Capter le CO2 dans l’atmosphère, une technologie qui va devenir indispensable

Nous publions ici le début d’un article de Transitions & Energies du 6/7/23 totalement ahurissant en terme de faisabilité industrielle à l’échelle mondiale, pour éliminer un gaz dont la nocivité n’existe que dans la doxa onusienne, alors qu’il nourrit la végétation dont nous sommes totalement dépendants.

Aux fous !

Sans capture du CO2, les objectifs de décarbonation des trois prochaines décennies n’ont aucune chance d’être atteints. C’est ce qu’affirment de très nombreuses institutions dont l’Agence internationale de l’énergie, le GIEC, le World Economic Forum, l’Académie des sciences américaine, l’Imperial College de Londres…. Il existe deux procédés différents de cette technologie. La capture et le stockage du CO2 (CCS) lors de processus industriels et le captage direct dans l’atmosphère (DAC).

Ce dernier en est encore à un stade purement expérimental. Mais il devrait se développer rapidement à la fois pour réduire la quantité de gaz à effet de serre dans l’air et aussi pour permettre de fabriquer en masse des carburants synthétiques qui seront indispensables, notamment dans les transports lourds sur longue distance. L’Amérique du nord et l’Asie sont en pointe. La première usine capable de produire un million de tonnes de CO2 par an doit devenir opérationnelle l’an prochain aux Etats-Unis. Une usine pouvant capter 500.000 tonnes de CO2 par an vient d’entrer en service dans la province chinoise de Jiangsu.

Réservées longtemps aux laboratoires et aux chercheurs, les technologies permettant de capter le CO2 dans l’atmosphère vont devenir indispensables. A la fois évidemment pour réduire la quantité de ce gaz à effet de serre dans l’atmosphère et aussi et surtout pour produire en masse des carburants synthétiques. La révolution attendue des carburants synthétiques, substituts parfaits aux carburants fossiles, ne peut se faire et n’a de sens que si les carburants en question sont décarbonés. Ils doivent donc être fabriqués avec de l’hydrogène vert, produit par électrolyse de l’eau avec de l’électricité bas carbone, et du carbone qui ne peut provenir que de l’atmosphère pour que l’opération soit neutre. Après combustion des carburants synthétiques, le CO2 retournera dans l’atmosphère mais ne viendra pas s’ajouter aux quantités existantes…
 
La capture du CO2 reste une technique relativement méconnue. Il ne faut pas confondre deux procédés de nature très différente, à savoir la capture et le stockage lors de process industriels (CCS ou Carbon Capture and Storage) et la capture dite directe dans l’atmosphère (DAC ou Direct Air Capture). Le CCS capte dans les usines (cimenteries, hauts fourneaux, centrales…) le carbone émis par la combustion des énergies fossiles ou par les procédés industriels avant qu’il ne se répande dans l’atmosphère. Le DAC extrait le CO2 déjà présent dans l’air, via de grands ventilateurs et des procédés chimiques. Ce COdans l’atmosphère est par nature très diffus -420 parties par million, environ 0,04%- ce qui rend cette technique à la fois énergivore et coûteuse.

Seulement 18 installations en fonctionnement dans le monde

Le CCS est amené à se développer rapidement car il est considéré par de très nombreuses institutions (AIE, GIEC, World Economic Forum, Académie des sciences américaine, Imperial College de Londres…) et les groupes industriels eux-mêmes comme un des rares moyens permettant aujourd’hui de réduire rapidement et …

Article réservé aux abonnés
Déjà abonné ? Se connecter


Pour poursuivre la lecture de cet article

Abonnez-vous dès maintenant

à Transitions Energies

À partir de 23€ par an

> JE M’ABONNE

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

5 réponses

  1. Capter le CO2 atmosphérique pour fabriquer des carburants synthétiques serait peut être utile à condition de ne pas descendre sous les 500ppm idéales pour la croissance des plantes.
    Si on en prend trop il faudra imaginer d’en produire en grillant les calcaires de l’Himalaya pour ne pas descendre trop bas!

  2. Comme le dit très bien l’introduction de l’article, et tenant compte du rôle très mineur du CO2 dans le réchauffement climatique, une seule exclamation s’impose:
    AUX FOUS!

  3. @Terrier Marcel
    Comprends pas très bien
    On prélève du CO2, on en fait des carburants , qu’on brûle et qui remette le CO2 dans l’air ; le problème n’est pas là du tout; le problème c’est de trouver l’énergie pour faire tout cela

    1. C’est précisément ce qu’il faut faire:

      Chercher des solutions qui permettent de mettre à disposition de l’énergie et utiliser cette énergie pour maîtriser nos besoins dans tous les domaines.
      Les transports auront besoin de carburant, l’hydrogène n’est pas une solution, la solution c’est le carburant synthétique qui devient un besoin.

      1. Nous ne ferons jamais mieux que la végétation pour reconcentrer le CO2 dispersé dans l’air, … et il s’en faut de beaucoup.
        Imaginez simplement la quantité de m3 d’air qu’il faudrait recycler pour faire aussi bien.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire