Le Consensus : une mauvaise recette pour la Science

Traduction d’un article publié le 17/11/23 par Judith Curry sur son site Climate Etc …

La fabrication d’un consensus scientifique pour des raisons politiques corrompt le processus scientifique et conduit à de mauvaises décisions politiques.

Un essai avec des extraits de mon nouveau livre Climate Uncertainty and Risk.

Au XXIe siècle, l’humanité est confrontée à une myriade de problèmes sociétaux complexes caractérisés par de profondes incertitudes, des risques systémiques et des désaccords sur les valeurs. Le changement climatique et la pandémie de Covid-19 sont des exemples marquants de ces graves problèmes. Pour de tels problèmes, la science pertinente s’apparente de plus en plus à des litiges, où la recherche de la vérité est devenue secondaire par rapport à la politique et à la défense d’une solution politique privilégiée .

Comment la politique influence-t-elle le processus scientifique sur des questions sociétales pertinentes ? Les préjugés politiques influencent les priorités de financement de la recherche, les questions scientifiques posées, la manière dont les résultats sont interprétés, ce qui est cité et ce qui est canonisé. Les déclarations factuelles sont filtrées dans les rapports d’évaluation et par les médias en vue d’une utilisation politique en aval.

Comment la politique influence-t-elle le comportement des scientifiques ? Des pressions sont exercées sur les scientifiques pour qu’ils soutiennent des positions consensuelles, des objectifs moraux et des politiques pertinentes. Cette pression vient des universités et des sociétés professionnelles, des scientifiques eux-mêmes qui sont activistes, des journalistes et des agences fédérales de financement en termes de priorités de financement de la recherche. Parce que les évaluations par ses collègues sont essentielles à la réussite universitaire, il est facile de susciter la crainte de sanctions sociales pour l’expression d’idées qui, même si elles ne sont pas nécessairement fausses sur le plan factuel ou scientifique, sont largement impopulaires.

Les scientifiques activistes utilisent leur position privilégiée pour faire avancer des programmes moraux et politiques. Cet activisme politique s’étend aux sociétés professionnelles qui publient des revues et organisent des conférences. Cet activisme a un effet de contrôle sur ce qui est publié, qui est entendu lors des conférences et qui reçoit une reconnaissance professionnelle. Pratiquement toutes les sociétés professionnelles dont les membres ont un lien avec la recherche sur le climat ont publié des déclarations politiques sur le changement climatique, appelant à une action visant à éliminer les émissions de combustibles fossiles.

La manifestation la plus pernicieuse de la politisation de la science se produit lorsque des politiciens, des groupes de défense, des journalistes et des scientifiques militants intimident ou tentent de faire taire les scientifiques dont les recherches sont jugées comme interférant avec leurs programmes moraux et politiques.

Parler du consensus au pouvoir

Une stratégie essentielle dans la politisation de la science est la création d’un consensus scientifique sur des sujets politiquement importants, tels que le changement climatique et le Covid-19. Le consensus climatique de l’ONU est utilisé comme un appel à l’autorité dans la représentation des résultats scientifiques comme base pour une prise de décision politique urgente. En effet, l’ONU a adopté une approche consistant à « parler du consensus au pouvoir » qui considère l’incertitude et la dissidence comme problématiques et tente de les arbitrer pour parvenir à un consensus. La stratégie du consensus pour le pouvoir reflète une vision spécifique de la manière dont la politique gère les incertitudes scientifiques.

Il existe une différence essentielle entre un « consensus scientifique » et un « consensus des scientifiques ». Lorsqu’il existe une véritable certitude scientifique, comme par exemple la Terre qui tourne autour du Soleil, nous n’avons pas besoin de parler de consensus. En revanche, un « consensus de scientifiques » représente une expression délibérée d’un jugement collectif par un groupe de scientifiques, souvent à la demande officielle d’un gouvernement.

La recherche d’un consensus institutionnalisé favorise la pensée de groupe, agissant pour confirmer le consensus de manière auto-renforcée. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations Unies travaille depuis 40 ans à établir un consensus scientifique sur le changement climatique d’origine humaine. En tant que tel, le consensus du GIEC est un « consensus fabriqué » résultant d’un processus intentionnel de recherche d’un consensus. Le consensus du GIEC a été socialement canonisé grâce à un processus politique, contournant le long et complexe processus de validation scientifique visant à déterminer si les conclusions sont réellement vraies.

Le revers d’un consensus fabriqué est le « déni ». Remettre en question le discours sur le changement climatique est devenu la forme ultime d’hérésie du 21e siècle. Pratiquement tous les climatologues universitaires se situent dans le soi-disant consensus de 97 pour cent concernant l’existence d’un impact humain sur le réchauffement du climat de la Terre. Quels scientifiques sont ostracisés et qualifiés de négateurs ? Les penseurs indépendants, qui ne soutiennent pas le consensus du GIEC, sont suspects. Toute critique du GIEC peut conduire à l’ostracisme. L’incapacité à plaider en faveur de politiques d’atténuation des émissions de CO2 suscite des soupçons. Même une préférence pour l’énergie nucléaire par rapport à l’énergie éolienne et solaire vous fera traiter de négateur. Le moyen le plus fiable d’être qualifié de négateur est de s’associer de quelque manière que ce soit avec les soi-disant ennemis du consensus climatique et leurs politiques préférées – les compagnies pétrolières, les groupes de réflexion conservateurs ou même le « mauvais » parti politique.

Le Covid-19 fournit un exemple très intéressant de consensus fabriqué. Le consensus selon lequel le COVID-19 avait une origine entièrement naturelle a été établi par deux articles d’opinion début 2020 : The Lancet en février et Nature Medicine en mars. L’ éditorial du Lancet a déclaré : « Nous sommes unis pour condamner fermement les théories du complot suggérant que le COVID-19 n’a pas d’origine naturelle. » Les déclarations contenues dans ces articles d’opinion ont effectivement mis fin à l’enquête sur une origine possible comme une fuite provenant d’un laboratoire de Wuhan. Des articles dans la presse grand public ont déclaré à plusieurs reprises qu’un consensus d’experts avait jugé que l’évasion du laboratoire était hors de question ou extrêmement improbable.

L’énorme écart entre l’état actuel des connaissances début 2020 et la confiance affichée dans les deux articles d’opinion aurait dû être évident pour quiconque travaille dans le domaine de la virologie, ou d’ailleurs pour toute personne dotée d’un esprit critique. Il y avait des scientifiques de domaines adjacents qui l’ont dit. Le consensus n’a été renversé qu’en mai 2021 avec la publication d’un long article dans le  Bulletin of Atomic Scientists qui identifiait un conflit d’intérêts chez les scientifiques rédigeant la lettre du Lancet en cachant tout lien avec le laboratoire de Wuhan. Cet article a déclenché une cascade de défections de la part des scientifiques – le faux consensus n’était plus applicable.

Ce qui est préoccupant dans cet épisode, ce n’est pas tant le fait qu’un consensus ait été renversé, mais plutôt le fait qu’un faux consensus ait été si facilement imposé pendant plus d’un an. Quelques scientifiques ont pris la parole, mais ils ont été agressivement supprimés des réseaux sociaux. La grande majorité des scientifiques qui ont compris qu’il existait une grande incertitude quant aux origines du virus n’ont pas pris la parole. Il devenait de plus en plus clair que tout virologue qui contesterait les opinions déclarées de la communauté risquait d’être qualifié d’hérétique, d’être annulé sur les réseaux sociaux et de voir sa prochaine demande de subvention rejetée par le panel de confrères virologues qui conseille l’agence gouvernementale de distribution des subventions. Les vilaines politiques derrière ce faux consensus ne sont révélées que maintenant.

Les préjugés politiques et moraux d’un consensus fabriqué peuvent conduire à des affirmations largement acceptées qui reflètent les angles morts de la communauté scientifique plus que des conclusions scientifiques justifiées. Un consensus fabriqué entrave le progrès scientifique en raison des questions qui ne sont pas posées et des recherches qui ne sont pas entreprises. De plus, l’application du consensus interfère avec la nature autocorrective de la science via le scepticisme, qui est un fondement du processus scientifique.

Contrat rompu entre la science et les décideurs politiques

Parler du consensus au pouvoir revient à dissimuler les incertitudes, les ambiguïtés, les dissidences et l’ignorance derrière un consensus scientifique. Une plus grande ouverture sur les incertitudes et l’ignorance scientifiques, ainsi qu’une plus grande transparence sur les dissidences et les désaccords, sont nécessaires pour donner aux décideurs politiques une image plus complète de la science pertinente pour les politiques et de ses limites.

Un consensus fabriqué naît d’une simplification excessive du problème, ce qui conduit à restreindre l’espace de solution politique et à donner lieu à des idées erronées selon lesquelles le problème peut être contrôlé.

Un consensus fabriqué sur un problème complexe et épineux comme le changement climatique ou le Covid-19 conduit à la naïveté de penser qu’il s’agit de risques simples, et à l’orgueil de penser que nous pouvons contrôler le risque. Au-delà même des questions techniques, il faut faire preuve d’un plus grand réalisme quant aux incertitudes et aux politiques qui sous-tendent la quête du contrôle des problèmes sociétaux épineux.

La pandémie montre que nos outils pour agir sur un problème mondial complexe – experts, mesures scientifiques précises, modèles informatiques, restrictions imposées – ont abouti à un contrôle de qualité bien inférieur à celui souhaité. La transition énergétique mondiale et les transformations mondiales vers la durabilité sont bien plus difficiles que la pandémie mondiale de COVID-19. Le paradigme moderniste de maîtrise, de planification et d’optimisation n’est pas adapté aux problèmes épineux du XXIe siècle.

En raison du sentiment exagéré de connaissance et de contrôle entourant les politiques climatiques et Covid-19, certaines questions très incertaines qui devraient rester ouvertes au débat politique sont ignorées dans l’élaboration des politiques. L’exclusion prématurée des incertitudes scientifiques et l’incapacité à prendre en compte les ambiguïtés associées à des problèmes épineux tels que le changement climatique et les pandémies aboutissent à une forme invisible d’oppression qui exclut les futurs possibles.

En ce qui concerne le changement climatique, ce qui se passe représente bien plus que l’application d’un consensus politiquement motivé et l’annulation de la culture. Le changement climatique est devenu une religion laïque, truffée de dogmes, d’hérétiques et de communautés morales tribales. La religion laïque du changement climatique soulève des préoccupations bien plus fondamentales que les risques d’une mauvaise politique. Les vertus fondamentales de la révolution scientifique et la liberté de remettre en question l’autorité sont en danger.

Le chemin à parcourir nécessite de s’éloigner de l’approche axée sur le consensus et l’annulation de la culture consistant à restreindre le dialogue sur des questions sociétales complexes telles que le changement climatique. Nous devons ouvrir un espace à la dissidence et au désaccord. En reconnaissant les incertitudes scientifiques dans le contexte d’une meilleure gestion des risques et de meilleurs cadres de prise de décision, en combinaison avec le techno-optimisme, il existe une large voie à suivre pour que l’humanité prospère au XXIe siècle et au-delà.

Cet article comprend des extraits de mon nouveau livre, Climate Uncertainty and Risk . 

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Une réponse

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire