Climat : comment démonter l’accusation

Le climato-alarmisme repose sur 3 pieds :

  1. Le CO2 d’origine humaine est à l’origine de l’augmentation constatée de la concentration de CO2 atmosphérique
  2. L’augmentation de la concentration de CO2 est à l’origine du réchauffement constaté de la planète
  3. Ce réchauffement climatique est à l’origine de mauvaises choses

 

Supprimer un de ces 3 pieds devrait faire écrouler tout l’édifice.

Et ce serait quelque-chose d’assez simple dans un monde scientifique « normal » où les observations et le raisonnement rationnel prévalent, sans que les politiques s’en mêlent.

Mais pour éviter cela, les tenants de l’alarmisme utilisent une autre démarche qu’on peut résumer ainsi : d’éminents scientifiques du climat ont déterminé avec une certitude scientifique que nous devons arrêter nos rejets de CO2 pour stabiliser le climat.

Cela évite d’avoir à en discuter sur le plan scientifique proprement dit, comme le recommande justement Jean-Marc Jancovici.

Alors que :

  • L’expression “éminents scientifiques du climat” fait référence à des “scientifiques” non identifiés et non dénombrés, et qu’on ne peut pas soumettre à un contre-interrogatoire.
  • L’argument fait appel à l’autorité, ce qui n’est pas valable en science. Le mot “éminent” ne devrait pas être autorisé, car il sert uniquement à influencer le public de manière émotionnelle. Toutes les affirmations scientifiques doivent reposer sur des arguments scientifiques sans appel à l’autorité.
  • L’argument fait appel à une forme de “consensus”, ce qui n’est pas valable en science.
  • L’argument prétend à la “certitude scientifique”, ce qui est impossible selon la méthode scientifique.
  • L’argument suppose que le CO2 d’origine humaine est à l’origine de toute l’évolution du climat ; mais si ce n’est pas le cas, arrêter les rejets de CO2 est sans objet.

 

Mais ce flou propagandiste est beaucoup plus difficile à contredire.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

12 réponses

  1. Bonjour,
    Les 3 pieds dont vous parlez, sur lequel le climato-alarmisme repose ne sont pas tout à fait justes.
    Je me considère comme une climato-alarmiste et si je devais choisir 3 piliers sur lesquels mon “alarmisme” repose seraient :

    • Le problème du “7ème continent”, les gyres océaniques sont remplies de plastique (bouteilles, emballages souples, …). Il pose un réel problème pour la pêche, si vous aimez le poisson c’est un combat à prendre. De plus le plastique ne se dégradent pas au sens propre, il se dissocie, particule par particule et s’immise partout. Les nouveaux nés naissent avec du microplastique dans leur corps, c’est très alarmant.
    Un article intéressant de 2012 : https://www.lemonde.fr/planete/article/2012/05/09/le-7e-continent-de-plastique-ces-tourbillons-de-dechets-dans-les-oceans_1696072_3244.html

    • La chute de la biodiversité, nous avons perdu 3/4 de la population d’insectes et plus de la moitié des espèces de cette catégorie sont en statut menacé. Ces insectes sont précieux à l’agriculture (oui il n’y a pas que des nuisibles, il y a également des auxiliaires) mais aussi à d’autres espèces prédateurs comme les oiseaux. Si vous aimez les oiseaux et/ou mangez des légumes, c’est important de se soucier de ces insectes.
    Un article intéressant : https://www.nationalgeographic.fr/environment/biodiversite-la-faune-francaise-continue-de-sappauvrir-a-un-rythme-alarmant

    • Enfin le dernier pilier que vous avez cité, le carbone qui s’accumule dans l’atmosphère, ce n’est qu’un détail en fait de ce point. On parle souvent de ce CO2 nocif, de ce 1,5 degré supplémentaire à l’ère préindustrielle mais ce ne sont que des marqueurs pour visualiser l’évolution du problème qui est fort complexe. Ce qu’il faut en retenir c’est qu’effectivement en rejetant plus de CO2 que la planète ne peux en traiter nous gardons cette quantité supplémentaire dans l’atmosphère. Les arbres sont de très bons capteurs de CO2, et une partie du problème est cette diminution d’arbres sur notre planète (mégafeux, déforestation, exploitation du bois,…).
    Donc en produisant du CO2, une surcharge de CO2 se crée ; en supprimant des arbres, une diminution de la captation du CO2 se crée et la manière dont les arbres disparaissent en fumée crée également du CO2.
    Bref le problème s’exacerbe… Et ces ne sont que les grandes lignes, c’est bien plus complexe que je l’explique et si je devais le faire on pourrait écrire un livre entier… Car je n’ai pas abordé la fonte des glaces, qui est lié au problème de CO2 et de hausse de température, et qui l’exacerbe car en fondant : plus de chaleur, donc plus de fonte glacière, donc plus de chaleur… Bref le serpent qui se mord la queue. Et je n’aborde même pas le dégel du permafrost, je vous invite à vous renseigner par vous même.

    Les conséquences de ce problème de réchauffement sont pourtant largement visibles : sécheresses et inondations de manière intense et répétée. Car oui, ce sont des phénomènes météo tout à fait naturels mais la fréquence et l’intensité auxquelles ils se produisent sont alarmant et posent questions pour notre bien-être et ceux des autres espèces.

    On pourrait supposer que nous n’y sommes pour rien, que c’est l’évolution naturelle du climat et que si nous n’avions inventé ni le plastique, ni les pesticides, ni les usines à charbon nous serions dans la même panade climatique mais les scientifiques non identifiés dont vous parlez sont identifiables et sont sûrs de leurs conclusions.
    Monsieur Van Ypersele est un scientifique belge de l’université de Louvain et je suis sûre qu’il se fera une joie de répondre à toutes vos questions.
    Il y en a d’autres comme Aurélien Barreau ou Jean Jouzel, pour ne citer que des hommes.

    Quant à la certitude scientifique, elle existe bien. Nous avons d’ailleurs la certitude scientifique que la terre tourne autour du soleil, n’est pas tout à fait ronde et possède un satellite naturel, la lune.

    Je comprend que ce flou propagandiste peut semer le doute, en plus d’une sidération de ce qui nous arrivent (il faut bien l’avouer, le déni est bien plus simple pour notre cerveau que de faire face à quelque chose que nous ne maitrisons pas) mais il faut creuser, chercher, lire, expérimenter, écouter la nature également … Si nous faisons de la propagande, c’est parce que tout le monde en fait pour se faire entendre. La propagande n’a pas été réservée qu’aux antagonistes, elle peut être utilisée à bon escient.

    J’espère que ce message apportera un peu plus de clarté dans ce combat complexe que les écologistes mènent.

  2. Bonjour,
    Les 3 pieds dont je parle ne concernent que votre 3ème point (les 2 premiers sont hors sujet sur ce site) ; je ne répondrai donc que sur votre 3ème point, le CO2.

    Concernant les arbres et la végétation, le CO2 et le réchauffement ont plutôt un effet très positif : https://www.nasa.gov/feature/greening-of-the-earth-mitigates-surface-warming.

    La fonte des glaces est sans doute due au réchauffement, mais rien ne prouve que le réchauffement actuel soit dû au CO2 (pas plus que celui de l’Optimum Médiéval par exemple).

    Contrairement à ce qu’on raconte, sécheresses et inondations n’augmentent pas statistiquement (ou alors, montrez-moi ces statistiques).

    Je connais de nom et de réputation Monsieur Van Ypersele, et j’accepterais volontiers de discuter avec lui (s’il l’accepte) ; mais je vous renvoie aussi, par exemple, à une liste de scientifiques cités sur le site belge https://www.science-climat-energie.be/auteurs-2/, et dont la plupart sont tout aussi qualifiés que lui, mais sont d’un avis contraire.

    Il n’y a aucune certitude scientifique, contrairement à ce que vous affirmez ; en particulier, le GIEC est avant tout une émanation politique de l’ONU, qui postule dès le départ que le réchauffement est d’origine humaine, choisit les articles auxquels elle fait référence dans ses rapports, et s’appuie uniquement sur des Modèles mathématiques que personne n’a jamais validés par l’expérience.

  3. Aucun des pieds ne tient debout:

    Le CO2 d’origine humaine n’est pas la cause de l’augmentation de sa concentration dans l’atmosphère!
    La concentration de CO2 n’a aucune influence sur le climat!
    Le réchauffement climatique n’est pas d’origine humaine!

    Ce qui est vrai:
    Les carburants fossiles ne seront pas éternels
    Il y a encore du charbon pour des milliers d’années
    La démographie mondiale va se stabiliser
    L’humanité n’est pas disposée à renoncer à ses progrès et à son confort
    Nous aurons besoin de beaucoup d’énergie
    Les transports utiliseront des carburants synthétiqiues
    Nous manquerons de CO2 pour en fabriquer

    1. “Le CO2 d’origine humaine n’est pas la cause de l’augmentation de sa concentration dans l’atmosphère!”.
      Qu’on le veuille ou non, l’homme injecte de l’ordre de 5 ppm de CO2 par an dans l’atmosphère ; et la concentration atmosphérique augmente d’environ 2,5 ppm/an.
      Personnellement, je ne crois pas à une coïncidence.
      Pour mémoire, l’augmentation liée à la température est de l’ordre de 10 ppm/°C, c’est d’ailleurs ce qui ressort des cycles de Milankovitch (100 ppm pour 10°C) ; donc on ne peut pas invoquer la température.

      1. La température n’est effectivement pas le seul paramètre qui influence la pCO2.
        Le calculateur en ligne de la pCO2 de l’Université du Colorado (https://biocycle.atmos.colostate.edu/shiny/carbonate/) en reprend deux autres: l’alcalinité et et le carbone inorganique dissous qui jouent également un rôle important dans la chimie carbonatée de l’eau de mer.

        Ce calculateur montre que la pCO2 passe de 172.6 ppmv (scénario Glacial) à 263.5 ppmv (scénario Preindustrial) pour une augmentation de température de moins de 5 °C.
        Comme il n’y a pas eu d’émissions anthropiques de CO2 entre ces deux époques, on peut considérer que cette augmentation est entièrement naturelle, même si la température seule ne justifie pas toute l’augmentation.

        Le même calculateur montre que l’augmentation de la pCO2 entre les scénarios Preindustrial et Modern est naturelle à environ 75%. Ceci contredit la position du GIEC qui considère que toute l’augmentation de la pCO2 depuis l’époque préindustrielle est exclusivement d’origine anthropique.

        1. Sur les 90 ppm d’augmentation dont vous parlez, une partie importante provient du réchauffement (loi de Henry).
          Pour le reste, vous rejoignez la théorie de Camille Veyres : l’influence du pH et de l’alcalinité.
          Mais, selon moi, ce n’est qu’une théorie, d’autant plus qu’à ma connaissance, il n’y a pas d’observatoire mondial reconnu de l’évolution de ces paramètres ; et, qui plus est, on ne sait pas ce qui peut les faire varier.
          C’est une chose à laquelle le GIEC devrait consacrer un peu d’argent, mais ça irait à l’encontre de sa charte qui stipule que le réchauffement est d’origine anthropique.
          Pas fou, le GIEC !

  4. En réponse à Jenn :

    • Le problème du “7ème continent” n’a pas de rapport avec le climat, c’est donc un HORS SUJET car Jacques-Marie MORANNE parle d’alarmisme climatique.
    C’est un problème de gestion des déchets par les pays du tiers-monde qui balancent tout à la mer et dans les rivières.
    Les pays développés qui envoient leurs déchets plastiques à ces pays du tiers-monde participent à cette pollution des océans.

    • La chute de la biodiversité : pas de rapport avec le climat, c’est donc encore un HORS SUJET

  5. En réponse à Jenn
    Bonjour Jenn et merci pour ce long commentaire très instructif à tous égards. Vous semblez appartenir à cette communauté d’écologistes sincères et c’est très réconfortant car ceux-ci sont de moins en moins visibles. Cependant vous véhiculez quelques erreurs scientifiques assez répandues, je vous prie de m’en excuser.
    Vous semblez obnubilée par les émissions de CO2. Or les émissions de CO2 d’origine humaine sont très faibles devant les émissions naturelles, le CO2 lui-même, quelle que soit son origine, n’a que peu d’influence sur l’effet de serre, l’effet de serre lui-même n’a que peu d’importance sur le réchauffement de la planète, à commencer par le réchauffement des océans.
    L’augmentation du CO2 atmosphérique est au contraire une bénédiction pour l’augmentation de la couverture végétale (vous êtes mal renseignée, la planète verdit globalement d’après les relevés satellitaires), le plancton et les récoltes, donc pour nourrir l’humanité.

    Vous dites que le réchauffement induit sécheresse et inondations. C’est un peu trop simple, le réchauffement induit une accélération du cycle de l’eau, donc des inondations en effet. Les sécheresses résultent de climats localisés liés à certains facteurs qui n’ont pas forcément de lien direct avec le réchauffement global.
    Vous dites que la certitude scientifique existe. En tant que physicien je puis vous dire qu’il n’y a jamais de certitude scientifique, ni de consensus définitif. Au début du 20 e siècle on disait que les météorites n’existaient pas « car il n’y a pas de pierre dans le ciel ». Ca a bien changé depuis…Les modèles des sous-traitants du GIEC, à peu d’exceptions près, ne sont pas recalés sur les mesures réelles de température, alors que c’est l’ABC du métier. Ces modèles sont peut-être séduisants pour les jeunes ingénieurs en informatique, mais ils ne valent rien en physique !
    Vous parlez de « déni ». Aucun scientifique digne de ce nom ne nie le réchauffement climatique. Il s’interroge sur son intensité et préfère s’appuyer sur les mesures réelles qui indiquent un réchauffement lent, faible et constant depuis un siècle (d’ailleurs en pause depuis 2016 et non en accélération comme le répètent les porte-parole de la propagande alarmiste) et il s’interroge sur ses causes , préférant généralement retenir les fluctuations naturelles aux agissements humains.
    De grâce, cessez de mélanger sciences et propagande.

  6. Entre l’Optimum Climatique Médiéval, aux alentours de l’an mille, et le pic de froid du Petit Age Glaciaire, vers la fin du 18e siècle, les estimations les plus modestes tournent autour de 3° C de différence de la température à l’échelle globale.
    Une série de mesures des concentrations de l’atmosphère en CO2, déjà ancienne, par carottage au “Dôme Law” en Antarctique, effectuée par la NOAA en collaboration avec le Laboratoire de Glaciologie et Géophysique de l’Environnement, depuis l’an mille jusqu’à nos jours fait ressortir une remarquable stabilité des concentrations en CO2 à 280 ppm à +/- 3 ou 4 ppm près, pendant les 8 siècles évoqués ci-dessus.
    Le narratif du GIEC attribue à la montée rapide des concentrations en CO2 d’environ 150 ppm un réchauffement assez modeste de 1,2°C sur une durée de 140 ans, depuis la fin du 19e siècle jusqu’à nos jours.
    Mais alors comment explique-t-il les 3°C de différence en l’espace de presque 8 siècles, alors que le CO2 est resté bloqué à 280 ppm sur cette durée ???
    Manifestement le CO2 ne commande PAS les températures globales !

  7. L’Homme est-il responsable de la modification du climat?
    Les émissions de CO2 dues à l’homme sont-elles responsables : beaucoup, moyennement, un peu, pas du tout ….
    Franchement, ce type de débat, ça me saoule, chacun a ses arguments et on n’en sortira jamais jamais jamais

    Mon approche est différente
    Je ne nie pas le changement climatique, je pose simplement la question suivante “est-ce que c’est grave ❓❓”
    le Phantom dit “non”!
    les écolocollapsos disent “OUI, c’est très grave!!”
    ok…bon…

    Faisons un parallèle avec les accidents de la route, c’est grave ou pas grave?
    c’est grave, bien entendu 😔
    et donc il faut prendre une décision.
    en 1972, on a 17.000 morts sur les routes françaises, le gouvernement de l’époque décide qu’il FAUT agir, et il prend des mesures DRASTIQUES (limitation vitesse, ceinture de sécurité, alcoolémie) et ça marché puisque 50 ans plus tard on a 3.000 morts

    revenons au climat
    les écolocollapsos disent “c’est très grave”…ok
    imaginons que le gouvernement prenne la décision la PLUS drastique au monde, à savoir “couper l’électricté, fermer les ports maritimes et les aéroports”>>>>Résultat: la France retombe au XIXeme sécle et les émissions de CO2 de la France s’écroulent littéralement!!!!
    quelles conséquences ❓
    1) l’été en France sera-t-il moins chaud?
    2)la sécheresse en France va-t-elle disparaitre?
    3)le taux de CO2″mondial” va-t-il baisser?
    4) le niveau des mers va-t-il baisser?
    Non, non, non et non!!!!
    autrement dit, en appliquant la mesure la PLUS DRASTIQUE au monde, le gouvernement français en prenant cette décision ne changera RIEN.
    Que disent les écolocollapsos? “aaaaah non, non ,non, nous on veut pas retourner au XIX eme siécle, on veut simplement moins d’avions, moins de voitures, moins de viande et moins de sapin de noel”!
    Autrement dit; les écolocollapsos veulent espérer changer le climat en France avec des mesurettes ridicules alors que la mesure la PLUS drastique au monde (couper l’électricté ) ne changera RIEN, RIEN et encore RIEN

    La réalité est que les écolocollapsos veulent emmerder les français , tout simplement 😔

    Alors que faire???
    Les écolocollapsos disent : les français doivent se priver, les français doivent culpabiliser, les français doivent faire pénitence
    En tant que climato-réalistes, nous disons : on s’adapte et on se protège…voilà…tout simplement

    et s’il vous plait, on en termine avec cette hystérie climatique qui va nous mener droit dans le mur

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire