Est-ce le début de la fin du Net Zero ? Macron veut faire une pause

Nous republions ici un article de la revue de presse de nos confrères anglais de Net Zero Watch.

Duggan Flanakin, Townhall, 10 juin 2023

L’Europe suivra-t-elle la sagesse de Giorgia Meloni et des Norvégiens – et, tardivement, d’Emmanuel Macron ? Ou bien les barons de Bruxelles continueront-ils à pousser l’Europe au bord du gouffre ?

Au début du mois dernier, le président français Emmanuel Macron a choqué l’Europe en exhortant l’Union européenne à faire une pause dans l’imposition de réglementations supplémentaires aux industries en difficulté. L’UE a déjà fait “plus que ses voisins” pour sauver la planète de la catastrophe environnementale, a déclaré M. Macron. Toute mesure supplémentaire ferait peser des risques sur l’industrie manufacturière européenne et, partant, sur la prospérité.

Cherchant peut-être à se présenter comme le véritable leader d’une Europe unie, M. Macron s’est exprimé sur un large éventail de sujets au cours des dernières semaines : il s’est excusé auprès des pays d’Europe de l’Est de ne pas avoir écouté leurs avertissements concernant l’agression russe, tout en suggérant que les négociations avec les dirigeants russes soient suivies de poursuites à l’encontre de Vladimir Poutine et d’autres personnes pour crimes de guerre.

L’une des principales raisons de l’appel de M. Macron à cesser de s’autoflageller sur la “crise climatique” est qu’il estime que

“nous sommes en avance, en termes de réglementation, sur les Américains, les Chinois et toutes les autres puissances du monde”.

Dans un autre discours, M. Macron a déclaré :

“Je préfère les usines qui respectent nos normes européennes, qui sont les meilleures, plutôt que celles qui veulent encore ajouter des normes et toujours plus – mais sans avoir plus d’usines.”

Les commentaires de M. Macron ont été suivis une semaine plus tard par l’annonce que le Parti Populaire Européen (qui comprend les démocrates-chrétiens allemands) envisageait de retirer son soutien au “Green Deal” de la Commission européenne. Il s’agit d’un ensemble de propositions comprenant des objectifs européens pour l’élimination des émissions de dioxyde de carbone d’ici à 2050, que 11 pays de l’UE ont déjà adoptés.

En mars dernier, le Mouvement des agriculteurs-citoyens néerlandais (BoerburgerBeweging, ou BBB) a remporté 15 sièges au Sénat néerlandais avec près de 20 % des voix. Le parti a été créé pour contester un plan gouvernemental visant à racheter 3 000 exploitations familiales afin de réduire les émissions d’azote (et donc l’utilisation d’engrais) et de diminuer le nombre de têtes de bétail. Le mouvement s’est élargi pour attirer les résidents ruraux et urbains qui adhèrent aux valeurs sociales et morales traditionnelles et conservatrices des Pays-Bas.

En mai, le nouveau parti Burger in Wut (Citoyens en colère) a remporté près de 10 % des voix lors des élections régionales allemandes à Brême, dans le cadre de sa première aventure politique. Le total des voix du parti a peut-être été renforcé par l’interdiction du parti climato-sceptique Alternative pour l’Allemagne (AfD) lors des élections de Brême. En Allemagne, l’AfD dépasse désormais les Verts dans les sondages et se rapproche des sociaux-démocrates du chancelier Olaf Scholz (bien en deçà des chrétiens-démocrates).

Est-ce ce genre de nouvelles qui a conduit Macron, réélu l’année dernière avec 58 % des voix contre Marine Le Pen, à changer son fusil d’épaule ? Lors de la campagne de 2022, Mme Le Pen n’avait pas renié l’agenda vert, mais avait insisté sur le fait que la transition devait être “beaucoup plus lente que ce qui est imposé aux Français”. Aujourd’hui, il semble que Macron ait adopté la position de Le Pen sur l’écologisation de la France.

Les catastrophistes climatiques européens ont été horrifiés en septembre dernier par l’élection de Giorgia Meloni en tant que première femme Premier ministre d’Italie, mais c’est son leadership qui est à l’origine de l’opposition à des idoles vertes telles que les mandats pour les véhicules électriques (uniquement). Au cours de sa campagne victorieuse, Mme Meloni a qualifié le Green Deal de l’Union européenne de “fondamentalisme climatique” et s’est interrogée sur l’ampleur des financements alloués à la transition verte.

Son message était que les émissions de dioxyde de carbone peuvent être réduites sans avoir à sacrifier la croissance économique et le développement.

“L’idéologie de Greta Thunberg (partagée par les grands pontes de l’UE) nous fera perdre des milliers d’entreprises et des millions d’emplois en Europe”,

a-t-elle déclaré.

Au lieu de cela, elle a promis de s’appuyer sur l’expertise et la créativité des entreprises et des entrepreneurs pour atteindre les objectifs climatiques à long terme.

Mme Meloni avait auparavant déclaré à un public espagnol :

“On nous a dit pendant des années qu’il n’y avait pas d’alternative à l’idéologie écologique…. Mais ils se sont trompés ou nous ont menti. Car nous nous rendons compte aujourd’hui que notre dépendance énergétique est dramatique et que le passage à l’électrique sans contrôle de la matière première nous rendra encore plus dépendants de la Chine que de la Russie.”

Le mois dernier, les Norvégiens ont fait un pied de nez aux anti-combustibles fossiles en annonçant des projets de forage dans les zones arctiques de la mer de Barents. Le gouvernement norvégien a appelé à davantage de découvertes de pétrole et de gaz afin de renforcer la sécurité énergétique et d’aider les partenaires européens à s’approvisionner en énergie.

Le ministre du pétrole et de l’énergie, Terje Aasland, a appelé les compagnies pétrolières et gazières à assumer leur “responsabilité sociale” et à “ne négliger aucune piste” pour trouver davantage de ressources en gaz naturel dans la mer de Barents. M. Aasland s’est vanté du fait que “l’aventure pétrolière dans le nord ne fait que commencer”, soulignant que la Norvège doit développer – et non liquider – son industrie pétrolière.

Les hommes politiques ont tendance à suivre les sondages, et une enquête récente a révélé que de nombreux Européens, bien qu’alarmés par les rapports faisant état d’une “crise climatique”, ne sont pas prêts à modifier radicalement leur mode de vie pour apaiser ceux qui appellent à des actions extrêmes pour “sauver la planète”. Si 81 % des Italiens (le chiffre le plus élevé par pays) se disent très ou assez préoccupés par le changement climatique, ils sont beaucoup moins nombreux à déclarer qu’ils n’achèteront plus jamais de produits fabriqués à partir de plastique à usage unique.

Des minorités assez importantes sont même prêtes à limiter leur consommation de viande et de produits laitiers, mais seul un Allemand sur dix s’abstiendrait volontairement de manger de la viande et des produits laitiers ou aurait moins d’enfants.

Seul un tiers des personnes interrogées dans les sept pays étudiés passeraient volontairement à un véhicule électrique, malgré les mandats européens et nationaux qui imposeront bientôt ces véhicules à leurs concitoyens. De larges majorités, bien supérieures à 60 %, s’opposent à l’interdiction des véhicules à carburant fossile. Et la plupart des personnes interrogées ne souhaitent pas abandonner leur véhicule personnel au profit des seuls transports publics.

Voir l’article complet

Nos articles sont généralement publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire