Stratégie française pour l’Energie et le Climat : une politique malthusienne vers la décroissance et l’écologie punitive

Il est convenu de décarboner à terme notre économie, qui dépend à 58 % des énergies fossiles pour sa consommation d’énergie, pour participer à la lutte contre le réchauffement climatique, et pour des raisons géopolitiques et de souveraineté liées à notre dépendance aux importations d’énergies fossiles.

Pour le moins, la voie à emprunter doit être pragmatique et ne doit pas mettre en danger la politique de réindustrialisation de la France, qui nécessite une croissance durable reposant sur un accès à un approvisionnement énergétique abondant, à un prix compétitif, et résilient aux aléas de toutes natures.

Cette politique ne doit donc pas être guidée par une « urgence climatique » qui conduirait à se  fixer des objectifs excessifs et irréalistes en terme de rythme de réduction de la consommation d’énergie, de décarbonation, et de développement à marche forcée des ENR,  au risque de surcoûts non supportables par notre économie et le corps social,  et de passage d’une dépendance aux importations de combustibles fossiles à une dépendance à l’achat de matériaux et d’équipements provenant d’Asie, et de Chine en particulier.

Cet article[1] démontre que la stratégie proposée (SFEC)[2] par le gouvernement n’échappe pas à ce risque, en se situant dans la perspective du « fit for 55 » européen, qui s’apparente à une dangereuse fuite en avant, risquant de déstabiliser des pans entiers de l’industrie européenne.

La préparation de cette stratégie s’est appuyée sur un travail de concertation avec des groupes de travail transpartisans et de participation citoyenne, mais il est regrettable que le rapport de la Commission d’enquête parlementaire du printemps 2023 sur la perte de souveraineté énergétique de la France[3] n’ait pas été pris en compte, ce qui constitue un déficit de démocratie parlementaire incompréhensible. 

 Un objectif de réduction de la consommation d’énergie en rupture par rapport au passé, incompatible avec une réindustrialisation de la France

La SFEC retient pour objectif une réduction de la consommation d’énergie finale à 1.209 TWh en 2030, 1100 TWh en 2035 et 900 TWh en 2050, alors que cette consommation était en 2021 de 1.611 TWh (en lente diminution depuis le niveau de 2012 de 1.661 TWh) :

L’objectif fixé pour 2030 correspond à une diminution annuelle de la consommation d’énergie de 3,7 % par an : c’est une inflexion brutale par rapport au rythme observé depuis 2012, en moyenne de 0,3 % par an. Ce rythme observé est la résultante d’une croissance moyenne du PIB de 1,2 % par an, et d’une amélioration de l’efficacité énergétique de 1,5 % par an, qui s’observe de façon régulière depuis près de 30 ans, grâce aux efforts déployés dans tous les secteurs de l’économie (bâtiments, transports, industrie), qui ont permis de découpler croissance économique et consommation d’énergie.

Cet objectif ne peut être atteint qu’au prix de mesures de sobriété imposées de manière autoritaire et punitive, à l’image de l’interdiction de location des logements classés « passoires thermiques », et d’un renoncement à la croissance économique et à la réindustrialisation du pays.

Quant à l’objectif de 900 TWh fixé pour 2050, il correspond à une diminution moyenne de la consommation finale d’énergie de 2,1 % par an, synonyme au mieux de croissance 0.

La trajectoire de la consommation d’énergie en France ne doit pas être fondée sur un objectif idéologique et irréaliste fixé a priori, mais être la résultante de la croissance du PIB, et d’une action déterminée dans la durée sur le levier de l’amélioration de l’efficacité énergétique, pilotée avec des objectifs par secteur. 

Efficacité énergétique dans les transports : abandon du plan 4 F (Fret Français Ferroviaire du Futur)[4] élaboré en 2020

La SFEC ne retient comme vecteur d’efficacité énergétique dans les transports que le véhicule électrique à batterie, qui est loin d’être une solution universelle.

Le principal levier d’efficacité énergétique dans les transports est le remplacement du transport par camions par une combinaison intermodale camions / ferroviaire / fluvial[5] : le transport d’une tonne de marchandise par le train consomme 6 fois moins d’énergie et émet 9 fois moins de CO2 que par la route.

Sur 490 TWh de carburants brûlés dans les transports routiers (dont 450 TWh pétroliers), 200 TWh sont consommés dans le transport de marchandises. Depuis l’an 2000, la part modale du fret ferroviaire est revenue de 18 % à 9 %, alors que la moyenne européenne est à 18 %, avec un objectif de 30 % pour 2030.

Le plan 4F ambitionne de doubler la part modale du ferroviaire d’ici 2030, soit une économie de 22 TWh de carburants, et 60 TWh à horizon 2050, en portant la part modale à 33 %.

La SNCF a un rôle à jouer, mais parmi d’autres acteurs en concurrence, d’autant que la Commission UE lui impose de réduire la voilure dans le fret.

Bien que faisant l’objet d’annonces de soutien gouvernemental[6], ce plan prioritaire pour l’efficacité énergétique dans les transports ne figure pas dans la SFEC, ce qui est incohérent.

Accélération des ENR : des objectifs irréalistes et coûteux, notamment pour l’éolien offshore, sans renforcer la résilience de l’alimentation en électricité en hiver.

Le développement des ENR électriques intermittentes est utile, dans la mesure où il est considéré comme un complément de production d’électricité décarbonée d’une base pilotable largement prépondérante (nucléaire et hydraulique), or la SFEC s’appuie essentiellement sur un développement accéléré des ENR électriques, et en second lieu sur une relance insuffisante du nucléaire.

Le cas de l’éolien maritime est le plus extrême[7] :

Atteindre 45 GW de puissance installée en 2050, alors que le potentiel de l’éolien posé est de 16 GW, en raison de l’étroitesse du plateau continental le long des côtes françaises, est irréaliste.

L’éolien flottant, dont la technologie est encore au stade expérimental, n’a pas à ce stade prouvé son intérêt économique.

Ecrire dans le document que 18 GW d’éolien offshore est l’équivalent de la production de 13 réacteurs nucléaires relève de la désinformation pure et simple du citoyen, pour trois raisons :

  1. 18 GW d’éolien maritime produiront 60 TWh par an d’électricité, alors que 18 GW de nucléaire (11 réacteurs EPR2) produiront 120 TWh.
  2. La production éolienne ne peut se substituer à la production nucléaire, car elle est intermittente et n’offre aucune puissance garantie lors des pointes de consommation.
  3. Le coût de production du MWh des 6 premiers parcs (3 GW), ainsi que celui de l’éolien flottant est supérieur à 160 € (raccordement compris), deux fois plus élevé que le coût du MWh du nouveau nucléaire.

L’éolien maritime n’est donc pas un moyen efficient de production d’électricité en France, et sa part devrait rester marginale à l’horizon 2050.

En ce qui concerne l’éolien terrestre, conserver le rythme actuel de développement pour aboutir à 40 GW en 2035 revient à revenir sur la perspective tracée par Emmanuel Macron lors de son discours de Belfort, où il s’engageait à diminuer le rythme pour la bonne insertion des champs sur les territoires, en repoussant ce point d’arrivée à 2050.

Les objectifs du solaire photovoltaïque, jusqu’à 60 GW dès 2030, et 100 GW dès 2035 sont irréalistes, alors que 16 GW sont installés, et que le rythme annuel n’a encore jamais atteint 3 GW.

A cette fin, la loi d’accélération des énergies renouvelables ouvre la porte au défrichement de zones boisées (jusqu’à 25 Ha), et au développement de l’utilisation de terres agricoles (agrivoltaïsme), au risque de pénaliser la production agricole.

Ce développement à marche forcée des ENR nécessite de quasiment doubler les investissements sur les réseaux de transport et de distribution d’électricité, en les portant à 10 Md€ / an, soit un surcoût supérieur à 130 Md€ d’ici 2050, dont 35 Md€ pour le raccordement de l’éolien maritime. L’impact sur le TURPE[8] peut être évalué à environ 12 €/MWh sur la facture des clients.

Nucléaire : une relance insuffisante à l’horizon 2050, sans développement prévu pour un réacteur à neutrons rapides.

La SFEC prévoit de maintenir autant que possible la capacité de production nucléaire existante de la France, qui sera de 63 GW après la fermeture anticipée de Fessenheim et la mise en service de l’EPR de Flamanville. Toutefois, sur la base d’une prolongation de la durée de vie de l’ensemble des réacteurs à 60 ans, un « effet falaise » se produira dès 2040, et la capacité résiduelle du parc ne sera plus que de 16 GW en 2050 :

La SFEC envisage au maximum la construction de 14 EPR2 d’ici 2050 (23 GW), ainsi que la construction de quelques SMR[9], ce qui est insuffisant pour maintenir la capacité du parc la capacité totale ne dépassera pas 45 GW, soit un productible de 280 TWh représentant 35 à 40 % de la production d’électricité nécessaire.

La capacité pilotable totale ne dépassera pas 72 GW, compte-tenu du parc hydraulique, et en pérennisant les 12 GW de moyens de production gaz et biomasse, face à des pointes de consommation qui pourraient atteindre 110 GW.

Une telle situation ne serait pas gérable : soit le programme nucléaire est renforcé avec l’engagement de la construction de 2 EPR2 par an jusqu’en 2050, soit il faudra engager la construction de 25 GW de capacité en cycles combinés à gaz pour ne pas rendre la France plus dépendante qu’actuellement de ses voisins pour la sécurité d’alimentation en électricité lors des pointes hivernales.

Il est extrêmement regrettable que la SFEC ne prévoie pas de reprendre un projet de réacteur à neutrons rapides de taille industrielle pour une production centralisée, qui pourrait prendre la relève des EPR à partir de 2040, et entérine l’abandon définitif du projet Astrid et de toute l’expérience accumulée avec les réacteurs Phénix et Superphénix .

Cela met en danger notre approvisionnement et notre gestion à long terme du cycle du combustible.


Lire l’étude en intégralité 

ou la télécharger en PDFIrdeme-Etude Stratégie Française Energie Climat F Henimann


[1] La note complète est disponible avec le lien suivant : Stratégie Française pour l’Energie et le Climat : une fuite en avant malthusienne vers la décroissance et l’écologie punitive – IRDEME (irefeurope.org)

[2] 202311_Strategie_energie_climat_DP.pdf (ecologie.gouv.fr)

[3] Rapport d’enquête n°1028 – 16e législature – Assemblée nationale (assemblee-nationale.fr)

[4] Fret 4F – FRET FERROVIAIRE FRANÇAIS DU FUTUR

[5] Alternative de transport « le transport combiné » – LKW WALTER (FR) (lkw-walter.com)

[6] L’Alliance 4F salue les annonces fortes du gouvernement en soutien à l’ensemble de la filière du fret ferroviaire – Fret 4F

[7] Éolien maritime : quel potentiel pour la France ? (lemondedelenergie.com)

[8] TURPE : Tarif d’Utilisation des Réseaux Publics d’Electricité

[9] SMR : Small Modular Reactors

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

2 réponses

  1. Tout à fait d’accord sur le surgénérateur (en fin d’article). Extrait de :
    https://climatetverite.net/2022/11/16/nucleaire-il-nest-pas-trop-tard/

    Qui plus est, il faut sans tarder relancer ASTRID ou équivalent pour préparer la relève avec les réacteurs de quatrième génération, ou surgénérateurs, ou RNR (Réacteurs à Neutrons Rapides). N’oublions jamais qu’avec nos réserves en uranium appauvri nous avons un millénaire ou plus d’électricité devant nous grâce aux surgénérateurs, avec à la clé de quoi largement alimenter un parc de voitures électriques, pour ceux que cela passionne.
    Dans ce contexte il faut insister sur la variante surgénérateurs-incinérateurs qui permet de diminuer encore les déchets à vie longue en cassant les actinides mineurs, ce qui permet, avantage important, de ménager la capacité du stockage en couche géologique profonde.
    Le développement des RNR s’accompagne bien sûr du développement de l’aval du cycle, comme les usines de retraitement, mais aussi de l’amont du cycle, dans la filière surgénérateurs-incinérateurs, les usines de fabrication du combustible (peu dosantes avant l’usine MELOX où l’on manipule du plutonium) dans lesquelles on intègre les résidus du retraitement à vie longue. Le détriment de cette option est le coût augmenté des doses radiologiques délivrées aux opérateurs de l’aval du cycle (manipulation des américium, neptunium et autre curium dans le retraitement et le recyclage). Les usines de retraitement françaises ont déjà fait, par exemple avec le MOX, de gros progrès dans le domaine de la protection radiologique et sont en mesure de les poursuivre (travaux à distance, automatismes…).

  2. Décarboner au sens de ne plus dépendre des carburants fossiles, pourquoi pas? Mais il n’y a aucune urgence!
    Le CO2 est innocent!!!
    Par contre imaginer que les ENR et les voitures électriques seront la solution quand l’intelligence artificielle se met aussi à consommer de l’électricité est une ânerie manifeste!
    Seul le nucléaire qui ouvrira la porte aux carburants fossiles sera la solution.
    Il faut de l’énergie, c’est tout!

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire