La crise énergétique pourrait provoquer une explosion de la pauvreté au Royaume Uni. L’Europe n’y est pour rien !

(Article de Nicolas Lecaussin initialement publié dans IREF du 14 Août 2022)

Accuser l’Europe de tous les maux est devenu un véritable rituel, surtout en Angleterre. Parfois, les accusations sont justifiées, parfois, pas du tout. Les problèmes sont souvent locaux à …100 %.

C’est le cas en France surtout où l’étatisme et l’anti-libéralisme sont bel et bien des…traits nationaux.

Le Royaume-Uni, qui a pourtant quitté l’Europe, a choisi, lui aussi, grâce à la politique énergétique de Boris Johnson, de se lancer dans la voie nationale du 0 émissions de CO2. Avec les risques que cela comporte. Selon un rapport de Cornwall Insight présenté par le Wall Street Journal, les ménages britanniques verront la facture moyenne d’électricité et de gaz naturel grimper à 4 400 £ (5 205 euros) par an au premier semestre 2023, après une augmentation des prix de 54 % en avril dernier, et une autre, à plus de 40 % , prévue en octobre.

Alors que le revenu médian britannique après impôts directs est de 31 400 £/an, selon le rapport,. Cette flambée des prix de l’énergie pourrait plonger 10,5 millions de ménages, soit un tiers du total, dans la précarité énergétique l’année prochaine.

La précarité énergétique se produit lorsque les coûts énergétiques entraînent le revenu disponible des ménages sous le seuil de pauvreté officiel du gouvernement. Cela n’inclut pas les coûts énergétiques que les ménages paient indirectement.

Les entreprises, pour lesquelles les prix ne sont pas plafonnés, ont vu les coûts de l’électricité augmenter au cours de la dernière année entre 45 % et 122 % selon la taille de l’entreprise, et les prix du gaz entre 131 % et 185 %. Ils se répercuteront inévitablement sur les prix des produits, les salaires et les dividendes des actionnaires.

Même si l’’invasion de l’Ukraine a fait grimper les prix, les hausses sont directement liées à l’objectif de la Grande-Bretagne d’atteindre zéro émission de CO2 d’ici 2050. C’est la pire erreur du Premier ministre Boris Johnson. Il a augmenté les taxes et les impôts pour favoriser l’énergie verte.

Alors qu’il aurait pu lancer des forages dans la mer du Nord dans laquelle il y a du gaz de schiste, lui et son parti ont préféré se ranger du côté des écologistes en refusant la fracturation. Choisir les politiques climatiques plutôt que le réalisme énergétique, même après le Brexit, coûtera très cher aux Britanniques.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2022 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2022 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire