The Party’s over (fin de partie pour la COP26)

(Article de Mark Hodgson traduit de Cliscep du 20/11/21)

Les paquebots de croisière sont partis, les groupes électrogènes ont été démontés, les observateurs d’avions ont rangé leurs carnets de notes, les 6 000 meubles IKEA sont stockés dans des tentes, les dizaines de milliers de fêtards, d’activistes et de badauds sont partis, le pèlerinage de Clarion l’ours polaire en papier de soie sur la crise climatique est terminé, 102 500 tonnes d’équivalent dioxyde de carbone ont été émises, et Greta est rentrée chez elle, bla, bla, bla. La fête est finie et maintenant la gueule de bois commence.

Qu’en dire ?

Le résultat de la COP 26 à Glasgow, qui en a déçu plus d’un, est le Pacte de Glasgow pour le climat. Pas l’accord de Glasgow sur le climat, pas le traité de Glasgow sur le climat, mais le pacte de Glasgow sur le climat. Je ne pense pas que cela ait beaucoup d’importance, voire pas du tout, d’un point de vue juridique. Mon Oxford English Dictionary définit un pacte comme “un accord formel entre des individus ou des parties”. Dans ce cas, cependant, je pense que le titre moins pompeux reflète la nature discrète de ce qui a été convenu.

Parce que c’est discret. Très discret en effet. Comme je l’ai souligné dans “A Lot Of Hot Air “, en abordant l’échec de l’Accord de Paris :

Les mots d’aspiration comme “peut”, “pourrait”, et “devrait”, abondent, mais le mot “doit”, juridiquement obligatoire, est une créature rare et timide dans l’accord, rarement vue, et certainement pas dans le contexte d’une obligation significative. Et l’accord ne contient absolument aucun mécanisme d’application à l’encontre des signataires qui enfreignent ses termes plutôt mous…

Il en va de même pour le Pacte de Glasgow pour le climat, mais avec des clochettes.

Un rapide décompte des mots révèle des paragraphes commençant par “reconnaissant” (6) “reconnaît” (10) ; “reconnaît aussi” (2) ; “reconnaît en plus” (1) ; “reconnaissant” (2) ; exprimant une appréciation” (1) ; “appréciation exprimée” (1) ; “Accueille favorablement” (11) ; “souligne” (1) ; “note” (4) ; “note particulièrement” (2) ; “note tout particulièrement” (1) ; “note avec un profond regret” (1) ; exprime l’alarme et la plus grande préoccupation (1) ; souligne (9) ; “re-souligne” (2) ; “exhorte” (9) ; “exhorte fortement” (1) ; “invite” (7) ; “invite également” (1) ; “fait appel à” (4) ; “réaffirme” (1) ; “encourage” (8) ; “réitère” (1) ; “approuve” (1) ; “résout” (2) ; “rappelle” (2) ; “exprime sa reconnaissance” (1) ; “prend note” (1) ; “demande” (2).

Pour ce qui est de l’obligation, du mandat, des mots “doit” ou “doivent”, il n’y a aucun signe. En résumé, il s’agit d’un document faible et mou, d’une bouillie douloureusement mince.

Le charbon

On a beaucoup parlé du charbon et de la jubilation que l’on ait pu en parler, suivie de la déception que ce qui a été dit ait ensuite été édulcoré, apparemment sur ordre de la Chine et de l’Inde. Alors, combien de fois le charbon est-il mentionné dans le pacte ? Une fois. Au paragraphe 20 :

Invite les Parties à accélérer la mise au point, le déploiement et la diffusion de technologies, ainsi que l’adoption de politiques, afin d’opérer une transition vers des systèmes énergétiques à faibles émissions, notamment en intensifiant rapidement le déploiement de mesures de production d’électricité propre et d’efficacité énergétique, y compris en accélérant les efforts en vue de l’abandon progressif de la production d’électricité à partir du charbon et de l’élimination progressive des subventions inefficaces en faveur des combustibles fossiles, tout en apportant un soutien ciblé aux plus pauvres et aux plus vulnérables en fonction des circonstances nationales et en reconnaissant la nécessité de soutenir une transition équitable.

Si j’étais un avocat représentant des pays en développement pauvres (et même moins pauvres) qui dépendent fortement du charbon pour leur croissance économique future et pour l’amélioration du niveau de vie de leurs populations, je ne pourrais pas être plus ravi que de voir cette formulation. En termes d’obligation de faire quoi que ce soit, c’est effectivement vide de sens. La dilution supplémentaire de la non-obligation se fait en trois parties :

  1. Premièrement, il s’agit simplement d’une partie d’un vague “appel” des parties à progresser vers des “systèmes énergétiques à faibles émissions”.
  2. Deuxièmement, il demande (mais n’exige pas) l’accélération (de combien n’est pas spécifié – une accélération de 1% serait vraisemblablement admissible) des efforts (seulement des efforts, remarquez) vers l’abandon progressif de l’énergie au charbon sans interruption et l’élimination progressive (plus forte que l’élimination progressive, il est vrai) des subventions inefficaces aux combustibles fossiles. Soutenez avec force qu’une subvention aux combustibles fossiles est efficace, et elle n’entre pas du tout dans le cadre du paragraphe non obligatoire.
  3. Troisièmement, dans le cadre de tout ceci, vous pouvez exiger “un soutien ciblé aux plus pauvres et aux plus vulnérables en fonction des circonstances nationales” (et vous pouvez vraisemblablement faire valoir qu’il n’y a aucune raison pour que vous vous conformiez à la demande douloureusement mince ci-dessus si vous ne recevez pas ce soutien) ; en outre, vous pouvez insister sur “le soutien à une transition juste”. Il ne devrait pas être trop difficile d’argumenter que l’on ne peut pas s’attendre à ce que vous abandonniez (ou même réduisiez l’utilisation) du charbon si la transition qui en résulte est douloureuse et injuste.

 

Peu importe, le pacte doit prévoir la réduction de l’utilisation du pétrole et du gaz, n’est-ce pas ? Non, il ne le fait pas. Le pétrole n’est pas mentionné une seule fois, et le seul gaz mentionné est celui à effet de serre – à six reprises. Alors, que dit le Pacte ? Il contient 71 paragraphes, divisés en huit parties, que nous allons examiner l’une après l’autre.

Science et urgence

Il n’y a pas grand-chose à dire ici. L’importance de la meilleure science disponible pour une action et une politique climatiques efficaces est reconnue. Avec un peu de chance, la diffamation des sceptiques cessera, car la science n’avance pas sans être remise en question.

Bienvenue est faite au groupe de travail I du sixième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat et aux récents rapports mondiaux et régionaux sur l’état du climat de l’Organisation météorologique mondiale, et le GIEC est invité à présenter ses prochains rapports à l’Organe subsidiaire de conseil scientifique et technologique en 2022.

C’est dans cette section qu’intervient l’expression “exprime son inquiétude et sa plus grande préoccupation”. L’expression “alarmé et extrêmement préoccupé” vient du fait qu’il est dit “que les activités humaines ont provoqué un réchauffement de la planète d’environ 1,1 °C à ce jour et que les effets se font déjà sentir dans toutes les régions”.

Enfin, au paragraphe 4, il :

Souligne qu’il est urgent de renforcer l’ambition et l’action en matière d’atténuation, d’adaptation et de financement au cours de cette décennie critique afin de combler les écarts entre les efforts et les voies actuels dans la poursuite de l’objectif ultime de la convention et de son objectif global à long terme.

Et c’est tout ce qui concerne la science et l’urgence.

Adaptation

Je pense qu’il est bon de voir que l’on continue à accorder de l’attention à la question de l’adaptation. Mais ce n’est pas une grande attention, puisqu’il ne s’agit que de cinq courts paragraphes. Il s’agit essentiellement d’une répétition de ce qui a déjà été dit auparavant.

Les conclusions de la contribution du groupe de travail I au sixième rapport d’évaluation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat suscitent à nouveau de vives inquiétudes.

L’accent est mis sur l’urgence d’intensifier l’action et le soutien, y compris le financement, le renforcement des capacités et le transfert de technologies, afin d’améliorer la capacité d’adaptation, de renforcer la résilience et de réduire la vulnérabilité au changement climatique, conformément aux meilleures données scientifiques disponibles, en tenant compte des priorités et des besoins des pays en développement parties.

Les plans d’adaptation nationaux soumis à ce jour (aucune mention du nombre de mises à jour tardives) sont bien accueillis ; il est instamment demandé d’en faire davantage. Et (sans surprise) le GIEC est invité à soumettre à la COP 27 les conclusions de la contribution du groupe de travail II à son sixième rapport d’évaluation, y compris celles relatives à l’évaluation des besoins d’adaptation.

Financement de l’adaptation

Il est noté avec inquiétude que le financement actuel fourni aux pays en développement est insuffisant. Les pays développés sont instamment priés de donner davantage. La nécessité d’un financement adéquat et prévisible est reconnue. Les engagements récents sont accueillis favorablement. Les banques multilatérales de développement, les autres institutions financières et le secteur privé sont invités à renforcer la mobilisation des financements afin de fournir l’ampleur des ressources nécessaires à la réalisation des plans climatiques, en particulier pour l’adaptation, et les parties sont encouragées à continuer d’explorer des approches et des instruments innovants pour mobiliser des financements pour l’adaptation auprès de sources privées.

Et c’est tout. Il n’y a pas eu beaucoup de progrès dans ce domaine, à ce qu’il semble.

Atténuation

Le Pacte réaffirme l’objectif mondial à long terme consistant à maintenir l’augmentation de la température moyenne mondiale bien en deçà de 2 °C par rapport aux niveaux préindustriels et à poursuivre les efforts pour limiter l’augmentation de la température à 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels, en reconnaissant que cela réduirait considérablement les risques et les impacts du changement climatique. Il reconnaît également que les impacts du changement climatique seront beaucoup plus faibles avec une augmentation de la température de 1,5 °C par rapport à 2 °C, et décide de poursuivre les efforts pour limiter l’augmentation de la température à 1,5 °C.

Compte tenu de la gravité supposée de la situation, la résolution de “poursuivre les efforts” ne semble pas être un engagement important. C’est l’équivalent juridique de “bien, je suppose que nous pourrions essayer d’en faire un peu”.

L’absence d’intention sérieuse exprimée ici contraste fortement avec ce que les rédacteurs du Pacte pensent qu’il faut faire :

… limiter le réchauffement de la planète à 1,5 °C nécessite des réductions rapides, profondes et durables des émissions mondiales de gaz à effet de serre, notamment une réduction des émissions mondiales de dioxyde de carbone de 45 % d’ici 2030 par rapport au niveau de 2010 et une réduction nette nulle vers le milieu du siècle, ainsi que des réductions importantes des autres gaz à effet de serre.

Et

… [Cela] exige une action accélérée au cours de cette décennie critique, sur la base des meilleures connaissances scientifiques disponibles et de l’équité, en tenant compte des responsabilités communes mais différenciées et des capacités respectives, et dans le contexte du développement durable et des efforts visant à éradiquer la pauvreté.

Les appels au clairon sont stridents. L’effort réel ne l’est pas. Le Pacte :

Invite les parties à envisager de nouvelles actions pour réduire d’ici 2030 les émissions de gaz à effet de serre autres que le dioxyde de carbone, y compris le méthane.

C’est encore plus faible que les mesures limitées qui le précèdent. Il revient à demander aux pays de penser à essayer de faire quelque chose.

Le paragraphe suivant est celui, incroyablement faible, que nous avons déjà examiné à propos du charbon. Cette section se termine en soulignant

l’importance de la protection, de la conservation et de la restauration de la nature et des écosystèmes, y compris les forêts et les autres écosystèmes terrestres et marins, pour atteindre l’objectif global à long terme de la Convention en agissant comme des puits et des réservoirs de gaz à effet de serre et en protégeant la biodiversité, tout en assurant des garanties sociales et environnementales.

Tout cela est bien beau, mais étant donné que tant de technologies associées à la réduction supposée des émissions de gaz à effet de serre sont en fait si destructrices pour la nature et les écosystèmesviii, il est difficile de voir comment la quadrature du cercle peut être résolue. Le Pacte ne discute pas de la manière dont cela pourrait être fait.

Financement, transfert de technologies et renforcement des capacités d’atténuation et d’adaptation

Les pays développés sont à nouveau invités à en faire plus, “dans le prolongement de leurs obligations existantes au titre de la convention”, et les autres sont encouragés à faire leur part volontairement. Le seul problème est que les obligations existantes dans le cadre de la Convention ne sont que des aspirations et ne sont pas applicables. Rien n’a été fait ici pour essayer de changer cette faible situation.

Au lieu de cela, il est noté avec un “profond regret” que les pays développés n’ont pas réussi à fournir les 100 milliards de dollars par an promis à Paris, les promesses accrues qui ont été faites sont accueillies favorablement, la réalisation complète de l’objectif de 100 milliards de dollars par an est demandée avec insistance, et la transparence dans la mise en œuvre des promesses est exigée. Deux observations viennent ici à l’esprit. Tout d’abord, le fait que tout ce que l’on puisse faire est d’insister sur la réalisation complète d’un objectif de 100 milliards de dollars par an, et qu’aucune mesure coercitive ne puisse être prise en cas de non réalisation, illustre la faiblesse essentielle de l’accord conclu à Paris, malgré toutes les réjouissances de l’époque. Deuxièmement, l’insistance sur la transparence suggère que quelqu’un s’est rendu compte que toutes sortes de manœuvres ont pu avoir lieu. Je ne fais que deviner, mais je soupçonne des choses comme le double comptage, les prêts plutôt que les dons, ce genre de choses.

Les rapports annuels conjoints du Comité exécutif technologique et du Centre et réseau des technologies climatiques pour 2020 et 2021 sont accueillis favorablement, et les deux organismes sont invités à renforcer leur collaboration.

La majeure partie du reste du texte est constituée de formulations aspirationnelles du type de celles que l’on trouve dans la section traitant du financement de l’adaptation.

Pertes et dommages

Cette section contient neuf paragraphes qui n’aboutissent à rien. Inévitablement, on nous dit que “le changement climatique a déjà causé et causera de plus en plus de pertes et de dommages et que, avec l’augmentation des températures, les impacts des extrêmes climatiques et météorologiques, ainsi que les événements à évolution lente, constitueront une menace sociale, économique et environnementale de plus en plus grande”. Supposons que cela soit exact ; que faut-il faire ?

Eh bien, nous reconnaissons le rôle d’un large éventail de parties prenantes, y compris les peuples autochtones et les communautés locales, pour tenter d’éviter les dommages. C’est une bonne chose. Rien d’autre ?

Euh, réitérer l’urgence d’agir, et exhorter les pays développés et les autres à cracher un peu plus d’argent. Quoi d’autre ? Eh bien, nous pouvons reconnaître “l’importance d’une assistance technique axée sur la demande pour renforcer les capacités”. Rien de plus ? Certainement. Nous pouvons également saluer :

la poursuite de l’opérationnalisation du réseau de Santiago pour prévenir, minimiser et traiter les pertes et dommages associés aux effets néfastes du changement climatique, y compris l’accord sur ses fonctions et le processus de développement de ses arrangements institutionnels.

Et nous pouvons noter

que les discussions relatives à la gouvernance du Mécanisme international de Varsovie sur les pertes et dommages liés aux effets du changement climatique n’ont pas abouti à un résultat : cela ne préjuge pas de la poursuite de l’examen de cette question.

Enfin, nous pouvons reconnaître l’importance d’une action cohérente et décider de renforcer les partenariats. Cela devrait suffire.

Mise en œuvre

Oh bien, la fin des platitudes, et une certaine action est en vue. Cela dépend de l’idée que l’on se fait de l’action. Rappelons que :

les tables rondes entre les Parties et les parties prenantes non-Parties sur la mise en œuvre et l’ambition pour la période pré-2020, qui se sont tenues en 2018, 2019 et 2020, ont contribué à mettre en évidence et à améliorer la compréhension des efforts des Parties et des défis auxquels elles sont confrontées en matière d’action et de soutien au cours de la période pré-2020, ainsi que des travaux des organes constitués au cours de cette période.

ne le fait pas pour moi, mais je suis peut-être pointilleux. Je ne pense pas non plus qu’il soit nécessaire d’exhorter les parties qui n’ont pas fait ce qu’elles auraient dû faire en vertu de la Convention de Paris à le faire. Mais étant donné que la Convention de Paris ne prévoit pas d’obligations contraignantes, c’est tout ce qu’on peut faire, je suppose.

Je ne peux pas dire que le fait de saluer “les mesures prises pour libérer le potentiel des actions sectorielles afin de contribuer à la réalisation et à la mise en œuvre des objectifs nationaux, en particulier dans les secteurs à forte intensité d’émissions” m’impressionne beaucoup non plus. Pas plus que la reconnaissance de “l’importance de la protection, de la conservation et de la restauration des écosystèmes pour fournir des services essentiels, notamment en agissant comme des puits et des réservoirs de gaz à effet de serre, en réduisant la vulnérabilité aux impacts du changement climatique et en soutenant des moyens de subsistance durables, y compris pour les peuples autochtones et les communautés locales”. Il n’y a rien de nouveau ici, pas même dans l’encouragement des parties à adopter une approche intégrée de tout cela.

Le dernier paragraphe de cette section a des relents de maternité et de tarte aux pommes :

la nécessité d’assurer des transitions justes qui favorisent le développement durable et l’éradication de la pauvreté, ainsi que la création d’un travail décent et d’emplois de qualité, notamment en rendant les flux financiers compatibles avec une trajectoire vers un développement à faible émission de gaz à effet de serre et résilient au changement climatique, notamment par le déploiement et le transfert de technologies, et la fourniture d’un soutien aux pays en développement parties.

Tout cela a l’air génial, mais je n’ai aucune idée de la manière dont cela va être réalisé, étant donné que tant de choses sont mutuellement contradictoires. Il semble que personne à Glasgow n’en ait eu la moindre idée non plus. Si c’est le cas, ils ne le disent pas.

Collaboration

Il est bon de collaborer, bien sûr, et c’est sans doute le but de ces jamborees annuels. En tout cas, la section sur la collaboration nous amène à la fin du Pacte, et elle compte dix-neuf paragraphes numérotés. J’ai l’impression que cette partie du Pacte ne fait que cocher les cases de ceux qui n’ont pas l’impression que leur agenda a été abordé jusqu’à présent. Par exemple, le paragraphe 55 :

Reconnaît le rôle important des parties prenantes non-Parties, notamment la société civile, les peuples autochtones, les communautés locales, les jeunes, les enfants, les gouvernements locaux et régionaux et les autres parties prenantes, dans la contribution aux progrès vers l’objectif de la Convention et les buts de l’Accord de Paris.

Ou vous pouvez essayer le paragraphe 62 :

Exhorte les Parties à commencer rapidement à mettre en œuvre le programme de travail de Glasgow sur l’action pour l’autonomisation climatique, en respectant, promouvant et considérant leurs obligations respectives en matière de droits de l’homme, ainsi que d’égalité des sexes et d’autonomisation des femmes.

Avons-nous oublié quelqu’un ? Oh mon Dieu, les jeunes, il ne faut pas les oublier. Paragraphe 63 :

Se félicite des résultats de la seizième Conférence des jeunes, organisée par le groupe d’organisations non gouvernementales d’enfants et de jeunes et qui s’est tenue à Glasgow en octobre 2021, et de l’événement “Youth4Climate2021 : Driving Ambition” organisé par l’Italie à Milan, en Italie, en septembre 2021.

Pour renforcer ce point, le paragraphe 64 :

Exhorte les Parties et les parties prenantes à assurer une participation et une représentation significatives des jeunes dans les processus décisionnels multilatéraux, nationaux et locaux, notamment dans le cadre de la Convention et de l’Accord de Paris.

Greta et ses cohortes ont vraiment dû faire impression, car nous avons aussi le paragraphe 65 :

Invite les futures présidences de la Conférence des Parties, avec le soutien du secrétariat, à faciliter l’organisation d’un forum annuel sur le climat dirigé par des jeunes pour un dialogue entre les Parties et les jeunes, en collaboration avec le groupe d’enfants et de jeunes de la CCNUCC et d’autres organisations de jeunes, en vue de contribuer à la mise en œuvre du programme de travail de Glasgow sur l’action pour l’autonomisation climatique.

Le paragraphe 55 n’en dit manifestement pas assez sur les peuples autochtones, car nous avons aussi le paragraphe 66 :

Souligne le rôle important de la culture et des connaissances des peuples autochtones et des communautés locales dans une action efficace contre le changement climatique, et exhorte les Parties à faire participer activement les peuples autochtones et les communautés locales à la conception et à la mise en œuvre de l’action climatique et à s’engager dans le deuxième plan de travail triennal pour la mise en œuvre des fonctions de la Plate-forme des communautés locales et des peuples autochtones, pour 2022-2024.

Et il semble que l’on n’ait pas assez parlé des questions de genre jusqu’à présent. D’où le paragraphe 68 :

Encourage les Parties à accroître la participation pleine, significative et égale des femmes à l’action climatique et à assurer une mise en œuvre et des moyens de mise en œuvre tenant compte de la dimension de genre, qui sont essentiels pour relever le niveau d’ambition et atteindre les objectifs climatiques.

Et le paragraphe 69 :

Appelle les Parties à renforcer leur mise en œuvre du programme de travail de Lima renforcé sur le genre et son plan d’action sur le genre.

J’ai conscience d’avoir laissé une part de cynisme teinter ce résumé du Pacte de Glasgow pour le climat. Toutefois, si j’étais d’avis que l’humanité doit de toute urgence réduire les émissions de gaz à effet de serre pour sauver la vie telle que nous la connaissons, je ne serais pas du tout impressionné par le résultat de quinze jours de bruit, d’émissions, de couverture médiatique, de battage, de perturbation, de risque de covidités, et tout le reste. Le Pacte de Glasgow pour le climat est, franchement, une perte de temps, que l’on pense que quelque chose doit être fait de toute urgence ou que l’on pense que tout cela est une perte d’argent. D’un point de vue comme de l’autre, ce document ne contient rien de substantiel.

La partie est terminée

The party's over, it's time to call it a day
No matter how you pretend
You knew it would end this way
It's time to wind up the masquerade
Just make your mind up
The piper must be paid

The party's over, the candles flicker and dim
You've danced and dreamed through the night
It seemed to be right just being with him
Now you must wake up, all dreams must end
Take off your makeup, the party's over
It's all over, my friend

La-da-da-da-da, la-da-da-da-da
You danced and dreamed through the night
It seemed to be right just being with him
Now you must wake up, all dreams must end
Take off your makeup, the party's over 

Si seulement

Bien sûr, la fête n’est jamais terminée. La COP 27 se tiendra à Sharm El-Sheikh, du 7 au 18 novembre 2022. Et la COP 28 a déjà été fixée aux Émirats arabes unis en 2023 (étant donné les deux lieux suivants, Glasgow était peut-être un peu trop morne et froid). Il y aura beaucoup de réunions préalables, beaucoup de battage médiatique, beaucoup plus de pèlerinages climatiques et beaucoup plus d’émissions de gaz à effet de serre associées à tout cela. Et, inévitablement, chacune d’entre elles fera l’objet d’une immense couverture médiatique, et des célébrités nous diront que c’est le salon de la dernière chance (encore). Il est difficile de voir comment la COP 27 ou la COP 28 pourrait aboutir à moins que la COP 26, mais je ne parierais pas contre.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2022 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2022 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire