L’industrie solaire européenne au bord de l’extinction dans l’indifférence générale

Ce qu’il reste de l’industrie européenne des panneaux photovoltaïques ne pourra pas survivre bien longtemps à la déferlante de panneaux à prix cassés venus de Chine. Il n’est pas sûr que l’appel au secours envoyé il y a quelques jours à la Commission européenne puisse la sauver. Pour la bureaucratie bruxelloise, accélérer l’équipement de l’Union en panneaux solaires, grâce à des équipements très bon marché, pourrait permettre d’atteindre les objectifs impossibles de production d’électricité décarbonée renouvelable. Et cela vaut bien le sacrifice final de l’industrie solaire européenne… Bruxelles veut déployer 750 GW de panneaux photovoltaïques dans l’Union d’ici 2030 !

Si rien n’est fait, l’industrie européenne des panneaux solaire va purement et simplement disparaître. L’European Solar Manufacturing Council (ESMC), organisme qui représente les industriels des panneaux solaires via quelque 80 entreprises européennes appelle au secours dans une lettre ouverte adressée à la Commission européenne. Cette dernière envisage, avec sa nonchalance bureaucratique habituelle, d’étudier des mesures mais ne semble pas vraiment interpellée par l’urgence de la situation.

En décembre 2022, la Commission avait mis sur pied une Alliance européenne de l’industrie du solaire photovoltaïque pour (ESIA en anglais) pour « éviter de remplacer la dépendance à l’égard des combustibles fossiles russes par de nouvelles dépendances », avait expliqué Thierry Breton, le commissaire au marché intérieur. Cela n’a strictement servi à rien. La majeure partie de l’industrie solaire européenne a déjà été sacrifiée il y a quelques années sur l’autel de la concurrence et les survivants n’en ont plus pour très longtemps si rien ne change.

Un choix cynique pour accélérer le déploiement des panneaux

« La situation est vraiment, vraiment inquiétante. Nous allons perdre la majorité de l’industrie européenne dans les prochains mois s’il n’y a pas de signal politique fort », affirme Johan Lindahl, le secrétaire général de l’ESMC. « Soit les industriels vont être condamnés à la faillite, soit ceux qui ont les ressources vont se délocaliser aux Etats-Unis», a déclaré M. Lindhal au Financial Times. L’administration américaine offre des subventions et des aides importantes aux industriels de la transitions énergétique qui s’implantent sur le sol américain via la loi IRA.

En fait, la situation est assez simple. Il y a une surproduction mondiale de panneaux qui a conduit à un effondrement des prix et l’industrie européenne est incapable de faire face à la déferlante depuis deux ans de productions chinoises à prix cassés. Et les institutions européennes semblent considérer qu’accélérer l’équipement de l’Union en panneaux solaires, grâce à des équipements très bon marché, pourrait permettre d’atteindre les objectifs impossibles de production d’électricité décarbonée renouvelable. Il y a eu 40% de plus de panneaux installés en Europe en 2023 qu’en 2022. Et cela vaut bien le sacrifice final de l’industrie solaire européenne… Bruxelles veut déployer 750 GW de panneaux

 

 

Article réservé aux abonnés
Déjà abonné ? Se connecter

Pour poursuivre la lecture de cet article
Abonnez-vous dès maintenant à Transitions Energies
À partir de 23€ par an

> JE M’ABONNE

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Une réponse

  1. C’est dommage, le CEA travaille sur des cellules de meilleur rendement et de longue durée de vie.
    Comme d’habitude l’UE met la charrue avant les bœufs. Au bout de dix ans les panneaux bon marché sont à remplacer et on ne sait pas ce qu’on en fera. Plutôt que de jouer aux bons petits soldats européens, nos “dirigeants” feraient mieux de préserver nos intérêts.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2024 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2024 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire