La panique climatique est présentée comme un fait par la BBC, mais ce n’est pas toute l’histoire

La couverture par la BBC du changement climatique et des questions politiques connexes, telles que la politique énergétique, suscite depuis longtemps de vives inquiétudes. Il y a eu de nombreux cas d’erreurs factuelles, de partialité et d’omission de points de vue alternatifs au récit de la BBC.

Notre document de 2022, intitulé “Institutional Alarmism”, en donne de nombreux exemples. Certains ont donné lieu à des plaintes formelles, qui ont ensuite été confirmées par l’Executive Complaints Unit de la BBC.

Cependant, de nombreux programmes et articles n’ont pas fait l’objet d’une telle attention, bien que nous pensions qu’ils étaient tout aussi biaisés et trompeurs. En voici quelques exemples :

La troisième saison d’ouragans la plus active

En décembre 2021, BBC News a rapporté que “la saison 2021 des ouragans dans l’Atlantique est maintenant officiellement terminée, et elle a été la troisième plus active jamais enregistrée”.

Il n’en est rien. Il y a eu sept ouragans dans l’Atlantique en 2021, et depuis 1851, il y a eu 32 années avec un nombre plus élevé d’ouragans.

L’article fait également grand cas du fait que tous les noms prédéterminés ont été utilisés, ce qui laisse entendre que les ouragans sont de plus en plus fréquents. Il omet toutefois d’expliquer qu’avec la technologie des satellites, nous sommes désormais en mesure de repérer des ouragans au milieu de l’océan qui n’auraient pas été détectés auparavant.


Ouragans : sont-ils de plus en plus violents ?

Peu après le passage de l’ouragan Ian en septembre 2022, un “Reality Check” de la BBC affirmait que “les ouragans sont parmi les tempêtes les plus violentes de la planète et il est prouvé qu’ils sont de plus en plus violents”.

les plus violentes sur Terre et il est prouvé qu’ils sont de plus en plus puissants”. La vidéo n’offrait absolument aucune donnée ou preuve pour étayer cette affirmation, qui contredisait les agences officielles.

Par exemple, la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) des États-Unis déclare dans son dernier rapport :

“Il n’y a aucune preuve solide d’une tendance à l’augmentation, à l’échelle du siècle, des ouragans ayant touché terre ou des ouragans majeurs aux États-Unis. De même pour la fréquence des ouragans à l’échelle du bassin atlantique (après ajustement des capacités d’observation), il n’y a pas de preuves solides d’une augmentation des ouragans depuis la fin des années 1800, des ouragans majeurs ou de la proportion d’ouragans atteignant l’intensité d’un ouragan majeur.”

Le GIEC est parvenu à une conclusion similaire concernant les ouragans à l’échelle mondiale dans son dernier rapport d’évaluation. Cependant, l’article de la BBC ne mentionne rien de tout cela.

Le village de Norfolk qui s’effondre dans la mer

L’érosion côtière dans le Norfolk est un sujet de prédilection pour les propagandistes du changement climatique de la BBC. En janvier 2023, un journaliste de BBC News s’est rendu à Happisburgh, l’un des villages touchés, et s’est entretenu avec un habitant. Le reportage affirme que

“les conditions météorologiques liées au changement climatique ont tellement érodé la roche sableuse du village que sa maison est maintenant la dernière avant le bord de la falaise”.

En réalité, la côte de cette partie du Norfolk recule depuis des milliers d’années, pour des raisons géologiques plutôt que climatologiques.

Selon la British Geological Society,

“il est probable que la côte du Norfolk ait reculé depuis des milliers d’années : “Il est probable que les falaises du Norfolk se sont érodées au rythme actuel depuis environ 5 000 ans”.

L’histoire montre aussi clairement que de grandes parties du village ont été détruites par la mer depuis le Moyen-Âge. Suite à une plainte, la BBC n’a pas été en mesure d’apporter la moindre preuve de ce qu’elle avance.

Les pompes à chaleur sont beaucoup moins chères à exploiter

Dans le monde de la BBC, toutes les technologies renouvelables et à faible émission de carbone sont merveilleuses. En octobre 2021, BBC News a affirmé que “les pompes à chaleursont beaucoup moins chères à faire fonctionner” que les chaudières à gaz.

Ce n’est pas vrai, comme l’a finalement admis 16 mois plus tard l’Executive Complaints Unit de la BBC. La raison pour laquelle il leur a fallu tant de temps pour corriger une erreur aussi flagrante reste un mystère.

Svalbard : l’endroit de la Terre qui se réchauffe le plus rapidement

En octobre 2022, la BBC a publié un long reportage sur l’archipel norvégien du Svalbard.

Svalbard a augmenté de 4°C [sic] au cours des 50 dernières années”.

Ils ont toutefois omis de préciser que les températures dans cette partie du monde ont chuté entre les années 1950 et 1970, et qu’elles ne sont aujourd’hui supérieures que d’un degré environ à ce qu’elles étaient au début du 20e siècle.

Inondations au Pakistan : un tiers du pays sous les eaux

La BBC a rendu compte des terribles inondations qui ont frappé le Pakistan au cours de l’été 2022 :

“Un tiers du Pakistan a été complètement submergé par des inondations historiques, selon le ministre du climat”.

Une rapide vérification de la carte aurait indiqué au journaliste que cette affirmation était tout simplement absurde, car la majeure partie du Pakistan est recouverte de montagnes et des déserts. Une émission ultérieure de la BBC, More Or Less, a admis que l’affirmation était fausse et a estimé que le chiffre réel était d’environ 10 %.

Chose incroyable, Lord Deben, président de la commission sur le changement climatique, a fait exactement la même fausse déclaration lors d’une interview à la BBC en janvier 2023. L’intervieweur de la BBC ne l’a pas mis en cause.

Un article pour l’énergie solaire

“Queen Elizabeth Prize : Solar team wins prestigious engineering award” (Prix Reine Élisabeth : une équipe solaire remporte un prestigieux prix d’ingénierie) a été écrit en février de cette année, avec les habituelles louanges exagérées sur les merveilles de l’énergie solaire et l’affirmation que son utilisation est en plein essor. Pour illustrer son message, il utilisait un graphique montrant la part de la capacité de production d’électricité.

En le voyant, les lecteurs auraient naturellement cru que l’énergie solaire contribuait désormais de manière significative au bouquet énergétique. Malheureusement, la BBC a oublié d’expliquer que la capacité et la production d’électricité sont deux choses différentes et que, comme l’énergie solaire ne produit qu’une petite fraction de sa capacité (seulement 11 % au Royaume-Uni), elle ne fournit que 3 % de l’électricité mondiale.

Les conditions météorologiques extrêmes sont la norme

La BBC a rapporté sans esprit critique les dernières déclarations de l’Organisation météorologique mondiale selon lesquelles “les phénomènes météorologiques extrêmes sont la nouvelle normalité”. Cette idée est pourtant en contradiction avec les rapports successifs du GIEC. En outre, un mois seulement avant que la BBC ne publie l’article, une étude faisant autorité avait conclu qu’il n’y avait pas de tendance positive claire dans les événements extrêmes, tels que les inondations, les sécheresses, les cyclones tropicaux ou les tornades.

Les guêpiers : un signe inquiétant du changement climatique

L’été dernier, quelques guêpiers ont fait leur apparition dans le Norfolk, pour le plus grand plaisir des ornithologues. Mais pour la BBC, cette nouvelle était inquiétante, comme elle l’a rapporté : Les rares “oiseaux arc-en-ciel” qui tentent de se reproduire au Royaume-Uni sont un signe inquiétant de l’évolution de notre climat.

Poussés vers le nord par le changement climatique, ces oiseaux exotiques deviendront probablement des visiteurs d’été établis à l’avenir, après avoir été un signe précoce et incontournable, au cours des deux dernières décennies, que l’urgence climatique et naturelle a atteint nos côtes. 

En fait, comme l’aurait dit à la BBC n’importe quel observateur d’oiseaux un tant soit peu averti, les guêpiers ont fréquemment visité l’Angleterre par le passé. Ces observations ont été soigneusement consignées dans les livres d’oiseaux britanniques, et ce dès 1793. En effet, une archive répertorie à elle seule 80 observations entre 1793 et 1957.

Les arbres menacés par le changement climatique

Selon la BBC, une étude a révélé que de nombreux arbres dans les villes d’Angleterre sont menacés par la sécheresse liée au changement climatique.

Nombre d’entre eux sont déjà prétendument stressés. Le temps plus sec lié au changement climatique devrait avoir un impact important sur les arbres, en particulier à York, Londres et Birmingham, nous dit-on.

Pourtant, les données du Met Office montrent que ces régions ne deviennent pas plus sèches et rien n’indique qu’elles le deviendront. Une fois de plus, la BBC présente sans esprit critique une étude controversée comme étant factuelle.

Début d’année le plus sec depuis 1976

L’Angleterre a certainement connu un printemps et un été particulièrement secs l’année dernière. Mais peut-être pas autant que la BBC voudrait le faire croire. Le 26 juillet 2022, leur reportage affirmait que la période de janvier à juin avait été la plus sèche en Angleterre depuis 1976.21 Il est dommage qu’ils n’aient pas d’abord vérifié les données du Met Office, qui leur auraient indiqué que la période avait été plus sèche en 1996 et en 2010.21 Mais “le début d’année le plus sec depuis 2010” n’a pas la même résonance !

L’article présentait également une photo d’un réservoir asséché. En fait, il s’agissait d’une photographie truquée, car la partie asséchée n’était qu’une petite zone à la tête du réservoir de Dowry, près d’Oldham.

Des images similaires de la même partie du réservoir ont souvent été publiées au cours des années précédentes, comme en 2013 et en 2019.

Le rapport complet de netzerowatch.com rédigé par Paul Homewood (avec une documentation complète) est disponible sur netzerowatch.com.

Nos articles sont généralement publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Une réponse

  1. “En décembre 2021, BBC News a rapporté que “la saison 2021 des ouragans dans l’Atlantique est maintenant officiellement terminée, et elle a été la troisième plus active jamais enregistrée”.” : Bel exemple de cherry-picking par les catastrophistes/journalistes ! Une année plus active que la précédente et hop on généralise ! Alors que comme vous l’avez bien souligné toutes les études scientifiques montrent une stabilité (Atlantique Nord) ou même une baisse du nombre de cyclones (Indien, Pacifique).

    Concernant la côte du Norfolk : le village de Dunwich englouti au XIIIe siècle par l’érosion marine (et pas de CO2 anthropique à l’époque) . En Allemagne également le village de Rungholt est englouti par une marée exceptionnelle (onde de tempête) en 1362. Le niveau relatif des côtes de la mer du Nord a toujours beaucoup fluctué : voir les Transgressions marines Dunkerque I, II et III.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire