Le retrait d’un article affirmant qu’il n’y a pas d’urgence climatique illustre à quel point les militants du climat sont dépendants des discours alarmistes

La  récente annulation  d’Alimonti et al montre clairement que catastrophiser les événements météorologiques et les attribuer à un effondrement du climat est désormais la principale arme déployée pour effrayer les populations et les inciter à adopter le programme Net Zero.

Dans un court essai intitulé « La nouvelle apocalypse », l’écrivain scientifique Roger Pielke Jr. a noté :

“Pour le millénariste laïc, les événements extrêmes – inondations, ouragans, incendies – sont plus que de simples présages, ils sont la preuve de nos péchés du passé et offrent des opportunités de rédemption dans le futur, si seulement nous écoutions, acceptions et changions.”

Le climat s’effondre tout autour de nous, crient les gros titres – ils exigent que nous ignorions les données, les archives historiques, voire même le bon sens. En fin de compte, la Terre n’est pas réellement en ébullition !

Eh bien, le professeur Gianluca Alimonti et trois autres scientifiques italiens n’ont pas ignoré les données passées, la plupart provenant en fait du GIEC des Nations Unies, et ils ont constaté peu de changements dans les événements météorologiques extrêmes. Ils ont publié un article concluant qu’il n’y en avait certainement pas assez pour justifier la déclaration d’une « urgence climatique ».

Un an plus tard, l’éditeur Springer Nature a cédé aux demandes d’un groupe de scientifiques et de journalistes militants dirigés par le Guardian et l’Agence France-Presse et a retiré le document non conforme. Un addenda a été proposé et envoyé à quatre évaluateurs pour commentaires. Trois critiques ont plaidé pour la publication.

Nous contrôlons la science du climat, s’est vantée Melissa Fleming, responsable de la communication de l’ONU,  lors d’un récent séminaire de désinformation du Forum économique mondial, et nous collaborons avec Google pour maintenir notre version en tête de la liste de recherche. Quel grand service ces experts du climat nous rendent en nous disant quoi penser et voir alors que nous, gens ordinaires, luttons vers le chemin de la lumière véritable !

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a récemment déclaré que nous étions sur la voie de l’enfer climatique, le pied sur l’accélérateur.

Steve Koonin, sous-secrétaire à l’énergie pour la science du président Obama et auteur de Unsettled, a récemment accusé les climatologues de faire preuve de négligence en ne s’exprimant pas et en ne qualifiant pas les commentaires de Guterres d’ « absurdes ». Koonin n’est pas très impressionné par les reportages météorologiques racoleurs des médias grand public. “Je peux prendre les médias actuels et pour n’importe quel article sur le climat écrire une réponse très efficace”, a-t-il  récemment déclaré à Peter Robinson , animateur de Uncommon Knowledge. « C’est très facile ».

Les grands médias ont un agenda à appliquer, à savoir la décarbonisation de la société. Notant l’influence des opérations financées par des milliardaires comme Covering Climate Now, Koonin a déclaré que la mission était de promouvoir la doxa. Les grands médias ne permettront pas que quoi que ce soit ne soit diffusé ou écrit qui soit contraire à la doxa. Et le récit est le suivant : « Nous avons déjà détruit le climat et nous nous dirigeons vers l’enfer. »

Il suffit de regarder par la fenêtre, affirment les alarmistes politisés. De nos jours, n’importe quelle tempête plus ou moins importante, ou journée d’été brûlante, les fait démarrer. Cette année, des conditions météorologiques inhabituelles sont présentées comme pièce à conviction pour Thermogeddon. Une telle tromperie dépend du fait que les naïfs ne parviennent pas à faire la différence entre les tendances météorologiques et les tendances climatiques à long terme.

Personne ne devrait se demander pourquoi le dioxyde de carbone était jusqu’à 20 fois plus élevé dans l’atmosphère dans le passé et pourquoi la vie sur Terre a prospéré. Le CO2 peut réchauffer doucement l’atmosphère jusqu’à un certain point, mais les températures montent et descendent naturellement, les courants océaniques se réchauffent et se refroidissent, changent de direction et fondent et l’eau polaire gèle. L’idée selon laquelle des événements isolés peuvent être liés à des effets à long terme du CO2 n’est pas seulement non prouvée, elle est également indémontrable.

Le savant professeur émérite Richard Lindzen du MIT, qui a passé des décennies à essayer de comprendre le fonctionnement de l’atmosphère, a résumé toute cette fraude et cette corruption :

« Ce que les historiens se demanderont certainement dans les siècles à venir, c’est à quel point la logique profondément erronée, obscurcie par des méthodes tordues et une propagande incessante, a permis à une coalition d’intérêts particuliers et puissants de convaincre presque tout le monde que le CO2 issu de l’industrie humaine était une toxine dangereuse et destructrice de la planète. On se souviendra de cela comme de la plus grande illusion de masse de l’histoire du monde – que le CO2, vital pour les plantes, a été considéré pendant un temps comme un poison mortel.”

Pour l’éminente climatologue Dr. Judith Curry, l’affaire Alimonti est « la raison pour laquelle je ne publie plus dans des articles évalués par des pairs ». Elle a décrit le comportement des rédacteurs en chef de la revue comme « répréhensible » en rétractant un article sur le climat largement lu simplement parce qu’il contenait des « conclusions politiquement incorrectes ». Elle a bien sûr raison – l’affaire Alimonti est un autre scandale scientifique choquant qui jette un doute supplémentaire sur le processus d’examen par les pairs de la science du climat. Mais alors, le Dr Curry n’est qu’une scientifique dans tout cela – elle ne possède pas la science.

 

Chris Morrison est le Rédacteur en chef de l’environnement du Daily Sceptic.

Nos articles sont généralement publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire