La faible demande de véhicules électriques entraîne la fermeture des mines de matériaux pour batteries

Les prix du lithium ont chuté de plus de 80%, le nickel et le cobalt de plus de 40%.

La faible demande de véhicules électriques et l’effondrement des prix entraînent la fermeture des mines de matériaux pour batteries de véhicules électriques, rendant ainsi les projets non viables sur le plan financier.

De nombreux investisseurs et experts avaient prédit que les ventes de VE augmenteraient à un rythme accéléré en 2023. Toutefois, ce scénario ne s’est pas concrétisé. Bien que les ventes aux États-Unis aient augmenté l’année dernière pour atteindre 1,2 million d’unités, ce chiffre reste très éloigné des estimations qui tablaient sur 1,6 million d’unités. Les prix des principaux matériaux utilisés pour les batteries des VE – lithium, nickel et cobalt – ont également baissé de façon spectaculaire.

Depuis janvier 2023, les prix du lithium ont chuté de plus de 80% tandis que le nickel et le cobalt ont reculé de plus de 40%. Avec des ventes de véhicules électriques plus faibles que prévu et l’effondrement des prix des matériaux pour batteries, de nombreuses mines destinées au secteur choisissent de fermer et de réduire leurs activités.

En juin 2022, Albemarle, le plus grand producteur de lithium au monde, a révélé son intention de construire une usine de traitement du lithium aux États-Unis. En mars 2023, la société a annoncé un investissement de 1,3 milliard de dollars pour la construction de son usine en Caroline du Sud.

Mais en janvier, la société a déclaré qu’elle prévoyait de reporter les dépenses consacrées au projet. Elle a également annoncé qu’elle licenciait des travailleurs et qu’elle réduirait ses investissements cette année. En novembre 2023, Albemarle a averti que la baisse des prix du lithium pèserait sur les ventes.

Lors d’un récent discours aux investisseurs, le PDG d’Albemarle, Kent Masters, a déclaré que « compte tenu des prix actuels, les conditions économiques pour ces projets ne sont pas réunies », selon le Wall Street Journal. Les activités de construction et d’ingénierie sur le chantier de Caroline du Sud ont été interrompues, a-t-il déclaré.

Glencore, le géant suisse de l’exploitation minière et du négoce, a récemment annoncé qu’il suspendrait la production d’une mine de nickel non rentable et d’une usine de traitement sur le territoire français de Nouvelle-Calédonie, dans le groupe d’îles du Pacifique Sud.

BHP, le plus grand exploitant minier du monde en termes de valeur marchande, a également déclaré qu’il pourrait être amené à fermer son activité de nickel en Australie pour une période indéterminée, avertissant qu’il ne prévoyait pas que le marché se rétablisse rapidement. L’entreprise a conclu des accords d’approvisionnement avec Ford et Tesla.

L’année dernière, l’entreprise minière Chemaf Resources a été mise en vente à la suite de l’effondrement des prix du cobalt. L’entreprise a eu du mal à achever ses projets au Congo.

La fermeture ou la suspension des mines de matériaux pour batteries électriques peut avoir un effet à long terme sur l’équation du marché des véhicules électriques. La construction des mines prend généralement plusieurs années, voire des décennies. Une fois qu’elles sont fermées, leur réouverture peut se révéler difficile.

Lors d’un entretien avec Bloomberg, Tom Price, responsable de la stratégie en matière de matières premières chez Liberum Capital, a déclaré qu’il n’y avait « rien de magique dans les marchés des intrants pour VE tels que le lithium et le cobalt : Lorsque leurs prix s’effondrent, les projets et l’offre se réduisent, comme sur n’importe quel autre marché de matières premières ».

« Les investisseurs devraient attendre de voir des preuves de ce type de rééquilibrage parmi les sociétés minières de lithium et de cobalt du monde entier avant d’envisager une participation », a-t-il déclaré.

Faible demande de VE

Le marché des véhicules électriques, plus faible que prévu, a surpris de nombreuses entreprises du secteur automobile. Un rapport de KPMG publié le mois dernier a révélé que la confiance des constructeurs automobiles des États-Unis et des autres pays à l’égard des véhicules électriques avait baissé, car beaucoup craignent que leurs grands paris dans le secteur ne prennent plus longtemps à rapporter.

« Il y a tout juste un an, les dirigeants étaient enthousiastes à l’idée de transformer l’industrie en introduisant de nouveaux types de voitures. Aujourd’hui, ils restent optimistes, mais se montrent plus modérés quant à la difficulté de gérer la transition et de préserver ou d’accroître les bénéfices », peut-on lire dans le rapport.

« Alors qu’un flot de nouveaux modèles de VE arrive sur le marché, la demande s’est affaiblie et certains acteurs pourraient être soumis à une pression extrême à mesure que la concurrence s’intensifie. »

Un rapport de janvier 2024 de l’agence d’information sur les prix Fastmarkets prévoyait un « nouveau ralentissement » de la croissance cette année, ce qui accentuerait la pression à la baisse sur les matériaux des batteries. Fastmarkets a révisé son taux de croissance prévu pour les VE en 2024, le ramenant de 36% à 23% d’une année sur l’autre.

« L’incertitude du climat économique, en particulier les taux d’intérêt relativement élevés, continue de peser sur les décisions des acheteurs », peut-on lire dans le rapport.

L’offre excédentaire de matériaux pour batteries entraînera une baisse des prix de ces matériaux cette année, a souligné l’entreprise. Au début de l’année 2024, certaines branches de l’industrie des matériaux pour batteries se trouvaient en « mode survie » et cherchaient à réduire leurs coûts.
 
Fastmarkets s’attend à ce que l’offre de lithium et de nickel devienne excédentaire cette année, tandis que les prix du cobalt resteront sous pression.

« En 2024, le marché des matériaux pour batteries sera également exposé à une interaction complexe de vents économiques contraires, de développements géopolitiques, de tensions commerciales, de perturbations du transport maritime et de remodelage des chaînes d’approvisionnement internationales », a ajouté Fastmarkets.

« Nous prévoyons qu’une offre abondante, des prix à la baisse et un sentiment de faiblesse du marché décourageront les investissements sur le marché des matériaux pour batteries cette année. »

Nos articles sont généralement publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Une réponse

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire