Séisme dans le commerce mondial : la Chine interdit l’exportation de technologies liées aux métaux stratégiques

(Article initialement publié dans La Tribune du 21/12/23)

La Chine va interdire l’exportation de technologies d’extraction et de séparation des terres rares, ce qui pourrait potentiellement rendre plus difficile pour les autres pays de développer ce secteur crucial. L’objectif, selon Pékin, est de protéger la sécurité nationale. Mais les autres Etats, et en particulier ceux du Vieux continent, dépendent presque entièrement de ces exportations chinoises pour accélérer dans des secteurs clés.

La menace se faisait sentir depuis plusieurs mois. Après avoir déjà conditionné l’exportation de deux métaux stratégiques (gallium et germanium), à l’aval du gouvernement central, la Chine a annoncé jeudi qu’elle allait stopper l’exportation d’une série de technologies liées à l’extraction des terres rares. Un tournant dans l’histoire du commerce mondial.

Et pour cause, ces métaux sont indispensables pour le développement de nombreuses technologies (batteries électriques, puces, smartphones, écrans LCD, Internet, éoliennes, et équipements militaires…). Pour rappel, les terres rares sont un ensemble de 17 éléments utilisés dans des produits technologiques de pointe. Leur extraction est donc capitale.

En clair, sur fond de rivalité croissante avec les Etats-Unis, l’Empire du Milieu va priver ses partenaires commerciaux de plusieurs matériaux afin de dominer les enjeux d’indépendance technologiques. D’un premier coup de semonce en juillet dernier, avec ce coup d’arrêt, la Chine franchit ainsi une étape. Au global, la seconde économie mondiale, décidée à prendre le leadership, contrôle aujourd’hui environ les trois-quarts de la production de ces terres rares.

Concrètement, elle va désormais interdire l’exportation des « technologies d’extraction, de traitement et de fusion des terres rares », selon un long document publié jeudi par le ministère du Commerce. La nouvelle réglementation n’a toutefois pas de conséquences sur les exportations de produits à base de terres rares eux-mêmes. En revanche, elle pourrait contrarier les efforts de développement de ce secteur en dehors de Chine.

Une question de sécurité nationale

Contrairement à ce que laisse entendre leur dénomination, cet ensemble de 17 métaux essentiels aux technologies de pointe est relativement abondant. Mais leurs propriétés électromagnétiques particulièrement recherchées en font des « métaux stratégiques ».

En 2022, la Chine a extrait 58% de la production mondiale et raffiné 89% de terres rares. Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIEA), les besoins en technologies bas-carbone, notamment pour les moteurs de véhicules électriques ou les éoliennes en mer, pourraient multiplier par sept la demande mondiale, d’ici 2040, soit près de 2 millions de tonnes par an, contre 280.000 tonnes en 2022.

Aussi, les pays occidentaux, notamment les Etats-Unis, mais aussi l’Union européenne (UE) considèrent de plus en plus l’approvisionnement de ces métaux comme une question de sécurité nationale, d’autant plus que la transition énergétique mondiale alimente les craintes de pénuries potentielles à l’avenir.

Outre les aimants permanents des éoliennes et des voitures électriques, certains des métaux rares entrent dans la composition des écrans de télévision, des drones ou encore des disques durs.

En riposte, l’UE pourrait ainsi envisager « des actions dans le cadre de l’OMC ». Mais « l’OMC est une coquille vide car les Etats-Unis et la Chine prennent des décisions en dehors de cette institution depuis plusieurs années », expliquait à La Tribune Sylvain Bersinger du cabinet d’études Astérès.

Les Etats-Unis veulent enquêter sur l’importation de puces chinoises par leurs entreprises

De son côté, les Etats-Unis ont annoncé, le même jour, vouloir lancer une enquête auprès de leurs entreprises afin de déterminer comment elles se fournissent en semi-conducteurs fabriqués en Chine.

Cette enquête « éclairera la politique américaine visant à renforcer la chaîne d’approvisionnement des semi-conducteurs, à promouvoir des conditions de concurrence équitables pour la production de puces traditionnelles et à réduire les risques pour la sécurité nationale posés par la Chine », a ainsi expliqué dans un communiqué le département du Commerce.

L’objectif affiché : que les Etats-Unis gardent leur avance, « de plusieurs années » sur la Chine dans la conception de semi-conducteurs.

« Au cours des dernières années, nous avons constaté des signes potentiels de pratiques inquiétantes de la part de la Chine visant à accroître la production de semi-conducteurs par leurs entreprises et à rendre plus difficile la concurrence pour les entreprises américaines »,

a également justifié la secrétaire au Commerce, Gina Raimondo, dans le communiqué, faisant référence à un rapport, qui a été rendu le 12 décembre par une commission parlementaire américaine, qui appelle à une « réinitialisation » des relations économiques qu’entretiennent les Etats-Unis avec la Chine.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

6 réponses

      1. La France et la Suède peuvent très bien faire valoir le principe de subsidiarité (prévu dans le Traité européen, mais non appliqué par le bon petit soldat européiste Macron) et extraire les terres rares.
        Il suffit d’attendre le départ de l’ado attardé à l’égo démesuré.

        1. Je crois malheureusement que nous ne nous le soyons interdit à nous-mêmes. Mais il est vrai que ce qu’une loi a interdit, une autre loi peut l’autoriser (enfin, sauf en physique !)

          1. Tout à fait. Une loi peut en modifier une autre. Encore faut-il que nous repoussions les directives européennes que nous devons inscrire en droit français dans un délai limité. Alors c’est soit l’application du principe de subsidiarité, soit le référendum constitutionnel. Mais je doute que ce soit faisable avec celles-zé-ceux qui nous gouvernent.

  1. “La Chine va interdire l’exportation de technologies d’extraction et de séparation des terres rares, “””””
    Phrase qui veut dire que l’Occident est en décroissance scientifique et technologique ; mais les terres rares pour développer les énergies éoliennes et solaires on n’en a rien à foutre ; développons comme on l’a fait il y a trente ans les énergies futures nucléaires

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire