Il n’y a pas d’urgence climatique : message aux peuples

Un message de Guus Berkhout, président de CLINTEL

Au cours des dernières décennies, le public a été inondé d’histoires alarmistes lui annonçant que les températures mondiales allaient atteindre des niveaux catastrophiques.

Les activistes climatiques affirment que la cause de cette catastrophe imminente est l’augmentation de la quantité de CO2 produite par les activités humaines. La solution proposée est la politique dite d’émission nette zéro, qui vise à ramener les émissions nettes de CO2 de l’homme aux niveaux de l’ère préindustrielle de la fin des années 1700.

Ces militants affirment également que les gens devraient paniquer, et que le temps presse : “Sachez qu’il est minuit moins cinq, nous devons agir sans tarder !” Plusieurs milliers de scientifiques ne sont pas d’accord ; plus de 1400 sont signataires de Clintel.

Dans ses nombreux discours de “dernier avertissement”, Antonio Guterres se réfère à des simulations informatiques, et non au monde réel. Greta Thunberg a témoigné devant le Congrès américain qu’il n’y avait “aucune science” derrière son commentaire “panique”. Cette information ne peut être trouvée dans les médias.

Alors pourquoi y a-t-il une si grande différence entre le récit des activistes climatiques effrayants et le message optimiste des climatologues, qui pensent qu’il n’y a pas d’urgence climatique ?

Peu de citoyens savent que toutes les prédictions climatiques effrayantes ont été générées par des modèles informatiques. Et nous savons par expérience, dans de nombreux autres domaines complexes, à quel point les modèles informatiques peuvent être trompeurs.

Pensez, par exemple, aux nombreuses prédictions erronées des modèles économiques ou aux grandes erreurs commises dans la modélisation récente des pandémies. Les résultats des modèles informatiques dépendent entièrement des hypothèses formulées par les modélisateurs. Au cours des 50 dernières années, les prédictions des modèles climatiques concernant le réchauffement de la planète et ses effets désastreux ont toutes été erronées. Dans la communauté des ingénieurs, on les qualifierait d’inutiles.

Plus précisément, les hypothèses de la modélisation climatique sont telles que les changements de température prévus s’avèrent constamment trop élevés. Pire encore, les phénomènes météorologiques extrêmes – tels que les vagues de chaleur, les sécheresses, les inondations, les ouragans, etc. – sont intentionnellement utilisés pour étayer les prédictions climatiques extrêmes. Mais si nous replaçons les événements météorologiques extrêmes actuels dans un contexte historique, nous constatons qu’il s’agit d’un “business habituel du climat”. Voir Goklany, 2020.

La conclusion est que les modèles (simulations informatiques) sont “trop chauds” et que les prévisions d’effets néfastes sur l’homme sont très douteuses. Ils projettent un avenir catastrophique qui n’est pas confirmé par les observations. Il est beaucoup plus sage et plus sûr de se fier aux mesures. L’histoire de la science nous apprend que les avancées significatives sont toujours alimentées par des observations provenant de nouveaux instruments de mesure.

Pensez aux images spectaculaires de l’espace prises récemment par le nouveau télescope spatial James Webb. Les mêmes bonnes nouvelles s’appliquent aux satellites modernes qui fournissent des mesures de haute qualité autour de la Terre depuis 1979. Les données satellitaires ne montrent AUCUN réchauffement extrême, et ceci est recoupé par des millions de mesures effectuées par des ballons météorologiques.

Utilisons donc les abondantes mesures de température effectuées au fil des ans. Celles du début de la période industrielle (1850) jusqu’à aujourd’hui (2020) que nous voyons dans la figure 1. Les mesures nous indiquent que la température en 2020 est supérieure de 1,1 oC à celle de 1850.

Réchauffement global

En dehors des Modèles informatiques, il y a le Monde réel

Figure 1 : Courbe de température globale telle qu’elle est généralement admise actuellement de 1850 à 2020. Si nous prolongeons les mesures jusqu’en 2050, nous constatons que la température est supérieure de 1,6 oC à celle de 1850 (“X-warming”).

A l’aide de la figure 1, extrapolons les températures satellitaires jusqu’en 2050 en supposant que l’augmentation de température des 40 dernières années (1980-2020) se poursuivra sans pause ni refroidissement. Cette projection généreuse aboutit à une température de 2050 supérieure de 1,6oC à celle de 1850. Voici la grande question : “Le réchauffement global de 1,6oC est-il un résultat effrayant ? Ce résultat nous indique-t-il vraiment qu’il est “minuit moins cinq” ?

Examinons la différence de température moyenne entre Oslo (une des grandes villes proches du pôle Nord) et Singapour (une des grandes villes proches de l’équateur), voir la figure 2. Les mesures montrent que la différence atteint 22oC, soit vingt fois plus que le réchauffement planétaire entre 1850 et 2020 et près de 14 fois plus que le réchauffement planétaire dit “effrayant” entre 1850 et 2050.

Malgré cette énorme différence de température moyenne de 22oC, les deux villes sont très prospères et les citoyens des deux villes profitent de la vie. Alors, pourquoi les médias nous disent-ils qu’un réchauffement planétaire de 1,6oC ou plus entraînera une catastrophe (“la fin est proche”), alors que la différence de 22oC entre Oslo et Singapour ne pose aucun problème ?

Figure 2 : Température moyenne mondiale de 1850-2050, ainsi que la température moyenne des villes prospères Oslo et Singapour en 2020. Notez que le réchauffement global de 1,6 °C est marginal par rapport à la différence de 22 °C entre les deux villes (presque facteur 14).

La réponse est l’adaptation ! L’humanité a une histoire impressionnante, puisqu’elle a survécu à de nombreux changements importants dans son environnement, y compris dans le climat de la Terre. Grâce à leur ingéniosité, les êtres humains ont toujours trouvé des solutions intelligentes pour faire face à tous les défis du passé, encore et encore. Si vous visitez Oslo et Singapour, vous verrez une démonstration impressionnante de la capacité de l’homme à s’adapter à des différences climatiques de 22°C.

Il y a une autre observation intéressante à faire. Le réchauffement progressif de la planète n’est pas un problème grave, qu’il soit causé par le CO2 ou non. La solution ne réside pas dans l’atténuation mais dans l’adaptation. Ainsi, pour tous ceux qui aimeraient penser que le réchauffement climatique actuel est entièrement causé par le CO2, notre conclusion reste inchangée.

N’oubliez pas que pendant la période de refroidissement autour de 1900 et la pause thermique des années 60 (voir la figure 1), la concentration de CO2 dans l’atmosphère a continué à augmenter sans délai. Par conséquent, le comportement anormal des températures au cours de ces deux périodes a été incontestablement causé par mère nature. Il en va de même pour la grande différence de climat entre Oslo et Singapour.

Enfin, pour ceux qui croient encore que les émissions de CO2 sont une pollution, nous vous invitons à vous rappeler que le CO2 est essentiel à toute vie sur Terre. La présence de CO2 supplémentaire dans l’air a favorisé la croissance de la biomasse mondiale. Il est également très favorable à l’agriculture, augmentant le rendement des cultures dans le monde entier.

Si cette réalité ne suffit pas à vous convaincre, sachez qu’avec la disponibilité de centrales nucléaires modernes, nous avons largement le temps de créer un système énergétique mondial à émissions largement nulles. Mais là encore, la grande question est de savoir si l’objectif de zéro émission est raisonnable.

En conclusion, ne laissez pas les histoires terrifiantes des institutions supranationales – telles que l’ONU, l’UE et le WEF – vous effrayer. En particulier, les alarmistes climatiques ne doivent pas utiliser les événements météorologiques extrêmes pour empoisonner nos enfants par la peur :

Le réchauffement progressif de la planète, qui a commencé vers 1700 après la fin du petit âge glaciaire, est un fait et n’a pas causé de problème grave. Notre conseil est le suivant : “Profitez du climat actuel, car les histoires du petit âge glaciaire nous disent qu’un climat froid est plein de difficultés”.

Si nous continuons à investir dans l’innovation, l’humanité peut facilement faire face à tout effet d’un réchauffement supplémentaire. Nous devons donc cesser de recourir à des solutions d’atténuation démoralisantes fondées sur le passé. Nous constatons qu’elles ne mènent qu’au déclin et à la pauvreté.

Au lieu de cela, nous devons nous concentrer sur le pouvoir d’adaptation, fondé sur la science, la technologie et l’éducation. Cela nous mènera à une ère de prospérité pour la nature et l’humanité. Joignez-vous à notre voyage !


Lien vers le site de Clintel

Guus Berkhout est professeur émérite de géophysique, membre de l’Académie royale néerlandaise des arts et des sciences (KNAW).

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

0 réponse

  1. Attention, toutes les courbes montrent un palier après le pic de 2016. La période est trop courte pour en tirer une conclusion mais il est de fait que depuis 2016, ça ne “monte pas chaque année” (et même ça baisse un peu!) et qu’il n’y a donc plus “d’urgence climatique”.
    Voir les chiffres de la NOAA: +1,05°C en 2016, +0,86°C en 2022, chiffres de septembre compris, tendance -0,19°C/décennie. ..

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2022 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2022 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire