisé par Bloomberg au début du mois.

« Nous nous appauvrissons parce que nous n’avons pas de croissance. Nous prenons du retard. »

La coalition agitée du chancelier Olaf Scholz a été plongée dans un nouveau désarroi à la mi-novembre par une  crise budgétaire  déclenchée par une décision de justice concernant des mesures d’emprunt, laissant au gouvernement peu de marge de manœuvre pour investir.

“Il n’est pas nécessaire d’être pessimiste pour dire que ce que nous faisons actuellement ne sera pas suffisant”,

a déclaré Volker Treier, responsable du commerce extérieur à la Chambre de commerce et d’industrie allemande.

« La vitesse du changement structurel est vertigineuse. »

La frustration est généralisée. Bien que des centaines de milliers de personnes soient descendues dans la rue ces dernières semaines pour protester contre l’extrémisme d’extrême droite, l’Alternative für Deutschland (AfD), anti-immigration, devance les trois partis au pouvoir dans les sondages, derrière le bloc conservateur. L’alliance dirigée par les sociaux-démocrates de Scholz bénéficie du soutien de 34 % des électeurs, selon une analyse Spiegel des récents sondages.
 
La perte de compétitivité industrielle menace de plonger l’Allemagne dans une spirale descendante, selon Maria Röttger, responsable de l’Europe du Nord chez  Michelin . Le fabricant de pneumatiques français  fermera  deux de ses usines allemandes et en réduira un tiers d’ici fin 2025, ce qui affectera plus de 1 500 travailleurs. Son rival américain Goodyear a  des projets similaires  pour deux installations.

“Malgré la motivation de nos employés, nous sommes arrivés à un point où nous ne pouvons pas exporter de pneus poids lourd d’Allemagne à des prix compétitifs”,

a-t-elle déclaré dans une interview.

«Si l’Allemagne ne parvient pas à exporter de manière compétitive sur la scène internationale, le pays perd l’un de ses plus grands atouts.»

D’autres exemples de déclin font régulièrement surface. GEA ferme une usine de pompes près de Mayence au profit d’un site plus récent en Pologne. Le fabricant de pièces automobiles Continental AG a annoncé en juillet son intention d’  abandonner  une usine qui fabrique des composants pour les systèmes de sécurité et de freinage. Son rival Robert Bosch GmbH est en train de  licencier  des milliers de travailleurs.
 
La crise énergétique de l’été 2022 a été un catalyseur majeur. Même si les pires scénarios comme le gel des logements et le rationnement ont été évités, les prix restent plus élevés que dans d’autres économies, ce qui s’ajoute aux coûts liés à la hausse des salaires et à la complexité de la réglementation.
 

 
L’un des secteurs les plus durement touchés a été celui de la chimie – conséquence directe de la perte par l’Allemagne de gaz russe bon marché. La transition vers l’hydrogène propre étant encore incertaine, près d’une entreprise sur dix envisage d’  arrêter définitivement  ses processus de production, selon une récente enquête de l’association industrielle VCI. BASF SE, le plus grand producteur chimique d’Europe, supprime 2 600 emplois et Lanxess AG réduit ses effectifs de 7 %.
 
La lenteur de la bureaucratie allemande ne suit pas non plus le rythme, même lorsque les entreprises sont prêtes à investir. GEA a installé une capacité solaire dans une usine de la ville d’Oelde, dans l’ouest de l’Allemagne, où elle fabrique des équipements capables de séparer la crème du lait. Elle a demandé des permis pour alimenter le réseau en janvier dernier, deux mois avant le début de la construction et attend toujours l’approbation, près de deux ans après le lancement du projet.
 
Article complet
 

Personne ne devrait dire qu’il n’a pas été prévenu…

Fritz Vahrenholt : La transition énergétique en Allemagne – Un désastre en devenir (pdf)

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire