Le point de vue du Times sur les revues scientifiques et les biais éditoriaux : les changements climatiques

(Dans NetZeroWatch du 10/9/23)
The Times, 9 septembre 2023



Le physicien Alan Sokal a réalisé l’un des canulars scientifiques les plus accablants des dernières décennies lorsqu’en 1996, il a persuadé une revue scientifique d’accepter un article volontairement absurde. L’affaire Sokal, comme on l’a connue, avait pour but de dénoncer le laxisme des normes dans les publications les moins rigoureuses, où la recherche était acceptable à condition qu’elle « flatte les idées préconçues idéologiques des éditeurs ».

On pourrait espérer que la science du climat soit à l’abri d’une telle pensée de groupe. Mais dans notre essai du week-end, Patrick Brown, un ancien universitaire, affirme de manière convaincante que ce n’est pas le cas. Ses recherches sur les incendies de forêt en Californie ont été publiées la semaine dernière dans Nature, l’une des revues scientifiques les plus renommées. Mais pour qu’elle soit acceptée, il fallait « personnaliser la recherche » afin de la rendre « compatible avec le biais de confirmation des éditeurs ».

Selon le Dr Brown, les revues influentes ne sont pas disposées à prendre en compte les recherches qui minimisent l’ampleur du changement climatique ou qui mettent l’accent sur la viabilité des mesures d’adaptation comme alternative aux réductions d’émissions. 

Dans le monde compétitif universitaire, où l’obtention d’articles dans des publications de premier plan détermine les perspectives de carrière d’un individu, la perception de parti pris de la part des éditeurs peut fondamentalement fausser l’orientation de la recherche.

Rien n’indique que l’article du Dr Brown contienne un mensonge pur et simple. Le biais est plus subtil que cela. Au lieu de cela, il a isolé le changement climatique comme seule variable expliquant le risque d’incendies de forêt en Californie, une approche trompeuse étant donné que 80 % des incendies de forêt en Amérique sont déclenchés par des humains.

Selon Brown, d’autres stratégies sont souvent utilisées pour gonfler l’ampleur du changement climatique, produisant ainsi des statistiques époustouflantes.

Ces tactiques conduisent à des travaux trompeurs et négligent des pistes de recherche prometteuses par crainte de remettre en cause le consensus. 

Une telle incuriosité est la marque d’une mauvaise science et d’une politique timide.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2023 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2023 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire