Rouvrir la centrale à charbon de Saint-Avold ? Pas si simple…

(Article de Kevin Tanguy initialement publié dans Bd Voltaire du 10 Août 2022)

Les mesures incohérentes du gouvernement vont leur coûter cher.  en parlait la semaine dernière : après des années à lutter contre les centrales à charbon, Emmanuel  a initié la réouverture de l’usine de Saint-Avold (Moselle) pour compenser le difficile hiver qui se profile. « Nous avions dit dès le départ que la fermeture de la centrale de Saint-Avold était une erreur stratégique et qu’il fallait la garder en réserve », déplore Jean-Pierre Damm, délégué syndical FO du site auprès de nos confrères du Figaro.

Avec une prime, les employés retournent au 

Alors que la fermeture avait été actée en mars dernier, l’État a appelé au secours les anciens employés de la centrale pour une durée de six mois (d’octobre à mars 2023). Mais ce n’est pas si simple de remettre au boulot des salariés d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE). « Il a fallu modifier le droit du travail dans le cadre de la loi pouvoir d’achat, votée par le Parlement en juillet, nous apprend Le FigaroCeci, afin de permettre à GazelEnergie [entreprise qui gère le site de Saint-Avold] de suspendre temporairement le PSE, le temps d’un hiver, pour les salariés intéressés à rempiler. » Pour inciter les employés à relancer l’usine à charbon, les syndicats ont réussi à obtenir une prime mensuelle de 5.000 euros s’ajoutant au salaire.

Les prix flambent 

De la main-d’œuvre, c’est bien, mais avoir du  c’est encore mieux. Sauf que voilà, depuis la guerre en Ukraine, l’approvisionnement en charbon est compliqué. Pour rappel, le charbon russe représentait 30 % des importations françaises avant le début du conflit. Pour pallier ce manque de ressource, GazelEnergie a fait appel à sa maison mère. Ce qui n’empêche pas l’inflation ; le prix du charbon a été multiplié par six depuis début 2021. Comme si cela ne suffisait pas, le coût du transport a, lui aussi, explosé.

L’inflation touche également le groupe EDF, à tel point que le gouvernement a été obligé d’installer, en janvier 2022, un bouclier tarifaire pour maintenir les prix. C’est donc un manque à gagner pour le fournisseur d’électricité ; EDF réclame 8,34 milliards d’euros de dédommagements à l’État français. L’incapacité du gouvernement à anticiper un dérèglement géopolitique ainsi qu’une restriction énergétique entraîne de  conséquences, pour le consommateur français et pour les finances publiques – qui devront être remboursées un jour par le contribuable.

Nos articles sont publiés sous licence Creative Commons CC BY-NC-SA

Ils peuvent être reproduits sous la même licence, en en précisant la source, et à des fins non commerciales.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés avant d’être publiés, restez courtois.

Derniers commentaires :

Climat et Vérité

Appel à adhésion et soutien

Chers lecteurs de Climat & Vérité

Le débat sur le réchauffement climatique et ses conséquences est verrouillé en France depuis des décennies par l’hégémonie de la Pensée Unique et son alarmisme totalement excessif. L’ouverture d’un débat sur ces questions est indispensable.

Nous avons besoin du soutien du plus grand nombre pour mener cette lutte. Nous vous proposons d’adhérer à notre association, ou de nous faire un don. Votre argent servira en particulier à augmenter la diffusion de notre newsletter et à améliorer notre site.

Trois possibilités de nous aider vous sont proposées (ci-dessous, ou boutons dans le bandeau latéral de droite du site) :

  • Adhésion 2022 permettant de participer à l’assemblée générale de l’association : cotisation 50 €
  • Soutien pour 2022 à l’association, sans adhésion : 25 €
  • Don à votre convenance.
Le bureau de CLIMAT & VERITE

Formulaire de contact

Recevoir la Newsletter hebdomadaire