Lettre ouverte de l’ICSF* au Ministre de l’Environnement Eamon Ryan

(*) Irish Climate Science Forum

Nous publions ci-dessous une traduction de la Lettre ouverte que l’ICSF a adressée en Mai dernier (2021) au Ministre de l’Environnement irlandais Eamon Ryan.

L’original est consultable ici.

La même lettre pourrait être adressée au Gouvernement français qui nous entraine dans la même situation.

14 mai 2021

Consultation sur le Plan d’action climatique 2021 – Soumission de l’ICSF

Monsieur le Ministre Ryan,

Présentation de l’ICSF

L’Irish Climate Science Forum (ICSF, www.ICSF.ie) a été fondé en 2016 et compte parmi ses membres scientifiques irlandais, des ingénieurs et d’autres professions. Nous nous engageons à identifier et à diffuser les dernières sciences du climat à tous avec un esprit ouvert et curieux, animé par l’impératif d’objectivité sans intérêts particuliers. Nous recherchons un avenir durable pour l’Irlande et ses habitants, tout en préservant notre économie.

Nous visons à mieux informer l’élaboration des politiques nationales en matière d’énergie et de climat, dans le meilleur intérêt national à long terme. Nous sommes autofinancés et n’acceptons aucun financement d’entreprise ou de secteur.

L’ICSF est désormais lié au groupe de réflexion international CLINTEL sur le réalisme climatique, voir www.CLINTEL.org.

Notre contribution au Plan d’action pour le climat 2021

Nous sommes très heureux de constater que cette consultation souligne que “toutes les voix seront entendues de manière juste et égale”. Cela est bienvenu, dans la mesure où le débat politique, depuis l’Assemblée des citoyens en 2017, en passant par les différentes commissions de l’Oireachtas, n’a entendu que le côté “apocalyptique” de la science du climat.

Il est maintenant temps, selon nous, d’avoir un dialogue équilibré. Nous apprécions donc cette opportunité d’être entendus.

Nous faisons notre soumission en posant trois questions fondamentales :

  • Q1. Sur quelle base scientifique l’urgence climatique a-t-elle été déclarée ?
  • Q2. Les implications réelles de l’objectif d’atténuation proposé pour 2030 ont-elles été prises en compte ?
  • Q3. L’Irlande peut-elle réellement se permettre l’ambition d’atténuation proposée pour 2030 ?

 

Comme vous le verrez ci-dessous, nous pensons qu’aucune de ces questions n’a été suffisamment traitée.

Par conséquent, nous pensons que l’électorat – et en particulier nos jeunes – devrait être informé de manière adéquate avant d’adopter tout plan d’action climatique.

Q1. Sur quelle base scientifique l’urgence climatique a-t-elle été déclarée ?

Il est peut-être préférable de commencer par quelques rappels à la réalité de la science du climat.
Quarante années de recherche sur le climat, qui ont coûté des milliards de dollars, n’ont pas permis de réduire l’incertitude des estimations de la sensibilité du climat (c’est-à-dire de la température mondiale) climatique (c’est-à-dire l’augmentation de la température mondiale attendue pour un doublement du CO2 dans l’atmosphère).
l’atmosphère). Dans le monde réel, les mesures de la température de l’air à la surface et par satellite au cours des 40 dernières années révèlent un taux réel moyen d’augmentation de la température d’environ 0,15°C par décennie, ce qui, s’il se poursuit, laisse présager une augmentation supplémentaire de la température de seulement 1,2°C d’ici 2100.

Ces observations démontrent également que les modèles artificiellement réglés du GIEC sont en moyenne 2 à 3 fois trop sensibles aux augmentations de CO2 (voir, par exemple, les vidéos de nos récentes conférences sur https://www.icsf.ie/lecture-series). En particulier, il est maintenant tout à fait clair que les augmentations de température de ~4-5°C d’ici 2100 dérivées du scénario extrême RCP8.5 du GIEC AR5 (ou les versions similaires correspondantes dans le projet AR6) n’ont aucun fondement dans la réalité.

Sur la base d’un enregistrement de 100 ans de marégraphes représentatifs à l’échelle mondiale, les preuves empiriques montrent que le niveau moyen mondial de la mer (GMSL) a augmenté linéairement de 2,1 mm/an au cours des 100 dernières années, les premières parties de cette période ayant clairement subi une influence minimale des GES. Les mesures par satellite montrent un taux d’augmentation régulier de 3,2 mm/an au cours des 30 dernières années. Ni l’un ni l’autre ne démontre une accélération significative dans le cadre de la variabilité naturelle, et confirme également l’absence de tendances négatives significatives dans la cryosphère.

Même le taux d’augmentation plus élevé du satellite impliquerait une augmentation empirique du GMSL de seulement 25 cm d’ici 2100, ce qui est bien moins que les chiffres souvent cités de plus de 1 m des scénarios RCP8.5 et SROCC du GIEC, qui sont extrêmement improbables.

Les médias continuent de véhiculer l’idée fausse que les “événements météorologiques extrêmes” sont le signe d’un changement climatique anthropique dangereux. Cependant, une analyse rigoureuse des tendances mondiales décennales et même centennales en matière de précipitations, d’inondations, de sécheresses, de vagues de chaleur, de couverture neigeuse, d’ouragans, de tornades, d’incendies de forêt, de niveau de la mer, d'”acidité” et de blanchiment des coraux indique généralement que ces tendances démontrent une variabilité naturelle, ne sont pas sans précédent et ne s’aggravent pas.

Le récent rapport du GWPF “Extreme Weather in 2020” de Ralph Alexander sur les tendances météorologiques récentes (réf. https://www.thegwpf.org/content/uploads/2021/04/Extreme-Weather-2020.pdf), fournit de nombreux détails, tout comme notre “Overview of the Latest Climate science for Policymakers“. D’un point de vue plus général, l’ouvrage classique de HH Lamb intitulé “Climate, History and the Modern World” montre à quel point le climat est relativement bénin à la fin de l’Holocène. En particulier, les données actuelles et historiques sur le climat irlandais indiquent qu’il devient de plus en plus inoffensif. Le rapport SREX du GIEC de 2012 et son rapport AR5 de 2014 n’ont pas trouvé de preuves de liens entre les événements météorologiques “extrêmes” et le changement climatique, conclusions qui, selon nous, ressortent également du projet de rapport AR6.

La science objective et toutes les observations ci-dessus n’indiquent pas une urgence climatique.

Pour vérifier la réalité de l’atténuation, la pandémie COVID-19 a réduit les émissions mondiales de GES d’environ 7 % en 2020, réduction qui n’a pas eu d’influence perceptible sur la concentration mondiale de CO2 (selon les données de Mauna Loa) et, par conséquent, n’a pas eu d’influence sur le climat ; ceci est cohérent avec le fait que le CO2 anthropique ne représente qu’une très petite partie du cycle naturel du CO2. Par conséquent, la réduction proposée de 50 % des émissions de GES de l’Irlande d’ici 2030, si elle est jamais atteinte, aurait un impact imperceptible sur le climat (un point général que nous comprenons également dans le projet de rapport AR6 du GIEC).

Un corollaire est que l'”inaction” en matière d’atténuation n’a aucun coût. D’un point de vue positif, une légère augmentation des niveaux de CO2 favorise la photosynthèse et rend la planète plus verte de manière mesurable (réf. CO2science.org), et contribue également à augmenter la production alimentaire mondiale.

Si l’atténuation est pour l’instant (malheureusement) imposée par les protocoles internationaux, les mesures nationales d’atténuation devraient donc, selon nous, se concentrer principalement sur les avantages socio-économiques. Une adaptation prudente à un changement climatique modeste, quel qu’il soit, dans les décennies à venir, serait en effet plus logique.

Q2. Les implications réelles de l’objectif d’atténuation proposé pour 2030 ont-elles été prises en compte ?

Nous constatons que les implications techniques réelles des politiques proposées sont peu prises en compte.

En ce qui concerne l’approvisionnement en électricité, si l’on fonctionne avec une production renouvelable moyenne de 70 % (ce qui implique une production de 100 % à certains moments) dans ce qui est effectivement un réseau insulaire irlandais, cela pourrait poser des risques importants de pannes d’électricité (comme celles que l’on a connues au Texas, en Californie, au Royaume-Uni et en Australie du Sud).

Des turbines à gaz à cycle ouvert et fermé seront nécessaires pour maintenir la stabilité du réseau à tout moment et pour assurer la continuité en cas de faible ou d’absence d’énergie éolienne ou solaire. Les interconnexions électriques ne sont pas une panacée car elles peuvent être sujettes à des problèmes de fiabilité technique ainsi qu’à des interruptions d’origine politique. L’approvisionnement en gaz indigène s’épuise rapidement et les interconnecteurs gaziers britanniques seront une source moins fiable à mesure que les gisements de la mer du Nord s’épuiseront. Dans ce contexte, il est inexplicable d’envisager d’interdire la construction d’une installation d’importation de GNL en Irlande.

L’électrification accrue des transports et du chauffage des bâtiments pourrait approximativement doubler la charge totale du réseau électrique ; il semble que l’on ne se rende pas encore compte que pour faire face à cette charge plus élevée et aux niveaux plus élevés d’énergie renouvelable proposés, les réseaux de transport et de distribution devraient être renforcés et modernisés de façon importante, coûteuse et perturbatrice (en surface et en sous-sol).

Ces défis techniques sont bien analysés dans trois rapports récents de l’IAE
“The Future of Electricity Transmission in Ireland”, Briefing Paper, octobre 2020, voir : http://iae.ie/wp-content/uploads/2020/10/The-Future-of-Electricity-Transmission-in-Ireland.pdf. ” National Energy and Climate Plan – the Challenges of High Levels of Renewables in the Irish Electricity System “, mars 2021, voir :
http://iae.ie/wp-content/uploads/2021/03/IAE_Challenge_HighLevelsofRenewables-1.pdf. ” Natural Gas, Essential for Ireland’s Future Energy Security “, juillet 2018, voir : http://iae.ie/wp-content/uploads/2018/08/IAE_Natural_Gas_Energy_Security.pdf.

Incidemment, l’électrification des transports et du chauffage réduira la diversité nationale des carburants et introduira de nouveaux risques de rupture d’approvisionnement, qui n’ont pas encore été évalués ; les leçons des années 1970 en matière de diversité des carburants ont-elles été oubliées ?

Dans le secteur des transports, les véhicules électriques (VE) peuvent améliorer la qualité de l’air urbain, mais la production de la batterie contient du carbone incorporé équivalent à 50 000 km à 100 000 km de consommation de carburant dans un véhicule conventionnel à moteur à combustion interne. Les VE ne sont en aucun cas “sans carbone”, même s’ils sont rechargés par des énergies renouvelables. La disponibilité de la chaîne d’approvisionnement en cobalt/lithium et l’éthique de l’approvisionnement posent également de sérieuses questions, tout comme le recyclage des batteries de VE après leur utilisation. Il semblerait plus judicieux de permettre aux clients de continuer à choisir au fur et à mesure de l’évolution des technologies des groupes motopropulseurs ICE/hybrides/VE.

La modernisation profonde des habitations et l’installation de pompes à chaleur sont louables, mais elles ont un long temps de retour sur investissement et peuvent donc être inabordables pour la plupart. De nombreux bâtiments anciens sont si mal isolés que des mesures d’incitation à la rénovation partielle ou à la construction de nouveaux bâtiments pourraient être de meilleures solutions. Les mesures visant à améliorer l’isolation présentent des avantages considérables en termes de confort et de santé, et une mise en œuvre déterminée est donc hautement souhaitable. Le gaz naturel restera un combustible optimal pour le chauffage (également en tant que complément nécessaire des pompes à chaleur en hiver) ; les propositions de conversion à l’hydrogène au niveau domestique n’ont pas de sens.

Les grandes et moyennes industries ont généralement investi dans l’amélioration de l’efficacité énergétique pour maintenir leur compétitivité internationale ces dernières années ; les petites entreprises auront besoin d’incitations accrues pour atteindre une performance énergétique optimale.

L’agriculture s’est engagée de manière louable à être plus efficace dans tous ses aspects, et est par nature plus durable dans le climat tempéré de l’Irlande. Il est de plus en plus évident que la mesure des GES/PIB actuellement utilisée pour calculer l’équivalence entre le CH4 (méthane) et le CO2 est largement surévaluée. En outre, les recherches pionnières de Happer et Van Wijngaarden montrent que le CH4 n’a pratiquement aucun rapport avec le réchauffement climatique (réf : http://co2coalition.org/?s=methane+et+climat).

La technologie de capture du carbone est extrêmement coûteuse et non éprouvée, avec les risques géologiques associés.

Dans l’ensemble, nous pensons que ces questions techniques pratiques, et les coûts associés très importants, n’ont pas encore été abordés de manière adéquate dans la politique d’action climatique proposée.

Q3. L’Irlande peut-elle réellement se permettre l’ambition d’atténuation proposée pour 2030 ?

Pour autant que l’ICSF le sache, il n’y a pas eu d’estimations gouvernementales sur les coûts des ambitions climatiques de 2030. Nous nous demandons comment la législation climatique peut être mise en œuvre constitutionnellement sans une analyse coûts/avantages adéquate.

Les estimations de coûts de 2017 par l’Académie irlandaise d’ingénierie (IAE), dans son rapport ” Ireland’s 2030 GHG Emissions Target – an Assessment of Feasibility and Costs ” ont partiellement chiffré la réduction de 30% des émissions alors proposée à ~35 milliards d’euros, réf :
http://iae.ie/wp-content/uploads/2017/07/IAE_Report_-_Irelands_2030_Greenhouse_Gas_Emissions.pdf.

En 2020, le rapport MaREI/EAI ” Our Zero E-Mission Future ” a estimé les coûts de la transition énergétique proposée pour 2030 à 63 milliards d’euros, réf :
https://eaireland.com/wp-content/uploads/2020/11/Our-Zero-e-Mission-Future-Report.pdf, bien que cette estimation exclue également d’autres aspects de la réalisation de l’objectif proposé de réduction de 50 % des GES.

L’ICSF estime que le coût de la réalisation de l’objectif de réduction de 50 %, en supposant qu’il puisse être atteint, dépassera probablement 100 milliards d’euros (y compris les aides et subventions nécessaires), ce qui équivaut à un coût d’environ 20 000 euros par personne ou 50 000 euros par ménage d’ici à 2030. Ce coût s’ajouterait aux augmentations importantes des coûts des services publics pour les consommateurs, non encore quantifiées, mais qui apparaissent déjà.

La réduction proposée de 50 % des émissions de GES d’ici à 2030 nécessiterait, semble-t-il, presque inévitablement une réduction de l’activité agricole, la fermeture de certaines industries, un rationnement de l’énergie, une réduction du mode de vie, des perturbations sociétales et des pertes d’emplois. Il n’existe aucune base scientifique pour devoir imposer la décroissance.

Le Plan d’action pour le climat 2019 (désormais dépassé) incluait dans sa figure 4.2 une courbe des coûts marginaux de réduction des émissions pour les ambitions de 2030. Bien qu’elle indique des coûts de réduction théoriquement négatifs pour de nombreuses initiatives, il s’agit des avantages économiques, dont beaucoup s’étalent sur une longue période. Ces données ne montrent pas les coûts réels en espèces pour les contribuables et les consommateurs irlandais entre aujourd’hui et 2030.

Nous en concluons que le gouvernement ne dit pas à l’électorat ce que l’action climatique jusqu’en 2030 va réellement lui coûter.

Les coûts de l’ambition “Net-Zero 2050” ne sont pas encore quantifiables, et sont certainement inabordables.

Conclusion

Nous suggérons respectueusement que les réponses à nos trois questions ci-dessus soient “non”. Nous pensons donc qu’il est nécessaire de vérifier la réalité dans ces trois domaines avant de définir une politique climatique nationale.

L’ICSF souhaite un avenir durable, mais la politique climatique ne doit pas être une réaction instinctive à une urgence climatique imaginaire. Elle devrait plutôt être basée sur une conservation prudente de l’énergie avec une adaptation optimale aux tendances climatiques qui émergeront dans les décennies à venir, avec une allocation adéquate des rares ressources nationales post-pandémie aux besoins urgents en matière de soins de santé, de bien-être, de logement, de modernisation des infrastructures, d’emploi des jeunes et de réduction de la pauvreté.
Nous nous réjouissons d’être entendus. Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos sentiments distingués,

Jim O’Brien, Président de l’ICSF.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2022 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2022 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire