RTE nous a préparé une économie anorexique pour 2050

Bruxelles continue de vouloir une paupérisation de l’UE ne disant pas son nom, que RTE n’a pas hésité à planifier.

Bruxelles continue de vouloir une paupérisation de l’UE ne disant pas son nom, que RTE n’a pas hésité à planifier. Et si le dévoiement de la taxonomie européenne ne suffisait pas à neutraliser le principal obstacle à ce projet, exclure le nucléaire du plan REPowerEU à 210 milliards d’euros ne devrait pas manquer d’y parvenir.

Deux dirigeants de grandes entreprises, soudain épouvantés par la révélation que « Futurs énergétiques 2050 » nous prépare un pays technologiquement incapable de satisfaire avec sécurité les besoins d’électricité prévus, qui risque fort de manquer d’énergie en 2050 ou même avant, et dont la souveraineté énergétique aura été considérablement affaiblie, viennent de confier un peu tardivement leur désarroi au journal Le Monde.

En exhortant benoitement notre « gouvernement de prendre conscience du désastre annoncé par « Futurs énergétiques 2050 » et en proposant une PPE 2023 fondée sur des schémas très différents, nos deux capitaines d’industries ne mesurent manifestement pas la gageure que représente désormais la reconstitution des marges énergétiques de notre pays, ni de la conjuration qui y sévit depuis plus de 25 ans.

Renouveler notre parc de production : la promesse de l’intenable

Interrogés par les auteurs du Rapport RTE 2050 dont il est ici question, les représentants de la filière électronucléaire française affirmèrent que l’industrie nucléaire française n’est pas en mesure de construire un parc de plus de 50 GW à l’horizon 2050.

Selon lesdits auteurs, construire un tel parc représenterait par ailleurs « un défi industriel avec de fortes incertitudes sur sa réussite. »

Citons ces représentants de RTE :

« La France n’est dans tous les cas pas en capacité à la date actuelle de construire des réacteurs nucléaires au même rythme que dans les années 80. Le rythme de construction actuel […] ressort nettement en dessous de celui du programme nucléaire historique […] cette différence […] a fait l’objet de discussions passionnées […] mettant l’accent tantôt sur le caractère exceptionnel du programme nucléaire civil français des années 1980, tantôt sur la perte de compétence industrielle du pays depuis. »

À toutes fins utiles, il convient de rappeler que le parc actuel est encore de plus de 60 GW, en tenant compte de l’arrêt de Fessenheim.

Commentaires

La France des années 2020 n’est en effet plus celle de 1980. Parvenir à mettre 50 GW sur le réseau en 2050 implique selon RTE un scénario de ré-industrialisation profonde visant une part de l’industrie manufacturière représentant 12 à 13 % du PIB à l’échéance 2050.

Certes, mais alors de combien devrait être cette part – de 20 % en 1980 – sans ré-industrialisation profonde ? Moins de 10 % ? À l’évidence, la concertation de RTE menée il y a deux ans avec nos industriels et nos acteurs du nucléaire décrit une France durablement atteinte de désindustrialisation, incapable de maintenir un parc de centrales de la puissance de celui actuellement exploité… sans parler de l’exportation.

Et dire qu’il n’y a pas si longtemps, EDF et ses partenaires réussissaient non seulement à mettre en service 59 réacteurs en tout juste 25 ans, Superphénix compris, mais à participer lourdement à la mise en service des deux réacteurs de Daya Bay en Chine et de ceux de Corée du Sud et d’Afrique du Sud. Pour la seule année 1982, EDF-production se vit remettre les clefs de huit réacteurs, soit un toutes les six semaines ; 1984 étant l’année du couplage des quatre tranches de Cruas.

Hélas, à l’absence de chantier et de transmission des compétences durant 15 ans s’est ajoutée l’ignorance de présidents d’EDF politiques parachutés qui ne connaissaient rien à l’organisation du programme nucléaire. Comment s’étonner ensuite que la Cour des comptes ait dénoncé le fait que des appels d’offres furent lancés pour le chantier EPR de Flamanville alors que les études correspondantes n’étaient pas terminées !… C’était là le fruit de la dissolution d’une direction de l’Équipement EDF dont l’auteur n’avait pas compris le rôle central.

Le drame est que Framatome-Areva n’a pas non plus réussi à transmettre ses compétences et surtout que 40 % de ses sous-traitants ont mis la clef sous la porte.

Spéculations

Si l’on songe que, à défaut de prolonger le parc actuel à 80 ans, ce dernier arrivera à obsolescence entre 2050 et 2060, est-il bien raisonnable de continuer à engloutir de 20 à 40 millards d’euros par décennie dans un éolien dont on a pourtant un large retour d’expérience du piètre service qu’il est capable de rendre ?

Est-il seulement honnête de prétendre conjurer un « effet falaise » menaçant d’amputer dramatiquement notre capacité de production en programmant de diviser par deux la consommation énergétique nationale des années 1970 et en comptant sur la mise en service de six EPR2 et de quelques SMR encore à l’étude ?… Sachant que l’on peut compter sur l’intouchable ASN pour allonger à discrétion la mise au point des deux prototypes et plus encore les délais de couplage au réseau des premières unités de production.

Par ailleurs, il ne faut pas oublier qu’Emmanuel Macron a argué du déclassement technique et industriel de l’opérateur historique pour justifier de confier la construction des six EPR2 à un consortium dans lequel EDF ne jouira probablement pas de prérogative particulière et duquel il n’est sûr que l’industrie française tire la part du lion. En tout cas, l’opérateur historique peut d’ores et déjà tirer un trait sur l’ambition de recouvrer un jour sa fonction d’architecte industriel, de maître d’œuvre et de maître d’ouvrage.

Tout ceci n’augure rien de bon, ce dont n’est plus dupe depuis des années la communauté industrielle et scientifique internationale.

Ainsi, pouvait-on déjà lire ceci dans le Nuclear Engineering International du 8 octobre 2011 :

« L’annonce par EDF du retard de l’EPR de Flamanville n’est une surprise pour quiconque au sein de l’industrie nucléaire [mondiale]… certains des problèmes maintenant rencontrés en France semblent les mêmes… qu’en Finlande ».

Pour décrire ces derniers problèmes, l’article cite le Régulateur finlandais :

« Une autre leçon [du chantier de l’EPR finlandais] est que le savoir-faire du constructeur est la clef du problème ».

On ne doit pas oublier non plus que, en quelques années, « RTE SA à directoire » est discrètement passé du statut d’héritier du Service des Mouvement d’Énergie d’EDF à celui de courtier énergétique exclusif. Bien entendu, un courtier courtisé comme il se doit et par la force des choses guère désintéressé, ainsi qu’en témoigne sa fonction de maître d’ouvrage du gigantesque projet de parc éolien offshore de l’île d’Oléron et Sainte-Marie-de-Ré : 500 à 1000 MW répartis sur 300 km2. Le même RTE qui, à l’annonce du déplacement à 2035 de la date butoir de la limitation de notre production nucléaire à 50 %, n’avait rien jugé de mieux que recourir à 20 centrales à gaz supplémentaires, dès 2025.

De qui doivent émaner les conclusions suivantes, eu égard au fait que la situation énergétique de la France n’est guère différente de celle de 1973 ?

Le pire pour notre pays serait de continuer de ne voir dans le nucléaire de troisième génération que ce que le pouvoir politique oblige sa population à voir : une énergie et un marché de transition. Non seulement les Français doivent rapidement se convaincre que la thèse d’une production EnR définitivement durable est une ruineuse supercherie, mais que l’aboutissement bien plus profitable du développement nucléaire est la filière dite « rapide » des réacteurs de quatrième génération. Là se trouve réellement le marché durable de surcroît mondial dans lequel la France peut encore occuper une place importante et surtout puiser les moyens d’une authentique réindustrialisation.

Miser sur une flexibilité et un niveau de production requis des EnR obtenus par l’illusoire stockage de l’électricité et/ou par une production d’hydrogène à jamais non rentable, quelle qu’en soit la source, ne tardera pas à se révéler une suicidaire fuite en avant.

On adjure donc nos compatriotes de prendre connaissance de ce communiqué du gouvernement anglais daté d’octobre 2021, intitulé New finance model to cut cost of new nuclear power stations, disant mieux que quiconque tout le bien que nos amis Anglais pensent du nucléaire.

Cela étant, l’honnêteté et la lucidité du constat de la situation énergétique de la France font le devoir de considérer que la reconstitution de marges d’exploitation trop dangereusement épuisées ne va pouvoir transitoirement se faire qu’au prix de la construction en urgence de quelques centrales à charbon de dernières générations, c’est-à-dire plus performantes que jamais en termes de propreté.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire