Les leaders mondiaux de l’éolien en difficulté: « Le Titanic éolien coule sous nos yeux! »

Les principaux acteurs de l’éolien connaissent de grandes difficultés. Le leader mondial, le danois Orsted, a perdu 25% de sa valeur en bourse mercredi 1er novembre en une seule matinée. Le repli de son action est de 55% dans la dernière année. Du côté du numéro deux mondial, l’allemand Siemens Energy a perdu 33% en juin 2023 et tout récemment encore 25% de capitalisation boursière.

« La filière éolienne danoise, la filière éolienne américaine, la filière éolienne occidentale connaît un crack boursier sans précédent », affirme au micro de Sud Radio Fabien Bouglé, expert en politique énergétique et auteur de Guerre de l’énergie : au cœur du nouveau conflit mondial. »

L’expert a fait des calculs. Depuis 2020, les quatre principaux fabricants européens et américains d’éoliennes ont connu ensemble 15 milliards de perte. « Le Titanic éolien coule sous nos yeux », en conclut Fabien Bouglé.

La chute d’Orsted, numéro un mondial

Orsted avait prévenu que l’entreprise connaissait des difficultés. Dans la nuit précédent le 1er novembre, elle a annoncé qu’elle abandonnait deux énormes projets de fermes éoliennes offshore, Ocean Wind 1 et Ocean Wind 2, dans le nord-est des États-Unis. Dès la matinée, le titre perdait déjà un cinquième de sa valeur en bourse. À la clôture de la séance, Orsted avait perdu 25% de sa valeur, précise Boursorama.

Les actions du numéro un de l’éolien offshore ont atteint leur plus bas niveau depuis 6 ans, indique Les Échos. Le repli de l’action est de 55% sur un an.

Alors que l’entreprise avait prévu perdre deux milliards de dollars à cause des projets Ocean Wind 1 et 2, elle est revenue sur ses prévisions. C’est finalement une perte deux fois plus importante qui a été annoncée, soit quatre milliards de dollars (3,7 milliards d’euros), explique Philippe Escande, éditorialiste économique au Monde, interrogé par David Jacquot de Boursorama.

Le cours de l’action de la star de l’éolien a ainsi été divisé par six depuis janvier 2021.

L’hécatombe chez Siemens Energy

La situation est tout aussi catastrophique pour le numéro deux mondial, Siemens Energy. Alors que l’Allemagne était le pays pilote en matière d’énergies renouvelables, la filière éolienne allemande s’effondre à la bourse, avec une perte de 80% de capitalisation boursière.

« Siemens Energy qui est le premier fabricant d’éoliennes en Allemagne va provisionner 4,5 milliards d’euros de perte », indique Fabien Bouglé. « Siemens Energy a perdu 11 milliards entre deux baisses importantes : 33% en juin 2023 et tout récemment 25%. C’est l’hécatombe. »

Un paradoxe ou un marché artificiel ?

Comment se fait-il que les leaders mondiaux de l’éolien connaissent autant de difficultés alors que le secteur a été subventionné par les gouvernements, en particulier le gouvernement américain qui a fait de son pays une sorte d’eldorado de l’éolien ?

Pour Philippe Escande, il s’agit d’un paradoxe qui ne concerne pas que les États-Unis, mais qui est « encore plus fort aux États-Unis parce qu’on a un président américain, Joe Biden, qui a fait de la transition énergétique une priorité, qui déploie des sommes colossales en terme d’argent public pour aider, pour subventionner ces entreprises ».

L’éditorialiste du Monde parle de restrictions budgétaires partout et d’une équation économique de plus en plus difficile. « On s’aperçoit que ça coutera plus cher et que l’électricité issue de l’éolien ce ne sera pas une électricité gratuite, loin de là », explique Philippe Escande.

Pour Fabien Bouglé, le problème provient justement des subventions qui ont été données au secteur de l’éolien. Rien qu’en Allemagne, on parle de 520 milliards d’euros. « C’est un marché artificiel. Le marché de l’exploitation des éoliennes ne nait que parce que les états occidentaux ont mis des subventions dans ces éoliennes, des subventions énormes », affirme l’expert en politique énergétique.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Une réponse

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire