Comment nous avons mal interprété le risque climatique

(Traduction d’un article de Judith Curry sur son blog judithcurry.com)

“Il a été démontré que la pensée et les approches actuelles qui guident cette conceptualisation et cette description manquent de rigueur scientifique, la conséquence étant que les risques et les incertitudes liés au changement climatique sont mal présentés. Le domaine du changement climatique doit renforcer sa base scientifique en matière de risque, afin d’améliorer la situation actuelle.”

Terje Aven, spécialiste norvégien des risques

Pour les décideurs, le changement climatique est un problème d’évaluation et de gestion des risques. Le changement climatique est un risque parce qu’il peut affecter la prospérité et la sécurité de manière négative, et parce que ses conséquences sont incertaines.

La politique mondiale en matière de changement climatique a été dominée par une stratégie spécifique de gestion des risques – le principe de précaution comme justification de la fixation d’objectifs spécifiques pour l’élimination des émissions de dioxyde de carbone d’origine humaine. Au début des années 1980, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) s’est enflammé pour l’idée que les combustibles fossiles allaient provoquer un changement climatique dangereux. La perspective d’éliminer les combustibles fossiles correspondait aux intérêts plus larges du PNUE en matière de qualité de l’environnement et de gouvernance mondiale.

À Villach, en 1985, au début du mouvement en faveur du traité sur le climat, le mouvement politique en faveur de l’élimination des combustibles fossiles s’est détaché de tout ancrage dans la science – la rhétorique de la précaution soutenait que nous devions agir de toute façon pour éliminer les combustibles fossiles, juste au cas où. Cette perspective a été codifiée par le traité de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) de 1992, le protocole de Kyoto de 1997 et l’accord de Paris sur le climat de 2015.

Au lieu d’articuler les évaluations du GIEC autour de l’évaluation des risques, les rapports du GIEC ont étroitement encadré leurs évaluations pour soutenir les politiques de la CCNUCC, en se concentrant sur les changements climatiques dangereux associés aux émissions de combustibles fossiles. La déformation de la science du climat et la fabrication d’un consensus autour du changement climatique dangereux causé par l’homme ont non seulement simplifié à l’extrême les défis scientifiques et sociaux, mais ont conduit à l’adoption d’une stratégie de gestion et de contrôle “prédire puis agir”, soutenant les décisions relatives à l’élimination des émissions de combustibles fossiles qui ont été prises dans les années 1980. La concordance des évaluations du GIEC et des politiques de la CCNUCC renforce la croyance que le changement climatique est un problème simple ou apprivoisé, la science l’emportant sur toutes les questions pratiques et les valeurs et objectifs contradictoires.

Cette stratégie de gestion des risques implique que le changement climatique est un problème simple et inoffensif de “dose-réponse”. Cette caractérisation a conduit à la négligence relative du risque climatique dans les processus d’évaluation officiels tels que le GIEC. Ce n’est que dans leur dernier rapport d’évaluation, AR6, qu’un encadrement cohérent des risques liés au changement climatique a été tenté (il sera intéressant de voir à quoi cela ressemblera dans les prochains rapports WGII, III).

En raison de l’adoption précoce d’une stratégie de gestion des risques privilégiée, nous sommes loin d’une évaluation complète du risque climatique total.

En caractérisant le changement climatique comme un problème bien compris et faisant l’objet d’un fort consensus, les approches traditionnelles de la gestion des risques partent du principe que le changement climatique peut et doit être géré de manière rationnelle, ou à tout le moins contenu, et de préférence éliminé.

Cependant, la diversité des facteurs d’impact liés au climat et leurs liens complexes, les diverses incertitudes inhérentes et irréductibles, les ambiguïtés concernant les conséquences du changement climatique et la répartition inégale de l’exposition et des effets sur le plan géographique et temporel, confondent toute application simple ou incontestée des approches traditionnelles de gestion des risques. En conséquence, le processus politique qui a évolué au cours des dernières décennies est non seulement inadéquat pour faire face aux risques associés au changement climatique, mais il a également alimenté les controverses sociétales autour du risque climatique.

Le risque a souvent été caractérisé comme une sorte de valeur statistique attendue – le produit de la probabilité d’occurrence et de l’impact. Cependant, une telle caractérisation n’est appropriée que pour des problèmes simples ou inoffensifs. Des définitions plus larges du risque intègrent les conséquences spécifiées d’un événement ou d’actions, une mesure de l’incertitude associée aux conséquences, et la force de la base de connaissances qui soutient l’évaluation.

Accepter les évaluations du GIEC comme la “meilleure” base de connaissances disponible n’est pas incompatible avec la reconnaissance des faiblesses significatives de la base de connaissances dans le contexte de l’analyse des risques climatiques. Un élément important de la caractérisation des risques est l’évaluation de la force de la base de connaissances. Les préoccupations concernant la solidité de la base de connaissances sont soulevées par des personnes qui remettent en question certains aspects de l’évaluation du GIEC qui sont utilisés pour déduire le risque climatique. L’approche du GIEC est basée sur le jugement des preuves disponibles et l’accord entre les experts. Des caractérisations plus sophistiquées des connaissances pour la gestion des risques (Aven 2017b) comprennent :

  • le degré auquel les hypothèses formulées sont raisonnables/réalistes – inquiétude croissante concernant l’accent mis sur les scénarios d’émissions peu plausibles RCP8,5/SSP5-8,5.
  • le degré d’existence, de fiabilité et de pertinence des données/informations – la base de données historiques et paléo est inadéquate pour une caractérisation complète et globale de la variabilité naturelle du climat sur des échelles de temps multi-décennales à millénaires.
  • le degré de désaccord entre les experts (y compris ceux provenant d’environnements différents) – les tentatives de supprimer les désaccords et les perspectives alternatives entre les experts.
  • le degré de compréhension des phénomènes en cause et l’existence de modèles précis – les préoccupations concernant la fidélité et l’utilité des modèles climatiques.
  • le degré d’examen approfondi des connaissances par rapport aux connaissances inconnues (c’est-à-dire que d’autres personnes, mais pas le groupe d’analyse, possèdent les connaissances) – négligence des connaissances inconnues associées à la variabilité naturelle du climat.


La politique de la gouvernance internationale du climat a produit des biais systématiques dans les types d’expertise et de preuves qui sont jugées appropriées pour la considération. (Lucas) La CCNUCC et le GIEC ont caractérisé le changement climatique comme un problème environnemental et économique, et les géo-scientifiques et les économistes ont dominé le processus d’évaluation et d’élaboration des politiques.

Toutefois, les problèmes liés à l’augmentation et au réchauffement actuels du CO2 sont d’ordre social et non environnemental. La Terre a connu des périodes géologiques de températures et de concentrations atmosphériques de CO2 plus élevées, au cours desquelles la vie a prospéré. La caractérisation du changement climatique comme un problème environnemental a minimisé les dimensions culturelles et politiques de la question. De nombreux spécialistes des sciences sociales ont fait valoir que les contraintes disciplinaires imposées par le GIEC et la CCNUCC ont négligé de nombreuses idées importantes provenant d’un large éventail de sources expertes et non accréditées.

Une évaluation des risques pour un problème tel que le changement climatique – avec des niveaux élevés de complexité, d’incertitude et d’ambiguïté – doit inclure les éléments suivants (King et al. 2015) :

  • Clarifier les objectifs de l’analyse des risques – les dangers ou les valeurs à risque.
  • Adopter une vision holistique de tous les facteurs pertinents
  • Identifier les risques les plus importants – les pires scénarios plausibles.
  • Être explicite quant aux jugements de valeur

Valeurs et dangers

L’un des principaux problèmes associés aux évaluations des risques liés au changement climatique est qu’il n’existe pas de moyen simple d’exprimer les dangers associés à un climat plus chaud. Cependant, pour tenter de susciter une volonté politique en faveur des traités internationaux, les effets néfastes du réchauffement dû aux combustibles fossiles ont été exagérés – les phénomènes météorologiques/climatiques graves, l’élévation du niveau de la mer et de nombreux effets néfastes sur les écosystèmes, la santé, l’économie et la géopolitique, avec toutes leurs causes complexes, ont été confondus avec le réchauffement dû aux combustibles fossiles. En outre, les risques liés aux émissions de combustibles fossiles n’ont pas été placés dans le contexte approprié des autres risques mondiaux et régionaux.

Un élément clé de l’évaluation des risques consiste à juger si les activités sont acceptables, tolérables ou intolérables. Les activités sont tolérables si elles sont considérées comme valant la peine d’être poursuivies en raison des avantages qui y sont associés. Pour les risques tolérables, les efforts de réduction des risques ou d’adaptation sont bienvenus à condition que les avantages des activités ne soient pas perdus. La combustion de combustibles fossiles a toujours été considérée comme un risque tolérable. Les risques véritablement intolérables comprennent les menaces existentielles – comme celle représentée par la comète qui frappe la terre dans le film Don’t Look Up – ou les problèmes de “ruine”. Pour les menaces moins terribles qui sont considérées comme intolérables, nonobstant les bénéfices, la gestion des risques doit être axée sur l’interdiction ou la suppression progressive de l’activité créant le risque ou, si cela n’est pas possible, sur l’atténuation ou la finalisation du risque par d’autres moyens ou sur l’augmentation de la résilience de la société.

La manière de tracer les lignes entre “acceptable”, “tolérable” et “intolérable” est l’une des tâches les plus controversées du processus de gouvernance des risques complexes. L’ambiguïté résulte de perspectives divergentes et contestées sur la justification, la gravité ou les significations plus larges associées à une menace perçue (Stirling 2003). Les risques liés au changement climatique ont été caractérisés comme acceptables, tolérables et intolérables par différents individus et groupes d’intérêt – ce qui constitue clairement une situation ambiguë. “Ambiguïté” signifie qu’il existe différents points de vue légitimes à partir desquels évaluer s’il y a, ou pourrait y avoir, des effets négatifs et si ces risques sont tolérables. L’ambiguïté résulte de perspectives divergentes et contestées sur la justification, la gravité ou les significations plus larges associées à une menace perçue (Stirling 2003).

Les jugements de valeur subjectifs sont inhérents à la fois à l’identification de ce qui constitue un risque, et à la décision de savoir dans quelle mesure nous nous en préoccupons. Toutes les évaluations formelles des risques liés au changement climatique sont structurées par des valeurs sous-jacentes et des objectifs normatifs qui sont parfois explicites mais souvent cachés. Ces valeurs comprennent les attitudes sociétales à l’égard de la valeur intrinsèque de la nature, les perceptions erronées du risque et les jugements implicites sur l’acceptabilité ou l’aversion pour l’inégalité dans la société.

Les jugements sur les risques intolérables du changement climatique sont liés à l’amalgame erroné entre la lenteur du réchauffement planétaire et les conséquences associées aux événements météorologiques et climatiques extrêmes, aux préoccupations concernant l’exposition inéquitable des populations les plus pauvres aux risques et aux préoccupations concernant les générations futures.

Le risque lié au changement climatique comprend des éléments de risque progressif (par exemple, la lente progression de l’élévation du niveau de la mer) et de risque d’urgence. Les risques d’urgence sont associés à des événements météorologiques extrêmes ; techniquement, il s’agit de risques météorologiques et non de risques climatiques, même s’il peut être démontré que le réchauffement climatique aggrave progressivement le risque météorologique. Les risques météorologiques peuvent devenir des risques climatiques si le réchauffement climatique entraîne le dépassement d’un seuil de vulnérabilité qui, autrement, n’aurait pas été dépassé par l’événement météorologique. Des tentatives sont également faites pour évaluer les coûts/dommages supplémentaires associés aux événements météorologiques extrêmes. De telles évaluations sont très difficiles à réaliser dans le contexte de la variabilité naturelle du temps et du climat.

Le fait de retirer le risque lié à la plupart des phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes des conséquences du réchauffement planétaire diminue l’urgence perçue de la réduction des émissions de combustibles fossiles. Le fait de qualifier à tort les risques progressifs d’urgents a conduit à des politiques non seulement coûteuses et sous-optimales, mais aussi susceptibles de réduire la résilience. Les populations les plus pauvres bénéficieraient bien plus d’un accès au réseau électrique et d’une aide pour réduire leur vulnérabilité aux événements climatiques extrêmes que d’une réduction de la quantité de CO2 dans l’atmosphère.

La moralisation entourant la question du changement climatique a considéré le problème du changement climatique comme un choix de valeurs simple et juste : Êtes-vous pour la planète ou contre elle ? Cette moralisation néglige de comprendre que les gens s’engagent dans des activités qui ont de la valeur pour eux et qui émettent du carbone comme sous-produit. En outre, cette moralisation étroite exclut systématiquement des valeurs éthiques importantes, telles que l’amélioration de la vie du milliard de personnes qui vivent actuellement dans une pauvreté inacceptable ou la protection d’autres aspects de l’environnement.

La question de l’équité intergénérationnelle (préoccupations concernant les petits-enfants) revêt une importance particulière car il existe un décalage entre les émissions de gaz à effet de serre et l’apparition des dommages. Il n’existe pas de moyen simple de déterminer le devoir de diligence que nous devons aux générations futures, mais les scénarios socio-économiques du GIEC pour le 21e siècle montrent tous que le monde sera mieux loti d’ici 2100, même dans les scénarios d’émissions les plus extrêmes.

Dans ce contexte, nous avons besoin d’un débat éthique plus large sur les conséquences du changement climatique sur ce que nous, les humains, avons des raisons d’estimer, afin de pouvoir prendre des mesures crédibles pour les protéger. Cela nécessite un examen tout aussi attentif des conséquences bénéfiques que des conséquences négatives.

Vision holistique des pires scénarios plausibles

Les évaluations du GIEC se sont concentrées sur l’éventail probable du réchauffement, de l’élévation du niveau de la mer et d’autres facteurs d’impact. Comme je l’ai expliqué dans de nombreux articles précédents, les scénarios du GIEC sur le climat du 21e siècle ne fournissent pas une perspective globale du changement climatique au 21e siècle – ils négligent une série de scénarios plausibles de variabilité solaire, d’éruptions volcaniques et de variabilité interne naturelle multi-décennale à millénaire. Leur interprétation des phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes est tirée de données datant de 1950, sans tenir compte des ensembles de données historiques plus longues et des ensembles de données paléoclimatiques.

Le résultat final est que le GIEC n’a pas fourni un ensemble complet de scénarios plausibles des résultats du changement climatique au XXIe siècle. Si les modèles peuvent être utiles pour comprendre des systèmes complexes, il ne faut pas ignorer les facteurs qui ne sont pas pris en compte dans un modèle. Lorsqu’il est impossible de modéliser un système de manière significative, des scénarios peuvent être élaborés pour imaginer ses états futurs possibles.

Outre les risques liés à l’augmentation des concentrations de CO2 et les risques d’une transition rapide vers l’abandon des combustibles fossiles, il est nécessaire de reconnaître que la variabilité et les changements climatiques naturels, ainsi que les phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes, ont des répercussions sociétales tout aussi importantes. En outre, le changement climatique d’origine humaine comprend également les émissions de gaz à effet de serre autres que le CO2 et les particules d’aérosol, ainsi que les changements d’affectation des terres.

Pour la première fois dans le sixième rapport d’évaluation, on s’attache à déterminer les résultats les plus défavorables, au-delà de l’accent mis à tort sur les scénarios d’émissions invraisemblables RCP8.5/SSP5-8.5. Le traitement de l’élévation du niveau de la mer dans le RE6 est exemplaire à cet égard, car il clarifie la solidité de la base de connaissances associée aux différents scénarios extrêmes. L’accent mis par le RE6 sur le changement climatique régional s’écarte à juste titre de la stratégie précédente consistant à considérer les scénarios générés par les modèles climatiques comme adéquats à cette fin, et met de plus en plus l’accent sur les scénarios historiques fondés sur des données physiques. Les données historiques, en particulier lorsqu’elles remontent au XIXe siècle, constituent sans doute la source la plus riche de scénarios climatiques et météorologiques extrêmes pour le XXIe siècle.

La manière d’évaluer la plausibilité des scénarios impliquant un niveau de risque élevé est un sujet qui a reçu trop peu d’attention.

Risque de transition

L’amplification sociale du risque peut se produire par le biais de réponses aux résultats perçus, soit par anticipation, soit en réaction.

La CCNUCC, dans sa volonté urgente de parvenir à des émissions NETZERO, ignore le risque de transition. Les conséquences d’une transition rapide vers les énergies renouvelables comprennent les coûts économiques de la transition, les impacts environnementaux négatifs associés aux énergies éolienne et solaire et aux biocarburants, les impacts de l’intermittence des énergies renouvelables sur la fiabilité et le coût de l’énergie, une infrastructure de transmission de l’électricité plus complexe et plus étendue avec un plus grand nombre de nœuds de défaillance, une diminution de la sécurité énergétique, un besoin important de minéraux de terres rares et les changements géopolitiques associés. Ces conséquences de la transition sont associées à une base de connaissances assez solide, ce qui amène de nombreuses personnes à s’inquiéter davantage des risques liés à la transition que des risques plus incertains liés au changement climatique lui-même, dont la base de connaissances est beaucoup plus faible. Le débat se situe donc entre l’imposition de risques tolérables, mais potentiellement inutiles, liés à la transition rapide vers l’abandon des combustibles fossiles, et les impacts très incertains du changement climatique, qui sont évalués comme allant d’acceptables à intolérables par différents individus, pays et organisations.

Le plus grand risque d’une transition rapide vers l’abandon des combustibles fossiles est sans doute un coût d’opportunité – nous risquons de gaspiller nos ressources dans des efforts qui ne changeront peut-être pas le climat de manière significative, de sorte que nous n’aurons pas de ressources disponibles pour de meilleures solutions qui améliorent le bien-être humain à court et à long terme. En outre, nous ignorons d’autres risques qui sont sans doute plus importants pour le bien-être humain à court terme et qui pourraient être traités de manière plus productive avec les mêmes ressources.

Conclusions

La CCNUCC promeut une solution à un problème extrêmement complexe, incertain et ambigu, sans le contexte d’une évaluation adéquate des risques qui fait référence aux questions éthiques plus larges et à la faisabilité politique et pratique. En conséquence, nous avons négligé de comprendre réellement le système climatique et les causes plus larges des vulnérabilités des systèmes humains et naturels, et d’évaluer systématiquement et largement l’espace politique réalisable.

Le résultat final est qu’après 30 ans d’existence de la CCNUCC/du GIEC, nous sommes fixés sur les détails des niveaux d’émissions de gaz à effet de serre et sur le problème abstrait et impossible de limiter la concentration de CO2 dans l’atmosphère, tout en ignorant la variabilité naturelle du climat et en simplifiant radicalement l’aspect humain. Tant que la situation actuelle prévaudra, les évaluations du GIEC sur le changement climatique anthropique et les recommandations d’action de la CCNUCC resteront gravement insuffisantes.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2022 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2022 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire