NetZeroWatch : COP28 : Rattrapés par la réalité, les scientifiques du climat reconnaissent leur défaite

(Traduction (automatique) de la lettre d’info de Net Zero Watch du 5/11/23)

1) L’Arabie Saoudite déclare « absolument pas » l’élimination progressive des combustibles fossiles lors de la COP28
AFP, 5 décembre 2023

2) Les principaux producteurs de pétrole mondiaux rejettent l’élimination progressive des combustibles fossiles, malgré les engagements de zéro émission nette
Reuters, 5 décembre 2023
 
3) COP28 : Rattrapés par la réalité , les climatologues reconnaissent leur défaite
Politico, 3 décembre 2023
 
4) Bill Gates affirme que les chances d’atteindre l’objectif de réchauffement de 2°C s’estompent rapidement
Bloomberg, 3 décembre 2023

5) David Blackmon : Le problème central de la COP28 : d’où proviendront tous les milliards de dollars ?
Forbes, 3 décembre 2023
 
6) Brendan O’Neill : La revanche des féodaux
Spiked, 4 décembre 2023
  
7) Andrew Montford : La rhétorique vide de Net Zero de Rishi
Net Zero Watch, 4 décembre 2023

8) Francis Menton : Un autre penseur critique arrive à la conclusion évidente : Les énergies renouvelables intermittentes ne peuvent pas fonctionner seules
Manhattan Contrarian, 3 décembre 2023
  
9) Et enfin : le ministre allemand de l’Économie annonce que la sortie du charbon pourrait devoir être reportée
Focus Magazin, 3 décembre 2023

 


 
1) L’Arabie Saoudite déclare « absolument pas » de réduire progressivement les combustibles fossiles à la COP28
AFP, 5 décembre 2023



Dubaï (AFP) – Le ministre saoudien de l’Energie a fermé la porte à un accord sur l’élimination progressive des combustibles fossiles lors des négociations sur le climat de la COP28 de l’ONU, ouvrant la voie à des négociations difficiles à Dubaï.


Une tentative de « réduction/élimination » a été incluse dans un premier projet d’accord sur l’action climatique sur lequel les délégués marchandent lors des négociations qui devraient se terminer le 12 décembre.

Mais le ministre de l’Energie, le prince Abdulaziz bin Salman, un demi-frère de facto Le prince héritier Mohammed ben Salmane, a déclaré à Bloomberg que l’Arabie saoudite, le plus grand exportateur de pétrole au monde, ne serait pas d’accord.

“Absolument pas”, a-t-il déclaré lors d’un entretien à Riyad.

“Et je vous assure que pas une seule personne – je parle des gouvernements – n’y croit.”

Environ 200 pays doivent parvenir à une décision consensuelle lors de la réunion de Dubaï, qui se tient à la fin de l’année la plus chaude jamais enregistrée.

Dans un entretien accordé à l’AFP la semaine dernière, le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a appelé à une élimination totale des combustibles fossiles, avertissant qu’un “désastre complet” attend l’humanité sur sa trajectoire actuelle.

Mais le prince Abdulaziz a déclaré : “Je voudrais lancer ce défi à tous ceux qui… déclarent publiquement que nous devons (réduire progressivement), je vais vous donner leur nom et leur numéro, les appeler et leur demander comment ils vont vont faire ça.
“S’ils croient que c’est le problème moral le plus élevé, c’est fantastique. Laissez-les faire eux-mêmes. Et nous verrons tout ce qu’ils peuvent apporter”

Par ailleurs, le roi saoudien a également tourné en dérision les dons occidentaux à un nouveau fonds de compensation des pertes et dommages climatiques, les qualifiant de “petits changements”, et a vanté les engagements de Riyad en faveur des pays en développement.

Le fonds pour les nations vulnérables – une victoire majeure au début de la COP28 – a attiré environ 655 millions de dollars jusqu’à présent de la part de donateurs tels que l’Union européenne et les États-Unis, une somme critiquée comme insuffisante par les militants.

“Contrairement à la petite monnaie offerte pour les pertes et dommages par nos partenaires des pays développés, le Royaume, par le biais de sa coopération Sud-Sud, a annoncé lors du Sommet saoudien pour l’Afrique à Riyad le mois dernier l’allocation d’une somme pouvant aller jusqu’à 50 milliards de dollars”,

a-t-il déclaré dans un message vidéo adressé au forum de l’Initiative verte saoudienne, organisé lundi en marge de la COP28.

“Cela permettra de construire des infrastructures résistantes et de renforcer la résilience et l’adaptation au climat sur le continent africain, directement par l’intermédiaire des parties prenantes saoudiennes”, a ajouté le prince, sans donner plus de détails.

 Histoire complète
 
 
2) Les principaux producteurs de pétrole du monde rejettent l’élimination progressive des combustibles fossiles, malgré leurs engagements en matière de zéro émission nette.
Reuters, 5 décembre 2023



DUBAI, 5 décembre (Reuters – Aucun des principaux pays producteurs de pétrole et de gaz au monde n’a l’intention d’arrêter à terme les forages pour ces carburants, bien que nombre d’entre eux se soient engagés à atteindre zéro émission nette, selon des données partagées avec Reuters sur Mardi,

Le Net Zero Tracker, un consortium de données indépendant comprenant l’Université d’Oxford, a déclaré que ses résultats mettaient en évidence le fossé entre les objectifs fixés par les pays pour éviter des niveaux désastreux de changement climatique et leurs plans concrets pour continuer à produire de l’énergie émettrice de CO2.

Cette prolifération de l’ambition “net zéro” sans l’engagement d’éliminer progressivement les combustibles fossiles souligne la nécessité pour les entités de déterminer comment ces objectifs seront atteints”, a déclaré Natasha Lutz, coauteur de l’étude à l’université d’Oxford.

Les données communiquées à Reuters montrent que 69 des pays producteurs de pétrole, dont l’Arabie saoudite, les États-Unis, la Russie, la Chine et les Émirats arabes unis, hôtes de la COP28, se sont engagés à atteindre un niveau d’émissions nettes nulles.

Mais seuls trois petits producteurs – le Danemark, l’Espagne et la France – ont établi des plans pour arrêter à terme le forage, ont indiqué les chercheurs. Le Danemark et l’Espagne sont également les seuls parmi les producteurs de gaz à prévoir une réduction progressive de la production.

Histoire complète
 

 

3) COP28 : Rattrapés par la réalité, les climatologues reconnaissent leur défaite
Politico, 3 décembre 2023




D’éminents scientifiques du monde entier ont livré dimanche une dose saisissante de réalité aux Nations Unies : il « devient inévitable » que les pays ratent l’objectif ambitieux qu’ils se sont fixé il y a huit ans. pour limiter le réchauffement de la Terre.

Cette estimation inquiétante souligne la probabilité croissante que le réchauffement climatique dépasse 1,5 degré Celsius avant la fin de ce siècle, infligeant ce que les scientifiques décrivent comme un tribut écrasant dû à l’intensification des tempêtes, de la sécheresse et de la chaleur sur les populations et l’économie. Cela injecte également un message urgent dans les négociations mondiales sur le climat à Dubaï, où le débat sur la réduction progressive des combustibles fossiles devrait s’intensifier au cours des deux prochaines semaines.

Dépasser le seuil de température – même temporairement – ​​serait un coup dur pour l’accord international de Paris sur le climat de 2015, qui appelait les pays à maintenir les températures mondiales à moins de 2 degrés Celsius de leurs niveaux préindustriels, et à moins de 1,5 degré si possible. Ces conclusions interviennent dans le cadre de négociations sur le climat qui, pour la première fois, visent à déterminer si près de 200 pays atteignent cet objectif. Les premières indications offrent un tableau sombre.

L’objectif de 1,5 degré est devenu un point de ralliement pour les nations participant aux négociations sur le climat de la COP28, malgré la certitude croissante parmi les scientifiques que le monde dépassera ce seuil, potentiellement d’ici une décennie. Les températures ont déjà augmenté entre 1,1 et 1,3 degrés.

Il est peut-être possible de faire baisser à nouveau les températures mondiales, en utilisant des moyens technologiques encore non éprouvés pour extraire le dioxyde de carbone de l’atmosphère. Mais au moins un certain dépassement est probablement inévitable, affirment les scientifiques dans le nouveau rapport à l’ONU
 

4) Bill Gates affirme que les chances d’atteindre l’objectif de réchauffement de 2°C s’estompent rapidement
 
Bill Gates a déclaré que le monde n’atteindrait probablement pas l’objectif de l’Accord de Paris consistant à maintenir la hausse des températures en dessous de 2 °C. Mais il a félicité la COP28 pour avoir réalisé des progrès dans la lutte contre le changement climatique malgré les tensions géopolitiques. « Les progrès climatiques progressent même si nous ne parvenons pas à répondre à nos aspirations les plus élevées », a-t-il déclaré dans une interview accordée à Bloomberg TV lors de la réunion annuelle des Nations Unies à Dubaï, citant la plus grande participation jamais enregistrée et les nouvelles initiatives en matière d’alimentation et de santé. Maintenir le réchauffement à 2°C « n’est pas si probable », a-t-il déclaré. 
 
“Heureusement, si vous restez en dessous de 3°C, la plupart des effets néfastes dont les gens ont entendu parler ne se produisent pas à moins que vous ne soyez vraiment irresponsable et que vous laissiez monter la température jusqu’à la fourchette supérieure.”


Histoire complète



5) David Blackmon : Le problème central de la COP28 : d’où proviendront tous les milliards de dollars ?
Forbes, 3 décembre 2023.



Les estimations du coût net zéro vont de 110 000 milliards de dollars (selon la Commission des transitions énergétiques) à 275 000 milliards de dollars (McKinsey & Co).


Alors que l’ONU organise sa conférence COP28 à Dubaï, au terme d’une nouvelle année au cours de laquelle la communauté mondiale a utilisé des quantités records de charbon, de pétrole et de gaz naturel, les inquiétudes grandissent quant à l’orientation future et aux perspectives de réussite de la transition énergétique.

Une grande partie des inquiétudes portent sur la hausse du coût du capital et sur la question de savoir si le monde peut même se permettre le prix exorbitant de la transition. Les estimations de coûts vont de 110 000 milliards de dollars (selon la Commission des transitions énergétiques) à 275 000 milliards de dollars (McKinsey & Co.), ce dernier représentant environ 2,6 fois le PIB mondial total pour 2023. Le cabinet de conseil mondial Deloitte fixe son estimation dans la moyenne à environ De 5 à 7 000 milliards de dollars par an jusqu’en 2050.

Ce sont des chiffres vraiment ahurissants, dont l’individu moyen a du mal à digérer l’ampleur. Même l’estimation la plus petite s’élève à environ 3,5 billions de dollars d’investissement annuel de 2023 à 2050. Dans un certain contexte, la loi américaine sur la réduction de l’inflation prévoyait environ 369 milliards de dollars de subventions et d’allégements fiscaux pour les investissements dans les énergies vertes sur une période de 10 ans, soit environ 1/ 90e de l’investissement mondial total requis pendant cette période, selon l’estimation du Comité des transitions énergétiques. Il faudrait près de 250 tranches d’argent de la taille de l’IRA pour atteindre les niveaux d’investissement envisagés par l’estimation de McKinsey & Co.

Considérons maintenant que le coût de la mobilisation de capitaux a plus que doublé depuis la publication de l’estimation de McKinsey début 2022, et l’ampleur du véritable problème commence à apparaître clairement. Les défis liés à l’augmentation de ce niveau de capitaux, dont la plupart viendraient des pays développés déjà embourbés dans des niveaux de dette nationale presque écrasants, seront un sujet de discussion majeur lors de la conférence COP28 de cette semaine à Dubaï, mais les solutions ne seront pas faciles à trouver. .

“Je suis très inquiet”, a récemment déclaré Gauri Singh, directeur général adjoint de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA), au Forum des marchés mondiaux de Reuters. “Ce qui était auparavant disponible au Libor plus 50 (points de base) ou au Libor plus 100 ne l’est plus à ces taux.”

Linda-Eling Lee, directrice du MSCI Sustainability Institute, a récemment exprimé ses inquiétudes quant au fait que l’on ne peut pas attendre des entreprises qu’elles s’engagent dans des plans de développement à long terme sans une politique publique stable, comme l’a rapporté Reuters. “La finance a besoin de plus de certitude politique”, a déclaré Lee.

Les élections présentent des obstacles potentiels

Ces préoccupations sont parfaitement fondées, mais elles mettent également en lumière les complications que présentent les élections démocratiques aux États-Unis, en Europe et ailleurs.

L’ensemble des dépenses financées par la dette et des allégements fiscaux autorisés dans l’IRA se combinent à une inflation élevée et à la hausse des taux d’intérêt pour devenir un passif politique important pour le président américain Joe Biden à l’approche de la campagne électorale de 2024. Agir pour abroger tout ou partie des dispositions de l’IRA sur l’énergie verte est devenu un enjeu de campagne populaire pour Donald Trump et la plupart des autres candidats républicains. Alors que les résultats des sondages concernant le président sont proches ou proches de son plus bas historique, les perspectives d’un nouveau changement d’orientation du gouvernement américain augmentent.

Étant donné que le financement de l’IRA a été adopté l’année dernière suite à des votes stricts de ligne de parti dans les deux chambres du Congrès, le simple fait est qu’il n’y a pas de consensus bipartisan sur ce type de dépenses. Cela a toujours été et reste clairement le talon d’Achille de la politique énergétique de Biden.

L’opposition du public aux politiques vertes, considérées comme entraînant une hausse constante des coûts pour toutes les formes d’énergie, est loin de se limiter aux États-Unis. Au Canada, Justin Trudeau est à la traîne de son probable adversaire conservateur lors des élections de l’année prochaine par de larges marges dans les sondages. Au Royaume-Uni, le Premier ministre Rishi Sunak s’est senti tellement menacé par l’opposition croissante du public aux politiques vertes de son parti qu’il a prononcé un discours majeur en septembre promettant des révisions majeures. En Italie, Georgia Meloni a été élue Premier ministre l’année dernière après avoir fait campagne contre ce type de dépenses financées par la dette. Plus récemment, les opposants à de telles dépenses ont pris le dessus lors des élections en Argentine et aux Pays-Bas.

Au milieu de tous les scénarios roses

, des propositions innovantes et des idées grandioses qui seront sans aucun doute présentées à Dubaï cette semaine et la prochaine, le problème central que les délégués à la COP28 doivent le plus aborder est le problème pratique : d’où viendra tout cet argent ?
 
Article complet
 
6) Brendan O’Neill : La revanche des féodaux
Spiked, 4 décembre 2023
 


La COP28 confirme que l’environnementalisme est une vilaine révolte contre la modernité.


« La Terre ne nous appartient pas », a déclaré le roi Charles lors de la COP28 à Dubaï la semaine dernière. Je n’en sais rien, Votre Majesté : une grande partie appartient certainement à votre famille. Lorsqu’il était prince de Galles, Charles supervisait le duché de Cornouailles, qui s’étend sur 205 milles carrés de terres réparties dans 23 comtés d’Angleterre et du Pays de Galles. Lors de son accession au trône l’année dernière, il a cédé ce vaste territoire à son fils William. Depuis 1337, voyez-vous, c’est l’héritier du trône qui règne sur le duché. Imaginez le cou d’airain qu’il faut pour pontifier devant la plèbe sur leur non-propriété de la Terre pendant que vous et votre famille êtes assis au sommet de vastes étendues de terre d’une valeur d’un milliard de livres sterling. Ce que le roi aurait dû dire, c’est : « La Terre ne vous appartient pas ».

Rarement la tendance féodale de la politique verte a été exposée de manière aussi fantastique. Nous avons ici un roi d’une richesse inimaginable et d’un pouvoir non mérité volant en jet privé vers une autocratie tribale pour pointer du doigt les masses mondiales à propos de leur comportement écologique. À la COP, Charles a côtoyé les monarques des Émirats arabes unis – « une autocratie aux allures d’État progressiste et moderne », selon les termes du New York Times – et d’autres rois, sultans et émirs. Il a plaisanté avec le sultan de Brunei, qui possède 7 000 voitures de luxe, dont 300 Ferrari. Ensuite, ils vous diront que vous tuez la planète en vous rendant à Tesco une fois par semaine dans votre Skoda. Il a fait la fête avec l’émir du Qatar, un multimilliardaire qui possède toute une « flotte » de jets privés, dont certains peuvent transporter ses limousines. Ensuite, ils vous condamneront pour avoir pollué le ciel avec votre vol annuel Ryanair vers Majorque.

Tant de monarques, de milliardaires, de PDG, de célébrités et de défenseurs du changement climatique affluent à Dubaï pour la COP que l’empreinte carbone de cet événement foudroyé devrait être stratosphérique. Pour donner une certaine perspective, la COP26, qui s’est tenue à Glasgow en 2021, a rassemblé plus de 38 000 délégués et, ensemble, ils ont émis la somme énorme de 102 500 tonnes de CO2 – la même quantité produite par 8 000 Britanniques en un an. La COP de Dubaï compte plus du double de ce nombre de délégués (97 000), dont beaucoup se précipiteront dans une « rafale de jets privés » et dont certains se mêleront dans le pavillon du leadership fraîchement construit, avec ses « nuances crème et or ». », « éclairage design » et « ambiance générale d’un concessionnaire de voitures de luxe », où les boissons strictement non alcoolisées comprennent des « Americanos glacés » à base d’un « joyau de haricot de la montagne Kaw Kaw en Papouasie-Nouvelle-Guinée ». Ensuite, ils vous diront d’éteindre le chauffage de votre maison mitoyenne pour « sauver la planète ».

Et qui a construit les installations dans lesquelles cette superclasse au collier d’or se rassemblera pour déplorer les périls de la modernité ? Pauvres Africains et Asiatiques, bien sûr. En octobre, il a été révélé que des travailleurs migrants travaillaient dans une « chaleur périlleuse » pour construire les bâtiments de luxe dans lesquels Sa Majesté et d’autres se tiendraient au bout du monde. Des chercheurs en droits de l’homme ont même trouvé des preuves de migrants travaillant pendant « l’interdiction de midi » – une loi des Émirats arabes unis qui interdit le travail à l’extérieur pendant les heures les plus chaudes de l’été afin de protéger les travailleurs d’une exposition à la chaleur potentiellement mortelle. «J’ai des maux de tête et des vertiges», a déclaré un travailleur. «Je pensais que j’allais mourir à chaque seconde où nous étions dehors», a déclaré un autre. Calmez-vous, paysans – le roi d’Angleterre a de la vertu à signaler.

Soyons francs : la COP de cette année est un spectacle grotesque. Sur le dos des travailleurs mal payés, les incroyablement riches se rassembleront pour déplorer le monde industriel. Dans un État monarchique rendu incroyablement riche par le pétrole, des influenceurs mondiaux nous expliqueront, petits gens, pourquoi il vaut mieux faire du vélo que conduire. Un sultan qui aurait des brosses de toilettes plaquées or rattrapera un magnat plus riche que 40 pays (Bill Gates), tous dans le but de trouver un moyen d’éliminer progressivement les combustibles fossiles, ces choses qui nous ont tous tirés d’avant. -la pauvreté moderne en quelque chose qui ressemble à une vie agréable. Un roi et ses amis nous diront que nous sommes responsables du chauffage de cette planète, car ils se prélassent dans des installations climatisées construites par des migrants qui craignaient de mourir sous la chaleur.

Imaginez remonter le temps et dire à Cromwell qu’il existe un autre roi d’Angleterre appelé Charles et que cette fois, il ne règne pas seulement sur la paysannerie des îles britanniques, mais sur la paysannerie de la Terre entière. Charles a déclaré à la COP qu’il avait constaté l’impact du changement climatique « à travers le Commonwealth et au-delà » (c’est moi qui souligne). Et c’est pourquoi il exige une « action réelle » pour éviter les « points de basculement alarmants » du changement climatique. Laissons de côté que c’est l’homme qui a déclaré il y a 176 mois que nous avions « 100 mois » pour sauver la planète – ce « point de basculement alarmant » ne s’est pas avéré si alarmant, n’est-ce pas ? Le plus inquiétant, ce sont ses allusions au monde « au-delà » de son Commonwealth, où il imagine que sa sagesse écologique est cruellement nécessaire. À travers le changement climatique, il se positionne non seulement comme le roi du Royaume-Uni, mais aussi comme le roi d’un monde en voie de disparition : un monarque activiste qui doit sauver toute l’humanité de son orgueil industriel.

Est-ce juste moi ou l’environnementalisme ressemble-t-il de plus en plus à une revanche des féodaux ? Il n’est en fait pas surprenant que le roi soit attiré par une cause qui diabolise la modernité et fantasme que les choses allaient mieux avant que ces maudites Jenny’s ne commencent à tourner. La révolution industrielle a été un coup dur pour les aristocrates. Le passage violent de la Grande-Bretagne d’une économie agricole à une économie industrielle a privé les vieux sangs bleus d’une grande partie de leur avantage économique et de leur influence quotidienne. Il y a une raison pour laquelle l’environnementalisme britannique est envahi par des gens chics et en colère. Par des jeunes plumeux appelés Indigo et Edred. Par les « Econiens », comme les appelle Harry Mount, dans une version verte des « Etoniens ». Une enquête menée auprès de 6 000 militants d’Extinction Rebellion a révélé qu’ils appartenaient en grande majorité à la classe moyenne [et] très instruits ». Bien sûr qu’ils l’étaient : l’éco-hystérie est une rage aristocratique contre le progrès.
 
 
 

7) Andrew Montford : la rhétorique vide de Rishi sur Net Zero
Net Zero Watch, 4 décembre 2023



Dans le Spectator, Fraser Nelson nous invite à saluer un  changement de ton de Rishi Sunak  sur Net Zero. Son intérêt a été éveillé par le  discours du Premier ministre  à la COP28, qui, selon lui, montre que Sunak a « commencé le travail difficile consistant à faire passer l’agenda climatique britannique du fantasme à la politique ». Il n’y aura plus de stupidité autour du principe de précaution, nous dit-on, et l’attention est attirée sur l’affirmation du Premier ministre selon laquelle la décarbonation sera désormais poursuivie « d’une manière plus pragmatique, qui ne pèse pas sur les travailleurs ».

Nelson a tout à fait raison de dire que toute la campagne pour Net Zero est un fantasme. C’est le triomphe des postures politiques et des supercheries bureaucratiques sur la prise de décision rationnelle. Même lorsque la loi sur le changement climatique a été adoptée, les coûts représentaient le double des avantages. Des chiffres récents du Comité sur le changement climatique suggèrent que le ratio est passé à plus de 4 pour 1, mais même ce résultat repose sur l’estimation du coût Net Zero, un dossier douteux et très discrédité [1,2]. Un chiffre plus réaliste serait probablement de 10 pour 1 ou plus [3].

Oui, face à la menace d’une situation pire d’un pour cent, l’ensemble de l’establishment politique (et Starmer est tout aussi mauvais que Sunak) est d’accord sur le fait que nous devrions plutôt adopter des politiques qui nous aggraveront de dix pour cent. Il est difficile d’exprimer à quel point c’est fou.

Le résultat, à savoir une désindustrialisation massive, était prévisible. Ce que Nelson proclame comme une réduction triomphale des émissions de dioxyde de carbone n’est en fait que le résultat de la destruction gratuite de l’industrie manufacturière dans ce pays. Au cours des deux derniers mois, nous avons perdu notre dernier haut fourneau et l’une de nos six raffineries de pétrole. Notre dernière aluminerie et notre dernière usine d’engrais ont disparu depuis longtemps. Ne vous y trompez pas,  il s’agit d’une menace civilisationnelle . Et il n’y a même pas eu de réduction des émissions – nous les avons simplement exportées vers la Chine, tout en en ajoutant de nouvelles, car les marchandises sont expédiées depuis Shanghai plutôt que fabriquées ici.

L’idée de Nelson selon laquelle Sunak change de direction est également difficile à prendre au sérieux. Il y a bien sûr ici un sentiment de déjà-vu prononcé, car on nous a dit exactement la même chose en septembre, dans le  tant vanté discours Net Zero du premier ministre . Annoncé comme un changement de direction majeur, cela n’a abouti en pratique à rien du tout. Le seul effet concret a été des retards mineurs dans quelques interdictions et l’annulation de nombreuses autres politiques qui n’existaient pas au départ.

Pendant ce temps, il y a eu une intensification palpable de la folie Net Zero. Les parcs éoliens offshore ont bénéficié d’une augmentation de prix extraordinaire de 66 % plus inflation. Au Parlement, ils votent aujourd’hui sur le mandat ZEV, qui ajoutera jusqu’à 15 000 £ au coût d’une voiture essence ou diesel. Un projet similaire visant à obliger les gens à se procurer des pompes à chaleur suivra. Que le premier ministre dise, le même jour, qu’il va mettre en place un programme net zéro sans « imposer un fardeau aux travailleurs » me semble tout à fait éhonté.

Donc, si Fraser me pardonne, si je veux être convaincu qu’un changement de direction est en train de se produire, j’aurai besoin de plus qu’un simple déluge de paroles creuses de la part du premier ministre. Son discours me semble être une distraction supplémentaire.

Article complet



8) Francis Menton : Un autre penseur critique arrive à la conclusion évidente : les énergies renouvelables intermittentes ne peuvent pas fonctionner seules
Manhattan Contrarian, 3 décembre 2023
 
Permettez-moi de souhaiter la bienvenue dans le petit club d’élite des penseurs critiques sur la supposée transition énergétique un gars nommé Balazs Fekete. Fekete, avec plusieurs co-auteurs, a récemment réussi (18 septembre) à faire publier un article dans une revue intitulée Frontiers of Environmental Science, intitulé  « Exigences de stockage pour atténuer les sources d’énergie renouvelables intermittentes : analyse pour le nord-est des États-Unis ».  Fekete a ensuite publié le 14 novembre sur le blog Climate, Etc. de Judith Curry un long article résumant l’article, intitulé  « Objectifs nets zéro : avenir durable ou impasse provoquée par l’obsession du CO2 ?
 
Comme pour les analyses compétentes précédentes sur les besoins en stockage d’énergie nécessaires pour soutenir la production renouvelable intermittente qui ont été présentées sur ce blog et dans  mon rapport sur le stockage d’énergie , l’analyse de Fekete et al. n’a rien de compliqué. Les auteurs appellent cela « un calcul modifié de surplus/déficit [comme] enseigné aux ingénieurs hydrauliques pour dimensionner les réservoirs afin de répondre à la demande en eau lorsque les ressources en eau varient ». Lorsqu’il y a un excédent de production, vous l’ajoutez au stockage, et lorsqu’il y a un déficit, vous le soustrayez ; puis vous additionnez sur un an (ou deux, ou dix) pour calculer la quantité de stockage dont vous avez besoin. Tout cela n’est que de l’arithmétique de base. Quoi de plus simple ?
 
Vous ne serez pas surpris que la conclusion soit « une impasse causée par l’obsession du CO2 ».

Ce sujet semblerait presque trop évident et trivial pour être abordé sur ce blog. Il n’y a rien de compliqué ici. Toute personne impliquée de quelque manière que ce soit dans le jeu de la transition énergétique, et possédant même le niveau de compétence professionnelle le plus bas, doit simplement être consciente de ce sujet et de ces calculs. Et pourtant, je viens d’assister au grand « Sommet sur le climat » de New York (alias la  Krazy Klimate Konference), mettant en vedette tous les politiciens, bureaucrates et dirigeants industriels puissants qui sont en charge de la transition énergétique de notre État, et pour qui que ce soit, ils n’ont aucune idée de tout cela. Et par aucune idée, je veux dire aucune, zéro, rien. Un gars est même venu me voir et m’a accusé d’être « impoli » pour avoir ri de son incroyable ignorance. (La seule autre possibilité était qu’il s’agissait d’une comédie intentionnelle.)
 
Sans surprise, les auteurs de Fekete et al. ne prétendent pas être des « climatologues ». Les climatologues en tant que classe sont bien trop intelligents pour se contenter de faire des calculs de base. Dans l’introduction de l’article, Fekete s’identifie comme professeur de génie civil à la City University de New York. Le deuxième auteur, Mihály Bacskó, est un ancien cadre de la Compagnie énergétique hongroise. Les deux autres co-auteurs sont des météorologues travaillant à l’Université d’Oklahoma. En d’autres termes, l’accent n’est pas ici mis sur la peur du public avec des scénarios effrayants issus du vaudou occulte de la « science » climatique, mais plutôt uniquement sur la question de savoir si les solutions proposées fonctionneront ou non.
 
Les calculs particuliers de Fekete et al. examinent les données de douze États du nord-est des États-Unis : la Nouvelle-Angleterre, ainsi que New York, le New Jersey, la Pennsylvanie, le Delaware, le Maryland et la Virginie occidentale. Plutôt que d’utiliser les données de production des installations éoliennes et solaires existantes, les auteurs ont obtenu des données quotidiennes sur la vitesse du vent et l’irradiation solaire pour la région. Pour les données de consommation, le billet de blog indique que les auteurs ont appliqué l’hypothèse d’une « consommation d’énergie constante », après avoir déterminé que « les variations saisonnières de la consommation d’énergie sont relativement faibles (elles ne s’écartent que de 10 à 15 % de la moyenne annuelle). » (Peut-être que cette décision pourrait être critiquée, mais je doute qu’elle fasse une différence significative dans la conclusion.)
 
Et l’essentiel est le suivant :
 
la capacité de stockage nécessaire pour aligner la production d’électricité à partir de l’énergie solaire ou éolienne est d’environ 25 % de la consommation annuelle d’énergie.
 
En d’autres termes, vous avez besoin de trois mois de stockage pour essayer de faire fonctionner cela.
 
Article complet et commentaires
 

 
 

9) Et enfin : le ministre allemand de l’Économie verte annonce que la sortie du charbon pourrait devoir être reportée



Le ministre fédéral de l’Économie, Robert Habeck (Verts), a annoncé qu’il pourrait reporter la sortie du charbon prévue pour 2030 en raison de la situation incertaine de l’approvisionnement énergétique.

C’est ce que rapporte « Bild am Sonntag » en référence aux procès-verbaux de la commission de l’énergie du Bundestag allemand.
 

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

3 réponses

  1. DUBAI, 5 décembre (Reuters – Aucun des principaux pays producteurs de pétrole et de gaz au monde n’a l’intention d’arrêter à terme les forages pour ces carburants, bien que nombre d’entre eux se soient engagés à atteindre zéro émission nette, selon des données partagées avec Reuters sur Mardi,

    Cette phrase est vraie aussi pour le charbon!

    Ce qui montre que ces COP ne sont que des réunions d’ignorants, associés à des idéologues avec le renfort des profiteurs de circonstances c’est l’absence de référence à des solutions comme l’énergie nucléaire qui, mise largement à la disposition de tous, permet de régler tous les problèmes avec les aides technologiques de la pétrochimie et des industries métallurgiques. Si ces COP avaient un sens elles devraient proposer un programme mondiale de mise à la disposition de tous d’une énergie sûre, pérenne et permettant toutes les transformations nécessaires pour les populations du monde entier. Elles arrivent à des conclusions contraires, elles sont néfastes et doivent disparaître!

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire