Davos : hystérie climatique et pensée de groupe de milliardaires qui veulent que votre argent «sauve le monde»

Par Peter Murphy, 27 janvier 2023 Traduit de l’anglais par Terre & Climat

Article original : https://www.cfact.org/2023/01/27/climate-hysteria-and-groupthink-from-billionaires-who-want-your-money-to-save-the-world/

« Maintenant, ils se retirent dans un nuage de fumée [pour] se féliciter d’être les maîtres de l’univers » (Déclamation de Rose DeWitt Bukater du film Titanic, interprété par Kate Winslet)

Qui savait à quel point les scénaristes du film à succès de 1997, Titanic, décriraient le spectacle de clowns qui se produit chaque année à Davos, en Suisse ?

En l’absence du “nuage de fumée”, le personnage de Kate Winslet décrit avec justesse la mentalité exposée la semaine dernière au Forum économique mondial (WEF) par de nombreux participants qui se croient “maîtres de l’univers”, ou du moins de la planète Terre.

« L’ambassadeur du climat » du président Biden, John Kerry, qui s’est marié deux fois dans la richesse, à Davos a confirmé le stéréotype : « C’est assez extraordinaire que nous, un groupe restreint d’êtres humains… puissions nous asseoir dans une pièce, nous réunir et réellement parler de sauver la planète.

L’homme croit vraiment cela à propos de lui-même.

Mais Kerry ne s’est pas arrêté là. Il a dit que la lutte contre le changement climatique allait « prendre de l’argent », un mot qu’il a répété près d’une douzaine de fois d’un seul souffle.

Ensuite, il y a l’éternel faux prophète du réchauffement climatique, l’ancien vice-président Albert Gore, qui a de nouveau montré ses problèmes de gestion de la colère alors qu’il colportait une longue liste des plus grands succès de l’hystérie climatique : “faire bouillir les océans, créer ces rivières atmosphériques et les bombes de pluie et aspirer l’humidité de la terre, et créer les sécheresses, et faire fondre la glace et élever le niveau de la mer, et causer ces vagues de [bientôt, un milliard] de réfugiés climatiques.”

Les tirades climatiques de M. Gore sont depuis longtemps éculées par ses plus de trois décennies d’affirmations et de prédictions manifestement fausses. Pourtant, il les fait toujours devant la caméra, plus imperméable que jamais.

L’ambassadeur Kerry souhaite que chaque nation parte sur le “pied de guerre” et crée “le plus grand champ solaire du monde, chaque jour, pour les prochaines années” “afin d’éviter que la température mondiale moyenne n’augmente de 1,5 degré d’ici 2050” « /span>Nous devons déployer des énergies renouvelables six fois plus vite qu’aujourd’hui », a-t-il déclaré. Kerry n’explique jamais comment cela -au prix de billions de dollars qui n’existent pas, en utilisant d’innombrables kilomètres carrés de terres et les combustibles fossiles nécessaires pour l’alimentation de secours- aurait un effet tangible sur la température.

Al Gore a également présenté son programme Climate TRACE de satellites utilisés pour identifier les sources d’émissions de carbone dans “chaque pays, chaque région et chaque secteur… nous pouvons vous indiquer les principaux actifs émetteurs [de carbone] dans chaque pays”. En effet, il a reconnu que le programme surveille actuellement 70 000 sites, qui passeront à 70 millions d’ici la fin de l’année. Appelez cela l’espionnage climatique de l’activité légale de chaque Américain, dont les implications sont inquiétantes, y compris le harcèlement et la pression pour imposer des limitations économiques et de style de vie. Comptez là-dessus.

L’hystérie climatique au Forum économique mondial peut se résumer à deux éléments fondamentaux : l’argent et le pouvoir. MM. Kerry et Gore et leurs collègues voyageurs du climat sont tous soucieux du contrôle de la société et de l’extraction de plus d’argent, principalement des contribuables américains.o:p>

Sauf que le placard du Trésor américain est vide et que nous vivons avec de faux dollars imprimés. Les États-Unis ont une dette de 31 billions de dollars (31 000 milliards $), maintenant avec des taux d’intérêt en hausse, ce qui rend leur financement beaucoup plus coûteux et est le principal moteur de la pire inflation en 40 ans. Il n’y a pas d’argent pour que des panneaux solaires recouvrent la planète afin de réaliser le fantasme de John Kerry, ce qui n’apporterait aucun avantage démontrable en plus.

Alors que Kerry et Gore ont gazé leurs absurdités sur la planète aux participants du WEF qui ont hoché la tête en signe d’accord, ils ont tous perdu à quel point leur mascarade est finalement inutile, non pertinente et dépourvue de science. Tout n’est que bavardage, y compris leur diagnostic embelli et les prétendues solutions.

Alors que le blatherfest climatique du WEF se déroulait, une perspective incisive a été présentée à une Oxford Union Society en Angleterre par un comédien nommé Konstantin Kisin, qui co-anime le podcast, Triggernometry.

M. Kisin a stipulé que le changement climatique était un problème, puis a néanmoins enseigné à son auditoire que le changement climatique serait décidé en Asie et en Amérique latine “par des pauvres qui ne se soucient pas de sauver la planète… parce qu’ils sont pauvres”. Vingt pour cent des ménages de sa Russie natale, un pays à revenu moyen comparativement, utilisent des dépendances composées “d’une cabane en bois avec un trou dans le sol”, a-t-il dit – et 120 millions de personnes en Chine n’ont pas assez de nourriture et souffrent de la dénutrition. « Vous n’allez pas faire en sorte que ces gens restent pauvres » pour lutter contre le climat, qui est le résultat invariable des politiques climatiques actuelles.

L’arrêt du changement climatique nécessitera “des percées scientifiques et technologiques qui créeront une énergie propre non seulement propre mais aussi bon marché”, a déclaré Kisin. Se plaindre et protester en « jetant de la soupe sur les tableaux » n’améliorera rien.

Bien sûr, le gaz naturel et l’énergie nucléaire propres et bon marché sont facilement disponibles maintenant, mais c’est une autre discussion.

L’argument de Konstantin Kisin s’applique certainement aux jeunes esprits soumis au lavage de cerveau climatique sur les campus universitaires, mais s’applique également aux élites importantes qui pilotent des jets privés à destination et en provenance de Davos. Mais ne comptez pas sur ce dernier groupe pour en tenir compte ; c’est trop agréable et lucratif de prétendre être les “maîtres de l’univers”.

 

Cet article a été initialement publié dans The Daily Caller

Peter Murphy est chercheur principal au CFACT (Committee for A Constructive Tomorrow, à Washington). https://www.cfact.org/ Il a fait des recherches et plaidé pour une variété de questions politiques et a été publié dans de nombreux médias, dont The Hill, le New York Post, le Washington Times et le Wall Street Journal. https://www.petermurphylgs.com/

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire