“Ce qu’on vous cache sur la trahison et la destruction de notre énergie”

Une interview de Fabien Bouglé et Samuele Furfari sur Tocsin-Media

Voir la video (50 mn)

Nos articles sont généralement publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

3 réponses

  1. Oui on s’est mis en retard par rapport aux Russes et aux Américains quant aux réacteurs modulaires SMR et avancés AMR. Mais il n’est pas trop tard pour bien faire. Pour les SMR on peut très bien freiner l’entrée des SMR US en faisant jouer des questions de sûreté, et ce, en France et quelques partenaires européens.
    https://www.asn.fr/l-asn-informe/actualites/petits-reacteurs-modulaires-revue-conjointe-realisee-par-trois-autorites-de-surete-europeennes
    Rappelons aussi que notre avenir dans le nucléaire n’est pas cantonné dans les seuls SMR. Nous disposons d’un réseau capable d’encaisser des EPR et des surgénérateurs.

  2. Oui pour les SMR, non pour les EPR et surtout oui pour la filière à neutrons rapides.Les EPR coûtent tres chers et ne pourront pas être amortis avant l’arrivée industrielle de la fusion qui, d’apres les chercheurs du programme SPARC (MIT) devrait arriver vers 2040.
    Le seul module interessant semble être le 900 MW qui permet de limiter les pertes en ligne (réseaux de distribution de faible distance) et devrait bien se vendre à l’export.
    Pour les SMR, l’intérêt est leur implantation autonome avec securité accrue.

    1. La fusion en 2040 ? Les réacteurs SPARC sont des tokamaks de taille réduite ce qui leur confère un avantage économique pour les étapes de recherche. Restera ensuite à construire un démonstrateur producteur d’électricité, par la voie vapeur ou autre, ce qui nous conduit bien bien au-delà de 2040 ! Quand au déploiement des SMR, j’ai formulé des remarques plutôt désagréables du genre la sûreté n’aime pas la dissémination, etc. On attend l’avis de l’ASN sur les options de sûreté des SMR EDF Nuward. En tout état de cause je me ferai un plaisir le moment venu d’éplucher l’avis de mes successeurs. Vont-ils se soumettre aux fausses bonnes idées macroniennes sur les SMR, ou vont-ils délivrer une réelle analyse de sûreté ?
      Pour mémoire les écolos planqués à l’ASN ont tout fait pour retarder l’EPR de Flamanville. S’il y a une volonté politique de construire d’autres EPR, on n’aura pas les mêmes problèmes (comme modifier les critères d’acceptation des soudures parallèlement à la réalisation de ces dernières, du jamais vu dans ce monde!).

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire