La production alimentaire détruite pour des objectifs « climatiques »

(Article traduit du Mises Institute, repris dans Contrepoints du 8/10/22)

Les préoccupations concernant les émissions de CO2 des pays éclipsent l’intérêt de savoir si les pays peuvent nourrir leur propre population.

Une partie du Carnegie Museum of Natural History de Pittsburgh était consacrée à l’anticipation de l’avenir sur Terre à l’hiver 2022.

Les visiteurs pouvaient voter pour le sujet qu’ils trouvaient important et sur lequel ils voulaient en savoir davantage.

Les trois thèmes proposés étaient :

  1. Comment le développement du potentiel énergétique peut influencer les changements climatiques.
  2. Comment l’amélioration de l’environnement, des forêts, des parcs et des eaux peut réduire le CO2.
  3. Comment l’amélioration des conditions de l’agriculture, des terres et des agriculteurs peut contribuer à la sécurité alimentaire et à une alimentation abordable.

 

Les visiteurs votaient en jetant un bouchon de liège dans l’un des trois cylindres, et l’option remportant le plus de votes serait promue dans le musée grâce à un contenu scientifique populaire.

Sur dix-huit visiteurs, seuls quatre ont voté pour le troisième thème (l’agriculture), et il s’agissait d’enfants et de femmes. Le reste des votes a été partagé presque également entre les thèmes de l’énergie et de l’environnement.

L’expérience ad hoc que j’ai menée a révélé plusieurs problèmes importants.

La sécurité alimentaire mondiale ne mobilise pas les écologistes…

Comment est-il possible que la question prioritaire de la sécurité alimentaire et de l’agriculture durable ait attiré si peu d’attention ? Bien qu’il soit d’une grande importance, le développement du potentiel énergétique et environnemental pour la réduction des émissions de CO2 ne peut pas nourrir le monde. Mais il attire les préoccupations écologiques et mobilise les sentiments de solidarité davantage que la faim en Afrique, en Asie et en Amérique latine, où une partie importante de la population ne prend qu’un ou un demi-repas par jour.

Leur rendre la nourriture abordable et accessible ainsi que pour les enfants qui meurent au Yémen et en Éthiopie (où la guerre sévit depuis 2020) ne mobilise évidemment pas les sentiments aussi fortement que l’information selon laquelle la Terre est plus chaude de 1,5 degré Celsius qu’il y a cent ans, que les glaciers fondent parmi une gigantesque immensité de glace ou que les ours polaires se retirent vers l’intérieur du continent. À cause des ours polaires et des glaciers, des réunions internationales de la plus haute importance se tiennent régulièrement à Davos, l’accord obligatoire de Paris sur le climat a été signé et Greta Thunberg a poussé des cris à l’Assemblée générale des Nations Unies, appelant à des changements radicaux dans les émissions de CO2.

Les écologistes partagent une caractéristique chronique : ils sont préoccupés par « l’état imaginaire de pureté et d’harmonie environnementales » à un niveau universel. Ils associent la résolution des problèmes environnementaux à une entreprise de transformation plus vaste. La réduction des émissions de carbone est inséparable d’une série de projets politiques apparemment sans rapport : mettre fin au capitalisme et aux structures de pouvoir existantes, et restructurer complètement les systèmes et les industries de transport.

Il n’est donc pas surprenant que des lieux concrets comme le Yémen et l’Éthiopie et leurs problèmes particuliers de famine inspirent moins de déclarations publiques et n’évoquent que sporadiquement l’expression de préoccupations lors des conférences internationales. Même au Carnegie Museum, le cylindre qui suggérait l’amélioration de la sécurité alimentaire n’a attiré que quelques esprits curieux.

… Contrairement aux risques environnementaux

Dans une nouvelle ère environnementale, un rôle attribué à l’agriculture est d’abord d’atténuer les risques environnementaux et de pollution.

S’occuper de la sécurité alimentaire et nourrir la population mondiale a une importance secondaire. Le pacte vert pour l’Europe indique cette tendance, tandis que ses deux stratégies fondamentales, de la ferme à la table (F2F) et la biodiversité, révèlent pratiquement toute l’hypocrisie environnementale. Les deux stratégies ont été motivées par la noble intention d’accroître la production alimentaire durable et de restaurer la biodiversité, mais les conséquences imprévues de ce changement sont largement inconnues et n’ont jusqu’à présent jamais été discutées de manière holistique.

Quel est le coût de la conservation, du reboisement, de la réduction de moitié de l’utilisation des pesticides, des règlements et de la bureaucratie croissante qui doit superviser la voie vers un avenir durable sur le plan environnemental ? De telles questions sont réduites au silence en cours de route ou sont ignorées dans les débats publics comme si elles représentaient des tentatives blasphématoires de mettre en danger des objectifs communs de durabilité.

Avec des préoccupations environnementales croissantes, la politique de l’Union européenne a mis la sécurité alimentaire de côté depuis la fin des années 1980.

Les visions de l’UE en matière d’agriculture à l’horizon 2030 sont désormais plus préoccupées par la réduction des émissions nettes de gaz à effet de serre à au moins 55 % ; par la réduction de 50 % de la protection chimique des végétaux ; par l’augmentation de la superficie consacrée à l’agriculture biologique d’au moins 25 pour cent ; par la réduction des ventes d’antibiotiques de 50 % ; et par la réduction de l’utilisation des terres d’au moins 10 %, pour ne citer que quelques objectifs.

Les évaluations scientifiques et commerciales du pacte vert pour l’Europe F2F et des stratégies en faveur de la biodiversité suggèrent déjà des conséquences alarmantes. La mise en œuvre intégrale des deux stratégies devra faire face aux défis de la réduction inévitable de l’approvisionnement alimentaire national et de la mise en péril des agriculteurs locaux, ainsi qu’à la manière dont l’UE et le monde en général feront face à la hausse des prix des matières premières agricoles et des denrées alimentaires.

Les conséquences dramatiques de ce choix

Ces stratégies réduiront inévitablement les exportations de l’UE de ses principaux produits agricoles et en feront un importateur net sur les marchés où elle est actuellement exportatrice. La réduction de la protection chimique des plantes et le passage croissant à l’agriculture biologique, y compris l’agriculture urbaine de loisir et la permaculture, entraîneront une réduction des rendements. La préservation des zones désignées comme non productives augmentera inévitablement le prix des terres et créera une pression substantielle sur les ressources foncières en dehors de l’UE.

Deux conséquences majeures pour l’avenir des stratégies agro-environnementales de l’UE sont déjà évidentes. Les consommateurs du monde entier supporteront les coûts de la hausse des prix des denrées alimentaires, ce qui affectera l’efficacité économique de l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement. Les nouvelles normes environnementales imposées par les politiques agro-environnementales à la production et à la consommation, principalement pratiquées en Occident, empêcheront les pays pauvres de participer aux marchés parce qu’ils ne seront pas en mesure de respecter ces normes.

Il est probable que les pauvres continueront d’être à la traîne et de sombrer davantage dans la paupérisation. De même, les externalités environnementales qui découlent de la demande alimentaire seront probablement délocalisées vers les pays pauvres, où les gens ordinaires manquent chroniquement d’accès à la terre privée et vivent encore avec trois dollars par jour – ce qui était une condition courante des citoyens américains au début du XIXe siècle. Non seulement ils resteront pauvres et affamés, mais ils seront abreuvés de CO2 européen. C’est un gagnant-gagnant pour l’environnement.

En 1983, Mary Douglas et Aaron Wildavsky ont demandé de façon prophétique :

« Pourquoi la conscience sociale se préoccupe-t-elle de l’environnement et non d’éduquer les pauvres ou de soulager des indigents ? »

Quatre décennies plus tard, le schéma reste le même, et montre clairement que certaines questions environnementales ont la priorité sur d’autres. Les préoccupations concernant les émissions de CO2 des pays éclipsent l’intérêt de savoir si les pays peuvent nourrir leur propre population.

La dimension inhumaine de ces préoccupations est particulièrement importante dans le contexte de la croissance de la population mondiale qui augmentera considérablement la demande de production alimentaire. Et peut-être que la civilisation ne sera pas prête à faire face au problème, étant donné que les questions les plus prioritaires sont posées et résolues en dernier.

Traduction de Gérard Dréan.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2022 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2022 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire