Les énergies renouvelables : inefficaces et ruineuses

Article initialement paru dans Contrepoints du 17 Décembre 21

La future Loi de Programmation Energie Climat (LPEC) prévue pour 2024, et actuellement en concertation publique jusqu’au 15 février 2022, corrigera-t-elle les erreurs du passé ? La précédente Loi de programmation sur l’énergie (PPE) avait malheureusement misé sur les ruineuses énergies renouvelables aux productions fatales, voire intermittentes (EnRI), comme l’éolien et le solaire.

Intérêt des EnRI ?

La production massive et bon marché d’électricité décarbonée est un enjeu structurant et vital pour l’économie.

Quel est l’intérêt d’insérer à tout prix (coûtant aux contribuables des dizaines de milliards d’euros) des EnRI dans un système électrique qui n’en a nullement besoin et qui, pire encore, le détériore ?

Selon l’association « Défense du Patrimoine Nucléaire et du Climat » (PNC-France), le gouvernement doit dès maintenant proposer le cadre d’une politique réaliste pour orienter la future LPEC en cours d’élaboration. La nouvelle loi en 2024 arrivera trop tard pour corriger les erreurs du passé.

Une stratégie inefficace et ruineuse

 La loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV), la Stratégie nationale bas carbone (SNBC), et la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) se sont acharnées à vouloir substituer des EnRI au nucléaire pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre (GES) et la consommation d’énergie.

Environ 400 milliards d’euros environ sur 10 ans et 50 milliards par an actuellement sont dépensés pour atteindre ces objectifs.

Mais la consommation d’énergie finale de la France est restée quasi stable depuis 2015 (la baisse sur 5 ans n’a été que de 0,2 % par an), et la baisse des émissions de CO2 a été insignifiante (0,7 % par an, malgré des météos favorables).

Ce fiasco économique résulte du choix délibéré de réduire la contribution de la source d’énergie figurant parmi les plus décarbonées, le nucléaire.

L’effort financier a été reporté sur les EnRI éoliennes et solaires, sans intérêt notable pour le climat. Ce choix délirant a conduit à un prix élevé de l’énergie et à une réduction des consommations imposée par le prix.

De plus, l’acceptabilité de la révolution des comportements qu’implique cette ruineuse transition énergétique reste à démontrer.

La prochaine politique énergétique doit être profondément modifiée en développant des moyens de productions robustes d’électricité décarbonée qui se substituera le plus possible aux énergies fossiles dans tous les secteurs.

Electricité : une stratégie nationale à préciser en urgence

 En France, la production d’électricité est déjà quasiment décarbonée. Elle représente moins de 4% de nos émissions de CO2 (17 MtCO2e en 2020, source RTE).

L’objectif prioritaire du gouvernement (LTECV, SNBC et PPE) n’est pas le climat mais une diminution de la part du nucléaire voire, pour certains membres du gouvernement, sa disparition, quel qu’en soit le coût et les conséquences sur la pérennité de notre approvisionnement.

La robustesse de notre approvisionnement en électricité est de plus en plus en danger, surtout si la réduction programmée de 20 % des moyens pilotables d’ici 2035, et notamment du nucléaire, est effectivement mise en œuvre.

L’analyse de la situation en Allemagne contrainte à des investissements massifs pour doubler sa puissance installée dans l’éolien et le solaire pour une consommation et des émissions de CO2 stables montre l’échec de ce développement et ce qu’il ne faut pas faire.

La France se retrouvera dans la même situation si elle persiste à détruire son parc nucléaire.

Toutefois, contrairement à la France, l’Allemagne a conservé une puissance pilotable quasi inchangée, assise principalement sur les combustibles fossiles gaz et charbon, soit 78 GW pour un appel de puissance maximal de 85 GW. Et son programme de fin du nucléaire et du charbon sera compensé par de nouvelles centrales électriques à gaz, ce que la France s’interdit.

Des décisions urgentes en 2022 avant la LPEC

Sans attendre la future LPEC en 2024, le gouvernement doit exprimer clairement ses orientations. Il doit entériner avec le parlement, en urgence, l’abandon des objectifs d’arrêt de 4 réacteurs entre 2026 et 2030, de 8 réacteurs entre 2031 et 2035, et ne plus limiter à 50 % la contribution du nucléaire en 2035.

Ce serait un contresens climatique, économique et environnemental de poursuivre cette politique suicidaire.

L’objectif européen de réduction de 55 % des émissions en 2030 par rapport à 1990 est déjà hors de portée. L’adoption par la France de cet objectif serait incohérente compte tenu de ses performances climatiques actuelles par rapport à ses voisins « charbonniers et gaziers », grâce à son électricité nucléaire.

Le niveau d’autofinancement d’EDF doit être restauré : les 100 TWh (ARENH) que l’entreprise est contrainte de céder à ses concurrents, pour la plupart de simples négociants qui n’apportent pas de réelle valeur ajoutée, doivent lui être réattribués en 2022.

Le traité européen attribue aux Etats la responsabilité de leurs politiques énergétiques. C’est le principe de subsidiarité, aujourd’hui bafoué en Europe par le biais d’une obligation de concurrence dévoyée (objectifs techniques imposés) et inéquitable (un secteur concurrentiel confronté à un autre largement subventionné).

Chaque Etat européen est donc libre de définir ses choix et sa technologie mais il doit aussi normalement en supporter les conséquences néfastes, comme l’Allemagne.

En revanche, que les prix de l’électricité s’envolent en France avec ceux du gaz en Europe, et notamment en Allemagne, est anormal. Le choix du nucléaire fait par la France lui assure un coût de production stable, et les Français n’ont pas à supporter les conséquences des erreurs stratégiques et politiques de leurs voisins !

Pour un mix électrique robuste

En 2019, la production d’électricité nucléaire ne contribuait qu’à 17,4 % de la consommation d’énergie finale en France (qui était de 1792 TWh) dominée à près de 70% (1215 TWh) par les énergies fossiles

Or il faudra remplacer la quasi-totalité de ces dernières par une électricité décarbonée.

Un plan réaliste de rétablissement de notre capacité pilotable doit être proposé avec un critère de sécurité d’alimentation couvrant des situations de défaillances prolongées de la production d’électricité intermittente sur plusieurs semaines.

Il doit :

  • être cohérent avec les croissances attendues de notre consommation et des pics d’appels de puissance,
  • prendre en compte l’effondrement des capacités pilotables en Europe avec les arrêts programmés de centrales nucléaires et de centrales à charbon,
  • et maintenir une régularité d’approvisionnement correspondant en permanence au besoin.

 

La période 2022/2035 sera particulièrement critique.

Ce rétablissement ne sera possible qu’en prolongeant la totalité du parc nucléaire actuel mais aussi, malgré l’interdiction affichée, en engageant de nouvelles centrales à gaz « de pointe » dans l’attente du nouveau nucléaire.

Le coût de la tonne de CO2 évitée doit être évalué pour chacun des scénarios afin de comparer l’efficacité des investissements pour le climat (rapport Quinet sur la valeur tutélaire du carbone).

Pour ne pas induire en erreur sur la réalité du prix global, une comparaison équilibrée des coûts de production des diverses filières doit inclure toutes les coûteuses externalités des EnRI : besoin de stockages, renforcement du réseau électrique, centrale à gaz d’appoint, …

Dès 2022, une stratégie de prolongation du parc actuel à 60 ans (et même au-delà pour une partie) doit être menée (au lieu de 50 ans actuellement) compatible avec un étalement des mises à l’arrêt et de l’arrivée des nouveaux réacteurs EPR.

Le gain en CO2 d’une telle prolongation sera considérable (4 années des émissions totales françaises).

Planifier l’augmentation progressive de la capacité de construction des nouveaux réacteurs (EPR2) jusqu’à 3 unités par an pour accompagner la décarbonation de l’économie. Pour mémoire cette capacité a atteint jusqu’à 6 unités par an au cours des années 1980 dans le programme Messmer.

Les travaux sur les réacteurs surgénérateurs de quatrième génération doivent être réactivés et le gisement d’uranium appauvri et de retraitement (qui leur est destiné) stocké en France doit être qualifié de « réserve stratégique nationale ».

Décarbonation des transports et bâtiments

La décarbonation au meilleur coût doit guider la future LPEC.

Or, le parc électrique et l’industrie ne pourront pas contribuer à des réductions notables d’émissions de gaz à effet de serre si le pays doit se réindustrialiser.

En revanche, cette décarbonation doit viser prioritairement les bâtiments (principalement grâce à l’électricité décarbonée pour le chauffage) et les transports (électricité, biocarburants, biogaz), ainsi qu’une réduction des consommations avec des objectifs raisonnables d’efficacité énergétique fondés sur un coût optimal de la tonne de CO2 « évitée ».

Et ce ne sont pas les ruineuses EnRI bientôt vouées aux gémonies (qu’elles aillent au diable) qui permettront d’atteindre ces objectifs, mais principalement l’énergie nucléaire.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2022 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2022 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire