Critique de l’ICSF du sixième rapport de synthèse du GIEC, résumé à l’intention des décideurs (AR6 SYR SPM)

Nous publions ici la traduction d’un extrait d’article de l’ICSF (Irish Climate Science Forum) suite à la parution récente du sixième rapport de synthèse du GIEC, résumé à l’intention des décideurs (AR6 SYR SPM : Summary for Policy Makers).

Les données scientifiques erronées du GIEC ont malheureusement conduit à l’élaboration de politiques absurdes basées sur l’atténuation, qui ne feront que nuire à l’économie et n’auront pratiquement aucune incidence sur le climat.

Une adaptation bien ciblée à un réchauffement modeste est la voie à suivre pour les décennies à venir. Des commentaires politiques similaires s’appliqueront à d’autres juridictions.

L’ICSF développe son argumentation ci-dessous, en faisant référence aux conférences très pertinentes données par des scientifiques et des ingénieurs de renommée mondiale (sur la base de leurs recherches approfondies), dont la liste figure en annexe.

Le rapport de synthèse du GIEC comporte de graves lacunes :

L’ICSF estime que le rapport de synthèse du GIEC présente les graves lacunes suivantes :

  • Le SPM présente cinq modèles très divergents pour les scénarios climatiques futurs, ce qui indique que le GIEC n’est toujours pas en mesure de prédire avec certitude le changement climatique jusqu’en 2100, un échec incroyable après six rapports d’évaluation en 35 ans. Les observations continues des températures montrent très clairement que la moyenne des modèles du GIEC exagère considérablement le réchauffement et, en particulier, que les scénarios supérieurs (les scénarios SSP3-7.0 et SSP5-8.5, ce dernier montrant un réchauffement de près de 5°C d’ici 2100) sont très peu plausibles[3,4,5,8.9.21].
  • Le SPM implique une sensibilité climatique d’équilibre (SCE, définie comme l’augmentation de la température mondiale due à un doublement des niveaux de gaz à effet de serre) de 3°C, malgré de nombreuses estimations indépendantes de SCE inférieures à 1,5°C[21]. Les données scientifiques les plus récentes indiquent une sensibilité climatique de seulement 1°C[1,5]. Le GIEC a inexplicablement ignoré les preuves d’une faible SCE.
  • Dans le contexte réel, le réchauffement actuel ne présente donc aucune menace significative ; la température mondiale se rétablit heureusement progressivement par rapport à celle du petit âge glaciaire (aujourd’hui supérieure d’environ 1,1 °C à son minimum de 1850), l’une des périodes les plus froides de ces 2 000 dernières années[13]. La planète a bénéficié de cette augmentation de température.
  • Les données de température satellitaires actuelles, les plus complètes et les plus précises disponibles, confirment un taux moyen d’augmentation de la température mondiale au cours des 40 dernières années d’à peine 0,13°C par décennie[3,4,21]. Cela laisse présager une augmentation supplémentaire d’environ 1°C d’ici 2100, pour atteindre une température similaire à celle des périodes de réchauffement minoenne, romaine et médiévale (que le GIEC a d’ailleurs tenté d’effacer dans son graphique défectueux “en crosse de hockey”).
  • Les modèles SPM ne comprennent pas l’influence logarithmique décroissante du CO2 sur les GES à mesure que sa concentration dans l’atmosphère augmente[2,7,20]. Les 100 premières ppm de CO2 produisent environ 80 % de leur effet GES (ce qui, heureusement, rend la Terre habitable), chaque augmentation ultérieure en produisant de moins en moins, et au niveau actuel de 410 ppm, il y a déjà saturation[5,21]. Par conséquent, l’ajout de CO2 anthropique ne provoquera qu’un réchauffement supplémentaire très modeste induit par les GES, auquel le monde pourra prudemment s’adapter.
  • En gardant à l’esprit que le niveau global de CO2 de 410 ppm est près de 50 % supérieur au niveau préindustriel de 280 ppm [1,16], le doublement probable des niveaux de GES à 560 ppm d’ici 2100 impliquerait moins de 0,5°C d’augmentation supplémentaire due à l’influence anthropique d’ici 2100 [7,8]. Une fois de plus, les observations du monde réel réfutent catégoriquement les modèles du GIEC.
  • Si l’on considère la situation inverse, la réduction des émissions futures par l’atténuation aura un impact pratiquement imperceptible sur le climat. Le GIEC lui-même reconnaît discrètement l’effet minime de l’atténuation sur plusieurs décennies, car le CO2 anthropique ne représente qu’une infime partie du cycle global du carbone qui s’étend sur plusieurs siècles [8,14,17, 20, 21].
  • Pour vérifier la réalité de l’inefficacité de l’atténuation, la pandémie COVID-19 a réduit les émissions mondiales de GES d’environ 6 % en 2020, ce qui a eu une influence négligeable sur la concentration atmosphérique mondiale de CO2 et, par voie de conséquence, sur le climat [8,11,14,19].
  • Le SPM affirme à tort que le taux d’augmentation de la température mondiale après 1970 est sans précédent, alors qu’il a été tout aussi rapide dans les années 1910-1945, avec un refroidissement mondial entre 1945 et 1978[1,5,19], ce refroidissement en lui-même contredisant totalement l’affirmation du GIEC selon laquelle tout le réchauffement moderne est lié aux gaz à effet de serre.
  • Les données paléoclimatiques déduisent des taux similaires d’augmentation de la température au cours des périodes de réchauffement précédentes[13], ces périodes de réchauffement antérieures n’étant manifestement pas dues aux niveaux de GES en vigueur à l’époque[18]. Le GIEC ne reconnaît pas cette déconnexion entre les variations importantes des GES et les variations de la température planétaire au cours des périodes géologiques passées[13]. En général, le GIEC choisit d’ignorer les preuves de la variabilité naturelle du climat, ce qui constitue une autre grave lacune[13,18].
  • En particulier, en ce qui concerne les émissions liées à l’agriculture, le SPM ignore les dernières recherches menées par des scientifiques indépendants, notamment les professeurs William Happer et William van Wijngaarden, qui ont prouvé que le réchauffement dû à l’oxyde nitreux et au méthane sera insignifiant (moins de 0,1 ºC/siècle)[1,2,7,17,20].
  • Le SPM fait référence à une augmentation supposée catastrophique du niveau moyen de la mer à l’échelle mondiale en sélectionnant des données. Cent ans de relevés marégraphiques réels indiquent un taux d’élévation linéaire de seulement 1 à 2 mm/an, tandis qu’une trentaine d’années de données altimétriques satellitaires indiquent un taux d’élévation d’environ 3 mm/an [1,3,19], aucun des deux ensembles de données ne présentant de signe d’accélération. Même en prenant le chiffre le plus élevé, l’élévation n’est que de 25 cm d’ici 2100 ; les modèles du GIEC qui prévoient jusqu’à 90 cm d’élévation du niveau de la mer d’ici 2100 sont largement exagérés.
  • Les tendances présumées des “événements météorologiques extrêmes” sont fréquemment citées dans le SPM, comme elles l’étaient également dans le SPM du rapport du groupe de travail 1. Cependant, l’analyse rigoureuse des données dans les chapitres détaillés du rapport du GT1 n’indique aucune tendance à l’augmentation des inondations, des sécheresses (météorologiques ou hydrologiques), des incendies de forêt, des cyclones tropicaux, des tempêtes hivernales, des orages, des tornades, de la grêle, de la foudre ou des vents extrêmes, alors qu’il existe des preuves de l’augmentation des vagues de chaleur, des fortes précipitations et des sécheresses (écologiques et agricoles), ce qui n’est pas surprenant, étant donné que la planète est légèrement plus chaude[6,8,9]. Ces données remettent également en cause la thèse du rapport de synthèse SPM selon laquelle ces phénomènes s’aggraveront à mesure que le réchauffement se poursuivra. Le rapport de synthèse SPM est erroné sur ces deux points.
  • Par ailleurs, il a été démontré que les “études d’attribution d’empreintes digitales” du GIEC sur les événements météorologiques extrêmes sont systématiquement erronées d’un point de vue statistique[6,9], ce que le GIEC n’a jamais compris.
  • En ce qui concerne les commentaires du SPM sur la cryosphère, les observations réelles montrent que la glace de l’Arctique a diminué depuis 1979, mais qu’elle est restée stable en moyenne au cours des 15 dernières années. La situation de la calotte glaciaire du Groenland est similaire à celle des années 1880. L’Arctique et le Groenland ont tous deux connu un réchauffement au cours des siècles passés, mais ils se sont rétablis. L’Antarctique connaît actuellement des températures froides record. Le recul naturel des glaciers révèle régulièrement de la végétation et des objets historiques datant de périodes chaudes antérieures [1,3,8,18,19].
  • Bien qu’elles ne soient pas explicitées dans le rapport, les petites îles du Pacifique ne disparaissent pas, le réchauffement ou l’acidité des océans ne posent pas de problèmes majeurs, les récifs coralliens se rétablissent et les ours polaires prospèrent. Le SPM manque d’équilibre scientifique.
  • Enfin, le GIEC n’explique pas que la légère augmentation des niveaux de CO2 dans le monde améliore en fait la photosynthèse et le rendement des cultures, ce qui contribue à atténuer la sous-alimentation persistante, qui sévit malheureusement encore dans les régions en développement[2,7,20].

En résumé, le message implicite du SPM sur l’existence d’une “crise climatique” n’est pas du tout étayé par les nombreux arguments cités ci-dessus ; au contraire, les observations dans le monde réel n’indiquent qu’un réchauffement supplémentaire modeste d’environ 1°C d’ici à 2100. Le mantra du SPM en faveur d’une “réduction profonde, rapide et durable des émissions” n’est qu’un vœu pieux ; l’adaptation est la voie à suivre. Il semble que l’objectivité scientifique du GIEC soit compromise par la pensée de groupe et la géopolitique[5,8,9,10,11,14,16, 21

Annex: Reference List of ICSF/CLINTEL Lecture Recordings: 

Ref 

Lecturer, Date 

Title, Link 

Prof Ray Bates,  

Oct 21, 2020 

“Methane Accounting in the EU, its Implications for Ireland – The Good News”  https://youtu.be/0bLKBrWMnf0

Prof William van  

Wijngaarden,  

Nov 25, 2020 

“Methane and Climate Change”  

https://youtu.be/rgP-lwf2tb8

Dr John Christy  

Jan 21, 2021 

“Testing Climate Claims – Update 2021”  

https://youtu.be/D2Cd4MLUoN0

Dr Roy Spencer  

Mar 3, 2021 

“Is there a Climate Crisis? Reviewing the Evidence”  

https://youtu.be/j80PhHJbZcs

Emeritus Prof Dick  Lindzen  

Mar 21, 2021 

“The Imaginary Climate Crisis – How can we change the Message?”  https://youtu.be/GD8SXP02h4c

Dr Ross McKitrick  

May 12, 2021 

“Climate Policy – when Emotion meets Reality”  

https://youtu.be/5oD_WrfxR1Y

Prof Will Happer  

June 23, 2021 

“Climate, CH4, N2O and CO2 – the Good News for Agriculture”  https://youtu.be/o5HYbAkVXuU

Dr Steven Koonin  

Sept 22, 2021 

“Unsettling the Science”  

https://youtu.be/AM4IAAhAf4A

Dr Roger Pielke Jr  

Oct 27, 2021 

“What does IPCC AR6 say on Scenarios and Extreme Weather?”  https://youtu.be/4wamPyDhwEY

10 

Dr Benny Peiser,  

Dec 1, 2021 

“After COP26, with a looming energy crisis, is there a realistic alternative to  Net Zero?”  

https://youtu.be/CmgZmqP5XC0

11 

Dr Patrick Moore,  

Feb 10, 2022 

“Fake Invisible Catastrophes and Threats of Doom”  

https://youtu.be/dIl5EgDgRMI

12 

Prof Michael J Kelly,  March 23, 2022 

“The Cost of Achieving Net Zero in Ireland” 

https://youtu.be/wCaJnZIeRIc

13 

Tom Gallagher,  

Roger Palmer.  

April 20, 2022 

“Lessons from Paleoclimate – Conveniently Ignored by the IPCC”  https://youtu.be/pj-Iu1i317E

14 

David Siegel,  

May 18, 2022 

“Get to know the real cause of Global Warming – and zap your Eco-Anxiety”  https://youtu.be/-ZQ9ZpkEwr4

15 

Dr Lars Schernikau  June 22, 2022 

”How to Make Future Energy Affordable, Reliable and Sustainable”.  https://youtu.be/PoCgc-cbC0M

16 

Jim O’Brien  

Aug 31, 2022 

“Climate Change – an Existential Threat or Not?”  

https://youtu.be/RBGSofNUAuI

17 

Dr Tom Sheahen  

Sept 21, 2022 

”Methane – the Irrelevant Green-House Gas”.  

https://youtu.be/CqWv26PXqz0

18 

Prof Wyss Yim  

Oct 26, 2022 

“Volcanic Eruptions, a Driver of Natural Climate Variability – ignored by IPCC”  https://youtu.be/OlTlMXR_tSw

19 

Prof Ole Humlum  

Dec 7, 2022 

“The State of the Climate – Based on Real Observations”  

https://youtu.be/nU9UblitEWg

20 

Prof William van  

Wijngaarden  

Jan 24, 2023 

“Do Agricultural Emissions of GHG Affect Climate?”  

https://youtu.be/rBl16fV8kms

21 

Viscount Christopher  Monckton of  

Brenchley  

Mar 1, 2023 

“The Uneconomics of Net-Zero”  

https://youtu.be/KGqEhc70Emw

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

3 réponses

  1. Cet article constitue une bonne synthèse des critiques que l’on peut faire des travaux du GIEC. Il en tire des prévisions très atténuées par rapport aux scénarios les plus pénalisants du GIEC. Cependant ces prévisions atténuées sont elles-mêmes fausses dans la mesure où elles font du « toute chose étant égale par ailleurs ». Or il existe d’autres facteurs climatiques que ceux pris en compte par le GIEC dont il faudrait tenir compte dans les prévisions, l’activité cyclique de l’activité solaire par exemple. Mais j’imagine que ce n’est pas l’objectif de l’article de dépasser le périmètre du rapport du GIEC. Une suite dans ce sens serait elle attendue de la part de l’ICSF ?

  2. Le GIEC dans ses estimations d’évolution des températures essaie de supprimer les mesures issues de ce, qu’il appelle “les îlots urbains de chaleur” pour tenter de mettre en évidence le seul effet CO2. Mais ce qui nous intéresse c’est l’évolution des températures au niveau zéro. Toutes les causes doivent donc être prises en compte! Si le CO2 était responsable de piéger la chaleur alors l’émission globale de la Terre dans le domaine infrarouge vers l’espace devrait baisser! Ce n’est pas le cas, elle augmente! Notre consommation d’énergie qui fait peur à Monsieur Jancovici pourrait être la cause de cette surprise! Mais cette augmentation ne prouve-t-elle pas que la Terre se régule?
    L’article reprend bien les différents arguments du GIEC en les dénonçant. Rajoutons que la Terre se régule!

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire