En Angleterre : Jacob Rees-Mogg lève l’interdiction de la fracturation hydraulique “dans l’intérêt national”

(Nous republions ici un article du Daily Telegraph résumé par NETZERO WATCH)

Jacob Rees-Mogg, le nouveau Secrétaire d’État aux Affaires, à l’Énergie et à la Stratégie industrielle depuis le 6 septembre 2022, vient de supprimer l’interdiction de la fracturation en déclarant que les secousses sismiques dans la campagne britannique devraient être tolérées dans “l’intérêt national”.

Le secrétaire aux affaires a déclaré que “beaucoup de choses ont changé” depuis que les conservateurs ont introduit le moratoire sur la fracturation en 2019, y compris la crise énergétique causée par la guerre en Ukraine.

Il a déclaré que le pays devra “explorer toutes les avenues qui s’offrent à nous”, alors qu’il a également confirmé les plans d’émission d’une vague de nouvelles licences pétrolières et gazières en mer du Nord.

M. Rees-Mogg a déclaré :

“Alors que le gouvernement britannique s’efforcera toujours de limiter les perturbations pour ceux qui vivent et travaillent à proximité des sites, tolérer un degré plus élevé de risque et de perturbation nous semble être dans l’intérêt national compte tenu des circonstances décrites ci-dessus.

Dans cette optique, il est important que la politique relative à l’extraction du gaz de schiste reflète cette situation.”

L’interdiction du fracking a été motivée en partie par une secousse de magnitude 2,9 sur un site du Lancashire, et une enquête ultérieure qui a révélé qu’il n’était pas possible de prédire avec précision la probabilité ou la magnitude des tremblements de terre.

Mais M. Rees-Mogg a déclaré qu’il était possible de recueillir davantage de données en autorisant le forage de gaz de schiste et en utilisant les puits pour mieux comprendre le risque de tremblement de terre.

La décision d’autoriser la fracturation sera probablement impopulaire auprès de nombreux députés conservateurs, y compris ceux qui représentent des circonscriptions où elle a eu lieu avant 2019. Les opposants à la fracturation ont fait circuler une liste de conservateurs qui se sont prononcés contre dans le passé.

Elle contient sept ministres, dont Kwasi Kwarteng, le chancelier de l’Échiquier, qui a déclaré en mars que les nouveaux sites de fracturation prendraient jusqu’à dix ans pour produire du gaz et “coûteraient cher aux communautés et à nos précieuses campagnes”.

Les ministres espèrent que ce revirement provoquera un boom de la production de gaz de schiste, qui pourrait contribuer à alimenter la Grande-Bretagne en électricité pendant des décennies.

Cette décision signifie que la fracturation peut reprendre dans les zones où les sociétés d’extraction peuvent obtenir des autorisations en matière de planification et d’environnement.

M. Rees-Mogg a déclaré :

“À la lumière de l’invasion illégale de l’Ukraine par Poutine et de la militarisation de l’énergie, le renforcement de notre sécurité énergétique est une priorité absolue, et – comme l’a dit le Premier ministre – nous allons faire en sorte que le Royaume-Uni soit un exportateur net d’énergie d’ici 2040.

Pour y parvenir, nous devrons explorer toutes les avenues qui s’offrent à nous par le biais de la production solaire, éolienne, pétrolière et gazière – il est donc juste que nous ayons levé la pause pour réaliser toutes les sources potentielles de gaz domestique.”

Liz Truss, le Premier ministre, souhaite que le Royaume-Uni devienne un exportateur net d’énergie d’ici 2040, dans un contexte de regain d’intérêt pour la sécurité énergétique après que les coupures de l’approvisionnement en gaz de l’Europe par la Russie ont fait grimper l’inflation à des niveaux jamais vus depuis des décennies.

Le fracking consiste à pomper du sable et de l’eau en profondeur pour libérer le gaz emprisonné entre les roches. Cette technique est largement utilisée aux États-Unis et ailleurs, mais n’en était qu’à ses débuts au Royaume-Uni, avec seulement trois puits d’essai forés, lorsqu’elle a été interdite.

En avril, M. Kwarteng a demandé au British Geological Survey de réaliser une étude sur les preuves du risque sismique, qui a également été publiée aujourd’hui.

L’étude conclut que la prévision des tremblements de terre “reste un défi scientifique pour la communauté géoscientifique” et que la géologie structurelle du bassin de Bowland, le centre de l’activité des frackers, est complexe.

M. Rees-Mogg a déclaré qu’il allait également revoir le niveau d’activité sismique autorisé sur les sites de fracturation. Le secteur a fait valoir que les seuils actuels sont injustes et freinent l’industrie.

Le nouveau cycle d’octroi de licences pour la mer du Nord est le premier depuis 2020. Plus de 100 nouvelles licences seront mises en jeu.

Ni la fracturation ni le nouveau cycle d’octroi de licences ne devraient avoir un impact immédiat sur la flambée des prix du gaz, car les nouveaux gisements de la mer du Nord mettent du temps à se développer et l’ampleur que prendra la fracturation n’est pas claire.

Les sceptiques affirment que le Royaume-Uni est trop peuplé pour que l’industrie de la fracturation puisse vraiment décoller, étant donné le nombre de puits nécessaires.

Le gouvernement a déclaré qu’il développait également les énergies à faible teneur en carbone, telles que l’énergie éolienne et le nucléaire, mais que

“la demande de pétrole et de gaz restera constante au cours des prochaines années pendant cette transition”.

Il a ajouté :

“Tirer le meilleur parti de nos propres ressources nationales sous la mer du Nord nous rendra moins dépendants des importations étrangères.”

(NDLR : et en France ?)

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2022 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2022 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire