Véhicules électriques et Afrique : pas de place pour les jouets des garçons riches

Les véhicules électriques (VE) sont l’exemple type de ce que l’on appelle la transition verte. Même dans certaines des économies les plus pauvres du monde, l’adhésion inconditionnelle des élites politiques à tout ce qui est « vert » pousse à l’adoption des véhicules électriques.

L’Afrique – considérée comme le continent le moins développé – est inondée d’une pléthore de programmes et de voix promouvant avec ferveur les véhicules électriques alors que ses nations sont aux prises avec des milliards de problèmes existentiels découlant du fait cruel que près de la moitié de la population vit dans la pauvreté.

Les défenseurs des véhicules électriques font pression pour obtenir des subventions aux fabricants, aux détaillants et aux acheteurs de véhicules électriques, sans apparemment tenir compte de l’accès extrêmement limité à l’électricité du continent. Il n’est pas non plus reconnu qu’une majorité d’Africains ne peuvent pas se permettre des voitures conventionnelles, encore moins des voitures coûteuses alimentées par batterie.

Pas de pays pour les jouets fantaisie

Un rapport du Programme d’assistance à la gestion du secteur énergétique de la Banque mondiale (ESMAP) indique que

« l’infrastructure du système électrique [dans les pays en développement], en particulier, continue de fournir des services défectueux et est vulnérable aux chocs externes ».

« Les réseaux, tant au niveau du transport que de la distribution, sont, dans de nombreux cas, peu fiables en raison d’une capacité inadéquate, du manque d’entretien et de renforcement, et d’une foule d’autres problèmes opérationnels », indique le rapport.

Le résultat est que les réseaux de la majorité des pays africains ne sont pas en mesure de soutenir l’adoption des véhicules électriques. On estime que l’Afrique subsaharienne connaît neuf pannes d’électricité chaque mois, chacune durant plus de cinq heures. Ce service est loin d’être suffisamment adéquat pour rendre les véhicules électriques fiables pour le transport quotidien.

Reuters note que même l’économie la plus développée d’Afrique, l’Afrique du Sud, est « confrontée à sa pire crise énergétique jamais enregistrée, avec un déficit d’électricité persistant nécessitant des pannes d’électricité régulières quotidiennes – connues localement sous le nom de délestage – pouvant aller jusqu’à 10 heures, au cours des 18 dernières années. mois.” Il est ironique que le pays d’origine du plus grand constructeur de véhicules électriques au monde (Elon Musk) dispose d’un système d’alimentation électrique décrépit.

Ceux qui subissent des pannes de courant ont au moins un certain accès au service électrique. Il y en a bien d’autres qui n’en ont pas.

Selon l’ Agence internationale de l’énergie , « le nombre de personnes privées d’électricité (en Afrique subsaharienne) est presque revenu à des sommets historiques, passant de 580 millions en 2019 à 600 millions en 2022 ». En République centrafricaine, seulement 6 % de la population totale avait accès à l’électricité.

En 2022, moins de la moitié de la population de la région avait accès à l’électricité. Les données de l’AIE suggèrent que 660 millions de personnes dans le monde devraient rester sans électricité en 2030, « dont 85 %, soit environ 560 millions de personnes, en Afrique subsaharienne ».

En d’autres termes, nous avons affaire à une population qui n’a pas encore accès à l’électricité pour l’éclairage et les appareils électroménagers de base. De plus, la situation ne s’améliorera pas de sitôt.

La pauvreté en Afrique subsaharienne constitue un autre obstacle majeur à l’adoption généralisée des véhicules électriques dans la région. Le coût des vélos, même électriques, est généralement plus élevé que celui de leurs homologues à essence. Pour de nombreux acheteurs potentiels, cela constitue un élément dissuasif majeur.

Même si l’on suppose que les acheteurs économiseront de l’argent sur le carburant, la plupart des Africains subsahariens ne peuvent tout simplement pas se permettre les coûts initiaux des véhicules électriques. Pour la plupart des habitants de cette région, les moteurs à combustion interne constituent une option plus pratique en raison de leur prix relativement abordable, de la disponibilité supérieure des pièces de rechange et de la facilité de ravitaillement.

En Afrique subsaharienne, la poussée en faveur des véhicules électriques constitue une diversion des problèmes les plus urgents de la région. Le premier d’entre eux est la pauvreté bien documentée de la population, suivie par des défis connexes tels qu’une électrification inadéquate, un service d’électricité peu fiable et le besoin urgent d’aborder l’assainissement de base, la nutrition, l’accès à l’eau douce, la mobilité conventionnelle et le développement économique.

Alors que General Motors et Ford Motor Co. réduisent la production de véhicules électriques en raison de la lenteur des ventes aux États-Unis – le pays le plus riche de la planète – la promotion des véhicules électriques auprès des Africains semble d’autant plus ridicule.


Vijay Jayaraj est chercheur associé à la CO2 Coalition , Arlington, Virginie. Il est titulaire d’une maîtrise en sciences de l’environnement de l’Université d’East Anglia, au Royaume-Uni.

Cet article a été initialement publié par RealClearEnergy et mis à disposition via RealClearWire.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Une réponse

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire