Les “fact-checkers” de l’AFP accusent Gérondeau de mensonge quand il dit que la température baisse depuis 7 ans

Lors de la présentation récente de son dernier livre “Le Climat par les chiffres” à Sud-Radio, Christian Gérondeau énonçait :

La température de la Terre baisse depuis 8 ans, tout le monde peut trouver les chiffres

et

La courbe que je publie est disponible pour tout le monde. On peut avoir la température moyenne de la Terre tous les mois, personne ne peut les ignorer, il suffit de chercher ‘température Terre’ et vous l’avez. Eh bien ça baisse depuis huit ans

Il n’en fallait pas moins pour que les “fact-checkers” de l’AFP affirment que c’était un mensonge :

“Alors que les huit dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées dans le monde, l’ancien haut-fonctionnaire climato-sceptique Christian Gerondeau, en pleine promotion de son nouveau livre sur plusieurs plateaux radio et télévisés, a affirmé que “la température mondiale baisse depuis 2015“, selon des chiffres officiels britanniques, voulant remettre en cause l’importance du dérèglement climatique pourtant établie par un consensus scientifique. Ces interprétations sont erronées, comme l’ont confirmé le service météorologique britannique, l’organisation météorologique mondiale, un chercheur de Météo-France et une climatologue auprès de l’AFP. Les données montrent en réalité que la température mondiale est largement en hausse par rapport à ses niveaux préindustriels.”

Annoncer que la température moyenne de la planète baisse alors qu’on ne parle partout que de record de réchauffement est très provocateur. Cette annonce faîte par Christian Gérondeau à l’occasion de la publication de son nouveau livre « Le climat par les chiffres » n’a pas manqué de susciter immédiatement un tollé accusateur de la part des gardiens de l’orthodoxie climatique.

Dans la réalité, Christian Gérondeau n’a pas tort : sur le strict intervalle de temps de 2015 à 2022, la droite de régression de la température est très légèrement descendante. Mais cet intervalle de temps est trop court pour que l’on puisse en tirer des conclusions déterminantes.

Le procès qui lui est fait par les Facts Checkers de l’AFP n’en n’est pas très moins excessif.

Que disent ces relevés ? (Les courbes ci-dessous sont générées sur le site https://woodfortrees.org/, à partir des données publiées par le Hadley Center (Met Office) et la NASA (UAH) :

Les deux courbes montrent effectivement une décroissance globale sur les 7 dernières années, ce qui donne raison à Christian Gérondeau, qui ne dit pas autre chose.

Mais les  “fact-checkers” de l’AFP ne vérifient pas las faits, contrairement à ce qu’ils prétendent ; ils vérifient simplement la conformité à la doxa et aux affirmations (politiques, car issues du Résumé pour les Décideurs) du GIEC.

… et la presse, dans son ensemble, se contente souvent de répéter les dépêches de l’AFP, sans même les modifier.

 

C’est vraiment dommage pour ces “Fact checkers” car la courbe de la NOAA, comme les courbes ci-dessus, leur donne tort et donne raison à Gérondeau.

Si on élargit la courbe sur 12000 ans, avec la sortie du dernier âge glaciaire, on s’aperçoit que la température actuelle est très loin d’être exceptionnellement chaude :

(source : https://www.researchgate.net/figure/Succession-des-optima-climatiques-holocene-romain-medieval-et-a-lextreme-droite_fig1_340579574)
Les optima holocène, romain, médieval (et minoen non repris dans la figure), posent un problème aux tenants de la théorie basée sur l’hypothèse de l’effet de serre, puisque il n’y avait pas d’émissions ‘anthropiques’ de gaz à effet de serre durant ces périodes.

Ces optima ne peuvent s’expliquer que par des causes naturelles ce qui gêne fortement le GIEC pour qui la période chaude actuelle a une origine anthropique. On voit aussi que les périodes chaudes (optima en rouge) sont séparées de périodes froides (en bleu, par exemple le ‘Little Ice Age‘ – Petit Age Glaciaire en français) ce qui traduit une variabilité naturelle du climat à l’échelle pluriséculaire.

De nombreux graphiques semblables à celui-ci peuvent être consultés ici. NB: abréviation BP = ‘before present’, c’est-à-dire avant le présent, l’année considérée comme le présent étant 1950 de notre calendrier, date antérieure aux essais nucléaires qui ont perturbé la répartition d’isotopes utilisés en radio chronologie.

D’ailleurs des études très récentes (2021) ont mis en évidence des températures nettement plus élevées que maintenant au début de l’Holocène (notre période actuelle – depuis -10 000 ans) et même plus tardivement, allant jusqu’à 7 ou 8°C (!)

– Zhou et al., 2021 South China Sea ~4°C warmer SST during the Middle Holocene…1994-2004 coldest temperatures of the last 6000 years
– Nazarova et al., 2021 (full) East Russia 1.5°C warmer than present during Medieval Warm Period (750-1250 AD)
– Shuttleworth et al., 2021 Sub-Antarctic Atlantic ~2°C warmer ~4000 to ~5000 years ago
– Allan et al., 2021 Greenland 5-7°C warmer (4-5°C vs. 10-12°C) than today from 7,500 to 5,500 years ago.
– Campbell-Heaton et al., 2021 Arctic Canada 6-8°C warmer than today during Early Holocene
– Myers et al., 2021 Antarctica “5 °C warmer than modern conditions” during the Early Holocene
– Hällberg et al., 2021 Indian Ocean “3°C warmer than today around 5 ka BP”
– Sjögren, 2021 Sub-Arctic Norway, Sweden, Finland, Russia 2.5°C to 7.0°C warmer than today during Early Holocene
– Cisneros et al., 2021 (referencing Cisneros et al., 2016) Mediterranean 2-3°C warmer ~1,500 years ago

Nos articles sont généralement publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

6 réponses

  1. Tout le monde a raison. Si on regarde les 8 dernières années sur un siècle elles sont en effet les plus chaudes.
    Sauf que “la température ne monte pas chaque année” et qu’il n’y a pas “d’urgence climatique” comme disent les perroquets du sévice public. Toute la question est de savoir si nous sommes en présence d’un palier provisoire avant une poursuite de la montée ou si ce palier légèrement descendant n’est pas , comme je le crois, l’amorce du futur refroidissement, lequel arrivera tôt ou tard …

  2. “Ces interprétations sont erronées, comme l’ont confirmé le service météorologique britannique, l’organisation météorologique mondiale, un chercheur de Météo-France et une climatologue auprès de l’AFP. Les données montrent en réalité que la température mondiale est largement en hausse par rapport à ses niveaux préindustriels.”
    Christion Gérondeau fournit des courbes dont l’origine est connue et authentifiée. Les fact-checkers de l’AFP affirment sans démontrer en s’appuyant sur des données non réellement sourcées, comme “un chercheur” ou ” une météorologue” Il conviendrait de dire “qui et quand” et sur la base de quels relevés.
    On constate que toutes ces opérations de communication sont plus ou moins rattachées à l’ONU.
    Le fantôme de Maurice Strong hanterait-il ces lieux devenus le Temple du Mondialisme?

    1. Maurice Strong n’est qu’une personnalités à la tête d’une immense et puissante armée des ombres, comme le dénonce et explique très bien Christian Gerondeau dans plusieurs de ses ouvrages. Les Verts Allemands en particulier se sont accaparés les principales commandes au plus haut niveau des Nations Unies, PNUE, PNUE, et GIEC, parmi d’autres, sans parler du rôle majeur de Greenpeace, dénoncé par son fondateur et ancien Président Patrick Moore dans son livre explosif et révélateur : « pourquoi j’ai quitté Greenpeace ».

  3. Je me garderai bien de contredire Christian Gérondeau sur ce point tant le système de mesure des températures moyennes de la planète (TMAG) est critiquable!
    Mais il est indubitable que le CO2 n’y est pour rien et que nos productions et consommations d’énergies pourraient y être pour quelque chose!
    Mais jusqu’à ce jour personne n’a pu séparer les influences naturelles des influence humaines dans les variations éventuelles de TMAG.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire