L’UE abandonne ses exigences relatives au Net Zero, suite à la grogne des paysans

Nous traduisons ici la lettre de nos confrères britanniques de Net Zero Watch, du 6 Février 2024

1) Victoire ! L’UE abandonne ses exigences en matière de Net Zero après les protestations des agriculteurs
The Daily Telegraph, 6 février 2024

2) Les élections européennes sont marquées par le retour de bâton des Verts
Reuters, 5 février 2024

3) Le dogme allemand du “Net Zero” est “absolument toxique”, prévient le patron de l’industrie
The Daily Telegraph, 6 février 2024

4) Après avoir mis au rebut des réacteurs nucléaires, l’Allemagne va dépenser des milliards pour de nouvelles centrales à gaz
Politico, 5 février 2024

5) La Grande-Bretagne se débarrasse d’un autre gadget Net-Zero
The Wall Street Journal, 5 février 2024

6) Ross Clark : La chute des pompes à chaleur est un autre clou dans le cercueil du net zéro
The Daily Telegraph, 5 février 2024

7) Andy Puzder : Le chemin désastreux de la Grande-Bretagne vers le net zéro est un avertissement pour les États-Unis
National Review, 5 février 2024

8) Et enfin : Les Britanniques tournent le dos aux nouvelles voitures électriques
The Times, 6 février 2024

**************

1) Victoire ! L’UE abandonne ses exigences en matière de Net Zero après les protestations des agriculteurs
The Daily Telegraph, 6 février 2024

Bruxelles retire l’ordre de réduire les émissions liées à l’agriculture après la colère croissante à travers l’Europe.

L’Union européenne a cédé aux protestations de colère des agriculteurs et a supprimé l’objectif de réduction des émissions agricoles dans le cadre de la campagne “Zéro émission” de l’Union européenne.

La demande de réduction de près d’un tiers des émissions d’azote, de méthane et d’autres émissions liées à l’agriculture a été retirée d’un plan plus large de Bruxelles visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 90 % d’ici à 2040.

Mardi, Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, a également proposé de retirer le plan de l’UE visant à réduire de moitié l’utilisation des pesticides, le qualifiant de “symbole de polarisation”.

“Nos agriculteurs méritent d’être écoutés”, a-t-elle déclaré au Parlement européen.

“Je sais qu’ils s’inquiètent de l’avenir de l’agriculture et de leur avenir en tant qu’agriculteurs. Mais ils savent aussi que l’agriculture doit évoluer vers un modèle de production plus durable afin que leurs exploitations restent rentables dans les années à venir”.

Une recommandation invitant les citoyens de l’UE à manger moins de viande a également été retirée du plan.

Ces concessions interviennent alors que les manifestations d’agriculteurs se multiplient en Belgique, en France, en Allemagne et en Italie, à l’approche des élections européennes de cette année.

Des blocages de centres de distribution de supermarchés ont laissé des rayons vides à Bruxelles, tandis que plusieurs personnes ont été blessées dans des accidents de la circulation provoqués par les manifestations d’agriculteurs aux Pays-Bas, qui ont déversé des déchets et allumé des feux sur les autoroutes.

Les organisateurs ont menacé de poursuivre les perturbations jusqu’aux élections du Parlement européen en juin.

Une résistance croissante

Le scrutin est considéré comme de plus en plus problématique pour Mme von der Leyen et d’autres politiciens traditionnels qui cherchent à se faire réélire sur la base d’un programme écologique.

La résistance à la réforme environnementale n’a cessé de croître, y compris de la part du Parti populaire européen, le groupe politique de centre-droit auquel appartient la présidente de la Commission.

Le fait d’offrir des concessions aux agriculteurs serait considéré comme un grand pas en arrière par rapport aux projets écologiques initiaux de l’Union européenne.

Full story

2) Les élections européennes se déroulent sous contre-coup vert
Reuters, 5 février 2024

BRUXELLES, 5 février (Reuters) – Quelle différence cinq ans font. Lors des dernières élections de l’Union européenne en 2019, des centaines de milliers de personnes à travers le bloc des 27 ont organisé des manifestations pour lutter contre le changement climatique. À l’approche du vote de cette année, les agriculteurs sont dans la rue pour réclamer moins de règles écologiques, et les responsables politiques ne peuvent pas se permettre de les ignorer.

Un changement de ton politique sur la manière de protéger la planète se profile à l’horizon des élections européennes de juin, alors même que le changement climatique provoque des phénomènes météorologiques extrêmes de plus en plus graves et coûteux.

“Il y a un retour de bâton évident sur la partie agricole du Green Deal”, a déclaré Pascal Canfin, membre français du Parlement européen.
“Mais il n’y a pas de contrecoup pour le reste”, a-t-il ajouté.

Pour apaiser les agriculteurs qui protestent contre les prix bas des denrées alimentaires et les normes environnementales élevées de l’UE, l’UE a assoupli la semaine dernière les réglementations environnementales sur les terres en jachère, tandis que la France a mis en pause une politique nationale de réduction des pesticides.

Toutefois, la vision globale de l’UE en matière de lutte contre le changement climatique (Green Deal) reste intacte, soutenue par plus de deux douzaines de lois adoptées au cours des cinq dernières années pour réduire les émissions de gaz à effet de serre à l’origine du changement climatique.

Il est peu probable que les politiques déjà en place soient retirées. Toutefois, les récentes tentatives de l’UE d’intégrer des politiques environnementales plus larges dans ce paquet ont échoué. Au cours des derniers mois, les pays de l’UE et les législateurs ont rejeté ou affaibli de nouvelles lois sur la pollution industrielle, la réduction de l’utilisation des pesticides et la restauration de la nature.

“Nous ne devrions pas mélanger l’environnement et le climat”, a déclaré Peter Liese, membre du Parti populaire européen (centre-droit), la plus grande famille politique du Parlement européen.

“Si nous voulons être neutres en carbone et continuer à être industrialisés, nous ne pouvons pas tout faire en même temps”, a-t-il déclaré …….

3) Le dogme allemand du “Net Zero” est “absolument toxique”, prévient le patron de l’industrie
The Daily Telegraph, 6 février 2024

Un haut responsable de l’industrie allemande s’est désespéré que les politiques net zéro d’Olaf Scholz soient “absolument toxiques”, dans une critique acerbe de la gestion de la chancelière de la plus grande économie d’Europe.

Siegfried Russwurm, directeur du BDI, a déclaré que l’agenda climatique de son pays était “plus dogmatique que celui de n’importe quel autre pays que je connaisse”.

Il a prévenu que l’Allemagne était désavantagée en raison de l’abandon progressif de l’énergie nucléaire par le gouvernement et du passage du charbon et du gaz aux énergies renouvelables.

“Personne ne peut dire avec certitude aujourd’hui à quoi ressemblera notre approvisionnement en énergie dans sept ans, et c’est pourquoi personne ne peut dire à quel point les prix de l’énergie seront élevés en Allemagne à ce moment-là”, a-t-il déclaré au Financial Times.

“Pour les entreprises qui doivent prendre des décisions d’investissement, c’est absolument toxique.”

Ces commentaires interviennent alors que le leadership de M. Scholz fait l’objet d’un examen minutieux après que les chiffres officiels ont montré que l’économie allemande s’est contractée de 0,3 % l’année dernière, tandis que l’OCDE a déclaré que son produit intérieur brut n’augmenterait que de 1,1 % en 2024.

Le mois dernier, des manifestations d’agriculteurs ont paralysé la circulation, les tracteurs bloquant les grands axes routiers et investissant Berlin.

4) Après avoir mis au rebut ses réacteurs nucléaires, l’Allemagne va dépenser des milliards pour de nouvelles centrales à gaz
Politico, 5 février 2024

Berlin a accepté de dépenser 16 milliards d’euros pour construire quatre grandes centrales au gaz naturel afin de répondre à la demande d’électricité dans le cadre d’une révision majeure du réseau énergétique du pays.

Dans un communiqué publié lundi, les autorités ont déclaré que cette nouvelle stratégie venait “s’ajouter à l’expansion constante des énergies renouvelables” et qu’elle était essentielle pour garantir un approvisionnement régulier en électricité “même lorsque le soleil et le vent se font rares”.

La coalition au pouvoir a pris cette décision à la suite de discussions entre le chancelier Olaf Scholz, du parti social-démocrate, et le ministre de l’économie, Robert Habeck, membre du parti écologiste. L’accord prévoit un mécanisme de renforcement des capacités basé sur le marché afin d’accroître la production d’électricité d’ici à 2028.

Le gouvernement a qualifié les centrales au gaz fossile de “modernes, très flexibles et respectueuses du climat”, car elles pourront être converties pour utiliser de l’hydrogène gazeux propre produit à partir de sources renouvelables. Les centrales devraient produire jusqu’à 10 gigawatts d’électricité. Les appels d’offres pour ces projets débuteront bientôt.

L’entreprise énergétique allemande Uniper, qui prévoit de participer à la construction, s’est déclarée “soulagée” que la coalition soit parvenue à un consensus politique sur les nouvelles centrales, ajoutant qu'”il est urgent d’agir car le processus d’approbation et la construction effective des centrales électriques et des installations de stockage prendront plusieurs années”.

Les groupes de défense de l’environnement restent toutefois sceptiques, Greenpeace dénonçant la stratégie comme un “exemple parfait de la façon dont le battage autour de l’hydrogène n’est qu’un écran de fumée pour plus de gaz fossile”.

Full story

5) La Grande-Bretagne se débarrasse d’un autre gadget Net-Zero
The Wall Street Journal, 5 février 2024

Le recul du Royaume-Uni sur un autre gadget de politique net-zéro est plus qu’un embarras pour le Premier ministre Rishi Sunak, son parti conservateur et les alarmistes du changement climatique. Il s’agit également d’un avertissement sur la dernière méthode de la gauche verte pour tenter de faire passer en douce des mandats coûteux aux consommateurs.

Le gouvernement de M. Sunak pourrait supprimer un système de quotas qui obligerait les fabricants à vendre davantage de pompes à chaleur aux ménages, a rapporté le Times of London ce week-end. La plupart des ménages anglais utilisent le gaz naturel pour alimenter les chaudières de la taille d’une armoire qui assurent le chauffage central et la production d’eau chaude, et les obliger à adopter des pompes à chaleur électriques (alimentées en fin de compte par des énergies renouvelables) fait partie du programme “net-zéro” du gouvernement.

Une proposition antérieure visant à interdire la vente de chaudières à gaz après 2035 s’est avérée politiquement toxique, les ménages hésitant à remplacer leurs chaudières fiables au gaz naturel par des pompes à chaleur plus coûteuses et non testées. Les responsables politiques ont donc recouru à un subterfuge en imposant un quota de vente aux fabricants. À partir d’avril, les pompes à chaleur devront remplacer 4 % des ventes annuelles de chaudières, faute de quoi les entreprises devront payer une amende de 3 000 livres sterling pour chaque chaudière au gaz naturel “excédentaire” vendue.

Les électeurs ont tout de même remarqué ce que le gouvernement essayait de faire. En l’absence de demande pour les produits prétendument respectueux de l’environnement, les fabricants n’auraient d’autre choix que de payer les amendes pour avoir manqué les objectifs de vente, puis de répercuter le coût sur les consommateurs. Worcester Bosch, le principal fabricant britannique, a averti l’année dernière que le quota proposé augmenterait de 300 livres sterling (376 dollars) le coût des chaudières au gaz naturel, qui se vendent à partir de 1 000 livres sterling.

La nouveauté est que l’industrie s’est battue contre le mandat. Les fabricants ont fait preuve de transparence en répercutant le coût des amendes sur les pompes à chaleur aux consommateurs, les qualifiant de “taxe sur les chaudières”. Le gouvernement de M. Sunak a tenté de blâmer les entreprises pour leur comportement anticoncurrentiel. Mais lorsque les électeurs ont réalisé qu’ils seraient obligés de payer pour les pompes à chaleur même s’ils ne les achetaient pas, la règle a été abandonnée.

Il s’agit du dernier exemple en date de la manière dont il devient impossible de cacher au public les coûts réels de la consommation nette zéro à mesure que les objectifs en matière d’émissions de carbone deviennent plus contraignants.

L’Europe, bien plus avancée que l’Amérique sur la voie du net-zéro, est la première à s’en rendre compte et les résultats vont de l’inversion des politiques en Grande-Bretagne aux protestations des agriculteurs en Allemagne et en France, en passant par la victoire électorale de la droite insurgée aux Pays-Bas. Le mystère est de savoir pourquoi les démocrates américains veulent entrer dans cette scie à bûches, même si elle fonctionne à l’énergie renouvelable.

6) Ross Clark : La chute des pompes à chaleur est un autre clou dans le cercueil du net zéro
The Daily Telegraph, 5 février 2024

Les politiciens peuvent fixer des objectifs jour et nuit. Mais s’ils ne tiennent pas compte des conséquences, des volte-face embarrassantes suivront inévitablement

L’un après l’autre, ils s’effondrent, les objectifs “net zéro” qui ont été imaginés sans tenir compte de leur coût et de leur praticité. La dernière à disparaître, semble-t-il, est la “taxe sur les chaudières”, une règle qui, à partir d’avril, devait obliger les fabricants de chaudières à s’assurer qu’au moins 4 % de leurs installations étaient des pompes à chaleur. En cas d’échec, ils auraient dû payer une amende de 3 000 livres sterling pour chaque installation de chaudière dépassant l’objectif fixé. Mais le gouvernement a fait marche arrière, peut-être parce qu’il s’est rendu compte – à son grand étonnement – que les fabricants de chaudières commençaient à augmenter leurs prix pour couvrir les amendes qu’ils savaient devoir payer.

Vous pouvez fixer des objectifs toute la journée, cela ne signifie pas qu’ils seront réalisés comme par magie. On peut espérer que la fixation d’un objectif incitera les fabricants et les consommateurs à se tourner vers les pompes à chaleur, ce qui contribuera à faire baisser les prix, mais cela ne se produira pas si la technologie est fondamentalement défectueuse. Et le problème avec les pompes à chaleur, c’est qu’en dépit de tous les fonds publics qui leur ont été consacrés au cours de la dernière décennie, elles restent trop chères à installer. En outre, s’il semble y avoir des clients satisfaits, il y a beaucoup trop de propriétaires qui se plaignent que leurs maisons sont tièdes et que les appareils coûtent trop cher à faire fonctionner. Les fabricants de pompes à chaleur eux-mêmes ont déclaré qu’elles ne convenaient pas à certaines habitations.

Tout cela pourrait bien sûr changer. Les pompes à chaleur à haute température nécessaires pour chauffer les propriétés plus anciennes et moins bien isolées deviendront, espérons-le, plus efficaces. Quelqu’un pourrait bien trouver un moyen de faire baisser le coût, de sorte qu’une pompe à chaleur devienne le choix naturel de toute personne cherchant à remplacer une chaudière à mazout ou à gaz. Personne ne serait plus heureux que moi si cela se produisait. Mais pour l’instant, il est évident que même les subventions gouvernementales de 7 500 livres sterling par installation sont insuffisantes pour rendre les pompes à chaleur compétitives. Commencer à imposer des amendes à l’industrie du chauffage au motif que les ingénieurs n’ont pas encore résolu ce problème n’est pas une politique verte intelligente, mais simplement un moyen de soutirer davantage de recettes fiscales aux propriétaires.

Il en va de même pour le mandat ZEV (Zero Electric Vehicle) qui, à partir du 1er janvier de cette année, oblige les constructeurs automobiles à s’assurer que 22 % de leurs ventes au Royaume-Uni sont des modèles purement électriques. Les problèmes sous-jacents des véhicules à batterie – leur coût d’achat, leur autonomie limitée et le temps nécessaire pour les recharger – ont jusqu’à présent limité leur pénétration sur le marché à un peu moins de 15 % en janvier. Aucune amende ne va soudainement résoudre les problèmes techniques qui font obstacle à l’adoption massive des voitures électriques, car cela nécessiterait également de réécrire les lois de la physique.

Full post

7) Andy Puzder : Le chemin désastreux de la Grande-Bretagne vers le net zéro est un avertissement pour les États-Unis
National Review, 5 février 2024

La promesse d’une énergie bon marché, renouvelable et fiable est une illusion dangereuse.

Lors de la conférence des Nations unies sur le climat qui s’est tenue l’année dernière à Dubaï, l’administration Biden a accepté de tripler la capacité mondiale en matière d’énergies renouvelables d’ici à 2030.

Elle a également rejoint l’alliance “Powering Past Coal”, s’engageant à éliminer la production d’électricité à partir du charbon. Tout cela fait partie de l’objectif du président Biden de décarboniser complètement le réseau électrique américain d’ici à 2035 et de réduire à zéro les émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2050.

La Grande-Bretagne s’est engagée dans cette voie depuis 2008, lorsque le Parlement a inscrit dans la loi un objectif de décarbonisation de 80 %, qu’il a porté à 100 %, ou zéro net, en 2019. Cette politique de luxe, que seuls les riches peuvent s’offrir, a été dévastatrice pour les entreprises et les Britanniques ordinaires qui essaient simplement de chauffer leur maison et de se rendre au travail.

Un nouveau rapport rédigé par Rupert Darwall pour la RealClear Foundation constitue un avertissement opportun et nécessaire pour les États-Unis. Il montre ce qui se passerait si les démocrates et les progressistes obtenaient gain de cause et infligeaient au pays des politiques climatiques nettes de zéro.

Les politiciens britanniques se vantent de réduire les émissions de gaz à effet de serre plus rapidement que n’importe quelle autre grande économie, mais ils ignorent le fait que l’économie du pays est en perte de vitesse depuis 2008.

En 2020, avant même la récente flambée des coûts de l’énergie, les Britanniques payaient leur électricité environ 75 % plus cher que les Américains, sous l’effet d’un double coup dur : les politiques de plafonnement et d’échange d’une part, et les subventions aux énergies renouvelables d’autre part. Puis vint le choc de l’Ukraine. Pendant la crise énergétique de 2022, les tarifs d’électricité des entreprises britanniques étaient plus de deux fois supérieurs à la moyenne payée par les entreprises américaines.

En Grande-Bretagne, l’impact du système de plafonnement et d’échange sur le coût des combustibles nécessaires à la production d’électricité est considérable. En 2022, les coûts du carbone imposés par le gouvernement s’élevaient en moyenne à 128 dollars par mégawattheure (MWh) pour l’électricité produite à partir de charbon et à 51 dollars par MWh pour le gaz naturel.

Ces coûts s’ajoutent aux coûts réels des combustibles, qui s’élèvent en moyenne à 150 dollars par MWh pour l’électricité produite à partir de charbon et à 160 dollars par MWh pour le gaz naturel. Cela signifie qu’il en coûte 278 $ pour produire 1 MWh d’électricité à partir du charbon et 211 $ à partir du gaz naturel.

Aux États-Unis, les prix de l’électricité étaient nettement inférieurs pour deux raisons. Premièrement, il n’y a pas de politique de plafonnement et d’échange. Deuxièmement, en ce qui concerne le charbon, les centrales électriques britanniques étaient anciennes et fonctionnaient à des rendements thermiques bien inférieurs à ceux des États-Unis (le Royaume-Uni a pratiquement supprimé toutes les centrales au charbon – bien que certaines aient dû être remises en service lors d’une vague de froid en 2023) ; et, en ce qui concerne le gaz naturel, il est beaucoup moins cher acheminé par gazoduc (comme aux États-Unis) que liquéfié et expédié (comme en Europe).

Ainsi, aux États-Unis, le coût du combustible par MWh d’électricité produite à partir de charbon était de 27 dollars par MWh (contre 278 dollars en Grande-Bretagne) et de 61 dollars par MWh pour le gaz naturel (contre 211 dollars en Grande-Bretagne).

Les Britanniques doivent également payer le coût des subventions accordées à l’énergie éolienne et solaire, favorisée par les politiques. L’analyse des portefeuilles d’énergies renouvelables des six grandes entreprises énergétiques britanniques montre que le prix moyen de l’électricité éolienne et solaire entre 2009 et 2020 est largement supérieur à 100 livres sterling par MWh, alors que le prix de l’électricité fiable produite par les centrales au gaz et au charbon est passé de 60 livres sterling par MWh en 2013 à moins de 50 livres sterling par MWh en 2020.

Full post

8) Et enfin : Les Britanniques tournent le dos aux nouvelles voitures électriques
The Times, 6 février 2024

Les Britanniques semblent tourner le dos aux nouvelles voitures électriques, le nombre de véhicules zéro émission vendus à des particuliers ayant chuté de 25 % le mois dernier.

Les derniers chiffres de la Society of Motor Manufacturers and Traders (SMMT) ont incité l’organisme industriel à revoir à la baisse ses prévisions concernant la proportion du marché total qui passera à l’électrique cette année.

Cette nouvelle intervient alors qu’une commission parlementaire influente sur le changement climatique a averti que la Grande-Bretagne était bloquée sur la “voie lente” pour récolter les bénéfices environnementaux d’un passage plus rapide d’un plus grand nombre de personnes à des véhicules à zéro émission.

Les chiffres de l’industrie montrent que 142 000 nouvelles voitures ont été immatriculées au Royaume-Uni en janvier, soit une augmentation de près de 11 000 par rapport au même mois de l’année dernière. Il s’agit du 18e mois consécutif d’augmentation des ventes de voitures après la chute à son plus bas niveau depuis 40 ans pendant la pandémie.

Parmi ces nouvelles voitures, près de 21 000 étaient entièrement électriques. Bien qu’il s’agisse d’une augmentation de 21 % par rapport à janvier 2023, le nombre de véhicules à zéro émission par rapport à l’ensemble des nouvelles immatriculations n’est que de 14,7 %.

Full story

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

2 réponses

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire