40 % du réchauffement climatique apparent depuis 1850 est dû à des biais de mesure de chaleur urbaine, selon une étude majeure

 

Une nouvelle étude majeure impliquant 37 scientifiques de 18 pays a conclu que les estimations de la température mondiale depuis 1850 ont été fortement contaminées par la croissance de la chaleur urbaine là où sont situés les thermomètres. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), soutenu par l’ONU, affirme que la chaleur urbaine représente moins de 10 % du réchauffement climatique enregistré, mais les scientifiques ont constaté que ce chiffre est plus proche de 40 %. Ils observent qu’un mélange de températures rurales et urbaines indique une tendance au réchauffement à long terme de 0,89°C par siècle, tandis qu’une collecte uniquement rurale ne montre qu’une augmentation de 0,55°C au cours de la même période.

Le GIEC parie que les humains sont responsables de la totalité ou de la majeure partie du réchauffement climatique à l’ère moderne. Il promeut l’idée selon laquelle les températures ont augmenté de 1,09°C depuis 1850, les influences naturelles n’y contribuant que de –0,1°C à +0,1°C – un langage statistique pour zéro. Comme je l’ai soutenu dimanche dans le Daily Skeptic , il s’agit d’une construction politique conçue pour promouvoir le net zéro. Compte tenu de l’état actuel de nos connaissances scientifiques, il est impossible de calculer dans quelle mesure le réchauffement récent est dû à la faible quantité de dioxyde de carbone produite par l’homme en brûlant des combustibles fossiles, par rapport aux variations climatiques naturelles.

On ne sait peut-être pas que la position du GIEC selon laquelle les humains sont responsables de tout le réchauffement climatique repose principalement sur une comparaison des estimations de la température mondiale avec des « prévisions rétrospectives » produites par des modèles informatiques. Les auteurs de la nouvelle étude expliquent qu’il s’agit de « prévisions » rétrospectives du climat passé produites par les simulations du modèle CMIP6. Ils soutiennent que ces simulations sont contaminées par les distorsions thermiques urbaines et par l’utilisation d’une estimation de « faible variabilité solaire ». Ces deux problèmes pourraient affecter de manière significative les attributions anthropiques du GIEC faites dans le cinquième rapport d’évaluation (AR5) et répétées dans la dernière édition connue sous le nom d’AR6. L’accusation est que le GIEC minimise l’effet de l’irradiance solaire (ensoleillement), qui peut expliquer une grande partie du réchauffement depuis la fin du 19e siècle.

Les graphiques ci-dessus montrent les deux estimations différentes des températures de l’air terrestre dans l’hémisphère Nord de 1850 à 2018. Les deux séries ont été générées à partir du Global Historical Climatology Network (GHCN), une base de données d’enregistrements de température de 180 pays compilée par le service météorologique américain NOAA. Ils montrent clairement que dans les zones rurales éloignées de la chaleur générée par l’homme, le réchauffement est bien moindre, notamment ces derniers temps, dans une période de grande expansion urbaine. Il est évident que les températures évitant toute corruption humaine constituent le meilleur guide pour toute tendance climatique à long terme.

Ce dernier article, publié dans la revue scientifique Climate , fait partie d’une série d’avertissements universitaires selon lesquels les ensembles de données sur la température mondiale sont gravement contaminés par des effets non ajustés de la chaleur urbaine. Le GIEC continue de se cacher la tête dans le sable, affirmant qu’aucune découverte récente n’est venue modifier son point de vue selon lequel tout effet non corrigé de l’urbanisation, ou des changements dans l’utilisation ou la couverture des terres, a augmenté les tendances de la température de l’air à la surface des terres de plus de 10 %. . Le GIEC a été créé en 1988 uniquement pour étudier les influences humaines sur le climat. Il n’est donc pas difficile de comprendre pourquoi il ne semble pas s’efforcer d’étudier le problème. Aucune réticence de ce type ne retient le Dr Roy Spencer et le professeur John Christy de l’Université d’Alabama à Huntsville. Ils ont examiné le GHCN et ont constaté que jusqu’àun cinquième de tout le réchauffement climatique signalé par 20 000 stations météorologiques était invalide en raison de corruptions de données non climatiques. Pire encore, ils ont constaté que la NOAA, loin de supprimer les distorsions thermiques urbaines, « réchauffait faussement les tendances des données de température des stations alors qu’elle devrait les refroidir ».

Le météorologue américain Anthony Watts a passé la dernière décennie à mettre en évidence les nombreuses failles inhérentes aux ensembles de données sur la température mondiale. Les données sont collectées par les organismes gouvernementaux à partir d’un réseau de stations météorologiques « qui n’a jamais été destiné à détecter un signal de réchauffement climatique », note-t-il. Ses travaux fondateurs ont récemment révélé que 96 % des stations météorologiques américaines sont « corrompues » par les effets localisés de l’urbanisation. Les données de température américaines constituent une partie importante du record mondial de surchauffe. Selon Watt, il n’existe qu’un seul réseau de stations météorologiques suffisamment précis pour détecter un signal de changement climatique. Il a été mis en place en 2005 par la NOAA en tant que système de pointe utilisant 114 stations à travers les États, spécifiquement situées à l’écart de tout effet non climatique comme le chauffage urbain.

Le réseau s’appelle US Climate Reference Network et ses conclusions au cours des 18 dernières années sont visibles dans le graphique ci-dessus. Il montre peu de réchauffement au cours de cette période, ce qui amène Watt à conclure que ses conclusions sont « enterrées » par le gouvernement américain.

Loin de corriger les chiffres du réchauffement climatique, les principaux ensembles de données sur la température ont pour habitude d’ajuster rétrospectivement à la hausse bon nombre de leurs résultats passés. Récemment, le professeur Ole Humlum a noté que depuis janvier 2008, la NASA avait augmenté de 49 % le réchauffement identifié par son service GISS entre 1910 et 2000, soit une augmentation de la température de 0,45°C à 0,67°C. Des hausses rétrospectives similaires ont également été constatées dans le rapport récemment publié de Clintel., notant que le Met Office britannique, financé par l’État, avait augmenté la température de 38 %, soit 0,2 °C, au cours de la période de pause de 2000 à 2020. Le HadCRUT5 du Met Office aurait également refroidi la période 1850-1900 de 37 %, même si la raison pour laquelle il a fallu si longtemps pour accomplir cette dernière tâche reste un mystère. Cela améliore cependant l’apparence de la température en forme de « bâton de hockey », ce qui est très utile aux promoteurs politiques de la collectivisation Net Zero.

L’état actuel des choses est bien résumé par les 37 scientifiques qui notent dans leur article récemment publié : « La communauté scientifique n’est pas encore en mesure d’établir avec certitude si le réchauffement depuis 1850 est principalement d’origine humaine, naturel ou combinaison.”

Chris Morrison est le rédacteur en chef de l’environnement du Daily Skeptic .

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

2 réponses

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire