« 97 % de consensus » : quel consensus ?

Par : Gregory Wrightstone – Directeur exécutif de la CO2 Coalition

Vous avez probablement entendu dire que 97 % des scientifiques sont d’accord sur le fait que le changement climatique est dû à l’activité humaine. Vous avez peut-être aussi entendu dire que ceux qui n’adhèrent pas au mantra de l’apocalypse climatique sont des négationnistes de la science. La vérité est que bien plus de 3 % des scientifiques sont sceptiques quant à la ligne du parti sur le climat. Bien plus encore.

Les nombreux scientifiques, ingénieurs et experts en énergie qui composent la Coalition CO2 se voient souvent poser une question du genre : « Alors, vous croyez au changement climatique ? Notre réponse ? “Oui, bien sûr que nous le faisons : cela se produit depuis des centaines de millions d’années.” Il est important de poser les bonnes questions. La question n’est pas : « Le changement climatique est-il en train de se produire ? La vraie question d’importance majeure est la suivante :

« Le changement climatique est-il désormais provoqué principalement par les actions humaines ? Cette question devrait être suivie par « notre changement climatique est-il bénéfique ou nocif pour les écosystèmes et l’humanité ? »

Il existe certaines vérités scientifiques qui sont quantifiables et faciles à prouver, et avec lesquelles, j’en suis sûr, au moins 97 % des scientifiques sont d’accord. En voici deux :

  1. La concentration de dioxyde de carbone a augmenté ces dernières années.
  2. Les températures, telles que mesurées par les thermomètres et les satellites, augmentent généralement par à-coups depuis plus de 150 ans.

 

Ce qui est impossible à quantifier, c’est le pourcentage réel de réchauffement attribuable à l’augmentation du CO2 anthropique (d’origine humaine). Il n’existe aucune preuve ou méthode scientifique permettant de déterminer dans quelle mesure le réchauffement que nous avons connu depuis 1900 est directement causé par nous.

Nous savons que la température a beaucoup varié au fil des millénaires. Nous savons également que pendant pratiquement toute cette période, le réchauffement et le refroidissement de la planète ont été entièrement provoqués par des forces naturelles, qui n’ont pas cessé de fonctionner au début du 20e siècle.

L’affirmation selon laquelle la majeure partie du réchauffement moderne est imputable aux activités humaines est scientifiquement insupportable. La vérité est que nous ne le savons pas. Nous devons être capables de séparer ce que nous  savons  de ce qui n’est que conjecture.

Quelle est la base de la notion de « consensus à 97 % » ? Est-ce vrai? 

Indice : vous ne pouvez pas épeler consensus sans « escroquerie ».

Si, en effet, 97 % de tous les scientifiques croyaient réellement que les activités humaines étaient à l’origine du réchauffement modéré que nous avons observé au cours des 150 dernières années, il serait raisonnable d’en tenir compte pour déterminer ce qu’il faut croire. On aurait cependant tort.

La science, contrairement à la religion, n’est pas un système de croyance. Les scientifiques, comme tout le monde, diront qu’ils croient aux choses (qu’ils les croient ou non) pour des raisons de commodité sociale, d’opportunisme politique ou de profit financier. Pour cette raison et pour d’autres bonnes raisons, la science n’est pas fondée sur les croyances des scientifiques. Il s’agit d’une méthode d’enquête disciplinée, par laquelle les scientifiques appliquent une théorie préexistante à l’observation et à la mesure, de manière à développer ou à rejeter une théorie, afin de pouvoir démêler aussi clairement et aussi certainement que possible la distinction entre ce que le philosophe grec a fait. Anaximandre appelait « ce qui est et ce qui n’est pas ».

Al-Haytham, le philosophe naturel de l’Irak du XIe siècle qui a fondé la méthode scientifique en Orient, a écrit un jour :

“Le chercheur de vérité [sa belle description du scientifique] ne place pas sa foi dans un simple consensus, aussi vénérable ou répandu soit-il. Au lieu de cela, il soumet ce qu’il en a appris à une enquête, une inspection et une enquête. Le chemin vers la vérité est long et difficile, mais c’est le chemin que nous devons suivre.”

Le long et difficile chemin vers la vérité scientifique ne peut être suivi par la simple solution triviale d’un simple décompte parmi ceux qui vivent de financements publics. Par conséquent, le simple fait que les militants pour le climat se retrouvent si souvent à faire appel à un « consensus » imaginé et (comme nous le verrons) imaginaire est un signal d’alarme. Ils sont bien moins sûrs des prétendues vérités scientifiques auxquelles ils s’accrochent qu’ils voudraient nous le faire croire. Le « consensus » est ici une béquille pour une science boiteuse.

Quelle est alors l’origine de la notion de « consensus à 97 % » ? Est-il soutenu par des recherches et des données ?

La première tentative de documenter un « consensus » sur le changement climatique était un article de 2004 cité par Al Gore dans son livre prétendument non-fictionnel,  An Inconvenient Truth.  (Gore a suivi un cours de sciences naturelles à Harvard, mais a obtenu une note D.) L’auteur de l’article cité, Naomi Oreskes, a affirmé que 75 % des près de 1 000 articles qu’elle a examinés sur la question du changement climatique étaient d’accord avec le « consensus ». » proposition privilégiée par le GIEC : « L’essentiel du réchauffement observé au cours des 50 dernières années est probablement dû à l’augmentation des concentrations de gaz à effet de serre. » Personne, a-t-elle soutenu, n’était en désaccord avec ce raisonnement.

L’article d’Oreskes a attiré l’attention de Klaus-Martin Schulte, un éminent chirurgien londonien, qui s’inquiétait des effets néfastes sur la santé de ses patients en raison de leur croyance dans un réchauffement climatique apocalyptique.

Le professeur Schulte a décidé de mettre à jour les travaux d’Oreskes. Cependant, il a constaté que seulement 45 % de plusieurs centaines de journaux approuvaient la position « consensuelle ». Il a conclu :

« Il semble y avoir peu de fondement dans la littérature scientifique évaluée par des pairs pour justifier le degré d’inquiétude sur la question du changement climatique qui est exprimé dans les médias et par les politiciens, maintenant transmis dans le monde médical et ressenti par les patients.»

Le principal article souvent présenté en faveur de la notion de « consensus à 97 % » a été rédigé par John Cook et sa joyeuse bande d’extrémistes climatiques. Publié en 2013, il s’agit de l’  ouvrage le plus référencé  sur le sujet du consensus climatique et a été téléchargé plus de 1,3 million de fois.

Cook gère un site Web sur le climat qui est un assortiment de rhétorique sur la peur climatique, spécialisé dans les attaques – souvent personnelles et d’un ton malveillant – contre tous ceux qui se sont révélés efficaces pour amener les autres à s’écarter du dogme de la catastrophe climatique imminente.

Le projet se décrit lui-même comme « un projet de « science citoyenne » mené par des bénévoles contribuant au site Web. L’équipe était composée de 12 militants pour le climat qui n’ont pas laissé chez eux leurs préjugés climatiques. Ces volontaires, dont beaucoup n’avaient aucune formation scientifique, ont déclaré avoir « examiné » les résumés de 11 944 articles évalués par des pairs liés au changement climatique ou au réchauffement climatique, publiés au cours des 21 années 1991 à 2011, pour évaluer dans quelle mesure ils a soutenu la « vision consensuelle » sur le changement climatique. Comme le disait le journal de Cook,

« Nous avons analysé un large échantillon de la littérature scientifique sur le CC [changement climatique] mondial, publiée sur une période de 21 ans, afin de déterminer le niveau de consensus scientifique selon lequel l’activité humaine est très probablement à l’origine de la majeure partie de la GW actuelle (GW mondiale anthropique). réchauffement, ou AGW).

Le document concluait,

« Parmi les résumés exprimant une position sur l’AGW [anthropogenic global warming], 97,1 % ont approuvé le consensus scientifique. … Parmi les articles exprimant une position sur l’AGW, un pourcentage écrasant (97,2 % sur la base d’auto-évaluations, 97,1 % sur la base d’évaluations de résumés) approuve le consensus scientifique sur l’AGW.

Le document affirmait – à tort, comme il s’est avéré – que 97 % des articles examinés par les évaluateurs avaient explicitement approuvé l’opinion selon laquelle les humains sont responsables de la majorité du réchauffement des 150 dernières années.

Lorsqu’on examine les données, on constate que 7 930 journaux n’ont pris aucune position sur le sujet et ont été arbitrairement exclus du décompte pour ce motif. Si l’on additionne simplement tous les articles examinés, les 97 % revendiqués par Cook et ses co-auteurs tombent à 32,6 %.

Un examen plus approfondi du document révèle que les « 97 % » comprenaient trois catégories d’approbation du changement climatique d’origine humaine (Figure 1). Seule la première catégorie revient à affirmer explicitement que les humains sont la principale cause du réchauffement récent. Les deuxième et troisième catégories comprendraient la plupart des sceptiques quant au réchauffement anthropique catastrophique, y compris les scientifiques de la CO2 Coalition , qui acceptent que l’augmentation du CO2 provoque probablement un réchauffement, probablement modeste ; un montant qui est probablement rendu insignifiant par les causes naturelles du temps plus chaud. Ce n’est qu’en ratissant large que Cook pourrait conclure à l’existence d’un quelconque « consensus ».

Figure 1 – Catégories d’approbation – Cook 2013

L’agnotologie est définie comme « l’étude de la manière dont l’ignorance naît de la circulation de fausses informations destinées à induire en erreur ». C’est ainsi que  David Legates et ses co-auteurs  (2015) décrivent l’article de Cook et les tentatives similaires visant à promouvoir à tort la notion d’un large consensus scientifique autour du sujet d’une apocalypse climatique imminente, provoquée par l’homme.

Ils ont examiné les articles réellement utilisés par Cook et ont constaté que  seulement 0,3 % des 11 944 résumés et 1,6 % du plus petit échantillon excluant les articles n’exprimant aucune opinion approuvaient le réchauffement climatique d’origine humaine tel qu’ils le définissaient.  Remarquablement, ils ont constaté que Cook et ses assistants n’avaient eux-mêmes marqué que 64 articles – soit 0,5 % des 11 944 qu’ils disaient avoir examinés – comme indiquant explicitement que le réchauffement récent était en grande partie d’origine humaine (Figure 2). Pourtant, ils ont déclaré, à la fois dans le document lui-même et par la suite, qu’ils avaient trouvé un « consensus à 97 % » affirmant explicitement que le réchauffement récent était en grande partie dû à l’homme.

“L’agnotologie présente un fort potentiel d’utilisation abusive, par laquelle une vision consensuelle « fabriquée » peut être utilisée pour étouffer la discussion, le débat et la pensée critique.”

—   Légats 2013

Il semble que Cook et ses co-auteurs ont manipulé les données pour présenter un récit tout à fait faux, faisant état d’un soutien massif au réchauffement catastrophique d’origine humaine.

Notez que la position officielle du « consensus » – bien que soutenue par seulement 0,3 % des 11 944 articles examinés – affirme que le réchauffement récent est en grande partie dû à l’homme. Même si tel était le cas – et l’écrasante majorité des scientifiques ne se prononcent pas sur cette question, car elle dépasse nos connaissances actuelles pour y répondre – cela n’indiquerait pas que le réchauffement climatique est dangereux.

« Si vous dites un mensonge suffisamment grossier et continuez à le répéter, les gens finiront par y croire. »

— Joseph Goebbels

D’après les informations que nous venons d’examiner, le pourcentage de scientifiques qui sont d’accord avec la notion de réchauffement climatique catastrophique d’origine humaine est nettement inférieur à ce qui est annoncé. Plusieurs tentatives impartiales ont été faites pour évaluer quel pourrait être le chiffre réel. L’une des plus grandes pétitions concernant le changement climatique a été celle  de l’Oregon,  signée par plus de 31 000 scientifiques américains, dont 9 029 titulaires d’un doctorat, contestant la notion d’alarmisme climatique anthropique (Figure 3).

(Signature d’Edward Teller sur http://petitionproject.com)

Plus récemment, en 2016, l’Université George Mason (Maibach 2016) a interrogé plus de 4 000 membres de l’American Mogenic Society et a constaté que 33 % d’entre eux pensaient que le changement climatique ne se produisait pas, qu’il était au plus à moitié provoqué par l’homme, qu’il était en grande partie naturel, ou qu’ils je ne savais pas. Il est important de noter que seuls 18 % des sondés pensaient qu’une grande partie, voire la totalité, des changements climatiques supplémentaires pourraient être évités.

La science ne progresse pas grâce au consensus, et l’affirmation d’un consensus n’a sa place dans aucun débat scientifique rationnel. Nous demandons : que nous disent les données ? Qu’est-ce que ça veut dire? Pouvons-nous reproduire les résultats ? Si ceux qui prônent la peur du climat d’origine humaine doivent recourir à une opinion consensuelle manifestement erronée, plutôt que d’argumenter sur les mérites de la science, n’ont-ils pas déjà admis que leur argument ne peut être gagné par un débat ouvert ?

« L’article de Cook, à 97 % absurde, montre que la communauté climatique a encore un long chemin à parcourir pour éliminer les mauvaises recherches et les mauvais comportements. Si vous voulez croire que les climatologues sont incompétents, partiaux et secrets, l’article de Cook en est un excellent exemple.»

— Professeur Richard Tol

“Soyons clairs : le travail scientifique n’a rien à voir avec le consensus. Le consensus est l’affaire de la politique. La science, au contraire, n’a besoin que d’un seul chercheur qui ait raison, ce qui signifie qu’il ait des résultats vérifiables par référence au monde réel. En science, le consensus n’a pas d’importance. Ce qui compte, ce sont des résultats reproductibles. Les plus grands scientifiques de l’histoire sont grands précisément parce qu’ils ont rompu avec le consensus.

Il n’existe pas de science consensuelle. Si c’est un consensus, ce n’est pas de la science. Si c’est de la science, ce n’est pas un consensus. Période.”

—Michael Crichton


Les références

Cook J, Nuccitelli D, Green SA et al (2013) Quantification du consensus sur le réchauffement climatique anthropique dans la littérature scientifique. Environ Res Lett 8(2):024024

Legates DR, Soon W, Briggs WM (2013) Apprendre et enseigner la science du climat : les périls de la connaissance consensuelle utilisant l’agnotologie. Sci Edu 22 :2007-2017, est ce que je :10.1007/s11191-013-9588-3

Legates DR, Soon W, Briggs WM et al (2015) Consensus climatique et « désinformation » : une réplique à « l’agnotologie, le consensus scientifique et l’enseignement et l’apprentissage du changement climatique ». Sci Edu 24 : 299-318, est ce que je : 10.1007/s11191-013-9647-9

Pétition de l’Oregon (2008)  http://petitionproject.com 

Oreskes, N (2004) Le consensus scientifique sur le changement climatique. Sciences 306, 1686

Schulte KM (2008) Un consensus scientifique sur le changement climatique ? Énergie Environnement 19(2)

Nos articles sont généralement publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Une réponse

  1. Tous les chiffres sont assez bien résumés dans une méta-analyse de Richard Tol : Comment on ‘Quantifying the consensus on anthropogenic global warming in the scientific literature’, Richard S J Tol, 2016, Environmental Research Letters, Volume 11, Number 4.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire